Alejandría proletaria. Biblioteca general de pensamiento revolucionario

 

 

Alejandría Proletaria es nuestra nueva biblioteca general, abierta a diversas corrientes del pensamiento revolucionario. Su catálogo está creciendo día a día e incorpora materiales que por sí mismos nos parecen de gran interés político o histórico, independientemente de su 'ortodoxia' y, desde luego, del grado de nuestro acuerdo con ellos. 

 

    Catálogo:

Alarma. Boletín de Fomento Obrero Revolucionario. Primera Serie (1958-1962) y números de Segunda y Tercera Serie (1962-1986)

 

 

"Ideológicamente no empezamos, sino que reanudamos, porque nunca interrumpimos. Venimos de muy lejos, desde el primer tiempo en que hubo hombres sublevados; vamos de camino, mucho más lejos todavía. Entroncamos con los revolucionarios más cabales de antaño y suscitamos ya los de mañana. De idea en idea, de hombre en hombre, somos el instante imperecedero de la energía reivindicativa del indiviudo a través de la historia, el continuo afirmativo de las exigencias humanas frente a las contingencias del reaccionario acaer político. Ser hombre, en nuestra época más perentoriamente que nunca, es comportarse revolucionariamente. Nosotros ejercemos nuestro oficio de hombres sin trapacerías, tembliques ni adultaeraciones. Así pues, no empezamos, continuamos; lo que empieza es nuestra publicación, Alarma, y una jornada nueva en el persistente duelo contra la tétrica reacción española." (Alarma, nº 1, año 1, primera página)

Primera Serie (1958-1962)

PRIMERA SERIE, AÑOS 1958 A 1962

Alarma, nº 1, 1ª serie. diciembre 1958

ALARMA, nº 1, 1ª serie

Diciembre de 1958

Alarma, nº 10, 1ª serie, junio de 1962

ALARMA, nº 10, primera serie

Junio de 1962

Alarma, nº 2, 1ª serie. marzo de 1959

ALARMA, nº 2, primera serie

Marzo de 1959

Alarma, nº 3, 1ª serie, marzo de 1960

ALARMA, nº 3, primera serie

Marxo de 1960

Alarma, nº 4, 1ª serie, octubre de 1959

ALARMA, nº 4, primera serie

Octubre de 1959

Alarma, nº 5, 1ª serie, marzo de 1960

ALARMA, nº 5, primera serie

Marzo de 1960

Alarma, nº 6, 1ª serie, mayo de 1960

ALARMA, nº 6, primera serie

Mayo de 1960

Alarma, nº 7, 1ª serie, octubre de 1960

ALARMA, nº 7, primera serie

Octubre de 1960

Alarma, nº 8, 1ª serie, mayo de 1961

ALARMA, nº 8, primera serie

Mayo de 1961

Alarma, nº 9, 1ª serie. marzo de 1962

ALARMA, nº 9, primera serie

Marzo de 1962

Segunda Serie (1962-1977)

SEGUNDA SERIE, AÑOS 1962 A 1977

Alarma, nº 01, 2ª serie, septiembre de 1962

ALARMA, nº 1, 2ª serie

Septiembre de 1962

Alarma, nº 02, 2ª serie, enero 1963

 

ALARMA, nº 2, Segunda Serie

enero de 1963

Alarma, nº 03, 2ª serie, mayo 1963

 

ALARMA, n 3, segunda serie

mayo de 1963

Alarma, nº 04, 2ª serie, octubre 1963

ALARMA número 4 segunda serie

octubre de 1963

Alarma, nº 05, 2ª serie, junio 1965

ALARMA número 5, segunda serie

junio de 1965

Alarma, nº 06, 2ª serie, diciembre 1964

ALARMA número 6, segunda serie

diciembre de 1964

Alarma, nº 07, 2ª serie, mayo 1965

ALARMA, número 7 segunda serie

mayo de 1965

Alarma, nº 08, 2ª serie, diciembre 1965

ALARMA, número 8, segunda serie

diciembre de 1965

Alarma, nº 09, 2ª serie, julio 1966

ALARMA, número 9, segunda serie

julio de 1966

Alarma, nº 10, 2ª serie, julio 1967

ALARMA, número 10, segunda serie

julio de 1967

Alarma, nº 11, 2ª serie, junio 1968

ALARMA, número 11, segunda serie

junio de 1968

Alarma, nº 12, 2ª serie, mayo-junio 1969

ALARMA, número 12, segunda serie

mayo-junio de 1969

Alarma, nº 13, 2ª serie, mayo 1970

ALARMA, número 13, segunda serie

mayo de 1970

Alarma, nº 14, 2º serie, julio 1970

ALARMA, número 14, segunda serie

julio de 1970

Alarma, nº 15, 2ª serie, octubre 1970

ALARMA, número 15, segunda serie

octubre de 1970

Alarma, nº 16, 2ª serie, enero 1971

ALARMA, número 16, segunda serie

enero de 1971

Alarma, nº 17, 2ª serie, abril 1971

ALARMA, número 17, segunda serie

abril de 1971

Alarma, nº 18, 2ª serie, julio 1971

ALARMA, número 18, segunda serie

julio de 1971

Alarma, nº 19, 2ª serie, octubre 1971

ALARMA, número 19, segunda serie

octubre de 1971

Alarma, nº 20, primer trimestre 1972

ALARMA, número 20, segunda serie

primer trimestre de 1972

Alarma, nº 21, 2ª serie, segundo trimestre 1972

ALARMA, número 21, segunda serie

segundo trimestre de 1972

Alarma, nº 22-23, 2ª serie, tercer-cuarto trimestre 1972

ALARMA, número 22-23, segunda serie

tercer y cuarto trimestre de 1972

Alarma, nº 24, 2ª serie, primer trimestre 1973

ALARMA, número 24, segunda serie

primer trimestre de 1973

Alarma, nº 25, 2ª serie, segundo trimestre 1973

ALARMA, número 25, segunda serie

segundo trimestre de 1973

Alarma, nº 26-27, 2ª serie, segundo-tercer trimestre 1973

ALARMA, número 26-27, segunda serie

segundo y tercer trimestre de 1973

Alarma, nº 28, 2ª serie, primer trimestre 1975

ALARMA, número 28, segunda serie

primer trimestre de 1975

Alarma, nº 29, segundo trimestre 1975

ALARMA, número 29, segunda serie

segundo trimestre de 1975

Alarma, nº 30, 2ª serie, finales 1975

ALARMA, número 30, segunda serie

finales de 1975

Alarma, nº 31, 2ª serie, enero-abril 1976

ALARMA, número 31, segunda serie

enero-abril de 1976

Alarma, recopilación 31 números de Segunda Serie (1962-1976)

ALARMA, revista de FOMENTO OBRERO REVOLUCIONARIO

Dossier recopilatorio de Alarma Segunda Serie, 31 números, 1962-1976

(Hospedado en la página de Bataille Socialiste)

Atención: el dossier pesa 708.982 MB

Tercera Serie (1977-1986)

SEGUNDA SERIE, AÑOS 1977 A 1986

Alarma, nº 01, 3ª serie, abril de 1977

ALARMA, nº 1, 3ª serie

Abril de 1977

Alarma, nº 02, 3ª serie, agosto 1977

ALARMA, número 2, tercera serie, agosto 1977

Alarma, nº 03, 3ª serie, octubre 1977

ALARMA, número 3, tercera serie, octubre 1977

Alarma, nº 04, 3ª serie, primavera de 1978

ALARMA, nº 4, 3ª serie

Primavera de 1978

Alarma, nº 13, 3ª serie, mayo de 1982

ALARMA, nº 13, 3ª serie

Mayo de 1982

Alarma, nº 19, 3ª serie, noviembre de 1984

ALARMA, nº 19, 3ª serie

Noviembre de 1984

Alarma, nº 20 y 21, 3ª serie, mayo y noviembre de 1985

ALARMA, números 20 y 21, 3ª serie

Mayo y Noviembre de 1985

Alarma, nº 22 y 23, 3ª serie, marzo y diciembre de 1986

ALARMA, números 22 y 23, 3ª serie

Marzo y Diciembre de 1986

Amigo del Pueblo, selección de artículos del portavoz de Los Amigos de Durruti

EL AMIGO DEL PUEBLO

Selección de artículos del portavoz de

LOS AMIGOS DE DURRUTI

 

 

Selección artículos de El Amigo del Pueblo, portavoz de Los Amigos de Durruti

SELECCIÓN DE ARTÍCULOS DE

EL AMIGO DEL PUEBLO

portavoz de

LOS AMIGOS DE DURRUTI

Armand, Inessa

INESA ARMAND

1920. La obrera en la Rusia soviética

LA OBRERA EN LA RUSIA SOVIÉTICA

Inessa Armand

julio 1920

Balance, cuadernos de historia del movimiento obrero internacional y de la guerra de España

BALANCE. CUADERNOS DE HISTORIA DEL MOVIMIENTO OBRERO INTERNACIONAL Y DE LA GUERRA DE ESPAÑA

Balance es una revista de historia del movimiento obrero y revolucionario de carácter y vocación internacionalista.

Balance combate por la historia. Una historia que es y ha sido sistemáticamente ignorada, deformada, censurada, convertida en historieta, manipulada e incluso apropiada por estalinistas, fascistas, nacionalistas y nacionalsocialistas, demócratas y socialdemócratas, situacionistas, derechistas y/o izquierdistas de todo tipo, intelectuales ociosos, políticos de profesión y profesionales de la historia, la mentira o la edición.

Quien ignora el pasado, ni comprende el presente ni puede luchar por el futuro. La historia no olvida, quien olvida pierde sus señas de identidad. Balance quiere arrebatar la historia a la incultura del olvido, la falsificación política y el academicismo universitario.

Los hechos y los documentos no hablan nunca por sí solos, sino que se interpretan a la luz de una teoría. Las teorías políticas hallan la confirmación o negación de su validez en el laboratorio históricos.

Ha llegado el momento de hacer Balance.

 

Nº 01. 1993.11 La Izquierda Comunista (“los bordiguistas”) en la Guerra de España (1936-1939)

BALANCE, número 1 (Serie Estudios e Investigaciones)

noviembre de 1993, Barcelona

(corregido y actualizado en febrero de 2008)

Nº 02, 1994.03 Relaciones y correspondencia entre Andrés Nin y Ersilio Ambrogi (1930-1931)

BALANCE, número 2 (serie estudios e investigaciones)

marzo 1994, Barcelona

(coregido y actualizado octubre 2007)

Nº 03. 1994.12 La Agrupación de los Amigos de Durruti

LA AGRUPACIÓN DE LOS AMIGOS DE DURRUTI

Balance, nº 3, diciembre de 2014, Barcelona

Nº 04. 1995.11 Cronología de Bordiga, vida, pensamiento y militancia de Amadeo Bordiga

CRONOLOGÍA DE BORDIGA

VIDA, PENSAMIENTO Y MILITANCIA DE AMADEO BORDIGA, FUNDADOR DEL PARTIDO COMUNISTA DE ITALIA

Agustín Guillamón

Balance, numero 4, noviembre de 1995, Barcelona

Nº 05. 1998.08 Debate (1): El POUM y los Bolchevique-Leninistas en la guerra civil

BALANCE

Cuadernos de Historia del Movimiento Obrero

(Serie de estudios e investigaciones)

Número 5, Agosto de 1998

Barcelona

Balance. Cuadernos de Historia del Movimiento Obrero. Nº 5, Agosto de 1998. Serie de estudios e investigaciones. Debate de Balance (1): el POUM y los Bolchevique-Leninistas en la guerra civil

Nº 06. 1998.09 Debate de "Balance" (2): Los anarcosindicalistas en la guerra civil española

BALANCE, Número 6

Septiembre de 1998

Barcelona

Serie de estudios e investigaciones

Balance, Nº 6, Septiembre de 1998. Serie de estudios e investigaciones. Debate de Balance (2): los anarcosinidcalistas en la guerra civil española

Nº 07. 1994.09 Andrés Nin: intervención congreso Internacional Sindical Roja, 1928

BALANCE, cuaderno de historia. SERIE DE DOCUMENTACIÓN Y ARCHIVOS

Nº 1, septiembre de 1994 (Nº 7 en numeración unificada)

Andrés Nin. Intervención de Andrés Nin, el 22 de marzo, en el Congreso de la Internacional Sindical Roja reunido en Moscú en 1928

Nº 09. 1996.11 Textos del POUM sobre Mayo 1937 y el problema del poder en la revolución española (2)

BALANCE. Cuadernos de historia. SERIE DOCUMENTACIÓN Y ARCHIVOS

Número 3, noviembre de 1996.

Textos del POUM sobre Mayo de 1937 y el problema del poder en la revolución española (2): Mauricio, Arquer, Rebull

Nº 10. 1997.05 Textos sobre Mayo 1937 y el problema del poder en la revolución española (3) GB-L

BALANCE. Cuadernos de historia. SERIE DOCUMENTACIÓN Y ARCHIVOS

Número 4, mayo de 1997 (Nº 10 en numeración unificada)

Textos sobre Mayo de 1937 y el problema del poder en la revolución española (3): Grupo Bolchevique-Leninista "Le Soviet"

Nº 11. 1997.10 Textos sobre Mayo 1937 y el problema del poder en la revolución española (4)

BALANCE. Cuadernos de historia. SERIE DOCUMENTACIÓN Y ARCHIVOS

Número 5, octubre de 1997 (Nº 11 en numeración unificada)

Textos sobre Mayo de 1937 y el problema del poder en la revolución española (4): Dos artículos de Munis

Nº 12. 1998.01-05 Textos sobre Mayo 1937 y el problema del poder en la revolución española (5)

BALANCE. Cuadernos de historia. SERIE DOCUMENTACIÓN Y ARCHIVOS

Número 6, enero-mayo de 1998 (Nº 12 en numeración unificada)

Textos sobre Mayo de 1937 y el problema del poder en la revolución española (5): Una carta de Josep Tarradellas

Nº 13. 1998.10 "El informe SECRETO de Helmut Rüdiger, presentado al congreso de la AIT (7/12/1937, París)

BALANCE. CUADERNOS DE HISTORIA DEL MOVIMIENTO OBRERO

Nº 13, Octubre de 1998

Barcelona

"El informe secreto de Helmut Rüdiger, presentado al congreso de la AIT, reunido en París el 7 de diciembre de 1937, publicado por el CN de la CNT en 1938"

[Reproducción del folleto de Helmut Rüdiger sobre la revolución española publicado en 1937. Este número 13 ha sido editado en formato libro en francés e ingles y actualmente (septiembre 2017) se está preparando su edición en castellan]

Nº 14. 1998.11-12 Amadeo Bordiga: Lenin en el camino de la revolución

BALANCE

Nº 14, Noviembre-Diciembre de 1998

Barcelona

Balance. Nº 14, noviembre-diciembre de 1998. Cuadernos de historia del movimiento obrero: Amadeo Bordiga: Lenin en el camino de la revolución

Nº 15. 1999.01-02 El proceso de la República de Negrín contra la Sección Bolchevique-Leninista de España

BALANCE

Cuadernos de historia del movimiento obrero

Nº 15, Enero-Febrero de 1999

Barcelona

"El proceso de la República de Negrín contra la Sección Bolchevique-Leninista de España (febrero 1938-enero 1939)"

El contenido de este número está incluido, bajo el mismo título, en el libro Documentación histórica del trotsquismo español (1936-1948), páginas  156-200.

Nº 16. 1999.03-04 Correspondencia de Jaime Balius

BALANCE

Cuadernos de historia del movimiento obrero

Nº 16, Marzo-Abril de 1999

Barcelona

"Correspondencia de Jaime Balius". Correspondencia de Jaime Balius, líder de la Agrupación de Los Amigos de Durruti, con el historiador Bolloten y con Paul Sharkey, traductor al inglés del folleto Hacia una nueva revolución. Se reproduce también el prólogo de Balius, escrito en 1978, a la edición inglesa del folleto.

Este material conforma el Anexo 1  a la obra de Agustín Guillamón Los Amigos de Durruti. Historia y antología de textos, Aldarull y Dskntrl ed!, Barcelona, 2013, páginas 145-333.

Nº 17-18. 1999.05-06 El testamento de Durruti

BALANCE

Cuadernos de historia del movimiento obrero

Nº 17 y 18, Mayo-Junio de 1999

Barcelona

"El testamento de Durruti". Los materiales de este número doble están integrados en la obra de Agustín Guillamón Los Amigos de Durruti. Historia y antología de textos, Dskntrl-Ed! y Aldarull, Barcelona, 2013

Nº 19-20. 2000.05-10 Josep Rebull de 1937 a 1939. La crítica interna a la política del CE del POUM sobre la Guerra de España

BALANCE

Cuadernos de historia del movimiento obrero

Nº 19-20, Mayo-Octubre de 2000

"Josep Rebull de 1937 a 1939. La crítica interna a la política del CE del POUM sobre la Guerra de España". Los materiales de este número doble están incluidos en la obra de Agustín Guillamón Josep Rebull. La vía revolucionaria. Las tesis "consejistas" de la izquierda del POUM y su crítica de Andrés Nin y del Comité Ejecutivo (1937-1939) Descontrol, Barcelona, 2017

Nº 21. 2001.05 Tesis de Balance sobre la Guerra de España y la situación revolucionaria creada el 19 de Julio

BALANCE

Nº 21, Junio de 2001

Barcelona

Balance. Nº 21, junio de 2001. Tesis de Balance sobre la Guerra de España y la situación revolucionaria creada el 19 de Julio de 1936 en Cataluña

Nº 22. 2001.11 Algunos informes de Pedro sobre la guerra de España y otros documentos

BALANCE

Cuadernos de historial del movimiento obrero

Nº 22, Noviembre de 2001

Barcelona

Balance. Nº 22, Noviembre de 2001. Cuadernos de historia del movimiento obrero: Algunos informes de Pedro sobre la Guerra de España y otros documentos. La NKVD y el SIM en Barcelona

Nº 23. 2002.05 Biografía de Albert Masó March ("Albert Vega")

BALANCE

Cuadernos de historia del movimiento obrero

Nº 23, Mayo de 2002

Barcelona

Nº 25. 2002.07 Habla Durruti

BALANCE

Nº 25, Julio de 2002

Barcelona

Nº 26. 2002.11 Cartas de Benjamin Péret a André Breton enviadas desde España (1936-1937)

BALANCE

Nº 26, Noviembre de 2002

Barcelona

Balance. Nº 26, noviembre de 2002: Cartas de Bejamin Péret a André Breton enviadas desde España (1936-1937). Y un artículo inédito.

Nº 27. 2003.04 El Informe de Stepanov sobre el proceso contra el POUM

BALANCE

Cuadernos de historia del movimiento obrero

Nº 27, Abril de 2003

Barcelona

El informe de Stepanov sobre el proceso contra el POUM

Nº 30. 2005.05 Doce estampas revolucionarias (o no) de Barcelona

BALANCE, Nº 30

Mayo de 2005

Barcelona

 

Balance. Cuadernos de historia del movimiento obrero internacional y de la guerra de España. Nº 30, mayo de 2005: Doce estampas revolucionarias (o no) de Barcelona

Nº 34. 2009.11 "Síndrome de Antígona" y varios más

BALANCE

Cuadernos de historia del movimiento obrero internacional y de la Guerra de España

Nº 34, Noviembre de 2009

Barcelona

"Síndrome de Antígona". "La Agrupación de Los Amigos de Durruti, los trosquistas y las limitaciones de la ideología ácrata", "Crítica de la crítica de Ferreiro a Devesa o la teorización de las experiencias", "Abel Paz, anarquista e historiador", "Respuesta a .las ofensas y lindezas varias de "Quadern", suplemento en catalán de El País o la moda antilibertaria", traducción del artículo de Bordiga sobre la cuestión Trotsky

Nº 36. 2011.11 Debate entre bordiguistas y trotskystas sobre la Guerra de España (1938). Tesis guerra España

BALANCE, número 36, noviembre de 2011, Barcelona

Director-editor: Agustín Guillamón

Manuel Pérez Fernández, fundador de la FAI y organizador confederal

Debate entre bordiguistas y trotskystas sobre la Guerra de España (1938)

Tesis sobre la guerra de España

 

Nº 37. 2013.01 Correspondencia de Andreu Nin con Lev Trotsky y con Ersilio Ambrogi

 

CORRESPONDENCIA DE ANDREU NIN CON LEV TROTSKY Y CON ERSILIO AMBROGI

(Eidición de Sergi Rosés y Agustín Guillamón, Balance nº 37,
Barcelona, enero de 2013)

<!--[if gte mso 9]>


<![endif]--><!--[if gte mso 10]>

<![endif]-->

Nº 38. 2014.09 Correspondencia entre Diego Camacho (Abel Paz) y Juan García Oliver

BALANCE. Cuadernos de historia

Número 38, Barcelona, septiembre de 2014

Correspondencia entre Diego Camacho (Abel Paz) y Juan García Oliver

Director: Agustín Guillamón

[Este número está publicado en formato libro, corregido y aumentado, por la Editorial Descontrol de Barcelona]

 

Balius, Jaime (Los Amigos de Durruti)

TEXTOS DE JAIME BALIUS (BARCELONA 1904 - HYÉRES 1980)

El gobierno Negrín, 1937

EL GOBIERNO NEGRÍN

Jaime Balius

26 mayo 1937

El testamento de Durruti, 1936

EL TESTAMENTO DE DURRUTI

Jaime Balius

diciembre 1936

En defensa propia. Necesito una aclaración, 1937

EN DEFENSA PROPIA. NECESITO UNA ACLARACIÓN

Jaime Balius

1937

Hacia una nueva revolución, Jaime Balius (Los Amigos de Durruti), 1937

La revolución de julio ha de cerrar el paso a los arribistas, 1936

LA REVOLUCIÓN DE JULIO HA DE CERRAR EL PASO A LOS ARRIBISTAS

Jaime Balius

diciembre 1936

No es hora de confusionismos, 1971

NO ES HORA DE CONFUSIONISMOS

Jaime Balius

1971

Por los fueros de la verdad, 1971

POR LOS FUEROS DE LA VERDAD

Jaime Balius

1971

Por los fueros de la verdad. No somos agentes provocadores. Mayo de 1937

POR LOS FUEROS DE LA VERDAD. NO SOMOS AGENTES PROVOCADORES

Jaime Balius

Mayo de 1937

Recordando Julio de 1936, 1971

RECORDANDO JULIO DE 1936

Jaime Balius

1971

Una teoría revolucionaria. Editorial de "El Amigo del Pueblo", nº 5 (20 julio 1937)

"UNA TEORÍA REVOLUCIONARIA"

Balius

Editorial de El Amigo del Pueblo, nº 5, 20 julio de 1937

Bleibtreu, Marcel

MARCEL BLEIBTREU

¿Adónde va el camarada Pablo?

¿ADÓNDE VA EL CAMARADA PABLO?

Marcel Bleibtreu

Junio de 1951

Broué, Pierre. Bibliografía en red

(Extraído del Marxist Internet Archive)

Pierre Broué (Privas -Francia, 8 de mayo de 1926 -  Grenoble, 26 de julio de 2005) fue un historiador y militante trotskista francés. Doctor en Letras, fue igualmente militante sindical en el mundo de la enseñanza; fue profesor en la región parisina y posteriormente en el Instituto de Estudios Políticos de Grenoble.

Durante la ocupación de Francia por la Alemania nazi, se traslada a París y toma contacto con la Resistencia. Broué se adhiere a una célula del PCF (Partido Comunista Francés). Molesto por los cambios de chaqueta posteriores durante la Liberación, interviene en su célula contra la consigna «À chacun son boche» (para cada cual su alemán) y es expulsado de la misma acusado de trotskista, aunque todavía no lo es.

En 1944, reencuentra a los militantes del Partido Comunista Internacionalista IV Internacional (PCI), de Michel Raptis alias 'Pablo', y pasa a militar en el partido. Será durante más de 40 años uno de los intelectuales más importantes de la corriente Lambertista, hasta su expulsion en 1989. Posteriormente colaboró con la tendencia internacional dirigida por Ted Grant y Alan Woods, y con parte del Partido Socialista francés, aunque sin integrarse a ninguno.

 

 

1961: La revolución y la guerra en España (coautor con Emile Témine) 

1962: El Partido Bolchevique

1964: Los procesos de Moscú

1973: España 1931-1939: La revolución perdida

1974: La revolución en Alemania

1975: Trotsky y la guerra civil en España

1980: Los Trotskistas en la URSS (1929 -1938)

1985: Trotsky y los trotskistas frente a la Segunda Guerra Mundial

1997: Histoire de l'Internationale communiste, 1919-1943

Comunas de París y Lyon

Colección de carteles de las Comunas de París y Lyon, con fotografías de los originales, traducidos al castellano.

[Esperante]
[En català]

 

Exposición "La Comuna Vive". Selección de Carteles de las Comunas de París y Lyon. En pdf. Permite la ampliación de las fotos de los carteles para su lectura.

Exposición "La Comuna Vive". Selección de Carteles de las Comunas de París y Lyon. En ppsx. Para proyecciones.

 

 

 

 

 

 

1870-09-14 Comité Central Republicano de los 20 distritos de París [Primer Affiche Rouge]. Cartel

 

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD, IGUALDAD, FRATERNIDAD


COMITÉ CENTRAL REPUBLICANO

DE DEFENSA NACIONAL

DE LOS VEINTE DISTRITOS DE PARÍS

Ciudadanos,

Desde el 5 de septiembre, al día siguiente de la proclamación de la República, un gran número de ciudadanos ha propuesto la constitución de un COMITÉ CENTRAL REPUBLICANO, que emane de los veinte distritos de París y tenga por objetivo procurar la salvación de la patria, así como la fundación definitiva de un régimen verdaderamente republicano con la par-ticipación permanente de la iniciativa individual y la solidaridad popular.

Desde ese día, las reuniones públicas han elegido sus Comités de defensa y vigilancia en cada distrito.
En el momento en que la mayoría de los distritos han tenido representación de cuatro delegados cada uno, el Comité central republicano ha iniciado sus operaciones.

[Este Comité] ha presentado al Gobierno de la defensa nacional, una tras otra, las siguientes medi-das, aclamadas en las reuniones populares:

1º MEDIDAS DE SEGURIDAD PÚBLICA

Suprimir la policía tal y como estaba constituida bajo todos los gobiernos monárquicos, para avasallar a los ciudadanos y no para defenderlos;

Dejarla en su totalidad en manos de las municipalidades elegidas;

Nombrar, en las grandes ciudades, por barrios, a los magistrados encargados de velar por la seguridad pública bajo su responsabilidad personal y directa;

Disolver todos los cuerpos especiales de la antigua policía centralizada, tales como los sergents de ville [agentes de la policía armada], agentes llamados de la seguridad pública, guardias de París;

Confiar a la guardia nacional, compuesta por la totalidad de los electores, y en particular sus veteranos, la misión de asistir a los nuevos magis-trados de la policía municipal en el ejercicio de sus funciones;

Aplicar a las magistraturas de todo tipo los dos principios de elección y de responsabilidad;

Derogar todas las leyes restrictivas, represivas y fiscales contra el derecho de escribir, de reunirse y de asociarse.

2º ALIMENTACIÓN Y VIVIENDAS

Expropiar, por razones de utilidad pública, todo producto alimentario o de primera necesidad ac-tualmente almacenado en París, en los comercios al por mayor o al por menor, garantizando a éstos el pago de los productos después de la guerra, por medio de un reconocimiento de las mercancías expropiadas y detalladas a los precios de factura;

Elegir en cada calle o al menos en cada barrio una comisión encargada de inventariar los objetos de consumo y de declarar a sus poseedores actuales personalmente responsables frente a la administración municipal;

Repartir las provisiones clasificadas por su naturaleza entre todos los habitantes de París, por medio de bonos que les serán entregados periódicamente en cada distrito de manera proporcional al : 1º número de personas que componen la familia de cada ciudadano; 2º la cantidad de productos consumibles constatados por las comisiones arriba indicadas; 3º la probable duración del sitio.
Las municipalidades deberán asegurar también a todo ciudadano y a su familia la vivienda que les es indispensable.

3º DEFENSA DE PARÍS

Hacer elegir inmediatamente por la guardia móvil a los los jefes que la deben dirigir, ya que los que la rigen actualmente le han sido impuestos hasta hoy;

Agrupar con la mayor rapidez a los elementos dispersos de este heroico ejército, a quien la traición de sus jefes ha dejado que lo aplasten o disuelvan y quien, organizado para someter al país, no ha bastado para defenderlo;

Entregar, con la mayor rapidez, armas de largo alcance a los ciudadanos y distribuirles al mismo tiempo la cantidad de cartuchos y municiones de guerra suficientes para que puedan repeler todo posible ataque.

Preparar, encargando de ello a los veinte comités de distrito, los medios materiales y la organización del personal necesario para la defensa especial de cada barrio;

Asignar a los diversos servicios de la defensa todos los locales libres, tales como los pisos abandonados y monumentos públicos;

Utilizar para todos los trabajos de defensa a los habitantes que, por el motivo que sea, no hayan sido llamados a contribuir como guardias nacionales;

Establecer un control popular de todas las medidas tomadas para la defensa;

Preparar desde ahora los puestos de defensa interior, las comunicaciones secretas y todos los ingenios de destrucción susceptibles de ser empleados contra el enemigo, incluso por las mujeres y por los niños, ya que el París republicano está resuelto, antes que a rendirse, a sepultarse bajo sus ruinas.

4º - DEFENSA DE LOS DEPARTAMENTOS[PROVINCIAS]

Decretar el reclutamiento en masa de todos los france-ses sin excepción y la requisa general de todo lo que pue-da servir para la defensa;

Apoyar toda organización que provenga de la inicia- tiva popular y que tenga como finalidad contribuir a la salvación de la República;

Comisionar unos delegados generales para la defensa nacional, encargados de coordinarse con los repu-blicanos de los departamentos, a fin de estimular el celo patriótico de las poblaciones, combatir las maniobras reaccionarias, prevenir la traición, acelerar la marcha de voluntarios en auxilio de París y, si es necesario, morir encabezándolos.

Al presentar estas medidas de urgencia, los abajo firmantes están convencidos de que el Gobierno de la defensa nacional se apresurará a transformarlas en decretos para la salvación de la patria y de la República.

Por el Comité republicano y por delegación de los Comités de distrito:

Los miembros presentes en la reunión del 13 al 14 de septiembre,

G. CASSE.- CH.-L. CHASSIN.- F. CHATÉ.- CHAUSSE.-
COUSIN.- U. CLUSERT.- DEMAY.- CH. DUMONT.-
A. DUPONT.- N. GAILLARD.- G. GENTON.- H. HERNU.-
J. JOHANNARD.- KERN.- LANJALLEY.- LEFRANÇAIS.-
LEVERDAYS.- LONGUET.- LONGAT.- P.A. LUTZ.-
A. LECOT.- E. LÉGER.- G. MALLET.- MAINIER.-
MARCHAND.- MILLIÈRE.- MARCHAL.- MALON.-
F- MANGOLD.- MYARD.- G. MOLLIN.- R. OUDET.-
M. PORTALIER.- J. PÉRIN.- PAGNERRE.- PHILIP.-
PILLION.- PINDY.- RANVIER.- E. ROY.- E. ROULLIER.-
THÉLIDON.- THONNELIER.- TOUSAINT.- E. VAILLANT.-
J. VALLÉS.- VERTET.- M. WOOG.

Foto cartel original: archivesautonomies.org. Traducción: grupgerminal.org en Alejandría proletaria)

 

 

1870-09-26 Federación Revolucionaria de las Comunas. 1ª Comuna de Lyon. Cartel

 

En Lyon, 26 de Septiembre de 1870, se proclamó la Federación Revolucionaria de las Comunas, en la sala de la Rotonde, el Brotteaux, durante una asamblea de unas 6.000 personas Allí se da lectura al cartel rojo, cuyo texto es aprobado por aclamación de la asamblea, y más tarde será pegado por toda la ciudad.

Texto:

República francesa

Federación Revolucionaria de las Comunas

La situación desastrosa en la que se encuentra el País; la
impotencia de los poderes oficiales y la indiferencia de las clases
privilegiadas han puesto a la Nación francesa al borde del
precipicio.

Si el Pueblo organizado revolucionariamente no se apresura a
actuar, su futuro está perdido, la Revolución está perdida, todo
está perdido. Inspirándose en la inmensidad del peligro y
considerando que la acción desesperada del Pueblo no debe ser
retrasada ni un solo instante, los delegados de los Comités
federados de Salvación de Francia, reunidos en el Comité Central,
proponen adoptar de inmediato las siguientes resoluciones:

Artículo 1º .- Habiendo devenida impotente, la máquina
administrativa y gubernamental del Estado queda abolida.

El pueblo de Francia entra en plena posesión de sí mismo.

Art. 2 .- Todos los tribunales criminales y civiles quedan
suspendidos y reemplazados por la justicia del pueblo.

Art. 3 .- Se suspende el pago del impuesto y de las
hipotecas. El impuesto se sustituye por las contribuciones de las
comunas federadas, recayentes en las clases ricas,
proporcionalmente a las necesidades de la salvación de Francia.

Art. 4 .- El Estado, estando abatido, no podrá ya
intervenir en el pago de las deudas privadas.

Art. 5 .- Se anulan todas las organizaciones municipales
existentes y se sustituyen en todas las comunas federadas por Comités
de salvación de Francia, que ejercerán todos los poderes bajo el
control inmediato del Pueblo.

Art. 6 .- Cada comité de capital de departamento enviará
dos delegados para fundar la Convención revolucionaria de Salvación
de Francia.

Art. 7 .- Esta Convención se reunirá inmediatamente en el
Ayuntamiento de Lyon, por ser la segunda ciudad de Francia y la más
cercana a actuar enérgicamente en la defensa del país.

Esta Convención, apoyada por la totalidad del Pueblo, salvará
Francia.

¡¡¡A LAS ARMAS!!!

E.-B. SAIGNES,  RIVIERE,  DEVILLE, BAJON (de Tarare), François FAVRE,
Louis PALIX,  B. PLACET,  BLANC (G),  Ch. BEAUVOIR ,  Albert  RICHARD,
J.  BISCHOFF,    DOUBLE,    H.  BOURRON,     M.  BAKUNIN,     PARRATON,
A. GUILLERMET, COIGNET hijo mayor,P.-J.PULLIAT,  LATOUR,   GUILLO,
SAVIGNY,    J.   GERMAIN,    F.   CHARVET,    A.   BASTELICA   (de Marsella),
DUPIN (de St-Etienne), Narcisse BARRET.

1871-01-06 Declaración delegados de los 20 Distritos de París. [2º Affiche Rouge]. Comuna de París. Cartel

 

Texto:

AL PUEBLO DE PARÍS

Los Delegados de los Veinte Distritos de París

El Gobierno que, el 4 de septiembre, se encargó de la defensa nacional ¿ha cumplido su misión? - ¡No!
Somos 500.000 combatientes ¡y 200.000 Prusianos nos acorralan! ¿De quién es la responsabilidad, si no de los que gobiernan? Solo han pensado en negociar, en vez de fundir cañones y fabricar armas.
Se han negado al reclutamiento en masa.
Han dejado en sus puestos a los bonapartistas y metido en la cárcel a los republicanos.
Sólo se han decidido a actuar contra los Prusianos después de dos meses, tras el 31 de Octubre.
Con su lentitud, su indecisión, su inercia, nos han conducido hasta el borde del abismo: no han sabido ni administrar ni combatir, a pesar de que tenían entre sus manos todos los recursos, los alimentos y los hombres.
No han sabido comprender que, en una ciudad sitiada, todo lo que sostiene la lucha para salvar la patria posee un derecho igual a recibir de ella la subsistencia; no han previsto nada: donde debería haber abundancia, ellos han provocado la miseria; la gente muere de frío, ya casi de hambre: las mujeres sufren; los niños languidecen y fenecen.
La dirección militar es más deplorable todavía: salidas sin objeto; luchas mortíferas, sin resultados; fracasos repetidos, que podrían desmoralizar a los más bravos; París bombardeado. -- El Gobierno ha mostrado su talla; nos mata.- La Salvación de París exige una decisión rápida. - El Gobierno sólo responde con amenazas a los reproches de la opinión pública. Declara que mantendrá el ORDEN, - como Bonaparte ante Sedan.
Si los hombres del Ayuntamiento tienen todavía algo de patriotismo, su deber es retirarse, dejar que el pueblo de París tome en sus manos la tarea de su liberación. La Municipalidad o la Comuna, como quiera llamársele, es la única salvación del pueblo, su único recurso contra la muerte.
Toda incorporación o intromisión del poder actual sólo sería una chapuza, que perpetuaría los mismos errores, los mismos desatres.  La continuación de este régimen es la capitulación, y Metz y Ruan nos enseñan que la capitulación no es solo todavía y siempre la hambruna, sino la ruina y la vergüencia. Es el ejército y la Guardia nacional transportados prisioneros a Alemania y desfilando en las ciudades entre los insultos del extranjero; el comercio destruido, la industria muerta, las contribuciones de guerra aplastando París: esto es lo que nos prepara la impericia o la traición.
El Gran Pueblo del 89, que destruyó las Bastillas y derrocó los tronos ¿esperará, en una desesperación inerte, que el frío y la hambruna hayan helado en su corazón, cuyos latidos cuenta el enemigo, su última gota de sangre? - ¡No!
La población de París no querrá jamás aceptar estas miserias y esta vergüenza. Sabe que todavía está a tiempo, que unas medidas decisivas pueden permitir a los trabajadores vivir, a todos combatir.
Requisa general,  Racionamiento gratuito,
Ataque en masa.
La política, la estrategia, la administración del 4 de sep-tiembre, continuidad de las del Imperio, están bajo juicio.
¡PASO AL PUEBLO! ¡ PASO A LA COMUNA!
Los Delegados de los Veinte Distritos de París


[Firmas ilegibles]

Foto cartel original: Archivesautonomies.org

 

 

1871-03-04 Declaración Guardia Nacional Comuna de París. Cartel

 

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD, IGUALDAD, FRATERNIDAD

COMITÉ CENTRAL DE LA GUARDIA NACIONAL 

El Comité central de la Guardia nacional, nombrado en una asamblea general de delegados representantes de más de 200 batallones, tiene por misión constituir la federación republicana de la Guardia nacional, para que esté organizada de manera que pueda proteger al país mejor de lo que han podido hacerlo los ejércitos permanentes, y para defender, por todos los medios posibles, la República amenazada.
El Comité central no es un Comité anónimo: es la reunión de mandatarios, de hombres libres que conocen sus deberes, que afirman sus derechos, y quieren fundar la solidaridad entre todos los miembros de la Guardia nacional.
[El Comité central] protesta, por tanto, contra todas las imputaciones que pretenden desnaturalizar la expresión de su programa para entorpecer su realización. Sus actos siempre han estado firmados; sólo han tenido un móvil: la defensa de París. Rechaza con desprecio las calumnias que pretenden acusarlo de incitación al pillaje de armas y municiones y a la guerra civil.
La expiración del armisticio, sobre cuya prolongación calló el Diario oficial del 26 de debrero, había excitado la emoción legítima de todo París. El reinicio de las hostilidades significaba, en efecto, la invasión, la ocupación y todas las calamidades que sufren las ciudades conquistadas.

También la fiebre patriótica que, en una noche, sublevó y levantó en armas a toda la Guardia nacional, no fue más que el resultado de la influencia de una comisión provisional nombrada para la elaboración de los estatutos: fue la expresión real de la emoción sentida por la población.

Cuando el tratado relativo a la ocupación fue oficialmente conocido, el Comité central, mediante una declaración publicada con carteles por París, animó a los ciudadanos a asegurar con su ayuda enérgica la estricta ejecución de este tratado.
La Guardia nacional retomaba el derecho y el deber de proteger, de defender, sus hogares amenazados. Rebelada en bloque, espontáneamente, ella sola, con su actitud, ha sabido hacer de la ocupación prusiana una humillación para el vencedor.  

¡VIVA LA REPÚBLICA!

París, 4 de marzo de 1871

Arnold. Fleury. Matté. 

Jules Bergeret. Frontier. Muttin.

Bouit. Gastaud. Ostyn.

Castioni. Henry Fortuné. Piconel.

Chauvière. Lacord. Pindy.

Chouteau. Lagarde. Prudhomme.

Courty. Lavalette. Varlin.

Dutil. Maljournal. Henry Verlet

Viard.

------------------

Foto cartel original: BDIC

 

 

 

1871-03-20 Control telegrafía. Comuna de París. Cartel

 

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD

COMITÉ CENTRAL

Ciudadanos:

Al dejar París, el poder que acaba de derrumbarse bajo el desprecio
popular ha paralizado, ha desorganizado todos los servicios publicos.

Una circular ha ordenado a todos sus empleados que vayan a Versalles.

La telegrafía, ese servicio público útil entre los que más en estos
momentos de crisis suprema, de renovación, no ha sido olvidada en este
complot monárquico. Todos los servicios, todas las comunicaciones con
las provincias están interrumpidos. Se nos quiere traicionar. Todos los
empleados superiores y muchos subalternos están ya en Versalles.

Señalamos al Pueblo de París este proceder criminal. Es una nueva trampa penosa en este gran proceso entre Pueblos y reyes.

Mientras tanto y para consagrar en su totalidad a la obra del momento
las fuerzas que nos quedan, suspendemos, el servicio telegráfico
privado en París.

El Director general,

J. Lucien COMBATZ

El Director general de telégrafos queda autorizado para suprimir hasta nueva orden la telegrafía privada en París.

París, 20 de marzo de 1871
Por el Comité:

L. BOURSIER, GOUHIER, E. MOREAU

Foto cartel original: BDIC

1871-03-23 Proclamación 2ª Comuna de Lyon. Cartel

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

COMUNA DE LYON 

El Comité democrático de la Guardia nacional del Ródano,

El Comité central democrático de la Alianza republicana del Ródano, a los Lyoneses.

¡CIUDADANOS!

La Comuna acaba de ser proclamada desde lo alto del balcón del Ayuntamiento, con los aplausos frenéticos de toda la población.
Nuestra ciudad, que el 4 de septiembre fue la primera en proclamar la República, no podía tardar en imitar a París.
Honor a esta enérgica y valiente población lyonesa.
Acaba de tomar parte en el restablecimiento de la libertad y de la verdadera República.
Acaba de tomar el mando de sus intereses, demasiado largo tiempo absorbidos por el Poder central.
Con la Comuna, Ciudadanos, tendremos un poder único, que concentrará en sus manos la Fuerza armada y la Policía municipal.
Con la Comuna, los impuestos se aligerarán, el dinero público ya no será despilfarrado, se crearán y pondrán en funcionamiento instituciones sociales, esperadas con una legítima impaciencia por los trabajadores.
¡Ciudadanos, para nuestra Ciudad comienza una nueva era!
¡Cuántos sufrimientos y miserias serán aliviados en la espera de que desaparezca la odiosa plaga social llamada Pauperismo!
Que los habitantes se mantengan en calma y dignos en su victoria; que tengan confianza, y pronto el orden y la prosperidad ya no serán palabras vanas.
Demostremos con nuestra actitud a los enemigos de la verdadera libertad que el Pueblo no confunde jamás esta sublime institución llamada COMUNA con los excesos de los que se le acusa con gusto.
Pronto nuestros propios detractores se verán obligados a reconocer que el Pueblo es digno de ser gobernado por las instituciones republicanas.
Estemos unidos y mantengámonos armados para sostener la República una e indivisible.

¡VIVA  LA  COMUNA!    ¡VIVA  LA  REPÚBLICA!

Por el Comité de la Guardia nacional:
LACONDAMINE, MALARD, JERRICARD, A. DELMAS, FRANQUET.
Por el Comité democrático de la Alianza republicana:
BRUN, ROLAND, presidentes; GOUTORBE, CHAPITET, secretarios

 

Foto cartel original: BDIC

1871-03-24 La AIT sobre las elecciones a la Comuna. Cartel

  

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

Libertad. Igualdad. Fraternidad.

Asociación Internacional de los trabajadores

Consejo Federal de las secciones parisinas

Cámara Federal de las Sociedades Obreras

TRABAJADORES,
Una larga sucesión de reveses, una catástrofe que parece que arrastrará nuestro país a la ruina completa, tal es el balance de la situación creada en Francia por los gobiernos de la han dominado.
¿Hemos perdido las cualidades necesarias para reponernos de esta degradación? ¿Estamos tan degenerados, hasta el punto de sufrir con resignación el despotismo hipócrita de los que nos han entregado al extranjero, y de no reencontrar energía más que para entregar nuestra ruina irremediable en la guerra civil?
Los últimos acontecimientos han demostrado la fuerza del pueblo de París y nosotros estamos convencidos de que un acuerdo fraternal demostrará pronto su sabiduría.
Ahora ya el principio de autoridad es impotente para restablecer el orden en la calle, para hacer renacer el trabajo en los talleres , y esta impotencia es su negación.
La insolidaridad de los intereses ha creado la ruina general, engendrado la guerra social: a la libertad, a la igualdad, a las solidaridad, es a quienes hay que pedir que se garantice el orden sobre nuevas bases, que se reorganize el trabajo, que es su primera condición.

TRABAJADORES,
La revolución comunal afirma estos principios y aparta toda causa de conflicto en el futuro. ¿Vais a dudar en darle vuestro apoyo definitivo?
La independencia de la comuna es la prueba de un contrato cuyas cláusulas libremente debatidas harán cesar el antagonismo de las clases y asegurarán la igualdad social.
Nosotros hemos reivindicado la emancipación de los trabajadores y la delegación comunal es la garantía de ello, porque debe proporcionar a cada ciudadano los medios de defender sus derechos, de controlar de una manera eficaz los actos de sus mandatarios encargados de la gestión de sus intereses, y de determinar la aplicación progresiva de las reformas sociales.
La autonomía de cada comuna retira todo carácter opresivo a sus reivindicaciones y afianza a la República en su más alta expresión.

TRABAJADORES,
Hemos combatido, hemos aprendido a sufrir por nuestros principios igualitarios, no podemos retroceder cuando podemos ayudar a poner la primera piedra del edificio social.
¿Qué hemos reivindicado?
La organización del Crédito, del Cambio, de la Asociación de manera que se garantice al Trabajador el valor integral de su trabajo;
La enseñanza gratuita, laica e integral;
El derecho de Reunión y de Asociación, la libertad absoluta de prensa, la del ciudadano;
La organización desde el punto de vista municipal de los servicios de policía, de fuerza armada, de higiene, de estadística, etc.;
Hemos sido engañados por nuestros gobernantes, hemos entrado en su juego, mientras que ellos acariciaban y reprimían alternativamente las facciones cuyo antagonismo aseguraba su existencia.
Hoy el pueblo de París es clarividente, rehúsa este papel de niño dirigido por el preceptor, y en las elecciones municipales, producto de un movimiento del que él mismo es el autor, se acordará de que el principio que preside la organización de un grupo, de una asociación, es el mismo que debe gobernar la sociedad entera, y de la misma manera que rechazaría cualquier administrador o presidente impuesto por un poder exterior, rechazará todo alcalde, todo prefecto impuestos por un gobierno extraño a sus aspiraciones.
[El pueblo de París] afirmará su derecho superior al voto de una Asamblea, a ser el amo en su ciudad y de constituir como le convenga su representación municipal sin pretenderla imponer a los otros.
El domingo, 26 de marzo, estamos convencidos de ello, el pueblo de París sentirá como un honor votar para  la Comuna.                  

Los Delegados presentes en la Sesión de noche del 23 de marzo de 1871:

Consejo federal de las secciones parisinas de la Asociación internacional:                      Cámara federal de las Sociedades obreras:

AUBRY (Federación..) LEO FRANKEL                                          CAMÉLINAT        LAZARE LEVY

BOUDET                        H. GOULLÉ                                   DESCAMPS        PINDY

CHAUDESAIGUES    LAUREAU                                                                                                           EVETTE              EUGÈNE POTTIER

COIFÉ                            LIMOUSIN                                 GALAND             ROUVEYROLES

V. DEMAY                     MARTIN LÉON                                 HAMET                SPOËTLES

A. DUCHÊNE               NOSTAG                                           JANCE                 A, THEISZ

DUPUIS                         CH. ROCHAT                                 J. LALLEMAND   VERY

 

Foto cartel origina: BDIC

1871-03-29 Abolición ejército. Guardia Nacional, pueblo en armas. Comuna de París. Cartel

 

 

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD

COMUNA DE PARÍS

La Comuna de Paris DECRETA:

1º Se abole la conscripción;
2º No podrá ser creada o introducida en París ninguna fuerza militar distinta de la guardia nacional;
3º Todos los ciudadanos válidos forman parte de la guardia nacional.

Ayuntamaiento, 29 de marzo de 1871                       
LA COMUNA DE PARÍS.

Foto cartel original : BDIC

1871-03-30 a 1871-05-18 Asistencia social. Comuna de París. Cartel

Texto:

República francesa

Libertad, Igualdad, Fraternidad

COMUNA DE PARÍS

XIIº DISTRITO

Los Miembros de la Comuna que componen la Municipalidad del XIIº Distrito:
Considerando que, en virtud del mandato que los Electores les han
conferido libremente, les es impuesto el deber más estricto de velar por
los intereses del pueblo.
Visto que cada día se dirigen innumerables solicitudes de ayuda a
la Municipalidad, que se apresura a actuar con justicia de acuerdo con
los recursos del Presupuesto;
Que, sin embargo, se dan innobles y bajas especulaciones por parte
de personas a las cuales se les han atribuido ayudas liberalmente,
mientras que muchas miserias, que es una vergüenza que se produzcan,
restan ignoradas;
      RESUELVEN:
Art. 1º . - Se convoca a los ciudadanos de buena voluntad.
Art. 2º . - Queda constituido desde este momento un Comité de
REPUBLICANOS DEL XXIIº DISTRITO, cuya misión será investigar todas las
miserias ocultas y hacer un informe a los miembros de la Comuna abajo
firmantes, quienes se apresurarán a aliviarlas inmediatamente.
Art. 3 . - Los ciudadanos que componen el citado Comité quedan bajo
la protección directa de la Comuna y de la Guardia Nacional.


Los miembros de la Comuna, por el XIIº Distrito,


    GÉRESME, LONCLAS, PHILIPPE,THEISZ
Se reciben inscripciones a partir del 26 del corriente, en la Alcaldía de XIIº Distrito

Fuente imagen cartel original: CNT España en BDIC

 

1871-03-30 a 1871-05-18 Enseñanza laica, pública y gratuita. Comuna de París. Cartel

Texto:

SEGUNDO DISTRITO

AVISO 

Los Hermanos y las Hermanas de las Escuelas Cristianas han abandonado sus puestos.
SE CONVOCA a todos los Profesores Laicos, para que se presenten en la Alcaldía, Oficina del Secretariado General.
Esperamos que esta laguna sea pronto subsanada, y que todos reconocerán que nunca se nos ha ofrecido una ocasión más solemne para inaugurar definitivamente la instrucción LAICA, GRATUITA Y OBLIGATORIA.
¡ La ignorancia y la injusticia dejan sitio a partir de ahora a la Luz y al Derecho!
¡VIVA LA COMUNA!
¡VIVA LA REPÚBLICA!

 

 

Fuente imagen cartel original: CNT España en BDIC

 

1871-03-30 a 1871-05-18 Enseñanza laica. Comuna de París. Cartel

Texto:


República francesa

Libertad Igualdad Fraternidad

Casa Comunal

del XXº Distrito

ENSEÑANZA LAICA


Los dogmas autodenominados religiosos son un obstáculo al progreso.

Opuestos a la ciencia natural y positiva, tienden a distorsionar las inteligencias.

Su moral completamente arbitraria es hostil a los principios soberanos de justicia y de solidaridad.

Han consagrado todos los privilegios y han validado todas las servidumbres.

La guerra, execrable como nunca, que acaba de ensangrentar a Francia y de escandalizar a la civilización, se ha hecho entre dos ejércitos cuyos jefes tenían por divisa: Religión, Orden, Familia, Propiedad.

La esclavitud producida por el individualismo es la causa única de la debilidad de los padres de familia que dejan transmitir a sus hijos dogmas que ellos mismos menosprecian.

De ahí que haya una tolerancia criminal en la enseñanza pública, que debe proteger su dignidad.

La hipocresía ha penetrado tan profundamente el cuerpo social que, en la lucha entablada contra el privilegio, los escritos llamados liberales, incrédulos pero reaccionarios, toman cuando lo necesitan tintes devotos.

La mentira por un lado y la superstición por el otro amenazan a la República en su cuna.

Hay peligro en casa.

A estos efectos,

La Comisión Comunal propone a la autoridad del XXº Distrito las disposiciones siguientes:

1º Se libera a la enseñanza pública de todo lo que es contrario a su sinceridad, su lealtad, su veracidad.

2º En nombre de la libertad de conciencia inaugurada por la revolución y aislada sin cesar por las autoridades religiosas, la enseñanza religiosa queda excluida de la enseñanza pública.

3º Los hechos y los principios científicos serán enseñados sin ninguna concesión hipócrita hecha a los dogmas que la razón condena y que la ciencia repudia.

4º la enseñanza pública de la moral no procede de ninguna otra autoridad que la de la ciencia humana.

5º La autoridad municipal tomará las medidas necesarias para la ejecución de los principios arriba expuestos.

Se ruega a los profesores y profesoras que estén de acuerdo con este programa que se presenten en la Casa comunal para inscribirse.

 

 

Los Miembros de la Comisión Comunal,

TAILLADE, LALOGE, COUTURIER, GUILLEMIN, MARTY & DANGERS

 

Los Miembros de la Comuna,

RANVIER, VIARD, TRINQUET.


Fuente imagen cartel original: CNT España en BDIC

 

 

 

1871-03-30 a 1871-05-18 Pensiones viudas y huérfanos Guardia Nacional. Comuna de París. Cartel

 

Texto:

República francesa. -- Libertad, Igualdad, Fraternidad

COMUNA DE PARÍS

GUARDIA NACIONAL DEL Xº DISTRITO

AVISO

La Comisión de investigación para las Viudas y Huérfanos de los heridos y
desaparecidos que tienen derecho a pensión, en virtud del decreto de la
Comuna del 10 de abril de 1871, informa de que se ha constituido el
Despacho en la Alcaldía del Xº Distrito, al fondo del patio, a la
derecha, de nueve a once horas de la mañana y de dos a cinco de la
tarde.

Hay que proveerse de todos los documentos necesarios para probar la identidad.
El Secretario de la Comisión.

TH.  PAULIN

Foto del cartel original: BDIC

 

 

1871-03-30 a 1871-05-18 Sobre la prostitución. Comuna de París. Cartel

 

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD

SOLIDARIDAD

DELEGACIÓN COMUNAL DEL 2º DISTRITO

Considerando que la Sociedad es reponsable y solidaria de los desórdenes engendrados por la prostitución;

Que en efecto, la falta de instrucción y de trabajo, causa
general de la pérdida de tantas mujeres, es sin ninguna duda
imputable a un mecanismo social esencialmente perverso.

Que, a partir de ahora, la Sociedad nueva, resultado de la
Revolución comunal, debe perseguir la sanación de todas las plagas
del pasado monárquico;

Que la organización inteligente del trabajo de las mujeres
es el único remedio a la prostitución;

Que esta organización está en vías de formación:

Que, sin embargo, y a pesar del sentimiento de legítima
piedad que puede inspirar la situación de las víctimas
inconscientes de la prostitución, es importante preservar para el
presente la pureza de la joven generación y ahorrarle el
espectáculo del vicio desplegado en la vía pública;

 

La Delegación comunal del 2º Distrito resuelve:

ARTÍCULO 1º. La circulación por la via publica de las
mujeres libradas a la prostitución está absolutamente prohibida en
toda la extensión del 2º Distrito.

Art. 2. Toda mujer que contravenga esta disposición será
inmediatamente arrestada.

Art. 3. La Guardia Nacional queda encargada de la ejecución
estricta de la presente Resolución.

 

LA DELEGACIÓN COMUNAL DEL 2º
DISTRITO:

 



EUGÈNE POTTIER
, A. SERRAILLIER,

JACQUES DURAND, J. JOHANNARD.

 

Foto cartel original: BDIC

1871-04-00 Registro de trabajadores, necesidades y oferta de producción. Comuna de París. Cartel

 

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD

COMUNA DE PARÍS

COMISIÓN DE TRABAJO Y CAMBIO

ARTÍCULO PRIMERO
Se ha abierto en todas las alcaldías un registro en donde se insta
al trabajador que se inscriba: por un lado su profesión, por el otro,
sus necesidades y lo que ofrece de trabajo a cambio.

ART. 2
Se ha abierto igualmente en las alcaldías un registro en el que las
compañías, los empresarios de todo tipo, los industriales, los
fabricantes, los hombres de negocios, etc., deben indicar, por medio de
un pliego de condiciones explicativo, la naturaleza y los beneficios
sociales del trabajo que están en condiciones de ofertar.

ART. 3.
Se requiere a los administradores de cada alcaldía de París para que
pongan inmediatamente a disposición de los interesados los locales, los
registros y el personal necesario para la ejecución del presente
decreto.

ART. 4.
Se invita a los interesados a reunirse y nombrar en sus distritos
repectivos una sub-comisión, que se vinculará con la Comisión de Trabajo
y Cambio, nombrada por la Comuna, y que decidirá con ella las
resoluciones a tomar.

Los miembros de la Comisión de Trabajo y Cambio.

B. MALON,  L. FRANKELAVRIAL,  E. PUGET,  L. GÉRARDIN.

 

Foto cartel origina: BDIC

 

1871-04-03 Separación Iglesia-Estado. Comuna de París. Cartel

 

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD

COMUNA DE PARÍS

 

LA COMUNA DE PARÍS,


Considerando que el primero de los principios de la República francesa es la libertad;
Considerando que la libertad de conciencia es la primera de las libertades;
Considerando que la financiación pública a las religiones es
contraria a aquél principio, ya que se impone a los ciudadanos contra su
propias creencias;
Considerando, de hecho, que el clero ha sido cómplice de los crímenes de la monarquía contra la libertad;

DECRETA:

Art. 1º. Se separa la Iglesia del Estado.

Art. 2 . Se suprime la financiación pública de las religiones.

Art. 3 . Los bienes llamados de manos muertas, per- tenecientes a las
congregaciones religiosas, muebles e inmuebles, son declarados
propiedades nacionales.

Art. 4 . Se iniciará inmediatamente una investigación sobre estos
bienes para constatar su naturaleza y ponerlos a disposición de la
Nación.


LA   COMUNA   DE   PARÍS.

París, 3 de abril de 1871

 

Foto cartel original: BDIC

 

1871-04-05 a 1871-05-20 Comité de Apoyo Mutuo. Comuna de París. Cartel

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD

SOLIDARIDAD

ELECCIONES

para reemplazar la Asistencia Pública y la oficina del 2º Distrito

por un Comité de Apoyo Mutuo 

Ciudadanos:

Se os ruega que os reunáis el Domingo por la mañana, a las 9 horas
en punto, en los locales abajo designados, para conocer los Estatutos
del COMITÉ DE APOYO MUTUO y proceder al nombramiento de 14 Delegados.
Estamos convencidos de que cada uno de vosotros considerará como un
deber asociarse a esta gran reforma social acudiendo a nuestra
convocatoria.

LA DELEGACIÓN COMUNAL DEL 2º DISTRITO:

EUGENE POTTIER, A. SERRAILLIER, JAQUES DURAND, J. JOHANNARD

Foto del cartel original: BDIC . Traducción y montaje: grupgerminal.org

 

 

 

1871-04-07 Comedores municipales. Comuna de París. Cartel

 

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD

COMEDORES MUNICIPALES DEL 8º DISTRITO

LIBERACIÓN DE LA MISERIA POR EL TRABAJO

Se avisa al público de que la Municipalidad del 8º Distrito está
tomando medidas para asegurar la satisfacción de todas las necesidades
urgentes de sus administrados.

La miseria es una plaga que engendra todos los desórdenes.

El trabajo es una riqueza que fecunda todos los buenos sentimientos.

Proporcionar trabajo para todos, tal es el objetivo que nos proponemos.

Abrir simplemente registros de ofertas y demandas, como se hace en
todos sitios, excepto para la colocación de las empleadas domésticas, es
una labor inútil e ilusoria.

Por otra parte, las oficinas de colocación usuales son medios de
tráfico y de especulación, que habría que evitar, utilizando sus
ventajas.

Pero,mientras esperamos la solución al Problema social de la
Organización del trabajo, del que se ocupa la Comuna de París, queremos
satisfacer todas las necesidades urgentes: la subsistencia, la ropa, la
vivienda, y para los niños, la instruc-ción cierta.

Al menos haremos todos los esfuerzos para proveer todo ello lo mejor posible.

Por esa razón, en primer lugar, se han abierto en el 8º Distrito tres
comedores, que substituirán a los de las Cocinas Económicas.

Estos Comedores asegurarán la subsistencia a todos los que estén
obligados a recurrir a ello - a cambio de trabajo que cada cual podrá
hacer, por adelantado o a crédito.

Una simple libreta o cartilla de cuenta corriente será el medio de
funcionamiento de esta nueva Institución: será entregada en la Alcaldía,
a cambio de los carnets actuales, que serán consecuentemente retirados y
anulados.  

La Libreta indicará, para cada titular, el trabajo que se compromete a
aportar a cambio de la cuenta o crédito de alimentos en especie que le
será abierta en los Comedores del Distrito.

En cuanto a las oficinas de colocación, sin suprimir las que existen, se establecerán nuevas - directamente por la Alcaldía.

El Alcalde,

JULES ALLIX.
Miembro de la Comuna de París

París, 7 de abril de 1871

 

Foto del cartel original:  Federacion ibérica de juventudes libertarias  en BDIC. Traducción y montaje: grupgerminal.org

 

1871-04-16 Decreto de los talleres. Actas de la Comuna de París

 

SESIÓN DEL 16 DE ABRIL DE 1871

Actas de la Comuna de París 


4. Decreto sobre la organización de una comisión de trabajo para establecer la estadística de los talleres abandonados 4:

"La Comuna de París,

"Considerando que una cantidad de talleres ha sido abandonada por los que los dirigen para escapar de las obligaciones cívicas, y sin tener en cuenta los intereses de los trabajadores;

"Considerando que por este cobarde abandono numerosos trabajos esenciales para la vida comunal se encuentran interrumpidos y la existencia de los trabajadores comprometida;

"Decreta:

"Se convoca a las cámaras sindicales obreras al efecto de constituir una comisión de trabajo que tenga por finalidad:

"1º Confeccionar una estadística de los talleres abandonados, así como un inventario exacto del estado en el que se encuentran y de los instrumentos de trabajo que contienen;

"2º Presentar un informe que establezca las condiciones prácticas de la pronta puesta en explotación de estos talleres, no ya por los desertores que los han abandonado sino por la asociación cooperativa de los trabajadores que estaban empleados en ellos;

"3º Elaborar un proyecto de constitución de estas sociedades cooperativas obreras;

"4º Constituir una junta arbitral, que deberá decidir, cuando vuelvan dichos patrones, sobre las condiciones de la cesión definitiva de los talleres a las sociedades obreras y sobre la parte de la indemnización que tendrán que pagar las sociedades a los patronos.

"Esta comisión de trabajo deberá dirigir su informe a la Comisión comunal del trabajo y del cambio, quien se encargará de presentar a la Comuna, a la mayor brevedad, el proyecto de decreto que satisfaga los intereses de la Comuna y de los trabajadores."


4. Diario Oficial de la Comuna, 17 de abril. Cf. con el Registro de resoluciones, nº 58: "Notificado a los servicios públicos. A".

 

Foto de la transcripción del acta: archivesautonomies.org.

 

1871-04-19 Declaración al pueblo francés. Comuna de París

 

 

 


 


República francesa

 

 

Nº 170 – Libertad – Igualdad – Fraternidad – Nº 170


Comuna de París

 

Declaración al pueblo francés


En el conflicto doloroso y terrible que impone a París una vez más los horrores del sitio y del bombardeo, que derrama la sangre francesa, que mata a nuestros hermanos, nuestras mujeres, nuestros niños, aplastados bajo los obuses y la metralla, es necesario que la opinión pública no esté dividida, que la conciencia nacional no se enturbie.

Es preciso que París y el País entero sepan cuál es la naturaleza, la razón, el objetivo de la Revolución que está desarrollándose; en fin, es preciso que la responsabilidad de las aflicciones, los sufrimientos y las desgracias de las que somos víctimas recaiga sobre los que, tras haber traicionado a Francia y librado París al extranjero, persiguen con una ciega y cruel obstinación la ruina de la Capital, a fin de enterrar, en el desastre de la República y de la Libertad, el doble testimonio de su traición y de su crimen.

La Comuna tiene el deber de afirmar y de determinar las aspiraciones y los deseos de la población de París; de precisar el carácter del movimiento del 18 de Marzo, incomprendido, desconocido y calumniado por los hombres políticos que residen en Versalles.

Otra vez más, París trabaja y sufre por toda Francia, para la que organiza, mediante sus combates y sacrificios, la regeneración intelectual, moral, administrativa y económica, la gloria y la prosperidad.


¿Qué reclama?


El reconocimiento y la consolidación de la República, la única forma de gobierno compatible con los derechos del Pueblo y el desarrollo regular y libre de la sociedad.

La autonomía absoluta de la Comuna extendida a todas las localidades de Francia, asegurando a a cada una de ellas la integridad de todos sus derechos, y a todo francés el pleno ejercicio de sus facultades y de sus aptitudes, como hombre, ciudadano y trabajador.

La autonomía de la Comuna no tendrá más límites que el derecho a la autonomía igual para todas las otras comunas adherentes al contrato, cuya asociación debe asegurar la Unidad francesa.


Los derechos de la Comuna son:


El voto del presupuesto comunal, ingresos y gastos; la fijación y reparto de los impuestos; la dirección de los servicios locales; la organización de su magistratura, de la policía interior y de la enseñanza; la administración de los bienes que pertenecen a la Comuna.

Escoger por elección o concurso, con la responsabilidad y el derecho permanente de control y revocación, a los magistrados y funcionarios comunales de cualquier tipo.

La garantía absoluta de libertad individual, de libertad de ciencia y libertad de trabajo.

La intervención permanente de los ciudadanos en los asuntos comunales mediante la libre manifestación de sus ideas, la libre defensa de sus intereses: estas manifestaciones garantizadas por la Comuna, la única encargada de supervisar y asegurar el libre y justo ejercicio del derecho de reunión y de publicidad.

La organización de la defensa urbana y de la Guardia Nacional, que elige a sus jefes y es la única que vela por el mantenimiento del orden en la Ciudad.


París no quiere nada más a título de garantías locales, a condición, bien entendido, de encontrar en la gran administración central, delegación de las comunas federadas, la realización y la práctica de los mismos principios.

Pero aprovechando su autonomía y su libertad de acción, París se reserva el derecho a realizar, como crea oportuno, las reformas administrativas y económicas que reclama su población; a crear sus propias instituciones para desarrollar y proteger la enseñanza, la producción, el cambio y el crédito; a universalizar el poder y la propiedad, siguiendo las necesidades del momento, el deseo de los interesados y los datos ofrecidos por la experiencia.

Nuestros enemigos se equivocan o equivocan al país cuando acusan a París de perseguir la destrucción de la Unidad francesa constituida por la Revolución con la aclamación de nuestros padres, que acudieron a la fiesta de la Federación desde todos los puntos de la vieja Francia.

La unidad, tal y como nos ha sido impuesta hasta el día de hoy por el Imperio, la monarquía y el parlamentarismo, no es más que la centralización despótica, falta de inteligencia, arbitraria y onerosa.

La unidad política, tal como la quiere París, es la asociación voluntaria de todas las iniciativas locales, el concurso espontáneo y libre de todas las energías individuales hacia un objetivo común, el bienestar y la seguridad de todos.


La Revolución comunal, iniciada por la iniciativa popular del 18 de Marzo, inaugura una era de política experimental, positiva, científica.

Es el fin del viejo mundo gubernamental y clerical, del militarismo, del funcionarismo, de la explotación, de la especulación, de los monopolios, de los privilegios a los que el proletariado debe su servidumbre y la Patria sus desgracias y sus desastres.

¡Que esta querida y gran Patria, engañada por las mentiras y las calumnias, se tranquilice, pues!

La lucha entablada entre París y Versalles es de las que no pueden terminarse con compromisos ilusorios; el final no puede ser dudoso. La victoria, perseguida con una indomable energía por la Guardia Nacional, será para la idea y el derecho.


Por ello convocamos a Francia.


Advertido que París en armas posee tanta calma como bravura; que sostiene el orden con tanta energía como entusiasmo; que se sacrifica con tanta razón como heroísmo; que se ha armado sólo por abnegación para la libertad y la gloria de todos ¡que Francia haga cesar este sangriento conflicto!

Francia debe desarmar a Versalles con la manifestación solemne de su irresistible voluntad.

Llamada a beneficiarse de nuestras conquistas ¡que se declare solidaria de nuestros esfuerzos! ¡que sea nuestra aliada en este combate que no puede acabar más que con el triunfo de la idea comunal o la ruina de París!

En cuanto a nosotros, ciudadanos de París, tenemos la misión de llevar a cabo la Revolución moderna, la más amplia y más fecunda de todas las que han iluminado la historia.

¡Tenemos el deber de luchar y vencer!


19 de abril de 1871.

La Comuna de París



(Fuente de la imagen y contenido del cartel original en francés Fédération internationale des centres d’études et de documentation libertaires . Traducción al castellano: Alejandría proletaria)

 


1871-04-27 Prohibición sistema multas a los salarios. Comuna de París. Cartel

 

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD 

COMUNA DE PARÍS

LA COMISIÓN EJECUTIVA,

Considerando que ciertas administraciones han puesto en fun-cionamiento el sistema de multas o  retenciones sobre los sueldos y salarios;

Que estas multas son infligidas a menudo bajo los más fútiles pretextos y constituyen una pérdida real para el empleado y el obrero;

Que, en derecho, nada autotoriza estas deducciones arbitrarias y vejatorias;

Que, de hecho, las multas camuflan una disminución del salario en beneficio de los que las imponen;
Que ninguna justicia regular preside este tipo de sanciones, tan inmorales en el fondo como en la forma;

A propuesta de la Comisión del trabajo, de la industria y del cambio,

RESUELVO:

ARTÍCULO PRIMERO. Ninguna administración privada o pública podrá imponer multas o des-cuentos a los empleados o a los obreros, cuyos sueldos, pactados de antemano, deben ser íntegramente pagados.    
Art. 2. Toda infracción a esta disposición será sometida a los tribunales.
Art. 3.  Todas las multas y descuentos infligidos desde el 18 de Marzo, bajo pretexto de sanción, serán restituidos a los que tengan derecho en el plazo de 15 días, a partir de la promulgación del presente decreto.  
París, 27 de abril de 1871.
La Comisión ejecutiva:

Jules ANDRIEU, CLAUSERET, Léo FRANKEL, Paschal GROUSSET, JOURDE, PROTOT, VAILLANT,  VIARD

 

Foto cartel original: BDIC

 

1871-04-28 Suministros gratuitos para los alumnos de las escuelas comunales. Comuna de París. Cartel

 

Texto:

República francesa

Libertad  Igualdad   Fraternidad

Alcaldía del 3er distrito

Suministros gratuitos para los alumnos de las escuelas comunales

Informamos a los padres de los alumnos que frecuentan nuestras escuelas
de que en adelante todos los suministros necesarios para la instrucción
serán entregados gratuitamente por los maestros, quienes los recibirán
de la Alcaldía.  

Los maestros no podrán cobrar los su-ministros a los alumnos bajo ningún pretexto.      
Paris, 28 de abril de 1871.

Los miembros de la Comuna

ANT.   ARNAUD,
DEMAY,
DUPONT,
PINDY.

 

Foto cartel original: Wikimedia Commons

1871-05-00 Casa de los huérfanos. Comuna de París. Cartel

 

Texto:


REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD - IGUALDAD - FRATERNIDAD

COMUNA DE PARÍS

ALCALDÍA DEL 3ER DISTRITO

CASA DE LOS HUÉRFANOS DE LA COMUNA DEL DISTRITO



CIUDADANOS,

Desde el 4 de septiembre, existía en nuestro distrito una clase de desheredados recogidos un poco por todos lados por personas caritativas pero que, por falta de medios y de libertad de acción, no podían darles el bienestar que es debido en su desafortunada situación.

Nos referimos a los huérfanos que se encuentran en la calle del Parc-Royal, 10, cuyo cuidado ha queda-do en manos de la buena voluntad y el patriotismo de los habitantes del 3er Distrito, que han suplido hasta el día de hoy la incuria de la Administración.

Estos niños han estado durante ocho meses en un local poco apropiado para sus necesidades, privados de lo necesario y de los cuidados que se encuentran en una familia.
¡Pues bien! nosotros, Ciudadanos y Ciudadanas, nosotros, "esos bandidos, esos saqueadores", como nos llama la gente de Versalles, en el momento en que hemos entrado en funciones, nos hemos preocupado de la situación de estos huérfanos.

Las religiosas que tenían una escuela en la calle Vieille-du-Temple, 108, huyeron ante la Comuna, por lo que nos hemos adueñado del local que ocupaban, y lo hemos adaptado inmediatamente a su nuevo destino. Anteayer, llevamos cuarenta y siete chicos y chicas a este lugar, donde se les prodigará buenos cuidados, y al mismo tiempo se les dará una educación moral y libre por profesores independientes del establecimiento.

Vosotros, como nosotros, sabéis que la instrucción es incompatible con la administración interior de un orfelinato.

Preocupar a los profesores con cuestiones de cocina y de los cuidados a dar a los niños es rebajar el papel sublime de la educación.

Nosotros, además, no queremos que estos niños se queden aislados del resto de la sociedad, y les daremos compañeros que vendrán como externos a recibir la misma educación que ellos en las mismas clases.

Ciudadanos guardias nacionales, que estáis llamados a la defensa de nuestras libertades, no temáis por el porvenir de vuestros hijos: si caéis, la Comuna los adoptará y nosotros los criaremos en el recuerdo del coraje de sus padres y en el odio de la opresión.

Ciudadanos que habéis recurrido a la asistencia comunal, ganaos la ayuda que os hemos brindado con el trabajo que hagáis para el mantenimiento de nuestros huérfanos.

Y todos vosotros, comerciantes y obreros, participad con nosotros en esta buena obra, que consiste en reemplazar un establecimiento donde florecía la enseñanza clerical ¡por nuestra Casa de los Huérfanos de la Comuna!

Los Miembros de la Comuna,

Ant. ARNAUD, DEMAY, Clovis DUPONT, PINDY.


Los Miembros de la Comuna del 3er distrito


RESUELVEN:

Designar a los ciudadanos BIBAL, Presidente de la Comisión de las escuelas del 3er distrito;

DUBARD,
DEDIOT padre,

Léon JACOB, Secretario general,


como Miembros de la Administración del orfanato comunal, bajo la presidencia de los Miembros de la Comuna del 3er distrito.


Ant. ARNAUD,

DEMAY,
Clovis DUPONT,

PINDY

Foto cartel original: BDIC

 

1871-05-02 Requisa viviendas desocupadas. Comuna de París. Cartel

 

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD

COMUNA DE PARÍS

IVº DISTRITO

RESOLUCIÓN CONCERNIENTE A LOS PROPIETARIOS, PRINCIPALES INGUILINOS Y PORTEROS

Visto el decreto de la Comuna, de fecha 25 de abril de 187, sobre:

Art. 1º -- Se requisan todas las viviendas desocupadas.

El propietario, el inquilino principal o el portero de cada finca del IVº Distrito deberá hacer un informe de las viviendas y pisos abandonados por los inquilinos o vacíos, y enviar este informe del 2 al 5 de mayo de 1871, a la Alcaldía del IVº Distrito, a la oficina de la Comisión comunal.

Recordamos a los interesados que son responsables de sus declaraciones y que, de no obedecer la presente Resolución, serán sujetos de las penas previstas por las leyes.

Hecho en la Alcaldía del IVº Distrito, el 2 de mayo de 1871.

Los miembros de la Comuna elegidos por el IVº Distrito.


AMOUROUX, ARTHUR, ARNOUD, ADOLPHE CLÉMENCE, GÉRARDIN, LEFRANÇAIS.

 

 

Foto del cartel original: U.S.P.F.II. en BDIC. Traducción y montaje: grupgerminal.org

 

1871-05-05 Elección del Comité Central de la Guardia Nacional. Comuna de París. Cartel

 

Texto:


REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD

COMUNA DE PARÍS

FEDERACIÓN DE LA GUARDIA NACIONAL

Los Delegados de compañía componen el Círculo de batallón. Los Delegados de compañías o miembros de Círculos de batallones nombran a los Delegados de batallón que componen el consejo de legión.

El Consejo de legión, a su vez, nombra tres miembros (en cada distrito) que componen el Comité central.
El Consejo de legión está abierto por derecho a los jefes de batallones. El Consejo de legión así formado nombra al jefe de legión.

Es por tanto equivocado lo que se dice que el jefe de legión no era nombrado por los jefes de batallones. Los Estatutos de la Federación son formales en este punto y cualquier otra interpretación es un intento de división.

París, 5 de mayo de 1871


UN GRUPO DE GUARDIAS NACIONALES, GUARDIANES DE LOS DERECHOS DE LA FEDERACIÓN.

 

Foto del cartel original:  U.S.P.F.II en BDIC.

1871-05-06 Manifiesto de la Unión de Mujeres. Comuna de París. Cartel

 

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD

COMUNA DE PARÍS

MANIFIESTO

DEL COMITÉ CENTRAL DE LA UNIÓN DE MUJERES PARA LA DEFENSA DE PARÍS Y LOS CUIDADOS A LOS HERIDOS

En nombre de la Revolución social que aclamamos, en nombre de la reivindicación de los derechos del trabajo, de la igualdad y de la justicia, la Unión de las Mujeres para la defensa de París y los cuidados a los heridos protesta con todas sus fuerzas contra la indigna proclama a las ciudadanas, aparecida y pegada como cartel ayer, proveniente de un grupo anónimo de reaccionarias.

La citada proclama sostiene que las mujeres de París llaman a la generosidad de Versalles y piden la paz a cualquier precio…

¡La generosidad de los cobardes asesinos!

¡Una conciliación entre la libertad y el despotismo, entre el Pueblo y sus verdugos!

¡No, no es la paz, sino la guerra a ultranza lo que las trabajadoras de París están reclamando!

¡Hoy, una conciliación sería una traición! ... Sería renegar de todas las aspiraciones obreras que aclaman la renovación social absoluta, la destrucción de todas las relaciones jurídicas y sociales existentes actualmente, la supresión de todos los privilegios, de todas las explotaciones, la substitución del reino del capital por el del trabajo, en una palabra, ¡la emancipación del trabajador por sí mismo!…

Seis meses de sufrimientos y de traición durante el sitio, seis semanas de lucha gigantesca contra los explotadores coaligados, ríos de sangre derramada por la causa de la libertad ¡son nuestras credenciales de gloria y de venganza!…

La lucha actual no puede tener más resultado que el triunfo de la causa popular... París no retrocederá porque porta la bandera del porvenir. La hora suprema ha llegado... ¡paso a los trabajadores, fuera sus verdugos!…

¡Actos! ¡Energía!

¡El árbol de la libertad crece regado por la sangre de sus enemigos!…

Todas unidas y resueltas, curtidas y esclarecidas por los sufrimientos que las crisis sociales arrastran siempre con ellas, profundamente convencidas de que la Comuna, representante de los principios internacionales y revolucionarios de los pueblos, lleva en ella los gérmenes de la revolución social, las Mujeres de París probarán a Francia y al mundo que ellas también sabrán, en el momento del peligro supremo - en las barricadas, en las murallas de París, si la reacción forzara las puertas- dar como sus hermanos su sangre y su vida  ¡por la defensa y el triunfo de la Comuna, es decir, del Pueblo!
Entonces, victoriosos, en condiciones de unirse y entenderse en base a sus intereses comunes, trabajadores y trabajadoras, todos solidarios, con un último esfuerzo ¡aniquilarán para siempre todo vestigio de explotación y de explotadores!…


¡VIVA LA REPÚBLICA SOCIAL Y UNIVERSAL! …

¡VIVA EL TRABAJO! …

¡VIVA LA COMUNA! …

La Comisión ejecutiva del Comité central,


París, 6 de mayo de 1871

LE MEL
JACQUIER,
LEFEVRE,
LELOUP,
DMITRIEFF.

 

Foto cartel original: BDIC

 

1871-05-07 Convocatoria obreros joyería. Comuna de París. Cartel

 

Texto:


CONVOCATORIA GENERAL

A TODOS LOS OBREROS DE LA JOYERÍA

En el momento en que el Socialismo se afirma con un vigor desconocido hasta ahora, es imposible que nosotros, Obreros de una profesión que ha sufrido en el más alto grado la influencia inmoral del capital y de la explotación, quedemos impasibles al movimiento de emancipación que se difunde bajo un gobierno verdadera y sinceramente liberal.

Por esa razón, hacemos un llamado general a todos los Obreros del Gremio, para examinar juntos la situación que podría planteársenos tras la crisis actual, y tomar todas las medidas necesarias para facilitar la vuelta al trabajo por todos los medios posibles.

Es el deber de todos nosotros prever y combatir los obstáculos que la explotación pueda levantar ante nuestros más preciados intereses, buscando desacreditar una organización futura.
¡Agrupémonos! ¡Escuchémonos! ¡Hagamos todos los esfuerzos para que tras la lucha el trabajo no nos falte.

Los miembros de la Comisión de organización del trabajo,


DURAND, ALBOUZE,MIZERET, PAYEUR, GUINEBERTEAUX,

PAUL HIJO, MARIELLE, BIBE, BARGUERON, BEICHLAAR,

LAMARE, DEMARQ, GIRAD,  CHAMPY.

Reunión de los joyeros, domingo 7 de mayo, a las 2 horas, sala Larcher, calle del Temple, 79.

 

Foto cartel original: CNT España en BDIC

1871-05-09 Almacenes comunales. Comuna de París. Cartel

Texto:


REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD

COMUNA DE PARÍS

CASA COMUNAL DEL XIV DISTRITO

AVISO IMPORTANTE

Los Miembros de la Comuna que representan al XIVº Distrito, informan a sus Conciudadanos de que a partir del 10 de Mayo se abren, en las direcciones señaladas abajo, cuatro Almacenes afectados a la venta de diversos productos alimenticios. Esta medida tiene por objeto impedir radicalmente la especulación y que se repitan los abusos escandalosos que aquélla produjo en la época del sitio, al crear un alza ficticia [ de los precios] en todos los productos de consumo.
Direcciones de los almacenes:

Calle de Vanves, 45. Calle Brézin, 39. Calle Vandamme, 23. Calle de la Tombe-Issoire, 82

París, 9 de Mayo de 1871


El Delegado: POUGET.

Los Miembros de la Comuna: BILLIORAY, MARTELET, DESCAMPS

 

Foto cartel original: CNT España en BDIC

 

 

 

1871-05-18 Llamamiento a las obreras. Comuna de París. Cartel

Texto:


República francesa

Libertad igualdad fraternidad

COMUNA DE PARÍS

Llamamiento a las obreras

 

El Comité central de la Unión de mujeres para la defensa de Paris y los cuidados a los heridos ha sido encargado, por la Comisión del trabajo y del intercambio, de la organización del trabajo de las mujeres de París, y de la constitución de las Cámaras sindicales y federales de las trabajadoras.

En consecuencia, invita a todas las obreras a reunirse, hoy jueves 18 de mayo, en la Bolsa, a las 7 de la tarde, a fin de nombrar delegadas de cada gremio para constituir las Cámaras sindicales que, a su vez, enviarán dos delegadas cada una para la formación de la Cámara federal de las trabajadoras.

Para cualquier información, dirigirse a los Comités de la Unión de mujeres, constituidos y funcionando en todos los distritos.

Sede del Comité central de la Unión: calle Faubourg Saint Martin, en la alcaldía del distrito X.

París, 18 de mayo de 1871

La Comisión ejecutiva del Comité central 

Nathalie LE MEL, Aline JAQUIER, LELOUP, Blanche LEFEVRE, COLLIN, JARRY,

Elisabeth  DIMITRIEFF


Foto cartel original:  Wikipedia Commons

1871-05-20 Cámaras sindicales de las obreras. Comuna de París. Cartel

 

 

Texto:


REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD

COMUNA DE PARÍS

ALCALDÍA DEL IVº DISTRITO

El Comité central de la Unión de las mujeres para la defensa de París y los cuidados de los heridos invita a las obreras de todos los gremios a reunirse, el domingo 21 de mayo, a la 1 de la tarde, en la Alcaldía del IVº distrito, salón de Fiestas, para la constitución definitiva de las Cámaras sindicales y federales de las trabajadoras.


París, 20 de mayo de 1871.

La Comisión ejecutiva del Comité central.


NATHALIE  LE MEL.

JARRY.

ALINE  JACQUIER.

BLANCHE  LEFEVRE.

MARCELINE LELOUP

ADELE GAUVIN.

ÉLISABETH DMITRIEFF.

 

Foto cartel original: BDIC

1871-05-22 ¡A las Armas!. Comité de Salvación Pública. Comuna de París

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD

COMUNA DE PARÍS

COMITÉ DE SALVACIÓN PÚBLICA

AL PUEBLO DE PARÍS

CIUDADANOS,

La puerta de Saint-Cloud, sitiada por los cuatro costados a la vez por el fuego desde Mont-Valérien, la colina Mortemart, Moulineaux y Fort d'Issy, entregados por la traición; la puerta de Saint-Coud ha sido forzada por los Versalleses, que se han extendido sobre una parte del territorio parisiense.

Este revés, lejos de derrumbarnos, debe ser un estimulante enérgico. El Pueblo que destrona a los reyes, que destruye las Bastillas; el Pueblo del 89 y del 93, el Pueblo de la Revolución, no puede perder en un día el fruto de la emancipación del 18 de Marzo.

Parisinos, la lucha emprendida no puede se desertada por nadie; porque es la lucha del futuro contra el pasado, de la Libertad contra el despotismo, de la Igualdad contra el monopolio, de la Fraternidad contra el sometimiento, de la Solidaridad de los pueblos contra el egoísmo de los opresores.

¡A LAS ARMAS!

¡A LAS ARMAS! Que París se cubra de barricadas, y que, tras esas murallas improvisadas, lance de nuevo a sus enemigos su grito de guerra, grito de orgullo, grito de desafío, pero también grito de victoria; porque París, con sus barricadas, es inexpugnable.

Que se levante el pavimento de todas las calles: primero, porque los proyectiles enemigos, cuando caen sobre tierra, son menos peligrosos; después, porque los adoquines, nuevos medios de defensa, deberán ser acumulados, a distancia regular, en los balcones de los pisos superiores de las casas.

Que el París revolucionario, el París de los grandes días, cumpla con su deber; la Comuna y el Comité de Salvación Pública cumplirán con el suyo.


Ayuntamiento, 2 de pradial del año 79.


El Comité de Salvación Pública,
Ant. ARNAUD, E. EUDES, F. GAMBON, G. RANVIER.

 

Foto cartel original: BDIC

 

 

 

1871-05-23 El pueblo de París a los soldados de Versalles. Comuna de París. Cartel

Texto:


República francesa

Libertad Igualdad fraternidad

Comuna de París

El Pueblo de París a los soldados de Versalles

¡La hora del gran combate de los Pueblos contra sus opresores ha llegado!

¡No abandonéis la causa de los Trabajadores!

¡Haced como vuestros hermanos del 18 de marzo!

¡Uníos al Pueblo, del que formáis parte!

¡Dejad que los aristocratas, los privilegiados, los verdugos de la humanidad, se defiendan por sí mismos, y el reino de la Justicia será fácil de establecer!

¡Abandonad vuestras filas!

Entrad en nuestras casas.

Venid con nosotros, con nuestras familias.

Seréis acogidos fraternalmente y con alegría.

El Pueblo de París confía en vuestro patriotismo.

¡VIVA LA REPÚBLICA! 

¡VIVA LA COMUNA!

3 pradial año 79

LA COMUNA DE PARÍS

 

Foto cartel original: Wikimedia Commons

 

1871-05-25 Cuando la consigna es infame. Comuna de París. Cartel

 

Texto:

REPÚBLICA FRANCESA

LIBERTAD IGUALDAD FRATERNIDAD

COMUNA DE PARÍS

FEDERACIÓN REPUBLICANA 

DE LA GUARDIA NACIONAL

COMITÉ CENTRAL

Soldados del ejército de Versalles,

Nosotros somos padres de familia.

Combatimos para impedir que nuestros hijos, un dÍa, se vean sometidos, como vosotros, al despotismo militar.

Vosotros seréis, un día, padres de familia.

Si tiráis contra el Pueblo hoy, vuestros hijos os maldecirán, como nosotros maldecimos a los soldados que desgarraron las entrañas del Pueblo en Junio de 1848 y en Diciembre de 1851.

Hace dos meses, el 18 de Marzo, vuestros hermanos del ejercito de París, con el corazón lacerado contra los cobardes que han vendido a Francia, confraternizaron con el Pueblo: imitadlos.

Sodados, hijos y hermanos nuestros, escuchad bien esto, y que vuestra conciencia decida:

Cuando la consigna es infame, la desobediencia es un deber.

5 pradial año 79.

El Comité Central,

MOREAU, PIAT, B. LACORRE, GEOFFROY, GOUHIER, PRUDHOMME, GAUDIER, FABRE, TIERSONNIER, BONNEFOY, LACORD, TOURNOIS, BAROUD, ROUSSEAU, LAROQUE, MARÉCHAL, BISSON, OUZELOT, BRIN, MARCEAU, LÉVÈQUE, CHOUTEAU, AVOINE hijo, NAVARRE, HUSSON, LAGARDE, AUDOYNAUD, HANSER, SOUDRY, LAVALLETE, CHATEAU, VALATS, PATRIS, FOUGERET, MILLET, BOULLENGER, BOUIT, DUCAMP, GRELIER, DREVET.

Foto cartel original: BDIC

 

 

 

1925 Amédée Dunois. La Commune de Paris. Textos y documentos

En català

 


[En castellano]

[Esperante]

Col·lecció de cartells de les Comunes de París i Lió, amb fotografies dels originals, traduits al català

1870-09-26 Federació Revolucionària de les Comunes. 1ª Comuna de Lyon. Cartell

 A Lió, el 26 de setembre de 1870, es va proclamar la Federació Revolucionària de les Comunes, a la sala de la Rotonde, el Brotteaux, durant una assemblea d'unes 6.000 persones. Allà es dóna lectura al cartell vermell, el text és aprovat per aclamació de l'assemblea, i més tard serà enganxat per tota la ciutat.

Text:

República Francesa

Federación Revolucionaria de las Comunas

 La situació desastrosa en què es troba el País; la impotència dels poders oficials i la indiferència de les classes privilegiades han posat la nació francesa a la vora del precipici.
    Si el Poble organitzat revolucionàriament no s'afanya en actuar, el seu futur està perdut, la Revolució està perduda, tot està perdut. Inspirant-se en la immensitat del perill i considerant que l'acció desesperada del Poble no ha de ser retardada ni un sol instant, els delegats dels comitès federats de Salvació de França, reunits en el Comitè central, proposen adoptar immediatament les resolucions següents:
      Article 1r .- En haver esdevinguda impotent, la màquina administra- tiva i governamental de l'Estat queda abolida.
     El poble de França entra en plena possessió de si mateix.
     Art. 2 .-  Tots els tribunals criminals i civils queden suspesos i reem-  plaçats per la justícia del poble.
     Art. 3 .- Se suspèn el pagament de l'impost i de les hipoteques.  L'im-  post se substitueix per les contribucions de les comunes federades, que cauen a sobre les classes riques, proporcionalment a les necessitats de la salvació de França.
     Art. 4 .-  L'Estat, estant abatut, no podrà ja intervenir en el pagament dels deutes privats.
     Art. 5 .-  S'anul·len totes les organitzacions municipals existents i se   substitueixen en totes les comunes federades per comitès de salvació de França, que exerciran tots els poders sota el control immediat del Poble.
     Art. 6 .- Cada comitè de capital de departament enviarà dos delegats per a fundar la Convenció revolucionària de Salvació de França.
        Art. 7 .-  Aquesta  Convenció es  reunirà immediatament a l'Ajunta-  ment de Lió,  per ser la segona ciutat de França i la més pròxima a actu- ar enèrgicament en la defensa del país.
    Aquesta Convenció, recolzada per la totalitat del Poble, salvarà Fran- ça.
     A LES ARMES!!!     

E.-B. SAIGNES,  RIVIERE,  DEVILLE, BAJON (de Tarare), François FAVRE,
Louis PALIX,  B. PLACET,  BLANC (G),  Ch. BEAUVOIR ,  Albert  RICHARD,
J.  BISCHOFF,    DOUBLE,    H.  BOURRON,     M.  BAKUNIN,     PARRATON,
A. GUILLERMET, COIGNET fill major,P.-J.PULLIAT,  LATOUR,   GUILLO,
SAVIGNY,    J.   GERMAIN,    F.   CHARVET,    A.   BASTELICA   (de Marsella),
DUPIN (de St-Etienne), Narcisse BARRET.

---

Foto cartel original:

 

  





 

 

 

1871-03-20 Control telegrafia. Comuna de París. Cartell

 

REPÚBLICA FRANCESA

LLIBERTAT IGUALTAT FRATERNITAT

COMITÈ CENTRAL

Ciutadans:

En deixar París, el poder que acaba d’enfonsar-se sota el menyspreu popular ha paralitzat i desorganitzat tots els serveis públics.

Una circular ha ordenat tots els seus empleats que marxin a Versalles.

La telegrafia, servei públic dels més útils en aquests moments de crisi suprema, de renovació, no ha estat oblidada en aquest complot monàrquic. Tots els serveis, totes les comunicacions amb les províncies estan interromputs. Se’ns vol trair. Tots els empleats superiors i molts subalterns ja estan en Versalles.

Assenyalem al Poble de París aquest procedir criminal. És una nova trampa penosa en aquest gran procés entre Pobles i reis.

Mentre, i per tal de consagrar en la seva totalitat a l’obra del moment les forces que ens resten, suspenem el servei telegràfic privat a París.

El director general,

J. Lucien COMBATZ

El director general de telègrafs queda autoritzat per a suprimir  fins a nova ordre la telegrafia privada a París.

París, 20 de març de 1871
Pel Comitè:

L. BOURSIER, GOUHIER, E. MOREAU.

 

Foto cartell original:  BDIC

Esperante

 

Afiŝaro de la Pariza kaj Liona Komunumoj tradukita al Esperanto.

 

[En castellano]

[En català]

 

 

 

1870-09-14 Respublika Centra Komitato de la 20 Distriktoj de Parizo. Pariza Komunumo. Afiŝo

 



Respublika Centra Komitato

de nacia defendo

de la dudek distriktoj de Parizo


Afiŝo

[konata kiel Unua «Affiche Rouge»]

Parizo, 14an de septembro 1870


Kolekto Afiŝoj de la Pariza kaj Liona Komunumoj 1870-1871


(Originala bildo de la afiŝo: archivesautonomies.org.

Tradukintaro: Kolektivista Rondo de LPK de Valencio

Aranĝo: grupgerminal.org en Alejandría Proletaria)


FRANCA RESPUBLIKO

LIBERECO, EGALECO, FRATECO



RESPUBLIKA CENTRA KOMITATO

DE NACIA DEFENDO

DE LA DUDEK DISTRIKTOJ DE PARIZO



Civitanoj,

Ekde la 5a de septembro, la tago post la proklamo de la Respubliko, granda nombro da civitanoj jam proponis la starigon de RESPUBLIKA CENTRA KOMITATO, fontanta el la dudek distriktoj de Parizo, celanta la savon de la lando, krom la definitiva fondo de vere respublika reĝimo kun la permanenta partopreno de individua iniciato kaj popola solidareco.


Ekde tiu tago, publikaj renkontiĝoj elektis sian defend- kaj viglad-komitatojn en ĉiu distrikto.

Tuj kiam la plimulto el la distriktoj estos reprezentitaj de kvar delegitoj, la Respublika Centra Komitato ekoperacios.


[La Komitato] prezentis al la Registaro de nacia defendo, unu post alia, la sekvajn rimedojn, aklamitajn en popolaj kunvenoj:



1ª RIMEDOJ DE PUBLIKA SEKURECO


Elimini la policon tiel kiel ĝi estis konstituita sub ĉiuj monarĥiaj registaroj, por servutigi civitanojn kaj ne por protekti ilin;

Lasi ĝin plene en manoj de la elektitaj komunumoj;

Nomumi, en grandaj urboj, en ĉiuj kvartaloj, juĝistojn komisiitajn por zorgi pri publika sekureco sub ilia rekta persona respondeco;


Disigi ĉiujn specialajn korpojn de la malnova centralizita polico tiel, kiel sergents de ville [armitaj policanoj ], agentoj konitaj kiel publika sekureco, gardistoj de Parizo;


Atribui al la nacia gvardio, formita de ĉiuj elektantoj, kaj precipe ĝiaj veteranoj, la taskon de helpi al novaj juĝistoj de la urba polico en la ekzercado de iliiaj funkcioj;


Apliki al ĉiaspecaj juĝistaroj la du principojn de elektado kaj respondeco;
Nuligi ĉiujn limigajn, subpremajn kaj fiskajn leĝojn kontraŭ la rajto skribi, kuniĝi kaj asociiĝi.



2ª NUTRADO KAJ LOĜEJOJ


Eksproprietigi, por kialoj de publika utileco, ĉiujn nutraĵojn aŭ vivnecesaĵojn nuntempe stokitaj en Parizo, en pograndaj aŭ detalistoj vendejoj, garantiante al ili la pagon de la produktoj post la milito, per agnosko de komercaĵoj eksproprietigitaj kaj detaligitaj laŭ prezoj de fakturoj.


Elekti, en ĉiu strato aŭ almenaŭ en ĉiu kvartalo, komisionon taskitan inventari la konsumaĵojn kaj deklari iliajn nunajn posedantojn persone respondecaj antaŭ la urbadministracio;


Distribui la provizojn klasifikitajn laŭ ilia naturo inter ĉiuj loĝantoj de Parizo, per kuponoj donotaj al ili periode en ĉiu distrikto proporcie: 1e laŭ la nombro de personoj formantaj la familio de ĉiu civitano; 2e laŭ la kvanto de konsumaĵoj rimarkitaj por la komitatoj signalitaj supre; 3e laŭ la probabla daŭro de la sieĝo.


La komunumoj devos ankaŭ garantii al ĉiu civitano kaj lia familio nepran loĝadon.



3a DEFENDO DE PARIZO


Tuj elektigi de la movebla gvardio ĉiujn ĉefojn, kiuj devos ĝin konduki al la batalo, dum, kiuj nuntempe ĝin estras, tiujn ĝis nun oni altrudis al ili;


Grupigi kiel eble plej rapide la disajn elementojn de tiu heroa armeo, kiun la perfido de ĝiaj ĉefoj lasis dispremita aŭ dispelita, kaj kiu, organizita por subpremi la landon, ne sufiĉis por ĝin defendi;


Doni, kiel eble plej rapide, long-atingajn armilojn al civitanoj kaj disdoni samtempe la nombron da kartoĉoj kaj milit-pafaĵoj sufiĉan por ke ili povus, okaze de atako, ĝin repuŝi.
Prepari por la zorgoj de la dudek distrikta komitatoj la materialajn rimedojn kaj la organizon de personaro necesa por la aparta defendo de ĉiu kvartalo;


Asigni al diversaj defendaj servoj ĉiujn liberajn lokalojn tiajn, kiaj forlasitaj apartamentoj kaj publika monumentoj;


Uzi por ĉiuj defendaj laboroj loĝantojn kiuj, por ia kialo, ne estus vokataj kontribui kiel naciaj gvardistoj;


Starigi popolan kontrolon de ĉiuj rimedoj prenitaj por la defendo;


Prepari ekde nun la postenojn de interna defendo, sekretajn komunikilojn kaj ĉiujn detruajn maŝinojn, kiuj povus esti uzataj kontraŭ la malamiko, eĉ de virinoj kaj infanoj, ĉar la Respublika Parizo estas rezoluta, prefere ol kapitulaci, enteriĝi sub ĝiaj ruinoj.


4a - DEFENDO DE LA DEPARTEMENTOJN


Dekreti amasan rekrutadon de ĉiuj francoj senescepte kaj ĝeneralan rekvizicion de ĉio, kio povus servi por defendo;


Subteni ĉiun organizon venantan de la popola iniciato kaj celantan kontribui al la savo de la Respubliko;


Komisii ĝeneralajn delegitojn por nacia defendo, ŝarĝitaj sin kunordigi kun la respublikistoj de la departementoj, celante stimuli la patrujeman fervoron de la loĝantaroj, kontraŭbatali la reakciajn manovrojn, antaŭmalhelpi perfidon, akceli marŝon de volontuloj helpe de Parizo kaj, se necese, morti ĉe ilia fronto.


Prezentante tiujn urĝajn rimedojn, la subskribintoj estas konvinkita, ke la Registaro de nacia defendo hastos transformi ilin en dekretoj por la savo de la patrujo kaj la Respubliko.


Nome de la respublikana Komitato kaj delegacie de la distriktaj Komitatoj:


La membroj ĉeestis en la kunveno de 13a ĝis 14a septembro,


G. CASSE.- CH.-L. CHASSIN.- F. CHATÉ.- CHAUSSE.-
COUSIN.- U. CLUSERT.- DEMAY.- CH. DUMONT.-
A. DUPONT.- N. GAILLARD.- G. GENTON.- H. HERNU.-
J. JOHANNARD.- KERN.- LANJALLEY.- LEFRANÇAIS.-
LEVERDAYS.- LONGUET.- LONGAT.- P.A. LUTZ.-
A. LECOT.- E. LÉGER.- G. MALLET.- MAINIER.-
MARCHAND.- MILLIÈRE.- MARCHAL.- MALON.-
F- MANGOLD.- MYARD.- G. MOLLIN.- R. OUDET.-
M. PORTALIER.- J. PÉRIN.- PAGNERRE.- PHILIP.-
PILLION.- PINDY.- RANVIER.- E. ROY.- E. ROULLIER.-
THÉLIDON.- THONNELIER.- TOUSAINT.- E. VAILLANT.-
J. VALLÉS.- VERTET.- M. WOOG.

1870-09-26 Revolucia Federacio de la Komunumoj. 1a Liona Komunumo. Afiŝo.

Teksto:

FRANCA RESPUBLIKO Revolucia Federacio de la KOMUNUMOJ


La katastrofa situacio en kiu la lando troviĝas; la senpoveco de la oficialaj potencoj kaj la indiferenco de la privilegiitaj klasoj enmetis la francan nacion ĉe la rando de la abismo.


Se la popolo revolucie organizita ne rapide agas, sia estonteco estas perdita, la revolucio estas perdita, ĉio estas perdita. Inspirinta de la nemezurebleco de la danĝero kaj konsiderante ke la popola senespera agado ne devus esti prokrastita eĉ momenton, la delegitoj de la federaj komitatoj de Savo de Francujo, kunvenitaj en la Centra Komitato, proponas adopti tuj la jenajn rezoluciojn:


Artikolo 1. La admistra kaj registara maŝino de la ŝtato, kiu senpoviĝis, estas abolita.
La popolo de Francujo akiras plenan posedon de si mem.


Art. 2. Ĉiuj krimaj kaj civilaj tribunaloj estas ĉesitaj kaj anstataŭitaj de la popola justeco.


Art. 3. Impost- kaj hipotek-pagoj estas suspenditaj. La impostoj estas anstataŭitaj per la kontribuoj de la federaj komunoj, elprenitaj el la riĉaj klasoj, proporcie al la bezonoj de la savo de Francujo.


Art. 4. La ŝtato, estinte faligita, ne plu povos partopreni en la pago de privataj ŝuldoj.


Art. 5. Ĉiuj ekzistantaj municipaj organizoj estas nuligitaj kaj anstataŭitaj en ĉiuj federitaj komunumoj per komitatoj de savo de Francujo, kiu ekzercas ĉiujn potencojn sub la tuja kontrolo de la popolo.


Art. 6. Ĉiu komitato de departementa ĉefurbo sendos du delegitojn por fondi la Revolucian Konvencion de Savo de Francujo.


Art. 7. Ĉi Konvencio tuj kunvenigos en la Liona urbodomo, la dua urbo de Francujo kaj la plej disponita al energia agado en defendo de la lando.


Ĉi tiu Konvencio, apogita de la tuta popolo, savos Francujon.


AL LA ARMILOJ !!!


E.-B. SAIGNES,  RIVIERE,  DEVILLE, BAJON (el Tarare), François FAVRE,
Louis PALIX,  B. PLACET,  BLANC (G),  Ch. BEAUVOIR ,  Albert  RICHARD,
J.  BISCHOFF,    DOUBLE,    H.  BOURRON,     M.  BAKUNIN,     PARRATON,
A. GUILLERMET, COIGNET maljunulo, P.-J.PULLIAT,  LATOUR,   GUILLO,
SAVIGNY,    J.   GERMAIN,    F.   CHARVET,    A.   BASTELICA   (el Marsella),
DUPIN (el St-Etienne), Narcisse BARRET.


Originala bildo de la afiŝo: Wikimedia Commons. Posters from the Paris Commune. 

Tradukintaro: Kolektivista Rondo de LPK F. Santacatalina. Aranĝo: grupgerminal.org

 

1871-03-04 Deklaro de la Nacio Gvardio. Afiŝo

 

Centra Komitato de la Nacia Gvardio


Afiŝo

Parizo, la 4an de marto 1871


Kolekto Afiŝoj de la Pariza kaj Liona Komunumoj 1870-1871


(Originala bildo de la afiŝo: BDIC

Tradukintaro: Kolektivista Rondo de LPK de Valencio

Aranĝo: grupgerminal.org en Alejandría Proletaria)


FRANCA RESPUBLIKO

LIBERECO, EGALECO, FRATECO

CENTRA KOMITATO DE LA NACIA GVARDIO

 

 

La Centra Komitato de la nacia Gvardio, nomita en ĝenerala asembleo de delegitoj reprezentantaj pli ol 200 batalionoj, havas komision starigi la respublikan federacion de la nacia Gvardio, por ke ĝi estu organizata tiamaniere, ke ĝi povu protekti la landon pli bone ol la permanentaj armeoj povis fari, kaj por defendi, per ĉiuj eblaj rimedoj, la minacatan Respublikon.


La Centra Komitato ne estas anonima Komitato: ĝi estas la kunveno de mandatuloj, de liberaj homoj, kiuj konas siajn devojn, kiuj asertas siajn rajtojn, kaj volas konstrui la solidarecon inter ĉiuj membroj de la nacia Gvardio.


Ĝi protestas, sekve, kontraŭ ĉiuj la akuzoj serĉantoj distordi la esprimon de sia programo por malhelpi sian realigon. Siaj agoj ĉiam estis subskribitaj; ili havis nur unu motivon: la defendo de Parizo. Ĝi malakceptas kun malestimo la kalumniojn celantajn akuzi ĝin pri instigo al prirabado de armiloj kaj municio kaj al la civila milito.


La finiĝo de la armistico, kies etendo la Oficiala Gazeto de 26an de Februaro silentis, ekscitis la legitiman emocion de Parizo. La rekomenco de malamikecoj signifis, efektive, la invadon, okupadon kaj ĉiujn malfeliĉojn suferatajn de la konkeritaj urboj.


Ankaŭ la patriotisma febro, kiu, en unu nokto, ribeligis la tutan nacian Gvardion, ne estis rezulto de influo de provizora komitato nomumita por ellabori la statutoj: ĝi estis la vera esprimo de la emocio sentita de la loĝantaro.


Kiam la traktato pri la okupo estis oficiale konata, la Centra Komitato, per komunikaĵo publikigita kun afiŝoj en Parizo, kuraĝigis civitanojn sekurigi per sia forta apogo la striktan observigon de tiu traktato.

 

Al la Nacia Gvardio revenis la rajto kaj devo protekti, defendi, iliajn minacitajn hejmojn. Ribelita tuta kompleta, spontanee, ĝi sola, per sia sinteno, ĝi sukcesis fari el la prusa okupado humiligon por la venkinto.


VIVU LA RESPUBLIKO!


Parizo, la 4an de marto 1871


Arnold. Fleury. Matté.

Jules Bergeret. Frontier. Muttin.

Bouit. Gastaud. Ostyn.

Castioni. Henry Fortuné. Piconel.

Chauvière. Lacord. Pindy.

Chouteau. Lagarde. Prudhomme.

Courty. Lavalette. Varlin.

Dutil. Maljournal. Henry Verlet

Viard.

 

1871-03-23 Proklamo de la 2a Liona Komunumo. Afiŝo

 

Al Lionanoj

Proklamo de la Dua Liona Komunumo


La Demokratia Komitato de la Nacia Gvardio de Rodano
La Demokratia Centra Komitato de la Respublika Alianco de Rodano




Afiŝo

Parizo, 23an de marto 1871


Kolekto Afiŝoj de la Pariza kaj Liona Komunumoj 1870-1871


(Originala bildo de la afiŝo: BDIC

Tradukintaro: Kolektivista Rondo de LPK de Valencio

Aranĝo: grupgerminal.org en Alejandría Proletaria)


FRANCA RESPUBLIKA

LIONA KOMUNUMO

La Demokratia Komitato de la Nacia Gvardio de Rodano,


La Demokratia Centra Komitato de la Respublika Alianco de Rodano, al Lionanoj.


CIVITANOJ!


La Komunumo ĵus estas proklamita supre la balkono de la urbodomo, kun la f
reneza aplaŭdo de la tuta loĝantaro.


Nia urbo, kiu la 4an de Septembro estis la unua proklaminta la Respublikon, ne povis malfrui imiti Parizon.


Honoron al ĉi tiu energia kaj kuraĝa liona loĝantaro.


Ĝi ĵus partoprenis en la restarigo de libereco kaj vera Respubliko.


Ĝi ĵus prenis gvidon de siaj interesoj, tro longe sorbitaj de la centra Potenco.


Kun la Komunumo, Civitanoj, ni havos
unikan povon, kiu koncentros en siaj manoj la armitan Forton kaj la urban Policon.


Kun la Komunumo, oni reduktos impostojn, publikan monon ne plu oni malŝparegos, oni kreos kaj funkciigos sociajn instituciojn, esperatajn kun legitima senpacienco de laboristoj.


Civitanoj, oni komencas novan eraon en nia Urbo!
Kiom da suferojn kaj mizerojn oni malpezigos en la espero ke malaperas la malaminda socia plago nom
ata Paŭperismo!

Ke loĝantoj konservu kalmon kaj dignon en sia venko; konfidu, kaj baldaŭ ordo kaj prospero ne estos vanaj vortoj.


Ni demonstru per nia sinteno al la malamikoj de vera libereco, ke la Popolo neniam konfuzas ĉi tiun subliman institucion nomatan KOMUNUMO kun trooj pri kiuj ili ĝin akuzas plezure.

Baldaŭ niaj kontraŭuloj estos devigataj rekoni, ke la Popolo indas esti regata per respublikaj institucioj.
Ni kuniĝu kaj restu armitaj por apogi la Respublikon unikan kaj nedivideblan.


VIVU LA KOMUNUMO! VIVU LA RESPUBLIKO!


De la Komitato de la Nacia Gvardio:

LACONDAMINE, MALARD, JERRICARD, A. DELMAS, FRANQUET.


De la Demokrat ia Komitato de la Respublika Alianco:

BRUN, ROLAND, prezidantoj; GOUTORBE, CHAPITET, sekretarioj

 

 

1871-03-24 Dekaracio de la AIT pri la balotado de la Komunumo

 

Internacia Asocio de Laboristoj (IAL) [AIT / IWA]

Federacia Konsilio de la Parizaj Sekcioj
Federacia Ĉambro de la Laboristaj Socioj



Afiŝo

Parizo, la 24an de marto 1871



Kolekto Afiŝoj de la Pariza kaj Liona Komunumoj 1870-1871

 

Teksto:

 

FRANCA RESPUBLIKO

Libereco Egaleco Frateco

INTERNACIA ASOCIO DE LABORISTOJ

FEDERACIA KONSILIO DE LA PARIZAJ SEKCIOJ

Federacia Ĉambro de la Laboristaj Socioj


LABORISTOJ,


Longa sinsekvo de malsukcesoj, katastrofo kiu ŝajnas konduki nian landon al tuta ruino, tiel estas la bilanco de la situacio kreita en Francio de la registaroj kiuj dominis ĝin.


Ĉu ni perdis kvalitojn necesajn por resaniĝi de ĉi tiu malnobleco? Ĉu ni estas tiom degeneritaj de suferi rezignacie hipokritan despotismon de tiuj, kiuj fordonis nin al eksterlandano, kaj ne retrovi sufiĉe da energion ke por igi niajn neeviteblan ruinon en la civila milito?


Lastaj okazintaĵoj pruvis la forton de la pariza popolo kaj ni estas konvinkitaj, ke frateca interkonsento baldaŭ pruvi lian saĝon.


La principo de aŭtoritato estas nun jam senpova por restaŭri la ordon en la stratoj, por revigligi la verkon en laborejoj, kaj tiu ĉi senpoveco estas ĝia nego.

La ne solidareco de la interesoj estas kreinta la ĝeneralan ruinon, estas generinta la socian militon;oni devas demandi al libereco, egaleco kaj solidareco, ke garantu ordon sur novaj fundamentoj, ke reorganizu la laboron, kiu estas la unua kondiĉo.


LABORISTOJ,

La komunuma revolucio asertas ĉi tiujn principojn kaj forigas ĉiun kaŭzon de konflikto en la estonteco. Ĉu vi hezitos doni vian finan subtenon al ĝi?


La sendependeco de la komunumo estas la pruvo de kontrakto kies klaŭzoj libere debatitaj ĉesos la antagonismo de la klasoj kaj certigos la socian egalecon.


Ni postulis la
emancipacion de laboristoj kaj la komunumaj delegacioj estas ties garantio, ĉar ĝi devas provizi ĉiun civitanon de la rimedoj por defendi siajn rajtojn, por kontroli efike la agojn de siaj komisiitoj ŝarĝitaj de la administrado de siaj interesoj, kaj difini la progreseman aplikon de sociaj reformoj.


La aŭtonomeco de ĉiu komunumo forigas tutan subpremadon al siaj postuloj kaj firmigas la Respublikon en lia plej alta esprimo.


LABORISTOJ,


Ni batalis; ni lernis suferi pro niaj egalecaj principoj; ni ne povas retroiri kiam ni povas helpi meti la unuan ŝtonon de la socia konstruaĵo.


Kion ni estas postulita?


La organizon de la Kredito, de la Ŝanĝo, de la Asocio tial ke ĝi garantu al Laboristo la plenan valoron de lia laboro;


La instruadon senpagan, sekularan kaj integran;


La rajton de Kunveno kaj Asocio, la absolutan gazetaran kaj civitanan liberecon;


La organizon ekde la urba vidpunkto de la servado de polico, armeo, higieno, statistiko, ktp.;


Ni estas trompitaj de niaj regantoj, ni eniris en ilia ludo, dum ili alterne karesis kaj subpremis la frakciojn kies antagonismo certigas ilian ekziston.


Hodiaŭ la popolo de Parizo estas klarvida, ĝi rifuzas tiun rolon kiel infano gvidata de gvidinstruisto, kaj en la urbaj balotoj, kiuj estas la rezulto de movado kies ĝi mem aŭtoras, ĝi memoros ke la principo reganta la organizon de grupo, asocio, estas la sama kiu devas regi la tutan socion, kaj same kial ĝi malakceptus ajnan administron aŭ prezidanton altruditan de ekstera potenco, malakceptos ĉiun urbestron, ĉiun prefekton altruditan de eksterlanda registaro al siaj aspiroj.


[La popolo de Parizo] asertos sian superan rajton de voĉdoni Asembleon, esti mastro en sia urbo kaj formi kiel konvenu al ĝi sian municipan reprezentanton sen intenci altrudi ĝin al aliaj.


Dimanĉe, la 26an marto, ni estas konvinkitaj pri tio, la popola de Parizo sentos honorita voĉdoni por la Komunumo.

La delegitoj ĉeestantaj en la nokta Kunsido de la 23an de marto 1871:


Federacia Konsilio de la parizaj sekcioj de la Internacia Asocio:


AUBRY (Federación..) LEO FRANKEL

BOUDET H. GOULLÉ

CHAUDESAIGUES LAUREAU

COIFÉ LIMOUSIN

V. DEMAY MARTIN LÉON

A. DUCHÊNE NOSTAG

DUPUIS CH. ROCHAT


Federa Ĉambro de la Laboristaj Socioj:

CAMÉLINAT LAZARE LEVY

DESCAMPS PINDY

EVETTE EUGÈNE POTTIER

GALAND ROUVEYROLES

HAMET SPOËTLES

JANCE A, THEISZ

J. LALLEMAND VERY



(Originala bildo de la afiŝo:BDIC

Tradukintaro: Kolektivista Rondo de LPK de Valencio

Aranĝo: grupgerminal.org en Alejandría Proletaria)

 

 

1871-03-29 Abolicio de la armeo. Nacia Gvardio, armita popolo. Pariza Komunumo. Afiŝo

Dekreto pri deviga militservo kaj Nacia Gvardio


Pariza Komunumo

Afiŝo

Parizo, 29an de Marto 1871


Kolekto Afiŝoj de la Pariza kaj Liona Komunumoj 1870-1871


(Originala bildo de la afiŝo: BDIC

Tradukintaro: Kolektivista Rondo de LPK de Valencio

Aranĝo: grupgerminal.org en Alejandría Proletaria

 

FRANCA RESPUBLIKA

LIBERECO EGALECO FRATERCO

PARIZA KOMUNUMO

La Pariza Komunumo DEKRETAS:

1a La deviga militservo estas aboliciita;
2a Nenia milita forto, krom la Nacia Gvardio, povas esti kreota aŭ enigota en Parizon;
3a Ĉiuj kapablaj civitanoj estas parto de la Nacia Gvardio.

Urbodomo, la 29an de marto 1871


LA PARIZA KOMUNUMO.







 

1871-03-30 - 1871-05-18 Pensioj vidvinoj kaj orfoj Nacia Gvardio

 

 


(Originala bildo de la afiŝo: BDIC

Tradukintaro: Kolektivista Rondo de LPK de Valencio.

Aranĝo: grupgerminal.org en Alejandría Proletaria)



Franca Respubliko

Libereco, Egaleco, Frateco

PARIZA KOMUNUMO

NACIA GVARDIO DE LA Xª DISTRIKTO

AVERTO



La Komisiono de enketo por Vidvinoj kaj Orfoj de la vunditaj kaj malaperitaj, ke rajtas pension, sekve de la Komunuma-dekreto de la 10ª de aprilo 1871, informas ke oni starigis la Oficejon ĉe la Urbodomo de la Xª Distrikto, ĉe la fundo de la korto, dekstre, de la naŭa ĝis la dek-unua horo matene kaj de la dua ĝis la kvina posttagmeze.


Oni devas proviziĝi per ĉiuj bezonataj dokumentoj por pruvi la identecon.



La Sekretario de la Komisiono.


TH. PAULIN


1871-03-30 a 1871-05-18 Instruado sekulara, publika kaj senpaga. Pariza Komunumo. Afiŝo



Averto kunvokanta al sekularaj instruistoj. Dua Distrikto



Pariza Komunumo



Afiŝo

Parizo, inter la 30ª de marto kaj la 18ª de majo 1871


Kolekto Afiŝoj de la Pariza kaj Liona Komunumoj 1870-1871


(Originala bildo de la afiŝo: BDIC

Tradukintaro: Kolektivista Rondo de LPK de Valencio

Aranĝo: grupgerminal.org en Alejandría Proletaria)


DUA DISTRIKTO

 

AVERTO



Gefratoj de la Kristana Lernejoj forlasis siajn postenojn.


Oni kunvokas ĉiujn Sekularajn Instruistojn, por sin prezenti ĉe Urbodomon, Oficejon de la Ĝenerala Sekretarieco.


Ni esperas, ke ĉi tiu manko baldaŭ estos riparata kaj ke ĉiuj rekonos, ke neniam oni donis al ni pli solenan okazon inaŭguri definitive la SEKULARAN, SENPAGAN KAJ DEVIGAN instruadon.
Senscio kaj maljusteco cedas sian lokon ekde nun al la Lumo kaj Juro!


VIVU LA KOMUNUMO!

VIVU LA RESPUBLIKO!

 

 

1871-03-30 a 1871-05-18 Malpezigo al kaŝa mizero. Pariza Komunumo. Afiŝo

FRANCA RESPUBLIKO
Libereco, Egaleco, Frateco
Pariza Komunumo
XIIa DISTRIKTO
La Membroj de la Komunumo formantaj la Municipon de la XIIa Distrikto:
Konsiderante, ke pro la mandato, kiun libere la elektintoj estas doninta al ili, oni estas trudinta al ili la plej striktan devon zorgi la popolajn interesojn;
Konsiderante, ke ĉiutage sennombraj helpopetoj estas adresata al la Municipo, kiu hastas por juste agi laŭ la rimedoj de la Buĝeto;
Ke, tamen, fiaj kaj malnoblaj spekuladoj okazas de la flanko de homoj al kiuj malavare estas atribuitaj helpojn, dum multaj mizeroj, kiuj pro honto ne devus okazi, restas ignorataj;
Decidas:
Art. 1. - Oni alvokas la bonvolajn Civitanojn.
Art. 2. - Oni formas de nun Komitaton de Respublikanoj de la XIIª DISTRIKTO, kies misio estos esplori ĉiujn kaŝajn mizerojn kaj fari raporton pri ĝi al la membroj de la Komunumo subskribintaj, kiuj ilin hastos tuj malpezigi.
Art. 3. - La Civitanoj formantaj la menciitan Komisionon estas sub la rekta protekto de la Komunumo kaj la nacia Gvardio.

La Membroj de la Komunumo, de la XIIa Distrikto,

GÉRESME, LONCLAS, PHILIPPE, THEISZ
Oni ricevas enskribojn ekde la 26a de ĉi tiu monato, en la Urbodomo de la XIIa Distrikto.

 

  Originala bildo de la afiŝo : CNT España en BDIC

Tradukintaro: Kolektivista Rondo de LPK F. Santacatalina. Aranĝo: grupgerminal.org

1871-03-30 a 1871-05-18 Sekulara instruado. Pariza Komunumo. Afiŝo

 

Franca Respubliko

Libereco Egaleco Frateco

Komunuma Domo

de la XXa Distrikto

SEKULARA INSTRUADO


La mem deklaritaj religiaj dogmoj estas obstaklo al progreso.

Kontraûe al natura kaj pozitiva scienco, ili emas distordi inteligentecojn.

Ilia tute arbitra moraleco estas malamika al suverenaj principoj de justeco kaj solidareco.

Ili konsekris ĉiujn privilegiojn kaj validigitis ĉiujn servutecojn.

La milito, abomeninda je ĉiam, kiu lastatempe sango-makulis Francion kaj skandalis civilizacion, estas farita inter du armeoj kies gvidantoj havis kiel devizojn: Religion, Ordon, Familion, Propecon.

La sklaveco produktita pro individuismo estas la nura kaŭzo de la malforteco de la familiaj patroj kiu permesas inokuli al ilia gefiloj dogmojn kiujn ili mem malestimas.

Sevas tiun kriminalan toleremon kiu ekzistas en la publika instruado, kiu devas protekti ĝian dignecon.

La hipokriteco penetris tiel profunde en la socia korpo ke en la lukto kontraŭ la privilegio, la nomitaj liberalaj verkaĵoj, nekredanta sed reakcia, prenas laû bezono trajtojn de devoteco.

La mensogo unuflanke, kaj la superstiĉo aliflanke minacas la Respublikon en lia lulilo.

Ekzistas danĝero hejme.


Tiucele,


La Komunuma Komisiono proponas al la estraro de la XXa Distrikto la sekvantajn preskribojn:


1a  Liberigu la publikan instruadon de ĉio kio estas kontraŭa al ĝia sincereco, ĝia lojaleco, ĝia vereco.

2a En nomo de la libereco de konscienco inaŭgurita per la revolucio kaj senĉese izolita per la religiestraro, la religia instruado estu ekskludita de la publika instruado.

3a La faktoj kaj sciencaj principoj estos instruitaj sen  iu hipokrita koncesio farita al la dogmoj, kiujn la racio kondamnas kaj la scienco malagnoskas.

4a La publika moral - instruado ne fontu de ajna alia aŭtoritato ol homa scienco.

5a La urbestraro faros la necesajn paŝojn por apliki la principojn ĉi supre menciitaj.


Ni petas al geinstruistoj, kiuj kunsentas kun tiu ĉi programo sin prezenti en la komunuma Domo por registriĝi.


La Membroj de la komunuma Komisiono

TAILLADE, LALOGE, COUTURIER, GUILLEMIN, MARTY & DANGERS


La Membroj de la Komunumo,

RANVIER VIARD, TRINQUET.

 

1871-04-03 Dekreto pri disigo Eklezio-Ŝtato. Pariza Komunumo. Afiŝo


Dekreto pri disigo Eklezio-Ŝtato

Pariza Komunumo


Afiŝo

Parizo, la 3an de aprilo 1871


Kolekto Afiŝoj de la Pariza kaj Liona Komunumoj 1870-1871


(Originala bildo de la afiŝo: BDIC

Tradukintaro: Kolektivista Rondo de LPK de Valencio

Aranĝo: grupgerminal.org en Alejandría Proletaria)


FRANCA RESPUBLIKO

LIBERECO EGALECO FRATECO

PARIZA KOMUNUMO


LA PARIZA KOMUNUMO,

Konsiderante, ke la unua de la principoj de la Franca Respubliko estas libereco;
Konsiderante, ke konscienco-libereco estas la unua de la liberecoj;
Konsiderante, ke publika financado de religioj estas kontraŭa al tiu principo, ĉar ĝi trudas al civitanoj kontraŭ iliaj propraj kredoj;
Konsiderante, fakte, ke klerikaro estis kunkulpulo en krimoj de la monarkio kontraŭ libereco;

DEKRETAS:

Art. 1ª. La Eklezio estu disigata de la Ŝtato
Art. 2ª. Buĝeto de kultoj estu forigata.
Art. 3ª. Havaĵoj nomitaj de morta mano, apartenantaj al religiaj kongregacioj, moveblaj kaj nemoveblaj, estu deklarataj naciajn proprietaĵojn.
Art. 4ª. Oni tuj faros enketon pri ĉi tiuj havaĵoj por konstati ilian naturon kaj meti ilin al dispozicio de la Nacio.


LA PARIZA KOMUNUMO.

Parizo, la 3an de aprilo 1871





 

1871-04-05 a 1871-05-20 Reciproka subteno komitato. Pariza Komunumo. Afiŝo

FRANCA RESPUBLIKO
LIBERECO EGALECO FRATECO
SOLIDARECO
               

BALOTOJ


POR ANSTATAŬIGI


LA PUBLIKAN HELPON KAJ LA BONFARECAN OFICEJON


DE LA 2a DISTRIKTO


por Komitato de Reciproka Subteno


CIVITANOJ,


Oni petas ke vi kunvenu dimanĉe matene je la 9ª horo precize, en la lokoj sube menciitaj, por koni la


Statutojn de RECIPROKA SUBTENO KOMITATO kaj nomumi ties 14 delegitoj.


Ni estas konvinkitaj, ke ĉiu el vi konsideros kiel devon aliĝi al tiu granda socia reformo, alvenante al nia alvoko.


LA KOMUNUMA DELEGACIO DE LA 2a DISTRIKTO:


EUGÈNE POTTIER, A. SERRAILLIER, JAQUES DURAND, J. JOHANNARD

 

 

1871-04-07 Municipaj kantinoj. Pariza Komunumo. Afiŝo

FRANCA RESPUBLIKO

LIBERECO --- EGALECO --- FRATECO

MUNICIPAJ KANTINOJ DE LA 8ª DISTRIKTO

LIBERIGO DE MIZERO PER LABORO



Oni avertas al publiko, ke la Municipo de la 8ª Distrikto prenas mezurojn por garantii la kontentigon de ĉiuj urĝaj bezonoj de sia administrataro.


Mizero estas plago kaŭzanta ĉiujn malordojn.


La laboro estas trezoro fekundiganta ĉiujn bonajn sentojn.


Havigi laboron por ĉiuj, tia estas nia celo.


Simple malfermi registrejojn pri proponadoj kaj postuladoj, kiel oni faras ĉie, krom la dungo de hejmaj laboristinoj, estas vana kaj iluzia laboro.


Aliflanke, la kutimaj dung-agentejoj estas rimedoj por trafikado kaj spekulado, kiuj indas eviti, uzante ĝiaj avantaĝoj.


Sed dum ni atendas la solvon de la socia Problemo pri labor-organizado, pri kiu la Pariza Komunumo zorgas, ni volas kontentigi ĉiujn urĝajn bezonojn: vivteno, vestaĵo, loĝejo kaj, por infanoj, vera instruado.


Ni klopodos almenaŭ por prizorgi ĉion kiel eble plej bone.


Tial, unue oni malfermis en la 8ª Distrikto tri kantinojn, kiuj anstataŭos tiujn de la Malmultekostaj Kuirejoj.


Tiuj Kantinoj havigos la necesan vivtenon al ĉiuj, kiuj estos devigita uzi ilin – kontraŭ laboro, ke ĉiu povos fari, anticipe aŭ kredite.


Simpla kajero aŭ libreto de kuranta konto estos funkciilo de ĉi tiu nova Institucio: ĝi estos donata ĉe Urbodomo, kontraŭ nunaj kartoj, kiuj sekve estos forigataj kaj nuligataj.


La kajero indikos, por ĉiu tenanto, la laboron, kiun li engaĝiĝas havigi kontraŭ la konto aŭ kredito de manĝaĵoj, ke oni estos malfermata por ili en Distrikto-Kantinoj.


Rilate al dung-agentejoj, sen elimini tiujn, kiuj ekzistas, oni kreos novajn rekte de la Urbodomo.



La Urbestro


JULES ALLIX.


Membro de la Pariza Komunumo

Parizo, la 7an de aprilo 1871


(Originala bildo de la afiŝo: Federacion ibérica de juventudes libertarias en BDIC.

Tradukintaro: Kolektivista Rondo de LPK de Valencio

Aranĝo: grupgerminal.org en Alejandría Proletaria)

 

1871-04-16 Dekreto de laborejoj



Dekreto pri la cedo de forlasitaj laborejoj al laboristaj kooperativaj societoj


Pariza Komunumo


Parizo, la 16an de aprilo 1871


Protokolo publikigita en la Oficiala Ĵurnalo de la Komunumo de la 17ª de aprilo 1871




KUNSIDO DE LA 16ª APRILO 1871


Protokoloj de la Komunumo


4. Dekreto pri organizo de laboranta komisiono por starigi statistikon de forlasitaj laborejoj4:


"La Pariza Komunumo,

"Konsiderante ke kelkaj laborejoj estas forlasita de tiuj kiuj estris ilin, eskapanta de la civitaj devoj kaj ne konsideranta la interesojn de laboristoj;

"Konsiderante ke, pro tiu malkuraĝa forlaso, multaj esencaj laboroj por la komunuma vivo estas interrompita kaj la ekzisto de laboristoj endanĝerigita;

"Dekretas:

"La laboristaj sindikataj ĉambroj estas kunvokataj por formi laborantan komisionon, kiu celas:



"1ª Starigi statitiskon de forlasitaj laborejoj, kaj ankaû precizan inventaron de ties stato kaj de laborilojn kiujn ili enhavas;

 

"2ª Prezenti raporton stariganta la praktikajn kondiĉojn por la frua ekfunkciigo de ĉi tiuj laborejoj, jam ne por la dezertantoj, kiuj forlasis ilin, sed por la kooperativaj societoj de laboristoj, kiuj en ili estis dungitaj.

 

"3ª Ellabori projekton de konstitucio de tiuj kooperativaj societoj de laboristoj;



"4ª Formi arbitracia instanco, kiu devas decidi, kiam revenos la menciitaj mastroj, pri la kondiĉoj de la fina cedo de la laborejoj al laboristaj societoj kaj pri la parto de la kompenso kiun devos pagi la societoj al la mastroj.

 

"Ĉi laboranta komisiono devos adresi sian raporton al la komunuma Komisiono de laboro kaj ŝanĝo, kiu estos demandita de prezenti al la Komunumo, kiel frue, la malnetan dekreton kiu kontentigas la interesojn de la Komunumo kaj la laboristojn."



4
. Oficiala Ĵurnalo de la Komunumo, la 17an de Aprilo. Kp la Registron de decidoj, nº 58: "Sciigita al publikaj servoj. A".

 



(Originala bildo de la transskribo:archivesautonomies.org.

Tradukintaro: Kolektivista Rondo de LPK de Valencio

Aranĝo: grupgerminal.org en Alejandría Proletaria)

 











1871-05-02 Rekvizicio de loĝejoj. Pariza Komunumo. Afiŝo

 

FRANCA RESPUBLIKO
LIBERECO --- EGALECO --- FRATECO

 

PARIZA KOMUNUMO


IVa DISTRIKTO


REZOLUCIO

koncernanta la

proprietulojn, ĉefajn luantojn kaj pordistojn


Vidata la dekreto de la Komunumo, datita la 25an de aprilo 1871, diranta:
Art. 1a  - Ĉiuj malplenaj loĝejoj estas rekviziciitaj.

La
proprietulo, ĉefa luanto aŭ pordisto de ĉiu domo en la IVa Distrikto
devos fari raporton de loĝejoj kaj apartamentoj forlasitaj de la luantoj
aŭ vakaj, kaj sendi tiun raporton de la 2a ĝis la 5a de majo 1871, al
la Urbodomo de la IVa  Distrikto, al la oficejo de la komunuma
Komisiono.


Ni
memorigas al la koncernatoj, ke ili estas respondecaj pri siaj deklaroj
kaj se ili malobeas tiun ĉi rezolucion, oni devos apliki la punojn
antaŭviditaj de la leĝoj.


Verkita ĉe la Urbodomo de la IVa Distrikto, la 2an de majo 1871.

La Membroj de la Komunumo elektitaj de la IVa Distrikto,
AMOUROUX, ARTHUR ARNOULD, ADOLPHE CLÉMANCE, GÉRANDIN, LEFRANÇAIS.


1871-05-22 Al la armiloj. Komitato por Publika Savado. Pariza Komunumo. Afiŝo


Al la Pariza Popolo. Al la Armiloj!


Komitato por Publika Savado. Pariza Komunumo



Afiŝo

Parizo, 22an de majo 1871


Kolekto Afiŝoj de la Pariza kaj Liona Komunumoj 1870-1871


(Originala bildo de la afiŝo: BDIC

Tradukintaro: Kolektivista Rondo de LPK de Valencio

Aranĝo: grupgerminal.org en Alejandría Proletaria)

FRANCA RESPUBLIKA

LIBERECO EGALECO FRATECO

PARIZA KOMUNUMO

KOMITATO POR PUBLIKA SAVADO

AL LA PARIZA POPOLO

CIVITANOJ,

La pordo de Saint-Cloud, sieĝita samtempe de la kvar flankoj, pro la fajro ekde Mont-Valérien, la monteto Mortemart, Moulineaux kaj Fort d'Issy, liveritaj pro la perfideco; la pordo de Saint-Coud estas perfortigita de la Versajlanoj, kiuj estas disvastigintaj sur parto da la pariza teritorio.

Ĉi tiu malvenko, anstataŭ ol faligi nin, devas esti energia stimulilo. La Popolo, kiu
detronigas la reĝojn, kiu detruas la Bastijlojn; la
Popolo de 1789 kaj de 1793, la Popolo de la Revolucio, ne povas perdi en unu tago la fruktojn de la emancipo de la 18a de Marto.

Parizanojn, oni ne povas dizerti la entreprenatan lukton; ĉar ĝi estas la lukto de la estonteco kontraŭ la pasinteco, de la Libereco kontraŭ la despoteco, de la Egaleco kontraŭ la monopolo, de la Frateco kontraŭ la submeto, de la Solidareco kontraŭ la egoismo de la subpremantoj.


AL LA ARMILOJ!

 

AL LA ARMILOJ! Parizo kovriĝu per barikadoj, kaj malantaŭ tiuj improvizitaj muroj ĵetu denove al siaj malamikoj sian milit-krion, fier-krion, defi-krion sed ankaŭ venk-krio; ĉar Parizo, kun siaj barikadoj, estas nekonkerebla.

Leviĝu la pavimo de ĉiuj stratoj: unue ĉar la malamikaj klugoj, kiam falas sur grundon, estas malpli danĝeraj; poste ĉar la pavimeroj, novaj defend-rimedoj, devos esti akumulata, je regula distanco, en balkonoj de superaj etaĝoj de domoj.

La revoluciema Parizo, la Parizo de la grandaj tagoj, plenumu sian devon; la Komunumo kaj la Komitato por Publika Savado plenumos la sian.


En la Urbodomo, 2an prerialo de la jaro 79.

La Komitato por Publika Savado


Ant. ARNAUD, E. EUDES, F. GAMBON, G. RANVIER.


 

1871-05-23 La Pariza Popolo al soldatoj de Versajlo. Pariza Komunumo. Afiŝo


FRANCA RESPUBLIKO

LIBERECO EGALECO FRATECO

PARIZA KOMUNUMO


LA PARIZA POPOLO

Al SOLDATOJ DE VERSAJLO

FRATOJ!
La tempo de la luktego de la Popoloj kontraŭ iliaj subpremantoj alvenis!
Ne forlasu la kaŭzon de la Laboristoj!
Faru kiel viaj fratoj de la 18ª de Marto!
Kunigu al la Popolo, el kiu vi estas parto!

Lasu ke la aristokratoj, privilegiitoj, ekzekutistoj de la homaro sin defendu, kaj la regno de la justeco facile starigos!

Forlasu viajn vicojn!

Venu en niajn hejmojn.

Venu kun ni, ene de niaj familioj.

Vi estos bonvenaj, frate kaj ĝoje.



La Pariza popolo fidas vian patriotismon.

VIVU LA RESPUBLIKO!
VIVU LA KOMUNUMO!


3 prerialo de la ĵaro 79

LA PARIZA KOMUNUMO       

 

Ediciones Espartaco Internacional

 

 

En este apartado de la biblioteca recogemos el conjunto de fondos bibliográficos presentados como Colección Emancipación Proletaria Internacional de la extinguida página de Ediciones Espartaco Internacional http://www.edicionesespartaco.com 

 

Appel, Jan; Gorter, Hermann y otros. Ni parlamento ni sindicatos. ¡Los consejos obreros!

Los comunistas de izquierda en la Revolución alemana (1918-1922)

Bitot, Claude. El comunismo no ha empezado todavía

Título original:
Le communisme n’a pas encore comencé

Bitot, Claude. Investigación sobre el capitalismo llamado triunfante

Título original:
Enquête sur le capitalisme dit triomphant

Dauvé, Gilles y Martin, François. Declive y resurgimiento de la perspectiva comunista

Título original:
Communisme et question russe

Gillamón, Agustín. Barricadas en Barcelona

La CNT de la victoria de Julio de 1936 a la necesaria derrota de Mayo de 1937.

Gorter y Pannekoek. Contra el nacionalismo, contra el imperialismo y la guerra: ¡Revolución proletaria mundial!

Títulos de los textos en versión francesa:
-Lutte de classe et nation
-L’impérialisme, la guerre et la socialdémocratie
-Le développement de la révolution mondial et la tactique
du communisme

Gorter, Hermann. Pannekoek, Anton. El materialismo histórico. Divergencias tácticas en el movimiento obrero

El materialismo histórico explicado a los obreros por Hermann Gorter. Stuttgart, 1913.

Las divergencias tácticas en el movimiento obrero. Anton Pannekoek. Hamburgo, 1909.

Gorter, Korsch y Pannekoek. La izquierda comunista germano-holandesa contra Lenin

Títulos de los textos en versión francesa:
-Au coeur de la conception matérialiste de l’histoire
-Réponse a Lénine
-Lénine philosophe

Marx y Engels. Los nacionalismos contra el proletariado

.

Mett, Ida. La Comuna de Kronstadt

Título original: La Commune de Cronstadt

Olivier, Michel. La izquierda bolchevique y el poder obrero. 1920-1927

Los centralistas democráticos y la Oposición obrera. Textos como prueba.

Sabatier, Guy. Tratado de Brest-Litovsk de 1918. Frenazo a la Revolución

Título original:
TRAITÉ DE BREST-LITOVSK 1918. COUP D’ARRÊT À LA RÉVOLUTION

Trotsky, León. Informe de la delegación siberiana

Seguido de:


Ideología y lucha de clases, por Pierre Guillaume y El “renegado” Kautsky y su discípulo Lenin, por Jean Barrot

Frencia, Cintia y Gaido, Daniel

 

El marxismo y la liberación de las mujeres trabajadoras: de la Internacional de Mujeres Socialistas a la Revolución Rusa

(pdf en Ariadna Ediciones)

 

 

 

Guillamón, Agustín. Selección de obras, textos y artículos.

 

 

 

 

Agustín Guillamón dirige desde 1993 la revista Balance. Ha publicado: Documentación histórica del trotsquismo español (1936-1948) (dir.) (1996). Barricadas en Barcelona (2007, Los Comités de Defensa de la CNT en Barcelona (1933-1938) (2011, cuarta edición corregida y aumentada en 2013), El terror estalinista en Barcelona (1938) (2013), Los Amigos de Durruti. Historia y antología de textos (2013), Correspondencia entre Abel Paz y García Oliver (2016) y Josep Rebull, la vía revolucionaria (2017). Destaca la tetralogía Hambre y violencia en la Barcelona revolucionaria, compuesta por: 1. La revolución de los comités; 2. La guerra del pan; 3. Insurrección (de mayo de 1937) y 4. La represión contra la CNT y los revolucionarios.

Acumula, además, una ingente y calificada cantidad de publicaciones sobre el movimiento obrero dispersas en múltiples revistas, páginas de internet y libros colectivos y en la actualidad colabora con Antonio Gascón en un estudio sobre la Cerdaña durante la guerra civil.

En 1999 lanzó y promovió el manfiesto Combate por la Historia.

 

"El ser precede a la conciencia. Dicho de otra forma, la conciencia es un atributo del ser. Sin una teorización de las experiencias históricas del proletariado no existe teoría revolucionaria, ni avance teórico. Entre la teoría y la práctica puede existir un lapsus de tiempo, más o menos largo, en el que el arma de la crítica se transforma en la crítica de las armas. Cuando un movimiento revolucionario hace su aparición en la historia rompe con todas las teorías muertas, y suena la hora anhelada de la acción revolucionaria, que por sí misma vale más que cualquier texto teórico, porque pone al descubierto sus errores e insuficiencias. Esa experiencia práctica, vivida colectivamente, hace estallar las inútiles barreras y los torpes límites, fijados durante los largos períodos contrarrevolucionarios. Las teorías revolucionarias prueban su validez en el laboratorio histórico." (La revolución de los Comités. Libro 1. Hambre y violencia en la Barcelona Revolucionaria. De junio a diciembre de 1936, Aldarull Edicions y El Grillo Libertario, Barcelona, 2011, página 13)

 

1984-2017 (junio) Publicaciones de Agustín Guillamón

PUBLICACIONES DE AGUSTÍN GUILLAMÓN

(1984 a junio de 2017)

1994. La Agrupación de los Amigos de Durruti (1937-1939)

 

LA AGRUPACIÓN DE LOS AMIGOS DE DURRUTI (1937-1939)

Agustín Guillamón

(Balance, número 3, diciembre de 1994)

 

1996. Documentación histórica del trotskismo español (1936-1948)

DOCUMENTACIÓN HISTÓRICA DEL TROTSQUISMO ESPAÑOL (1936-1948) . De la guerra civil a la ruptura con la IV Internacional

Investigación y recopilación de documentos realizada por el Comité de Documentación histórica sobre el trotskismo español (1936-1948), compuesto por Agustín Guillamón, Paolo Casciola, Eulogio Izquierdo, Javier Chávez y Marco Novarino.

 

  • Con materiales adicionales respecto a la edición de 1996, rescatados de los archivos y cedidos por Agustín Guillamón. 

 

1998. Biografía de Albert Masó ("Albert Vega")

BIOGRAFÍA DE ALBERT MASÓ ("ALBERT VEGA")

Agustín Guillamón

(Balance, nº 5, serie estudios, agosto de 1998)

1999. Combate por la historia

COMBATE POR LA HISTORIA

Julio 1999

Corredactores y promotores: Andy Durgan y Agustín Ghillamón

 

2000. Josep Rebull de 1937 a 1939: la crítica interna a la política del CE del POUM durante la Guerra de España

 JOSEP REBULL DE 1937 A 1939: LA CRÍTICA INTERNA A LA POLÍTICA DEL CE DEL POUM DURANTE LA GUERRA DE ESPAÑA

Agustín Guillamón

Balance. Cuadernos de historia del movimiento obrero, núermo 19 y 20, mayo-octubre de 2000

2001. Tesis de "Balance" sobre la guerra de España y la situación revolucionaria creada el 19 de julio del 36 en Cataluña

TESIS DE BALANCE SOBRE LA GUERRA DE ESPAÑA Y LA SITUACIÓN REVOLUCIONARIA CREADA EL 19 DE JULIO DE 1936 EN CATALUÑA

Agustín Guillamón

(Balance. Cuadernos de historia del movimiento obrero, Nº 21, junio de 2001, Barcelona)

2002. Cartas de Benjamin Péret a André Breton y artículo inédito de B. Péret ("Revolución o contrarrevolución en España")

CARTAS DE BENJAMIN PÉRET A ANDRÉ BRETON Y ARTÍCULO INÉDITO DE B. PÉRET ("REVOLUCIÓN O CONTRARREVOLUCIÓN EN ESPAÑA")

Agustín Guillamón

(Balance nº 22, noviembre de 2002)

2003. El informe de Stepanov sobre el proceso contra el POUM (1938)

EL INFORME STEPANOV SOBRE EL PROCESO CONTRA EL POUM (1938)

Agustín Guillamón

Balance, número 27, abril de 2003

2004. El club de fútbol El Júpiter. EL JÚPITER (Pueblo Nuevo, del 19 de julio de 1936 al Fórum del 2004)

EL CLUB DE FÚTBOL EL JÚPITE. Pueblo Nuevo, del 19 de julio de 1936 al Fórum del 2004.

Agustín Guillamón

2004

2007. Barricadas en Barcelona

Barricadas en Barcelona

2007. Barricades in Barcelona

BARRICADES IN BARCELONA: THE CNT FROM THE VICTORY OF JULY 1936 TO THE NECESSARY DEFEAT OF MAY 1937

Agustín Guillamón

2007. De la revolución rusa de 1917 al totalitarismo estalinista

DE LA REVOLUCIÓN RUSA DE 1917 AL TOTALITARISMO ESTALINISTA

Agustín Guillamón

2007

2007. El bar "La Tranquilidad" y el 19 de julio de 1936 en El Paralelo. Agustín Guillamón

EL BAR "LA TRANQUILIDAD" Y EL 19 DE JULIO DE 1936 EN EL PARALELO

Agustín Guillamón

2007

2007. La izquierda del POUM en Mayo de 1937. Militancia y pensamiento político de Josep Rebull

LA IZQUIERDA DEL POUM EN MAYO DE 1937. MILITANCIA Y PENSAMIENTO POLÍTICO DE JOSEP REBULL

Agustín Guillamón

(7 de mayo de 2009)

2007. Relaciones y correspondencia entre Andrés Nin y Ersilio Ambrogi (1930-1931)

RELACIONES Y CORRESPONDENCIA ENTRE ANDRÉS NIN Y ERSILIO AMBROGI (1930-1931)

Agustín Guillamón

(Balance. Cuadernos de historia del movimiento obrero, número 2, Serie Estudios e Investigaciones, marzo de 1994, corregido y actualizado en octubre de 2007)

2008. De julio del 36 a mayo del 37

DE JULIO DEL 36 A MAYO DEL 37

Agustin GUILLAMÓN

2008

2008. El grupo franco-español de Los Amigos de Durruti

EL GRUPO FRANCO-ESPAÑOL DE LOS AMIGOS DE DURRUTI

Agustín Guillamón

2008

2008. La Izquierda Comunista ("los bordiguistas") en la Guerra de España (1936-1939)

LA IZQUIERDA COMUNISTA ("LOSBORDIGUISTAS") EN LA GUERRA DE ESPAÑA (1936-1939)

Agustín Guillamón

(Balance. Cuaderno de historia, número 1, Serie de Estudios e Investigaciones, noviembre de 1993, corregido y actualizado en febrero de 2008)

2008. La nota del alcalde de Tarrasa a un formulario obsoleto (1919)

LA NOTA DEL ALCALDE DE TARRASA A UN FORMULARIO OBSOLETO (1919)

Agustín Guillamón

2008

2009. Abel Paz (1921-2009): anarquista e historiador

Abel Paz (1921-2009)

ABEL PAZ, ANARQUISTA E HISTORIADOR

Agustín Guillamón

2009

2009. Cinco tesis fundamentales sobre el capitalismo, hoy. Balance número 34

 

 

 

 

CINCO TESIS FUNDAMENTALES SOBRE EL CAPITALISMO HOY

Balance, número 34, Barcelona, noviembre 2009

 

2009. Esbozo biográfico de Juan Breá

ESBOZO BIOGRÁFICO DE JUAN BREÁ

Agustín Guillamón

(Balance, número 34, noviembre de 2009)

2009. Mary Low, poeta, trotskysta y revolucionaria. Agustín Guillamón

MARY LOW, POETA, TROTSKYSTA Y REVOLUCIONARIA

Agustín Guillamón

2009

2010. De los Comités de Defensa a las Milicias Populares

DE LOS COMITÉS DE DEFENSA A LAS MILICIAS POPULARES

Agustín Guillamón

Solidaridad Obrera, número especial centenario CNT, enero de 2010

2010. Qué fue el estalinismo

QUÉ FUE EL ESTALINISMO

Agustín Guillamón

2010

2011. Conclusiones a La revolución de los comités. Hambre y violencia en la Barcelona Revolucionaria. De VI a XII de 1936

CONCLUSIONES a

LA REVOLUCIÓN DE LOS COMITÉS. Hambre y violencia en la Barcelona revolucionaria. De julio a diciembre de 1936

Agustín Guillamón

2012. Tercera España o España de tercera

Tercera España o España de tercera

Agustín Guillamón

(26 junio 2012)

2013. "Els comitès de defensa eren l'exèrcit clandestí de la revolució". Entrevista (completa)

"ELS COMITÈS DE DEFENSA EREN L'EXÈRCIT CLANDESTÍ DE LA REVOLUCIÓ". PARLEM AMB... AGUSTÍ GUILLAMÓN, HISTORIADOR DE LA REVOLUCIÓ PROLETÀRIA DE 1936 A BARCELONA

Agustí Guillamón

Abril de 2013

2013. Ada Martí, 1915-1960

ADA MARTÍ (1915-1960)

Agustín Guillamón

(Catalunya, octubre de 2013)

2013. Audio de la charla y debate sobre comités defensa (Crimental, Gijón, 19 octubre de 2013)

 

Audio de la charla y debate sobre los comités de defensa, celebrada en
el Centro Social Crimental de Gijón (sábado, 19 de octubre de 2013)

Agustín Guillamón

2013. Audio de la entrevista radiofónica de Anábasis, en Radio QK de Oviedo (emisión del 23 octubre 2013)

 

 Audio de la entrevista radiofónica de Anábasis, en Radio QK de Oviedo (emisión del 23 octubre 2013)

Agustín Guillamón

2013. Debate entre Agustín Guillamón y Octavio Alberola

DEBATE ENTRE AGUSTÍN GUILLAMÓN Y OCTAVIO ALBEROLA

(30 de agosto a 22 de octubre de 2013)

Agustín Guillamón:

- Proletariado y clases sociales hoy

- ¿Qué hacer?

- ¿Qué es el proletariado y qué es el Estado?

- El quehacer del ¿qué hacer?

2013. Dibattito sui comitati di difesa della CNT a Barcelona (1933-1938)

DIBATTITO SUI COMITATI DI DIFESA DELLA CNT A BARCELONA (1933-1938): DALLA'ESERCITO CLANDESTINO DELLA RIVOLUZIONES AI COMITATI RIVOLUCIONARI DI QUARTIERE<!--[if gte mso 9]>


<![endif]--><!--[if gte mso 10]>

<![endif]-->

2013. From Defence Cadres to Popular Militias

FROM DEFENCE CADRES TO POPULAR MILITIAS

 

 

 

Agustín Guillamón 

2013. Què és l'Estat? Reflexions sobre la violència política

QUÈ ÉS L'ESTAT? REFLEXIONS SOBRE LA VIOLÈNCIA POLÍTICA

Agustín Guillamón

Publicat en castellà a l'abril de 2013 en la revista Enciclopèdic, nº 38

Versió catalana: desembre de 2015

2013. ¿Nación o clase? Reflexiones sobre el nacionalismo como ideología nociva

¿NACIÓN O CLASE?

Reflexiones sobre el nacionalismo como ideología nociva

Agustín Guillamón

diciembre de 2013

2013. ¿Qué es el Estado? Reflexiones sobre la violencia política

¿QUÉ ES EL ESTADO? REFLEXIONES SOBRE LA VIOLENCIA POLÍTICA

Agustín Guillamón

2013

2014. Charla en Ateneo La Base (Barcelona) sobre los Comités de Defensa de CNT y los Amigos de Durruti

LOS COMITÉS DE DEFENSA DE LA CNT EN BARCELONA, LA SITUACIÓN REVOLUCIONARIA DE JULIO DE 1936 Y LA AGRUPACIÓN DE LOS AMIGOS DE DURRUTI

Agustín Guillamón

Charla en el Ateneu Cooperatiu La Base, Barcelona

(febrero de 2014)

 

2014. Charla presentación libros 'Los Amigos de Durruti' y 'El terror estalinista en Barcelona (1938)

CHARLA PRESENTACIÓN LIBROS "LOS AMIGOS DE DURRUTI" Y "EL TERROR ESTALINISTA EN BARCELONA (1938)"

 

2014. Entrevista radiofónica sobre Amadeo Bordiga

ENTREVISTA RADIOFÓNICA SOBRE AMADEO BORDIGA

Anábasis, 22 de octubre de 2014

Agustín Guillamón

2014. Justo Bueno, 1907-1944

JUSTO BUENO (1907-1944)

Agustín Guillamón

(Catalunya, enero 2014)

2014. La Degeneralitat

LA DEGENERALITAT

Agustín Guillamón

Octubre de 2014

2014. La guerra del pan (presentación del libro en Anónims Granollers)

PRESENTACIÓN DE LA GUERRA DEL PAN en ANÓNIMS (GRANOLLERS)

Agustín Guillamón

2014

2014. Martín Escudero, Antonio (1895-1937): "El Durruti de la Cerdanya"

MARTÍN ESCUDERO, ANTONIO (1895-1937): "EL DURRUTI DE LA CERDANYA"

Antonio Gascón i Agustín Guillamón

Novembre de 2014

2014. Nació o classe

NACIÓ O CLASSE

Agustín Guillamón

febrer 2014

2014. Péret, Benjamin (1899-1959)

PÉRET, BENJAMIN (1899-1959)

Agustín Guillamón

juny 2014

2014. Portraits de militants révolutionnaires : G. Munis, Josep Rebull, Albert Masó, Jaime Fernández Rodríguez

PORTRAITS DE MILITANTS RÉVOLUTIONNAIRES: G. MUNIS, JOSEP REBULL, ALBERT MASÓ, JAIME FERNÁNDEZ RODRÍGUEZ. SUIVI DE: LE GROUPE FRANCO-ESPAGNOL "LES AMIS DE DURRUTI"

Agustín Guillamón

2014

2014. Xerrada presentació dels llibres "Los Amigos de Durruti" i "El terror estalinista en Barcelona. 1938" Anònims Granollers

XERRADA PRESENTACIÓ DELS LLIBRES LOS AMIGOS DE DURRUTI I EL TERROR ESTALINISTA EN BARCELONA. 1938

10 DE  GENER DE 2014 EN EL LOCAL "ANÒNIMS" DE GRANOLLERS

2015. Abel Paz (1921-2009), 2015

ABEL PAZ (1921-2009)

Agustí Guillamón

maig 2015

2015. Audio: (Radio Bronca) Presentación de "La guerra del pan" en Librería Su Tinta el 3 de junio de 2015

Audio de RADIO BRONCA

Presentación de LA GUERRA DEL PAN

en la Librería Su Tinta

3 de junio de 2015

2015. Biografía de Joan P. Fábregas (1893-1966)

BIOGRAFÍA DE JOAN PAU FÁBREGAS (1893-1966)

Agustín Guillamón

2015. Carta de Durruti des de la presó, 1933

CARTA DE DURRUTI DES DE LA PRESÓ

1933

Agustín Guillamón

(Le Monde Livertaire, junio 2015)

2015. Carta de Durruti desde la cárcel, 1933

CARTA DE DURRUTI DESDE LA CÁRCEL

1933

Agustín Guillamón

junio 2015

2015. Défaitisme révolutionnaire

LE "DÉFAITISME RÉVOLUTIONNAIRE"

Agustín Guillamón

Novembre 2015

2015. Democracia, libertad y Comunidad humana

DEMOCRACIA, LIBERTAD Y COMUNIDAD HUMANA

Agustín Guillamón

Noviembre de 2015

2015. Democràcia, llibertat i Comunitat humana

DEMOCRÀCIA, LLIBERTAT I COMUNITAT HUMANA

Agustín Guillamón

Novembre de 2015

2015. Derrotisme revolucionari

DERROTISME REVOLUCIONARI

Agustín Guillamón

2015

2015. Derrotismo revolucionario

DERROTISMO REVOLUCIONARIO

Agustín Guillamón

2015

2015. Estalinisme

ESTALINISME

Agustín Guillamón

(Publicat en CGT-Catalunya, nº 176, noviembre 2015)

2015. L'opera del sidral

L'OPERA DEL SIDRAL

Agustín Guillamón

Novembre de 2015

2015. Le “défaitisme révolutionnaire”

LE "DÉFAITISME RÉVOLUTIONNAIRE"

Agustín Guillamón

20 novembre 2015

2015. L’assassinat et l’enterrement de Berneri et Barbieri à Barcelone, mai 1937

L'ASSASSINAT ET L'ENTERREMENT DE BERNERI ET BARBIERI À BARCELONE, MAI 1937

Agústín Guillamón

(la Bataille socialiste, junio de 2015)

2015. Obsolescència del capitalisme

OBSOLESCÈNCIA DEL CAPITALISME

Agustí Guillamón

maig de 2015

2015. Presentación de La represión contra la CNT y los revolucionarios

Presentación del libro

LA REPRESIÓN CONTRA LA CNT Y LOS REVOLUCIONARIOS

tercer volumen de la trilogía 

Hambre y violencia en la Barcelona revolucionaria

(De mayo a septiembre de 1937)

2015. Vàquez Osuna, rigor mortis o la criminalització de l'anarquisme

VÀZQUEZ OSUNA O LA CRIMINALITZACIÓ DE L'ANARQUISME

Agustín Guillamón

Desembre de 2015

2016. Charla: Los Comités de defensa de la CNT en Barcelona, la revolución de julio de 1936 y los amigos de Durruti

CHARLA CON AGUSTÍN GUILLAMÓN SOBRE LOS COMITÉS DE DEFENSA DE LA CNT EN BARCELONA, LA REVOLUCIÓN DE JULIO DE 1936 Y LOS AMIGOS DE DURRUTI

13 de diciembre de 2016

(En el encuentro anual del libro anarquista en Madrid)

Para escuchar la charla pincha aquí

2016. De los comités de defensa al análisis de los órganos de poder por Rebull (izquierda del POUM) y los Amigos de Durruti

DE LOS COMITÉS DE DEFENSA AL ANÁLISIS DE LOS ÓRGANOS DE PODER POR REBULL (IZQUIERDA DEL POUM) Y LOS AMIGOS DE DURRUTI

Agustín Guillamón

2016

2016. Debate entre bordiguistas y trotskystas sobre la guerra de España (1938)

DEBATE ENTRE BORDIGUISTAS Y TROTSKYSTAS SOBRE LA GUERRA DE ESPAÑA (1938)

Agustín Guillamón

Diciembre 2016

2016. Discurso del método

DISCURSO DEL MÉTODO

Agustín Guillamón

diciembre de 2016

2016. Els comitès de defensa de la CNT

ELS COMITÈS DE DEFENSA DE LA CNT [enllaç al núbol]

1933-1938

Dels Quadres de Defensa als Comitès Revolucionaris de barriada, les Patrulles de Control i les Milícies Populars

Agustín Guillamón

1ª edició en castellà 2011

1ª edició en català 2016

Dues rectificacions:

On diu: "Finalment apareix com un bon tast de la trilogia Els Comitès de Defensa de la CNT dedicada a l'estudi de la fam i la violència a la Barcelona revolucionària de 1936-1937: La revolución dels comitès, La guerra del pa i La repressió contra la CNT"

Hauria de dir: "Finalment apareix com un bon tast de la tetralogia Els Comitès de Defensa de la CNT dedicada a l'estudi de la fam i la violència a la Barcelona revolucionària de 1936-1937. La revolución dels comitès, La guerra del pa, Insurrección y La repressió contra la CNT."

2016. Entrevista a Octavio Alberola

ENTREVISTA CON OCTAVIO ALBEROLA

Agustín Guillamón

noviembre de 2016

2016. García Oliver 1902-1980 (biografía)

JOAN GARCÍA OLIVER (BIOGRAFÍA)

Agustín Guillamón

2016

2016. Introducción a Biografías del 36

Introducción a:

BIOGRAFÍAS DEL 36

(Revolucionarios, extranjeros, judíos, anarquistas, trotskistas, bordiguistas, olvidados, internacionalistas, disidentes, exiliados, apátridas, y otros malditos de la guerra de España)

Agustín Guillamón

[Publicado por Editorial Descontrol, Barcelona]

 

 

2016. José Gallardo Escudero (1893-1941), biografía

JOSÉ GALLARDO ESCUDERO (1893-1941) BIOGRAFÍA

Augstín Guillamón

Febrero de 2016

2016. Socialdemocràcia

SOCIALDEMOCRÀCIA

Agustín Guillamón

octubre de 2016

2016. Socialdemocracia

SOCIALDEMOCRACIA

Agustín Guillamón

octubre de 2016

2016. Tesis sobre la guerra de España y la situación revolucionaria creada el 19 de julio de 1936 en Cataluña

TESIS SOBRE LA GUERRA DE ESPAÑA Y LA SITUACIÓN REVOLUCIONARIA CREADA EL 19 DE JULIO DE 1936 EN CATALUÑA

Agustín Guillamón

Julio de 2016

 

2016.Tomàs Orts Martin (1908-?). D'anarquista i home d'acció a empresari d'èxit i maçó

TOMÀS ORTS MARTIN (1908-?). D'ANARQUISTA I HOME D'ACCIÓ A EMPRESARI D'ÈXIT I MAÇÓ

Agustín Guillamón

Gener de 2016

2017. Ángel Pestaña (1886-1937) (Nota biográfica)

ÁNGEL PESTAÑA (1886-1937)

(Nota biográfica)

Agustín Guillamón

2017. Barcelona revolucionaria: de la insurrección de julio de 1936 a la de mayo de 1937

BARCELONA REVOLUCIONARIA: DE LA INSURRECCIÓN DE JULIO DE 1936 A LA DE MAYO DE 1937

Agustín Guillamón

junio de 2017

 

2017. Dionís Eroles Batlle (nota biogràfica)

DIONÍS EROLES BATLLE

(nota biogràfica)

Agustín Guillamón

2017

2017. Dionisio Eroles Batlle (nota biográfica)

DIONISIO EROLES BATLLE

(nota biográfica)

Agustín Guillamón

2017

2017. Entrevista en Cazarabet sobre los hechos de mayo de 1937

ENTREVISTA EN CAZARABET SOBRE LOS HECHOS DE MAYO DE 1937

junio de 2017

2017. La revolució russa. Una interpretació crítica i llibertària

LA REVOLUCIÓ RUSSA. UNA INTERPRETACIÓ CRÍTICA I LLIBERTÀRIA

Agustín Guillamón

15 de febrer de 2017

2017. La revolucion rusa. Una interpretación crítica y libertaria

LA REVOLUCION RUSA

UNA INTERPRETACIÓN CRÍTICA Y LIBERTARIA

Agustín Guillamón

15 de febrero de 2017

 

2017. Manuel Escorza del Val (1912-1968) (Nota biográfica)

MANUEL ESCORZA DEL VAL (1912-1968)

(Nota biográfica)

Agustín Guillamón

junio de 2017

2017. Ni estado, ni nación, ni derecho de autodeterminación

NI ESTADO, NI NACIÓN, NI DERECHO DE AUTODETERMINACIÓN

Agustín Guillamón

Barcelona, 18 de octubre de 2017

2017. Presentación en Grecia de "Los Comités de Defensa de la CNT (1933-1938)"

PRESENTACIÓN EN GRECIA DE LA VERSIÓN GRIEGA DE LOS COMITÉS DE DEFENSA DE LA CNT (1933-1938)

Politécnico de Atenas (28/9/2017) y Tesalónica (29/9/2017)

Agustín Guillamón

Septiembre de 2017

 

2017. Resumen de la charla sobre Mayo de 1937 en CNT-Almería (6 de junio de 2017)

RESUMEN DE LA CHARLA SOBRE MAYO DE 1937

(En el local de CNT de Almeria el 6 de Junio de 2017)

2017.Asesinato y entierro de Camillo Berneri, Francesco Barbieri, Adriano Ferrari, Lorenzo di Peretti y Marco Pietro, Barcelona

ASESINATO Y ENTIERRO DE CAMILLO BERNERI, FRANCESCO BARBIERI, ADRIANO FERRARI, LORENZO DI PERETTI Y MARCO PRIETRO EN BARCELONA

Agustín Guillamón

Barcelona, octubre de 2017

Heijenoort, J. Van

TEXTOS DE J. VAN HEIJENOORT

1940. "Ciencia y estilo" de Burnham

"CIENCIA Y ESTILO" DE BURNHAM

Jean Van Heijenoort

junio de 1940

1940. El álgebra de la revolución

 

J. Van Heijenoort.   18 de febrero de 1940

 

 

 

 

 

 

1944. Cómo fue concebida la Cuarta Internacional

CÓMO FUE CONCEBIDA LA CUARTA INTERNACIONAL

Jean van Heijenoort

agosto de 1944

1944. La situación europea y nuestras tareas

LA SITUACIÓN EUROPEA Y NUESTRAS TAREAS

Jean van Heijenoort (Daniel Logan)

1 de octubre de 1944

1944. Problemas de la revolución italiana

PROBLEMAS DE LA REVOLUCIÓN ITALIANA

Jean van Heijenoort

9 de julio de 1944

1945. La consigna de República en Italia y su discusión en el SWP

LA CONSIGNA DE REPÚBLICA EN ITALIA Y SU DISCUSIÓN EN EL SWP

Daniel Logan (Jean van Heijenoort)

1945

1959. Lev Davidovich (Trotsky)

LEV DAVIDOVICH (TROTSKY)

Jan Van Heijenoort

septiembre-octubre de 1959

Just, Stéphane. Bibliografía en red (en francés)

Notice biographique

1965 

Défense du Trotskysme (I)

1969

Stalinisme et gauchisme

1971

Défense du Trotskysme (II)

 

Le gouvernement ouvrier et paysan

1972

Préface à "Les syndicats à l'époque de la décadence impérialiste"

 

 

Conférence nationale des militants pour le gouvernement ouvrier

1973

Préface à "Les marxistes contre l'autogestion"

1976

Objectif - subjectif

 

A propos des « 25 thèses sur "La révolution mondiale" » d'E. Mandel

1977

Fronts populaires d'hier et d'aujourd'hui (avec Ch. Berg)

1979

A propos d'une possibilité théorique et de la lutte pour la dictature du prolétariat

1980

La grève générale et la question du pouvoir

 

La grève générale de mai-juin 1968 est venue de loin

1981

Les "nationalisations"

1983

Aperçus sur les crises à l'époque
impérialiste (I)

1985

Les syndicats, la crise de l’impérialisme et la nouvelle période de la révolution prolétarienne

1996

À propos de la mondialisation du capital" 

Une nouvelle perspective

 

Une nouvelle perspective

IXÈME CONFÉRENCE DU COMITÉ POUR
LA CONSTRUCTION DU PARTI OUVRIER RÉVOLUTIONNAIRE,
DE L’INTERNATIONALE OUVRIÈRE RÉVOLUTIONNAIRE UNE NOUVELLE PERSPECTIVE
Sommaire
(RAPPORT ÉCRIT EN OCTOBRE 1996 ET ADOPTÉ LES 22 ET 23 MARS 1997)

oOo

Accueil UNE NOUVELLE PERSPECTIVE

Ce document a été adopté par la IXème Conférence du Comité pour la Construction du Parti Ouvrier Révolutionnaire, la Construction de l’Internationale Ouvrière Révolutionnaire les 22 et 23 mars 1997.

Toutes les analyses de la situation internationale réalisée par le Comité pour la construction du parti ouvrier révolutionnaire, la construction de l’Internationale ouvrière révolutionnaire depuis sa constitution l’ont été sur la perspective de la conjonction de la révolution sociale et de la révolution politique. C’est en référence à la grève générale à caractère révolutionnaire de mai-juin 1968 en France, elle-même sommet d’un puissant développement de la lutte des classes dans les pays capitalistes, et du mouvement du printemps et de l’été 1968 en Tchécoslovaquie faisant suite aux puissants mouvements à caractère révolutionnaire de juin 1953 dans la partie Est de l’Allemagne, de la Pologne en 1956, à la révolution hongroise des conseils de novembre-décembre 1956, que cette perspective était ouverte.

SITUATION, CRISE, RÉVOLUTION DANS LES PAYS CAPITALISTES

Sommaire
La crise du système capitaliste s’est affirmée au cours des années suivantes notamment par la ruine du système monétaire institué à Bretton Woods, aboutissant aux accords de la Jamaïque (monnaies sans référence à l’or, institution des changes flottants) et la suite (voir le texte: "A propos de la mondialisation du Capital"). Engagé dans une guerre, à l’évidence impérialiste, au Vietnam, l’impérialisme US a subi une dure défaite politique.

Crises et mouvements révolutionnaires se sont succédés. Pour ne signaler que les principaux :

- Au Chili, élection le 14 septembre 1970, à la présidence de la République de Salvator Allende. Elle a préludé à des développements révolutionnaires qui se sont produits au cours des années 72 et 73 et auxquels ont répondu le coup d’État de Pinochet, l’assassinat d’Allende et l’instauration de la dictature militaire.

- A partir du 25 avril 1974, révolution portugaise, son impact a, pour le moins, contribué à la chute du régime de la dictature des colonels en Grèce (24 juillet 1974) et au moment de l’agonie de Franco et de sa mort (20 novembre 1975) à l’escamotage du régime franquiste auquel a succédé la monarchie constitutionnelle de Juan Carlos.

- Au cours des années 70/80 l’Amérique Latine a été secouée par de puissants mouvements de classe qui ont souvent pris un caractère révolutionnaire. A partir de 1976 développement au Nicaragua d’un processus qui a abouti à la prise du pouvoir par les armes en juin 1979 par le Front Sandiniste. Dans toute l’Amérique centrale le pouvoir et les gouvernements en place en ont été ébranlés et ils ont été confrontés à de puissants mouvements. Au Salvador notamment s’est constitué le Front de Libération Farabundo Marti qui à l’exemple du Front Sandiniste a engagé la lutte armée contre le pouvoir en place. Le 2 février 1986, à Haïti, Duvalier a été chassé du pouvoir et a dû s’exiler sous la pression des masses. Dans nombre de pays d’Amérique du Sud se sont produits de puissants mouvements de classe, se sont ouvertes des situations révolutionnaires.

- Décembre 1978, en Iran : début de la révolution qui a chassé du pouvoir le shah d’Iran.

-Au Moyen-Orient la lutte du peuple palestinien n’a pas cessé au cours de ces années.

- A la fin et à la suite de la décolonisation, la plupart des pays d’Afrique ont été déstabilisés ; lieu de conflits et de luttes souvent très confuses. En Afrique du Sud, le soulèvement des étudiants noirs de Soweto le 14 juin 1976 contre l’obligation d’apprendre et d’utiliser la langue afrikaner dans l’enseignement leur coûte 23 morts et plus de 200 blessés. Ce fut le point de départ du combat qui aboutira à ce que l’ANC accède au pouvoir.

- Aux Philippines, la mobilisation des masses, entre le 15 et le 25 janvier 1986, a contraint Ferdinand Marcos à renoncer au pouvoir et à s’exiler.

- De grandes luttes de classe, grèves, manifestations ont eu lieu dans les principaux pays capitalistes d’ Europe, sans qu’ils atteignent le niveau de crise révolutionnaire ouverte.

- Aux USA les années 70 sont marquées par de puissants mouvements contre l’intervention militaire au Vietnam, par les mouvements des noirs, le scandale du Watergate, lequel contraint Nixon à démissionner, le 8 août 1974, de la présidence de la république. Le scandale du Watergate ouvre une crise du pouvoir aux USA.

Les années 80 sont au contraire aux USA marquées par le triomphe de la réaction sous les mandats de Reagan et Bush.

CRISE, SITUATION RÉVOLUTIONNAIRE, RÉVOLUTION, EN EUROPE DE L’EST

Sommaire
Au cours de ces années s’est manifestée avec plus de force et de clarté encore la crise de la bureaucratie du Kremlin, des bureaucraties satellites, celle de la bureaucratie chinoise etc... bref, celle des bureaucraties monopolisant le pouvoir politique et la gestion économique dans les pays où le Capital avait été exproprié.

- A peine la normalisation était-elle réalisée, à la suite de l’invasion le 20 août 1968 par les troupes du pacte de Varsovie, de la Tchécoslovaquie, qu’en réplique à la hausse des prix des produits de consommation courante, décrétée par le gouvernement Gomulka, des grèves ont éclaté dans les ports de la Baltique. Face à la répression une véritable insurrection s’est déclenchée. Les 14 et 15 décembre les travailleurs de la côte balto-polonaise ont pris d’assaut les locaux du P.O.U.P. et de la police politique. Le gouvernement Gomulka a réprimé brutalement et de faon sanglante ce mouvement (plus d’une centaine de morts et des centaines de blessés) en utilisant les tanks. Mais le mouvement de grève a commencé à s’étendre en d’autres régions de Pologne. La bureaucratie polonaise a reculé. Gomulka a été révoqué de la direction du P.O.U.P. et du gouvernement polonais, Gierek lui a succédé. Il a reculé face aux travailleurs en annulant les hausses de prix et en engageant un dialogue historique avec ceux de Szczecin au cours d’un vaste rassemblement (24 janvier 1971). Ultérieurement, il a tout remis en cause.

- En Pologne d’autres mouvements se sont déroulés au cours des années 70. Le 24 juin 1976 le gouvernement Gierek décide à son tour une hausse des prix. Le 25 les travailleurs de l’usine mécanique d’Ursus près de Varsovie et de Radom se sont mis en grève. Gierek a reporté la décision de hausse des prix mais il déclenche une répression brutale contre les travailleurs d’Ursus et de Radom. Par dizaines et centaines ils furent arrêtés et condamnés. C’est pour lutter contre la répression que s’est construit le "KOR" (Comité pour la défense des ouvriers) lequel a joué un rôle politique considérable dans la préparation de la grève générale d’août 1980.

- En URSS, il faut noter la publication du Samizdat et la formation d’une opposition intellectuelle.

- A nouveau en Pologne l’annonce le 1er juillet 1980 de la hausse des prix de la viande a déclenché au cours de ce mois des mouvements revendicatifs. Le 14 août commence au chantier naval de Gdansk la grève qui va s’étendre et aller vers la grève générale de l’ensemble des travailleurs polonais. Cette grève se termine par les "accords de Gdansk" (signés le 31 août) entre le comité de grève de Gdansk que préside l’agent de l’Église Walesa et les représentants du gouvernement de la bureaucratie polonaise. La bureaucratie cède à certaines revendications des travailleurs. Ces accords reconnaissent le droit aux travailleurs à s’organiser syndicalement, mais en même temps, de facto, la pérennité de la bureaucratie, de son pouvoir, de ses institutions. Ils ne sont pas viables. Le coup d’état de Jaruzelski du 13 décembre 1981, instituant "l’État de Guerre" et proclamant un "conseil militaire de salut national", dissolvant "Solidarnosc", jetant en prison des milliers de militants, d’intellectuels, conclut les "accords de Gdansk". Il n’empêche que la grève d’août 80 porte un coup à la bureaucratie polonaise dont elle ne se relèvera pas. Elle retentit dans tous les pays de la partie Est de l’Europe et aggrave considérablement la crise de la bureaucratie du Kremlin.

L’ANNÉE 1989

Sommaire
Au début des années 80, l’impasse de la bureaucratie du Kremlin est totale sur tous les plans. La crise de la bureaucratie fait alors un saut qualitatif. Gorbatchev, secrétaire général du PCUS depuis mars 1985, tentant de surmonter cette crise par la "Perestroïka" et la "Glasnost" : une politique de capitulation totale devant l’impérialisme, l’impérialisme américain essentiellement. Loin d’être surmontée, la crise de la bureaucratie en était accélérée : le relâchement introduit dans le monolithisme de l’appareil politique et étatique stalinien libérait des forces centrifuges disloquantes. Le mouvement des masses exacerbait cette crise et s’engouffrait dans les failles qui apparaissaient. Ainsi, du 10 au 20 juillet 1989, c’est la grève des mineurs du Kouzbass (Sibérie) puis du bassin du Don (Ukraine). Gorbatchev reconnaît que la situation met en péril le "rôle dirigeant du parti" et annonce l’achat à l’étranger de biens de consommation, notamment alimentaires, en quantités massives. Le 24 juillet, il déclare devant le "Soviet" suprême que la grève des mineurs est "l’épreuve la plus difficile qu’ait connue la Perestroïka". En août 89, de puissantes manifestations de masses ont lieu dans les pays baltes et en Moldavie. Au même moment, par centaine puis par milliers, des Allemands de l’Est de l’Allemagne passent à l’Ouest via la Hongrie, l’appareil bureaucratique de Hongrie se fissurant à vue d’œil. En septembre 1989, avec l’ouverture de la frontière austro-hongroise, ce sont plus de 25 000 Allemands de l’Est, surtout des jeunes, qui fuient la soi-disant "RDA". Le 25 septembre, à Leipzig, a lieu une première manifestation de 8 000 travailleurs et jeunes. En octobre, les manifestations hebdomadaires "du lundi" regroupent un nombre croissant de participants : 100 000 le 16 octobre, 300 000 le 23 octobre. Fin octobre, les manifestations deviennent quotidiennes. Le 30, 500 000 manifestants au moins défilent dans l’Est de l’Allemagne. La crise du régime bureaucratique ne peut plus être colmatée. Le 6 octobre, Gorbatchev est venu à Berlin-Est réaffirmer son attachement au statu quo, mais le 18 octobre, Honecker est remplacé par Krenz à la tête du SED, l’appareil stalinien de l’Est de l’Allemagne; Gorbatchev a refusé toute intervention des troupes de l’URSS. Dès lors tout s’enchaîne : en Tchécoslovaquie, à partir du 28 octobre, les manifestations qui avaient été réprimées en août reprennent avec une ampleur croissante tandis qu’elles se poursuivent en Allemagne. Finalement, le 9 novembre, les Allemands de Berlin-Est traversent en masse un mur que plus personne ne défend; le SED et le pouvoir bureaucratique se délitent ; le 13 novembre, Hans Modrow, membre de l’appareil du SED, devient chef du gouvernement d’une "RDA" moribonde. Les manifestations se poursuivent et le 20 novembre à Leipzig le mot d’ordre est celui de la réunification.

Dès août 1988 ont lieu d’importantes manifestations en Tchécoslovaquie ; le 17 novembre, a lieu une manifestation de 30 000 étudiants et lycéens, la plus importante depuis 20 ans. Du 19 au 26, les manifestations sont quotidiennes : 300 000 manifestants le 24. Le 27, c’est une grève générale de deux heures ; le 29, le rôle dirigeant du PCT, le parti stalinien tchèque, est abrogé. Le 1er décembre, c’est celui du SED allemand qui est abrogé, le 5 décembre, les manifestants occupent les locaux de la STASI, la police politique, dans de nombreuses villes ; le lendemain Krenz quitte le pouvoir. Le 11 décembre, en Tchécoslovaquie, commence la démolition du rideau de fer. Quatre jours auparavant, sous la pression de la rue, le gouvernement conduit par Ladislas Adamec démissionne ; il avait duré quatre jours.

Les autre pays voient durant cette période se développer des processus analogues : en Hongrie, d’importantes manifestations ont eu lieu en mars et en juin 1989 ; en Bulgarie, de puissantes manifestations ont lieu en novembre et décembre 1989, d’autres manifestations et grèves en juin et novembre 1990, puis en mars, avril et mai 1991 tandis que se succèdent les présidents et chefs de gouvernements ; finalement, après deux années d’une crise ouverte qui le disloque, l’appareil stalinien replâtré en PSD doit abandonner le gouvernement.

En Roumanie, après les émeutes ouvrières à Brassov (novembre 1987) puis les manifestations violentes à Timisoara (décembre 1989), la situation transite vers une situation révolutionnaire : les manifestations se poursuivent en dépit de la répression ; le 21 décembre, la foule conviée à soutenir le "Conducator" se retourne contre lui ; le lendemain, des militaires fraternisent avec les manifestants tandis qu’est proclamé l’état d’urgence ; Ceausescu abandonne le pouvoir alors que de violents combats ont lieu entre l’armée et une partie de la police secrète, la Sécuritate, restée fidèle au dictateur stalinien. Le 25 décembre est annoncée l’exécution de Ceausescu et de sa femme sur ordre d’une des fractions de la bureaucratie. Sans parler même ici du prolétariat de l’URSS, ce rappel succinct montre à l’évidence que ces régimes bureaucratiques de l’Est de l’Allemagne et de l’Est de l’Europe, vassaux de la bureaucratie du Kremlin dont ils étaient une excroissance, sont tombés sous le coup des masses. Certes ces régimes étaient dans une impasse totale ; certes ils ont été lâchés par la bureaucratie du Kremlin elle même en crise ; encore a-t-il fallu que le prolétariat et la jeunesse montent à l’assaut du pouvoir de la bureaucratie.

L’ensemble de ce processus a constitué un mouvement révolutionnaire qui pouvait être la préface à la révolution politique, à la prise du pouvoir par le prolétariat pour instaurer sa dictature, la démocratie des Soviets. La révolution politique était bel et bien à l’ordre du jour. Axer nos analyses et notre politique sur la perspective de la conjonction de la révolution sociale et de la révolution politique a été justifié par le développement de la lutte des classes aussi bien dans les pays capitalistes que dans ceux sous le joug de la bureaucratie du Kremlin et de ses satellites.

DES MOUVEMENTS COMPLEXES ET CONTRADICTOIRES

Sommaire
Mais il faut constater que ce ne sont pas seulement la pression et l’action du prolétariat qui se sont exercées sur les bureaucraties parasitaires et contre-révolutionnaires ; la pression de l’impérialisme et de la bourgeoisie internationales s’est également exercée sur elles, sur les pays de la partie Est de l’Europe, sur le prolétariat lui-même ( isolement du marché mondial et de la division internationale du travail, course aux armements, etc...). Tandis que la course aux armements ouvrait un débouché à l’économie capitaliste menacée d’une crise disloquante, elle était insupportable pour l’économie de l’URSS et des pays de la partie Est de l’Europe, économie de plus gérée par la bureaucratie du Kremlin et ses satellites.

De toute façon la tendance fondamentale des bureaucraties parasitaires et contre-révolutionnaires est d’aller dans le sens de la restauration capitaliste. Gorbatchev au pouvoir s’est très rapidement orienté dans ce sens pour tenter de franchir l’impasse dans laquelle se trouvait la bureaucratie du Kremlin. Main tendue à l’impérialisme, fin de la course aux armements et coopération avec lui pour le règlement des conflits régionaux ; "Perestroïka" c’est à dire premier pas vers "l’économie de marché" (la restauration de l’économie capitaliste), "Glasnost" c’est à dire une libéralisation politique limitée et contrôlée. Dans les différents pays de la partie Est de l’Europe, à des degrés divers une orientation correspondante était adoptée. La Hongrie s’était engagée la première sur la voie de la "Perestroïka".

Les prolétariats ont été la force de frappe des mouvements révolutionnaires qui ont eu lieu dans la partie Est de l’Europe. Ce sont eux qui ont disloqué, fait s’effondrer le pouvoir des bureaucraties parasitaires et, par ricochet, qui ont déstabilisé la bureaucratie du Kremlin. Les aspirations et les revendications de ces prolétariats, de ces mouvements se situaient sur l’axe de la révolution politique. Pourtant ces mouvements étaient loin d’être chimiquement purs. Ils ont subi la pression de la bourgeoisie internationale, de l’impérialisme, et ont été pénétrés par les forces restaurationnistes existantes dans les pays où le capital avait été exproprié. Ils ont subi l’attraction des vitrines des pays capitalistes dominants. De plus, de façon immédiate, le prolétariat revendiquait les libertés démocratiques élémentaires compatibles avec la démocratie bourgeoise. La lutte pour se libérer de l’oppression et de l’exploitation qu’exerçait sur ces pays la bureaucratie du Kremlin, posait des questions nationales, la dictature des bureaucraties parasitaires valorisait le parlementarisme bourgeois.

La dislocation de la bureaucratie du Kremlin et des bureaucraties satellites, leur chute, n’ont pas liquidé, fait disparaître les conséquences de l’exercice du pouvoir par ces bureaucrates. Celles-ci s’identifiant au marxisme, à la Révolution d’Octobre, au bolchevisme, à la dictature du prolétariat, elles ont contribué à les discréditer. La bureaucratie du Kremlin a réussi à couper le prolétariat de l’URSS de sa propre histoire, de la Révolution d’Octobre 1917. Elle a exterminé systématiquement tout ce qui pouvait le relier à la révolution, à ses traditions, à son histoire.

Dans les pays de la partie Est de l’Europe le mouvement ouvrier a été liquidé, exterminé par les partis, les organisations staliniennes et le appareils d’État. En même temps à l’étranger étaient assassinés, exterminés par les agents de Staline, par Hitler ceux, dont Trotsky, qui se battaient dans la tradition bolchevique, dans la tradition d’Octobre 1917, pour construire des partis ouvriers, une internationale ouvrière révolutionnaire. La IVème Internationale, constituée par Trotsky, et ses organisations n’ont pas réussi à s’implanter profondément dans la classe ouvrière et la jeunesse, à se construire. Finalement le révisionnisme (Pabliste d’abord, de diverses sortes ensuite) les a rongées, décomposées et détruites.

LA DIRECTION DES MOUVEMENTS DE LA PARTIE EST DE L’EUROPE

Sommaire
Typique est le processus de la grève générale d’août 80 en Pologne. La force qui combat c’est indiscutablement la classe ouvrière, mais ce sont les agents directs de la hiérarchie catholique qui contrôlent et dirigent le mouvement, ce sont eux qui prennent en mains Solidarnosc. Politiquement le prolétariat, après 36 ans de domination de la bureaucratie polonaise, agent de celle du Kremlin, n’est plus organisé et s’il combat c’est sous la direction d’agents du capital, de la bourgeoisie. Il n’est pas en mesure à ce moment de générer sa propre direction et par conséquence d’avoir sa propre politique. En 1989 dans tous les pays de la partie Est de l’Europe, y compris dans la partie Est de l’Allemagne, le mouvement des masses a été coiffé par des directions petites bourgeoises, souvent liées à la hiérarchie catholiques ou à la hiérarchie protestante. Certaines fois il a été dirigé par des fragments de la bureaucratie en voie de dislocation. Toutes les directions se situaient ouvertement sur l’orientation de la restauration capitaliste. Quant au mouvement syndical il a été contrôlé par des dirigeants se situant sur la même orientation restaurationniste, parfois ce sont les anciens "syndicats" officiels de la bureaucratie qui se sont "reclassés".

Souvent, c’est une fraction de la bureaucratie, voire une fraction majoritaire de la bureaucratie, qui a procédé directement à la "démocratisation", à la "réforme économique". Dans aucun des cas l’ancien appareil d’État n’a été balayé, détruit ; il a simplement été réadapté aux nouveaux régimes politiques et économiques.

Quelques exemples : En Pologne, c’est Jaruzelski qui a organisé les négociations avec Solidarité pour aménager le régime. L’Église catholique a été associée à cette négociation, et contrôlait par ailleurs une partie essentielle de Solidarité. Bien qu’ayant subi une défaite aux élections dites "semi-démocratiques" de juin 1989, le P.O.U.P. put d’abord rester au pouvoir. Le 8 septembre 1989 c’est un homme de l’Église, Maziowiecki qui devenait premier ministre avec un gouvernement composé de ministres du P.O.U.P. (4) de Solidarité (12) et de deux partis bourgeois (4). Les dirigeants de Solidarité investissaient progressivement l’appareil d’ État en le préservant pour l’essentiel. Le 10 janvier 1990, la Pologne entrait officiellement dans "l’économie de marché". Ensuite, jusqu’en novembre 1995, Walesa et ses gouvernements pourront poursuivre la politique de privatisation. Les pouvoirs de l’Église seront également restaurés.

En Hongrie, c’est en septembre 1989 qu’est organisée la transition "vers la démocratie" par le parti stalinien au pouvoir, le PSDH, un an après que Ianos Kadar ait été évincé de sa direction. En octobre 89, le PSDH décide de devenir parti socialiste Hongrois. En avril 1990, l’opposition constituée en "Forum démocratique" accède au gouvernement en s’alliant à des partis dits de droite à la suite d’élections législatives "libres".

En Tchécoslovaquie, deux jours après l’importante manifestation étudiante du 17 novembre durement réprimée, dix-neuf organisations constituent un "Forum civique" qui propose au gouvernement d’engager des négociations. Les manifestations s’amplifiant, la crise du PCT au pouvoir s’exacerbe : éviction de ministres, puis changement de gouvernement, lequel démissionne sous la pression de la rue ; en décembre 89, c’est Husak lui même, président de la République, qui démissionne. A la fin décembre, Alexandre Dubcek et Vaclav Havel qui avaient été acclamés par les manifestants, sont nommés respectivement président de l’Assemblée fédérale et, président de la République. Les élections de juin-juillet 1990, organisées conjointement par le PCT et l’opposition, entérinent la passation des pouvoirs : le "Forum démocratique" remporte une large victoire aux élections législatives, et Vaclav Havel est réélu à la présidence de la République. Incontestablement, en l’absence de parti ouvrier, les travailleurs et la jeunesse ont apporté leur soutien à cette "transition" gouvernementale.

En Bulgarie, l’enchaînement des événements est plus complexe, le parti stalinien s’accrochant au pouvoir (cf Rapport pour la 8ème Conférence du Comité -1ère partie) ; se combinent également crise politique, crise gouvernementale et manifestations de masses ; finalement, à la suite d’élections organisées en octobre 1992, une "transition" est organisée conjointement par l’opposition électoralement victorieuse ("l’Union des forces démocratiques") et le parti stalinien qui, en avril 1990, avait pris le nom de Parti socialiste Bulgare.

Quant à la Roumanie, la liquidation du couple Ceausescu permet la mise en place d’un nouveau pouvoir, le CFSM (Conseil du Front de Salut National) présidé par Ion Illiescu. Petre Roman est nommé premier ministre. Les élections de mai 1990 confirment Illiescu en tant que président de la République et le Front de Salut National comme majorité parlementaire.

Ces rappels indiquent comment le mouvement des masses, aussi décisif ait-il été, a été totalement pris en main, canalisé, dévoyé par et au profit d’organisations restaurationnistes petites bourgeoises, et cela avec l’appui des appareils staliniens ou tout au moins de fractions essentielles de ceux-ci. Ne pouvant plus tenir les rênes du pouvoir, la bureaucratie stalinienne a fait le choix systématique de liquider ce qui restait d’État ouvrier, de réintroduire le capitalisme en passant le relais, le plus souvent à des organisations petites bourgeoises. Tel est le prix du désarmement politique de la classe ouvrière.

EN U.R.S.S.

Sommaire
En URSS, c’est aussi le prolétariat qui a été la force de frappe du mouvement qui a disloqué la bureaucratie du Kremlin. Ce mouvement a eu pour objectif les droits nationaux des peuples qui composent l’URSS, y compris le droit à la sécession. Au début de 1988, les mouvements nationaux avaient atteint une telle puissance que la Lituanie, la Lettonie, l’Estonie, la Géorgie et l’Arménie proclamaient leur indépendance totale. D’autres Républiques se proclamaient souveraines : la Fédération de Russie, l’Azerbaïdjan, l’Ouzbékistan, la Turkménie, le Tadjikistan, la Moldavie, la Biélorussie, l’Ukraine. Pour les deux Républiques restantes, l’une, le Kazakhstan adoptait une loi d’indépendance économique, l’autre, la Kirghizie préparait un projet de loi de déclaration de souveraineté.

Ces mouvements pour les droits nationaux débouchèrent sur la réunion à Minsk en décembre 1991. Les représentants de la Russie, de la Biélorussie et de l’Ukraine dissolvaient l’URSS et proclamaient la Communauté des États Indépendants ouverte à tous les États de l’ex-URSS.

Les revendications nationales si importantes soient elles sont un terrain où la classe ouvrière peut être relativement facilement phagocytée, si une avant-garde ouvrière ne lui ouvre pas la voie de la Révolution prolétarienne.

LA GRÈVE DES MINEURS : 11 AU 26 JUILLET 1989

Sommaire
En fait la corporation minière sembla pouvoir le faire. Du 11 au 26 juillet 1989, les centaines de milliers de mineurs de l’URSS engagèrent spontanément une puissante grève. Le mouvement débuta dans le bassin du Kouzbass. Dès qu’ils débrayèrent les mineurs constituèrent leurs comités de grève et rejetèrent les "syndicats" officiels. Le correspondant du Monde à Moscou écrivait dans le numéro du 18 juillet : "Dans toutes les villes le meeting est permanent, généralement devant les bâtiments du parti et jusque dans les quartiers les plus reculés, les haut-parleurs diffusent informations et communiqués. Comme ceux qu’on entendait samedi 15 juillet dans les rues de Prokopievsk où les ouvriers ont entrepris de "perquisitionner les appartements des dirigeants locaux" (...)"Dans ces villes du Kouzbass, d’où la milice a pratiquement disparu, ce sont les détachements de grévistes qui patrouillent chassant ici d’étranges philanthropes qui venaient offrir de la Vodka aux occupants d’un puits, interdisant partout l’accès des débits de boissons et faisant régner un tel ordre que les responsables régionaux du ministère de l’intérieur déclarent dans la Pravda "que la criminalité a brusquement diminué". Les conditions de travail dans les mines ont toujours été effroyables. La sécurité dans les mines a toujours été le dernier souci des bureaucrates, les salaires sont très bas en considération du travail fourni, de sa pénibilité que rien ne vient atténuer. Le ravitaillement est insuffisant et de mauvaise qualité. Tous les mineurs n’ont pas de logements et ceux existants sont plus des tanières que de véritables appartements. Le plus souvent, il ne disposent pas même de suffisamment de savon pour se laver. Sans doute ces conditions de travail et d’existence se sont-elles encore aggravées au cours de ces dernières années.

Pourtant cela ne suffit pas à expliquer le mouvement qui s’est produit. La crise de la bureaucratie a ouvert des brèches par lesquelles le mouvement a surgi. Il avait un contenu politique. A de tels mouvements, la bureaucratie répondait avant par des coups de mitrailleuses. Cette fois elle a lâché du lest. Si les organisations dont se dotaient les mineurs n’étaient pas encore des Soviets, ils en avaient des caractéristiques.

LA BUREAUCRATIE NÉGOCIE

Sommaire
Gorbatchev a été contraint de négocier. Il a veillé à ce que ces négociations avec les mineurs ne s’engagent pas au niveau du chef du gouvernement d’alors : Rijkov. Il a désigné une commission composée de membres du CC du PC de l’URSS et du gouvernement qu’un certain Nicolaï (Slioukov), membre du bureau politique dirigeait. Les négociations ont eu lieu sur le plan local.

Le 21 juillet, un accord était conclu entre les représentants des mineurs du bassin du Kouzbass et cette commission. Plus ou moins rapidement selon les mines, le travail a repris. Entre temps, les mineurs du Donbass en Ukraine, ceux du bassin de Karaganda, de Vorkouta dans le grand Nord s’étaient mis en grève. En Ukraine, le comité de grève élu par les mineurs leur a proposé de reprendre le travail pendant que se déroulaient les négociations. Ils ont refusé. Cette fois, le premier ministre Rijkov a reçu, le 24 juillet au Kremlin, les délégués des mineurs du bassin du Donbass. Finalement pour les mineurs du Donbass, de Karaganda, de Vorkouta un accord a été conclu ayant le même contenu que celui conclu par les mineurs du Kouzbass. Les 26 et 27 juillet dans toutes les mines de charbon de l’URSS, la reprise du travail était effective.

CONTENU DE L’ACCORD

Sommaire
  • Un projet d’autonomie régionale dans la région du Kouzbass.
  • Toutes les mines se regrouperont en associations ou choisiront d’autres formes de coopérations au mieux de leurs intérêts.
  • En dehors du charbon livré à l’État par contrat, dont le volume doit être défini dans un délai d’un mois, les mines pourront vendre librement les excédents sur les marchés intérieurs et extérieurs.
  • Une hausse des prix du charbon sera établie en fonction des dépenses réelles du coût de son extraction et compte tenu des frais de remise en valeur du sol.
C’est l’application de la politique du gouvernement.

CONCESSIONS FAITES AUX MINEURS

Sommaire
  • Le ministère de l’industrie charbonnière est chargé de proposer d’ici une semaine des normes de progression des salaires en fonction de la productivité du travail.
  • L’équipe du soir verra son salaire augmenter de 20%, celle de nuit de 40%.
  • La durée du travail sera calculée à partir de l’entrée jusqu’à la sortie de la mine.
  • Les salaires seront indexés sur les prix.
  • Tous les travailleurs de la région bénéficieront d’un coefficient salarial de 1,3 en raison des conditions géographiques difficiles.
  • Des aides sont prévues en faveur des victimes du travail.
  • Les entreprises pourront attribuer des allocations aux mères restant au foyer pour élever leurs enfants jusqu’à trois ans.
Autres mesures diverses :
  • Attributions nouvelles à SOS médecine, aux pompiers, à la police jusqu’à l’augmentation des pensions et retraites (70% du salaire après vingt-cinq années consécutives, calculés sur les 15 dernières années de travail) ou allongements de la durée des congés.
  • Mesures prises et dûment chiffrées pour l’approvisionnement alimentaire, la fourniture de médicaments, le logement.
  • Avantages pour les invalides du travail.
Économiquement, les concessions faites aux mineurs sont importantes. Encore que Gorbatchev a réussi à faire entériner sa politique d’autonomie de gestion par les mineurs et de dislocation puits par puits.

De toute façon, c’est politiquement une escroquerie. Le mouvement se dressait et, de fait, mettait en cause, potentiellement le pouvoir, la bureaucratie du Kremlin. Il a été réduit à un simple mouvement revendicatif. Les mineurs n’ont même pas constitué un comité central de grève. Ils se sont laissé cantonner aux limites de leurs régions réciproques. Ils n’ont pas même constitué de nouveaux syndicats. Les syndicats officiels écartés de la direction du mouvement ont, dès le lendemain de la grève, repris leur place.

Pourquoi en fut-il ainsi ? C’était la limite de la spontanéité. Le mouvement pouvait engendrer une nouvelle direction politique de la classe ouvrière, mais pas de manière spontanée. C’était la conséquence de l’absence de la IVème Internationale. Là est le "secret" de ce que le prolétariat de l’URSS était et est pleinement désarmé, il en est réduit à servir de force de frappe soit de parties de la bureaucratie du Kremlin, soit de forces carrément restaurationnistes.

A L’EST DE L’EUROPE, LES EX-PC REFONT SURFACE

Sommaire
Pour autant, les divers partis, issus de la bureaucratie stalinienne et des bureaucraties satellites, généralement rebaptisés en "socialistes", n’ont pas, ipso facto, disparu de la scène politique. Ils avaient encore un rôle décisif à jouer.

Très rapidement, la politique restaurationniste conduite par ces gouvernements transitoires (début, ou poursuite de la dislocation de la planification, début ou poursuite de la remise en cause des monopoles du commerce extérieur ; premières privatisations) s’est traduite par une aggravation de la situation économique et sociale, pourtant déjà très difficile qui était faite aux masses : baisse du pouvoir d’achat, apparition du chômage, etc... Très rapidement aussi, le soutien électoral qui avait été apporté à ces divers "fronts" ou "forum" s’est effondré. Cela s’est traduit, selon les cas, par une hausse, parfois spectaculaire, des abstentions (80% d’abstention aux élections présidentielles de juillet 1990 en Hongrie, par exemple), ou plus généralement par des votes majoritairement en faveur des anciens partis staliniens repeints aux couleurs de la "démocratie" et du "socialisme".

Rappelons une fois encore qu’en aucun cas ces partis ne sont des partis "ouvriers", (des partis ouvriers-bourgeois) ; A l’origine, ce sont des organisations de la bureaucratie stalinienne construites sur la destruction du mouvement ouvrier, destruction souvent physique et sanglante, toujours imposée par la force de l’appareil d’État .

Leur badigeonnage aux couleurs de la démocratie bourgeoise dans le cadre du krach des régimes bureaucratiques n’en font pas pour si peu des organisations ouvrières-bourgeoises, mais exprime au contraire - si besoin était ! - leur véritable nature d’organisations totalement étrangères au mouvement ouvrier.

Le fait que, très vite, des votes massifs se soient exprimés en leur faveur n’est en aucun cas l’expression d’un vote de classe ; ce n’est que l’expression d’un immense désarroi politique, de l’extraordinaire confusion qui est celle de la classe ouvrière et de la jeunesse de ce pays. Le vote pour des organisations petite-bourgeoises, ou l’abstention, ou le vote pour les ex-partis staliniens sont l’expression de la même impasse et sont un point d’appui pour la restauration du capitalisme. En votant pour ces partis formés dans le moule de la bureaucratie stalinienne, les travailleurs marquent leur rejet d’une politique restaurationniste qui se traduit par une chute dramatique du pouvoir d’achat, la liquidation de leurs conquêtes et acquis sociaux, le chômage, la flambée de la spéculation, des trafics en tous genres, du gangstérisme. Mais les quelques vagues critiques formulées par les ex-PC à l’encontre des "excès" de la restauration capitaliste ne peuvent cacher qu’ils sont eux-mêmes, fondamentalement, sur la même orientation.

L’IMPÉRIALISME A BESOIN DES EX-PC

Sommaire
Presque partout, les ex-PC sont revenus au pouvoir. C’est un mouvement général.

- Dès l’automne 1992, en Lituanie, l’ex-PC remporte la majorité absolue aux élections législatives.

- En Pologne, en septembre 1993, l’ex-PC structurant "l’Alliance de la Gauche Démocratique" obtient 132 sièges, ils ont à eux deux la majorité absolue. Walesa est alors président de la République. Il entend poursuivre à marche forcée la réintroduction du capitalisme et la reconstruction du pilier historique de tout ce que l’histoire polonaise compte de réactionnaire : l’appareil clérical, ses privilèges, son ordre moral. Durant deux années de cohabitation, l’ex-PC devenu SDRP (Social Démocratie de la République Polonaise) et ses satellites ne vont pas fondamentalement s’opposer à la politique de restauration capitaliste. Mais ils vont récupérer à leur profit le mécontentement suscité par la liquidation des acquis sociaux et par la réintroduction, imposée par l’État, de l’ordre clérical.

C’est ainsi que l’avortement devint un délit et qu’un concordat a été signé en 1993 entre l’Église et l’État, mais les députés de l’ex-PC se sont opposés à sa ratification. Le 19 novembre 1995, à l’occasion des élections présidentielles, s’achève le règne de Walesa dont le prestige ancien - acquis à la tête de Solidarité - est complètement épuisé : c’est Aleksander Kwasniewski, candidat du parti social démocrate, qui est élu avec 51,7% des voix.

Kwasnieski fut en 1989 ministre de la jeunesse ; il participera, pour le compte du gouvernement stalinien, à la "table ronde" préparant la passation des pouvoirs. Après le sabordage du P.O.U.P., il organisa la reconstruction de l’appareil en récupérant l’héritage du P.O.U.P.. Dès son élection, sa déclaration est explicite : "nous devons travailler ensemble, chercher ce qui lie les polonais. Le dialogue est possible" dit-il à l’adresse des électeurs de Walesa, dont beaucoup ont suivi les consignes de vote martelées par le clergé. "Ce n’est qu’ensemble que nous entrerons dans l’Union européenne et dans l’OTAN ".

Sur le plan intérieur, il entend poursuivre dans ses grandes lignes les réformes économiques conduites du temps de Walesa. Ce retour des ex PC, qui se fait avec l’assentiment de l’impérialisme, offre pour l’entreprise de restauration du capital plusieurs avantages : - il permet de capter, de figer, le mécontentement suscité par la réintroduction du capitalisme, d’entraver la mobilisation des masses au nom d’une politique soi-disant plus "mesurée". - il permet d’utiliser pleinement l’expérience du pouvoir, de la gestion de l’État, acquises par les ex-PC : des décennies durant, ceux-ci ont sélectionné et formé - pour leur propre compte - des dizaines ou des centaines de milliers de permanents, de fonctionnaires d’autorité, d’experts en tout genre ; ils demeurent profondément liés à l’appareil d’État, lequel s’est adapté sans grand changement à la nouvelle situation. A l’inverse, les équipes petites bourgeoises manquaient de cadres et d’expérience. Pour l’impérialisme, ces partis sont aujourd’hui utiles. - enfin, dans une situation où la restauration capitaliste n’est pas achevée, il manque une solide classe bourgeoise pour pouvoir affronter les masses et constituer un ou des puissants partis bourgeois pour conduire cet affrontement. Les organisations petites bourgeoises ne sont pas à la hauteur ; leur base sociale (petits commerçants en tous genres, professions dites libérales, trafiquants divers...) est trop hétéroclite, socialement insuffisamment soudée, organisée, à l’inverse, les partis ex-staliniens sont souvent liés à des fractions de l’ancienne nomenclatura qui se sont appropriés des secteurs économiques anciennement étatisés, des fractions qui se constituent en bourgeoisie.

Si nécessaire, une alliance est constituée entre ex-PC et organisation petite bourgeoise, l’une et l’autre devenant des forces pleinement bourgeoises. C’est le cas en Hongrie.

Hongrie : les 8 et 9 mai 1994, le Parti Socialiste (ex-stalinien réformateurs) s’est assuré 209 sièges à l’Assemblée Nationale sur un total de 389. Rappelons qu’avant 1989 le parti stalinien (PSOH) était à l’avant-garde pour la remise en cause de l’économie planifiée et de la propriété étatique ; pour le Kremlin, la Hongrie était un "laboratoire".

En 1994 se constitue alors une alliance entre ex-PC et les "libéraux". Voici le bilan que Le Figaro en tire un an et demi après, sous le titre : "l’ex-PC tient les promesses de la droite" et le sous-titre : "les anciens communistes, devenus socialistes, font preuve de plus d’audace que le gouvernement conservateur qui les a précédés" :

"Depuis 1990, Budapest a réussi à attirer la moitié des investissements occidentaux en Europe de l’Est, soit quelques 12 milliards de dollars. Les mesures d’austérité appliquées depuis mars dernier (mars 95) ont encore renforcé la confiance des investisseurs : 3,4 milliards de dollars ont afflué en moins d’un an (...) Le paradoxe n’est qu’apparent. A Budapest, comme à Varsovie, ce sont les communistes eux-mêmes qui ont contribué à la transition vers le capitalisme (...). Les haut-dignitaires du Parti se reconvertissent dans les affaires : la plupart sont aujourd’hui banquiers ou chefs d’entreprises. Devenus socialistes, les anciens communistes poursuivent les réformes engagées par le conservateur Jozsef Antall. Ils vont même beaucoup plus loin. "c’est" selon un diplomate "une politique économique cohérente, beaucoup plus proche de celle que défendait Margaret Thatcher que de celle menée par certains sociaux-démocrates actuellement en Europe". Une interview de Gyula Horn, qui fut ministre des affaires étrangères dans le dernier gouvernement stalinien à proprement parler, et qui est maintenant premier ministre, confirme l’appréciation du Figaro du 31.01.1996 : "en 1988, nous avons été les premiers à promulguer une loi sur la liberté d’entreprise (...) c’est chez nous que les réformes sont les plus profondes. Par exemple : les privatisations. Dans d’autres pays de la région, on n’a même pas commencé à privatiser alors que notre programme touche à sa fin". Il y va également de son couplet sur Marx ("Marx était un grand penseur. Il a eu raison sur un certain nombre de points (...) ce qui était vrai à l’époque de Marx n’est plus valable aujourd’hui") mais s’inquiète surtout des réactions des travailleurs et de la jeunesse: "l’économie de marché a des gagnants et des perdants. Cela engendre beaucoup de tensions sociales. Mais la Hongrie n’a pas le choix" répond-il à une question sur le risque "d’une explosion sociale."

De fait, ce programme brutal provoque une vague de grèves, en particulier grèves des enseignants, des étudiants, des cheminots, des infirmiers. Le 18 février 1996, le ministre des finances doit démissionner et le nouveau est invité à continuer, avec une "approche plus progressive". Parmi les mesures rejetées par les grévistes : le gel des salaires (alors que l’inflation est de 22%), la réduction des allocations familiales, le paiement de certains médicaments et de frais de scolarité. Mais, d’après Le Monde du 16 juillet 96, le gouvernement poursuit son offensive : "le tour de vis n’est pas fini. Le gouvernement (...) engage maintenant les délicates - et douloureuses - réformes qui frappent directement le quotidien : éducation, sécurité sociale et pensions. (...) Le projet de budget 1997 prévoit déjà la perte supplémentaire de quelques 42 000 emplois dans la fonction publique".

Sont également décidées la suppression de 10 000 lits hospitaliers d’ici la fin de l’année et le passage de l’âge de la retraite à 62 ans. Le chômage dépasse officiellement 10% et les "écarts sociaux se creusent". Telle est l’action conduite par un ex-PC revenu, très électoralement, au pouvoir.

On ne peut ici analyser en détail chaque pays. Les rythmes et les combinaisons diffèrent. D’une manière générale et au moins pour un temps, les ex-PC jouent actuellement un rôle majeur : en Bulgarie, par exemple, où l’ex-PC devenu PSB et qui avait connu un grave revers aux élections législatives anticipées d’octobre 91, gagna aux élections de décembre 1994 une large majorité parlementaire, cohabitant jusqu’en 1996 avec un président appartenant à l’ancienne "opposition" élu en 1992. Dans ce cadre général, la République Tchèque constitue une exception importante. Dans une situation où, en l’absence d’issue ouvrière et sous l’influence de l’impérialisme allemand, s’est brisée l’ancienne Tchécoslovaquie, l’État est dirigé par le très bourgeois Vaclav Havel et un gouvernement s’appuyant sur une majorité parlementaire dite "de centre-droit" composée du parti démocratique civique (ODS) de l’Alliance démocratique civique (ODA) et des chrétiens démocrates du KDU-CSL, au pouvoir depuis 4 ans. Le Parti communiste y demeure marginal. Plus encore : à l’occasion des dernières élections législatives (1er juin 1996), le PCT a régressé, passant de 13 à 10,3% des voix. Pourtant lors de ces élections, la majorité parlementaire bourgeoise a reculé de manière importante, passant de 112 à 99 parlementaires pour 200 députés au total. L’élément le plus notable (l’un expliquant vraisemblablement l’autre) est la progression très forte du Parti Social-démocrate (CSSD) qui en quadruplant son résultat de 1992, obtient 26,4% des suffrages. Or ce parti là n’est en aucun cas un ancien parti stalinien vêtu d’un nouvel habit. Il s’affirme comme l’héritier de l’ancien parti social-démocrate interdit par les staliniens en 1948, parti ouvrier-bourgeois par son histoire et occupant une place fondamentale à la veille de son interdiction. Ce parti social-démocrate a certainement reçu l’appui, pour se reconstituer du puissant et proche SPD allemand ; il est lui même totalement sur une ligne restaurationniste ; il a peu après les élections législatives fait la preuve de son "esprit de responsabilité" en s’abstenant pour que puisse se former un gouvernement bourgeois minoritaire, lequel va donc pouvoir poursuivre sa politique. En même temps, ce parti peut être considéré comme la reconstitution d’un parti ouvrier-bourgeois traditionnel, le témoignage de la recherche par la classe ouvrière d’une issue ouvrière. Cela étant dit, ce parti jouera son rôle d’organisation ouvrière-bourgeoise : sa politique sera celle dictée par la bourgeoisie, l’impérialisme. Pour la classe ouvrière tchèque, comme pour les autres classes ouvrières, la question centrale est celle d’un parti révolutionnaire.

RUSSIE : ELTSINE RÉÉLU PRÉSIDENT

Sommaire
Les articles parus dans différents numéros de CPS. Les textes soumis au vote aux conférences du Comité, dispensent de reprendre depuis 1953 la crise de la bureaucratie du Kremlin. C’est en référence à ces textes et articles - particulièrement la résolution de la 8ème conférence et l’article paru dans CPS n° 64, intitulé "Russie avant l’élection présidentielle" (-auxquels nous renvoyons les militants du comité) que seront analysés les derniers développements de cette crise. Les résultats du premier tour des élections présidentielles assuraient qu’au deuxième tour Boris Eltsine serait réélu, surtout après le "ralliement" du général Lebed à sa candidature au deuxième tour, et cela malgré que quelques jours avant le scrutin, au su de chacun Eltsine était malade à en mourir et qu’il avait disparu de la campagne électorale.

Les élections législatives de décembre 1995 avaient constitué une défaite pour Boris Eltsine et une victoire pour le PC (voir les résultats dans l’article Russie : avant les élections présidentielles). Comment Eltsine et sa clique ont-ils rétabli leur situation électorale ? D’abord en manœuvrant et en mettant à l’écart en apparence les artisans les plus en vue de la politique restaurationniste et en suspendant jusqu’aux présidentielles la politique de privatisation. En signant avec Eltsine un accord provisoire mettant fin aux hostilités, les dirigeants Tchétchènes ont voté Eltsine. Une autre raison est l’appui ouvert que l’impérialisme (américain tout particulièrement) a apporté à Eltsine au mois de mars 1996, le FMI consentait à la Russie un prêt record de 10 milliards de dollars. Au mois d’avril, Bill Clinton se rendait à Moscou et y félicitait Eltsine : "grâce à Boris Eltsine, plus de 60%" de l’économie a été privatisée. Le 29 avril, le Club de Paris (c’est à dire les créanciers publics) décide le rééchelonnement de 40 milliards de dollars de dettes sur 25 ans, ce qui constitue un autre record. "La communauté internationale s’empresse tellement à soutenir Boris Eltsine pour l’élection présidentielle du 16 juin prochain qu’elle ne semble pas en mesure de lui refuser quoi que ce soit" notent Les Échos le 30 avril sous le titre explicite : "Le Club de Paris vote Eltsine " après le rééchelonnement de la dette commerciale ; deux jours après, c’était le Club de Londres, qui regroupe 600 banques créancières, qui bouclait un accord sur le rééchelonnement de 25 milliards de dollars de dette (sur 25 ans avec une période de grâce de 7 ans). Quant aux 7 milliards d’arriérés d’intérêts, ils seront restructurés sur 20 ans.

Il faut préciser que depuis 1991, la Russie n’honorait pratiquement plus ses engagements. Bien évidemment, de tels accords ne sont pas désintéressés, et l’impérialisme entend bien se rembourser au centuple. Il lui faut pour cela un gouvernement russe domestiqué, pour une bourgeoisie russe compradore : Boris Eltsine est au fond un agent pur et simple de l’impérialisme américain chargé du maintien de l’ordre en Russie et dans la CEI. A joué également le contrôle étroit exercé sur les moyens de propagande, télévision en particulier, par le clan de Boris Eltsine alors que cet outil a fait défaut à Ziouganov en dépit de l’imbrication étroite du PC russe avec des secteurs importants de l’appareil d’État. Enfin le programme électoral du PC russe n’était pas fondamentalement différent de celui d’Eltsine. Il est également sur une ligne restaurationniste, mais sur un rythme moins échevelé : d’une part, par crainte d’une puissante réaction du prolétariat russe, d’autre part afin de permettre à la fraction de la bureaucratie qu’il représente de s’assurer, à son seul profit, du bénéfice des privatisations. Invité au forum économique de Davos en février 1996, Ziouganov a rassuré les représentants ainsi rassemblés du capitalisme mondial : "Nous reconnaissons le pluralisme politique et les diverses formes de propriétés(...) la réforme est un processus normal de la propriété, mais il faut la conduire de façon raisonnable(...) il faut encourager à la fois les gens qui veulent entreprendre et travailler, et soutenir ceux qui souffrent." (La Tribune Desfossés du 25.2.96).

Dans ces conditions, Boris Eltsine arrivait en tête à la suite du premier tour des élections présidentielles du 16 juin, avec 35% des voix, contre 32% pour Ziouganov ; ce dernier n’améliorait donc pas son score de décembre. Le général Lebed - grand pourfendeur de la corruption et de la décomposition de l’armée - obtenait 15%. Les autres candidats se partageaient le reste. Aussitôt commençaient de grossières manœuvres : quarante-huit heures après le premier tour, Boris Eltsine scellait une alliance (sans doute préparée de longue date) avec le général Lebed : ce dernier, au nom des 15% de voix obtenus, était nommé secrétaire du conseil de sécurité, avec des attributions élargies. Dans le même temps était limogé, à la demande d’Alexandre Lebed, le général Pavel Gratchev qui était ministre de la défense. Peu après sa nomination, Alexandre Lebed accusait "l’entourage" de l’ancien ministre de la Défense d’avoir fomenté un coup d’État, resté sans suite. De son côté, Boris Eltsine laissait entendre qu’à ses yeux Lebed était son meilleur successeur possible. Le 20 juin, la guerre des clans faisait trois nouvelles victimes : A. Korjakov, M. Barsoukov et O. Soskouets, trois proches de Boris Eltsine, étaient limogés sous la pression d’autres "proches" d’Eltsine mais représentant d’autre fractions du régime. Jusqu’au second tour des élections, le général Alexandre Lebed a joué le rôle qu’on attendait de lui : le nationaliste fort-en-gueule se préparant au rôle de César, exigeant davantage de pouvoir, autant militaires qu’économiques. Pourtant son "pouvoir" ne dépendait que d’Eltsine lui même : le Conseil de sécurité est une structure de l’appareil présidentiel créé par oukase en août 1992, formé et présidé par le président. Ses débats sont à huis clos et son rôle est de préparer les décisions du président en matière de sécurité et de politique, tant intérieures qu’extérieures. De toute façon, tout serait remis en cause après le second tour. Finalement, Boris Eltsine sortait vainqueur du second tour avec 53,7% des suffrages exprimés contre 40,4% à Ziouganov( pour 67,25% de votants).

LA CRISE DEMEURE

Sommaire
Pour autant, rien n’était résolu, bien au contraire, et on le vit nettement dans les jours qui suivirent le 3 juillet. Aussitôt réélu, Boris Eltsine reconduisait Victor Tchernomyrdine comme premier ministre. Comment celui-ci aurait-il pu s’accommoder d’un général Lebed qui n’avait eu de cesse de réclamer, trois semaines durant, de plus vastes pouvoirs dans tous les domaines ? Un général qui avait mené campagne en faisant le bilan suivant de la politique menée par le gouvernement Eltsine-Tchernomyrdine: "Le pays est dans une crise profonde. La mortalité dépasse considérablement la natalité. Le peuple est littéralement tombé dans la misère. Plusieurs régions éloignées du centre sont en situation quasi coloniale, on en extirpe tout sans y investir quoi que ce soit. Tout le système monétaire est menacé. La poursuite de la lutte contre l’inflation sans une politique industrielle structurée aboutira à des faillites en masse et à l’accélération du déclin."(Libération du 4 juillet) Tchernomyrdine reconduit dans ses fonctions entreprenait donc aussitôt de remettre Lebed à sa place, affirmant qu’en matière de pouvoirs, il n’entendait "donner quoi que ce soit à qui que ce soit". La guerre des clans reprenait donc aussitôt. En toile de fond de ces affrontements, il y a bien-sûr le dépeçage de la propriété étatique. Ainsi, au sujet des campagnes de presse concernant la corruption, Le Monde du 12 juillet explique : "Les faits rapportés sont en bien des points exacts, selon des spécialistes moscovites des affaires criminelles. Ils mettent en cause de célèbres "parrains" russes vivant à Paris et à Londres, liés au partage de la propriété, toujours en cours, du secteur métallurgique russe que gérait Oleg Sokovets. Ce partage, qui a fait en moins de trois ans des dizaines de morts (plus, dit-on, que le nombre des victimes des privatisations dans le secteur du pétrole), était placé sous la responsabilité de M. Soskovets, avant son renvoi par Boris Eltsine entre les deux tours de l’élection présidentielle, en même temps que celui de ses amis, les généraux responsables des services secrets présidentiel." Mais plus encore, il y a la nécessité pour le gouvernement russe d’affronter le prolétariat russe, et ce d’autant que si l’ impérialisme s’est montré conciliant avant les élections présidentielles (afin que son poulain soit réélu) il va se montrer pressant dès le lendemain de ces élections. Aussi est-ce comme un gage de bonne volonté donné à l’ impérialisme que Anatoli Tchoubaïs est alors nommé à la tête de l’administration présidentielle: Tchoubaïs est connu pour avoir été responsable de la politique de privatisation de fin 91 à fin 95 et il est considéré comme le garant de la politique de réintroduction du capitalisme ; après la défaite électorale de ses partisans en décembre 1995, Eltsine avait dû manœuvrer en recul, suspendre les privatisations en cours ou annoncées et démettre Tchoubaïs. Le retour de ce dernier vaut programme : il est considéré comme le "père des privatisations". En même temps, la mise en œuvre d’un tel programme signifie : satisfaire les exigences de l’impérialisme, en particulier mettre fin au formidable déficit budgétaire, couper toutes les subventions qui permettent à d’innombrables entreprises industrielles de survivre, fermer ces dernières, affronter le prolétariat. Le gouvernement russe redoute cet affrontement : la bureaucratie est disloquée et il manque au gouvernement l’assise d’une vraie bourgeoisie qui reste en grande part à (re)constituer. C’est ce qui explique les désaccords qui se sont immédiatement exprimés entre Eltsine et son premier ministre. Selon Le Monde du 12 juillet: "Après l’élection présidentielle, le premier ministre, Victor Tchernomyrdine, reconduit dans ses fonctions, a jugé que l’heure était désormais au serrage des ceintures après les excès de la campagne. Il s’agit de boucher rapidement les trous du budget pour éviter une crise majeure à l’automne, notamment une reprise de l’inflation. Mais dans un discours télévisé à la Nation, mercredi 10 juillet, Boris Eltsine a clairement annoncé que la lutte contre l’inflation ne serait plus la priorité. Le président a promis de "sérieuses corrections" de sa politique économique après l’importante leçon" de la présidentielle. "Le but principal est de faire revivre la production, d’assurer des commandes aux entreprises et du travail aux gens, d’élever le niveau de vie de chaque famille russe" a déclaré M. Eltsine.

" Bref le président a assuré que ses promesses de campagne seraient respectées. Son conseiller économique, Alexandre Livichts, avait précisé mardi qu’une "inflation basse ne peut plus être le but final de la politique économique". M. Livchits, avait souligné que la priorité "est désormais la hausse des investissements et la reprise de la croissance". Pourtant la fameuse "stabilisation" est loin d’être acquise. Elle est notamment menacée par les dépenses de la campagne électorale et de la chute, pendant cette période, des rentrées fiscales des budgets de l’État et des régions sont inférieures de 15 milliards de dollars (78 milliards de francs) aux objectifs. Au premier semestre, le gouvernement n’a réussi à collecter que 60% des sommes prévues dans le budget.

" Au lendemain du scrutin, le représentant du Fonds monétaire international à Moscou, qui n’avait que des éloges à faire pendant la campagne, a changé de ton. Le gouvernement doit "s’occuper de la situation budgétaire afin d’augmenter les revenus aussitôt que possible et s’assurer que le programme de dépenses correspond aux buts généraux du budget", a déclaré Thomas Wolf. "La très mauvaise collecte des impôts, le versement des retraites, le financement exagéré des régions et les taux d’intérêts artificiellement élevés des titres d’État vont avoir une influence très négative sur la situation budgétaire à l’automne", a reconnu M. Livchits.

Or le gouvernement russe est pris à la gorge. Où trouver l’argent ? Les impôts ne rentrent pas, et les emprunts à l’étranger seront soumis au bon vouloir de l’impérialisme... "Sur le marché russe, les autorités ont l’intention de réduire sérieusement les intérêts offerts sur les bons du trésor, qui assurent en partie le financement du déficit budgétaire. A la veille de l’élection, ceux-ci avaient atteints le taux record de près de 200% d’intérêt par an. Ils sont redescendus à 90% après le scrutin mais c’est encore très supérieur au taux d’inflation, qui ne devrait pas dépasser 25% à 30% cette année. Une réduction des taux d’intérêt pourrait avoir plusieurs conséquences négatives. D’abord, l’Etat risque d’avoir des difficultés à emprunter sur le marché intérieur à ces taux peu alléchants. Ensuite, la réduction des taux d’intérêt sur les bons du trésor pourrait précipiter une crise bancaire." (Le Monde du 12 juillet) C’est le chaos financier, économique et social qui s’annonce. A cette étape, on doit rappeler la conclusion de l’article de CPS n° 62, écrit 3 mois avant les élections, conclusion que les récents développements ci-dessus évoqués ont amplement confirmée : "Quels que soient les résultats de l’élection présidentielle, le pouvoir politique (qu’ incarne si bien Boris Eltsine avec son alcoolisme et ses crises cardiaques) n’en sortira pas stabilisé, bien au contraire. Les forces centrifuges qui tendent à le disloquer continueront à s’exercer. Or la situation économique et financière ne peut que s’aggraver ; le "vainqueur" devra affronter le prolétariat, la jeunesse ; les questions nationales sont explosives (Tchétchénie) ; etc... En d’autres termes la période ouverte par l’éclatement de la bureaucratie du Kremlin est loin d’être close. Bien entendu le cours de la lutte des classes dans le monde influera sur ses développements en Russie et réciproquement." LA CRISE S’ACCÉLÈRE (6-16 AOÛT 1996)
Sommaire
Dans cette guerre des clans, le général Lebed demeure le candidat affiché pour une dictature militaire ; et, compte tenu de l’état de décomposition alcoolique avancé de Boris Eltsine, le "Conseil de sécurité" tend à fonctionner comme une sorte de "polit-bureau" exerçant la réalité du pouvoir. Aussi Tchernomyrdine tente-t-il de constituer un autre "conseil" sans Lebed. Par ailleurs, la guerre en Tchétchénie a révélé la désintégration morale d’une grande partie de l’armée russe, sa désorganisation ; la guerre de clans traverse l’État Major et la caste des officiers.

Le 6 août, les indépendantistes tchétchènes lancent une attaque de grande ampleur ; le lendemain, ils s’emparent de Grozny, la capitale tchétchène. Expression de la décomposition de l’Etat-major russe, défaite militaire programmée par l’un des clans ? Le fait est que cette offensive était annoncée depuis trois jours mais que la veille de l’attaque, des soldats russes avaient reçu l’ordre d’abandonner leur poste de contrôle à l’entrée de la ville. Dès lors, le conflit Tchétchène cristallise l’affrontement entre les clans de la bureaucratie.

Le 7 août, Eltsine et le premier ministre exigent "des frappes adéquates". La veille, un mystérieux attentat contre le premier ministre a échoué.

Le 9 août, c’est un Boris Eltsine à demi-mort, incapable de parler, qui est conduit à la cérémonie de prestation de serment.

Le 11 août, le général négocie directement avec le chef d’état-major des indépendantistes tchétchènes, mais en même temps il demande des renforts. Son véhicule est pris comme cible par des soldats russes (des "tirs amicaux " expliquera-t-on). De son côté le ministre de l’intérieur, le général Koulikov, un adversaire de Lebed, déclare : "nous pouvons choisir la manière forte mais il faut savoir que cela implique de grosses dépenses et, de toute façon, je suis sûr que nous n’obtiendrons aucun résultat".

Le 14 août, Eltsine signe un décret dotant le Général Lebed de pouvoirs accrus pour le règlement du conflit Tchétchène.

Le 15 août, la composition du nouveau gouvernement de Tchernomyrdine est rendue publique. Trois postes de "premier vice-premier ministre" (sic) traduisent la volonté de poursuivre la politique de restauration du capitalisme et la nécessité de tenir l’équilibre entre les différents clans qui se déchirent :

  • Un jeune banquier, V. Potanine, proche de Tchoubaïs, chapeautera les questions économiques.
  • Un représentant du complexe militaro-industriel aura en charge l’industrie.
  • Un homme d’Eltsine aura la charge des questions "sociales", à savoir désamorcer l’explosive question des salaires impayés touchant près de 100 000 entreprises et 15 à 17 millions de travailleurs.
Le même souci de satisfaire chaque clan avait conduit Eltsine, le 17 juillet, à nommer le général Igor Rodionov, un proche de Lebed, au ministère de la défense russe, rééquilibrant la nomination de Tchoubaïs à la tête de l’administration présidentielle. Alors que la constitution prévoit qu’en cas de vacance du pouvoir, celui-ci est assuré par le premier ministre, la nomination de Rodionov renforce le pouvoir de Lebed en cas de conflit ouvert. Ce qui devient le cas à la mi-août : le 16, le général Lebed exige le départ de Koulikov, ministre de l’intérieur, alors même que la veille a été présenté le nouveau gouvernement. Lebed déclare : "deux animaux ne peuvent vivre dans la même tanière. Boris Eltsine devra faire un choix entre Lebed et Koulikov". L’ultimatum de Lebed est tombé à l’eau : Eltsine a maintenu en place Koulikov. Il y a beaucoup d’animaux qui s’affrontent dans la tanière de la bureaucratie, alors que se poursuit la débâcle financière. En juillet et en août, le F.M.I. a suspendu ses versements tandis que les impôts ne rentrent plus. Après l’été, le F.M.I. a repris ses versements pour aider une nouvelle fois Eltsine. Finalement, le 2 octobre, Eltsine a démis le général Lebed et quelques hommes de son clan. Les déchirements au sein du pouvoir connaissent à partir de là de nouveaux développements. La situation du prolétariat est catastrophique. CPS 62 l’a souligné. La presse, Les Échos du 17 juin par exemple en font état : " Selon le Comité des statistiques d’État, le salaire mensuel moyen a chuté l’année dernière de 22,5% en termes réels à moins de 760 francs. Même avec des loyers souvent symboliques et des prix sur les produits non importés bien inférieurs aux prix français, il est clair que le pouvoir d’achat des salariés place la plupart d’entre eux au-dessous du seuil de pauvreté. Sans compter les retards de paiement qui se multiplient. Dans le même temps, les services sociaux (santé, crèches) se délabrent ou deviennent inaccessibles. Pour ajouter au sentiment d’insécurité, le chômage, inconnu du temps de l’URSS, frapperait aujourd’hui 8,2% de la population.

" Enfin, les inégalités entre régions, entre industries, entre catégories sociales... - se sont fortement accrues. Les 10% de Russes les plus riches ont des revenus 13,5 fois supérieurs (contre 4,5 fois en 1992) à celui des 10% les plus pauvres et les "nouveaux riches" paradent en voiture de sport sous les yeux des "babouchkas" condamnées à vendre des babioles pour survivre. Plus grave : le quart de la population ne touche même pas le minimum vital (estimé à 264 francs par mois).

" Mais les statistiques sont encore une science peu exacte en Russie. Ainsi la production et les importations de produits de boulangerie baissent-elles depuis des années alors que la consommation ne fait qu’augmenter... Il semble pourtant que, à côté des grands perdants des réformes - tels les retraités dont l’inflation galopante a réduit les économies à néant et dont le revenu moyen atteint misérablement 183 francs par mois -, une majorité de la population "se débrouille". Au-delà du travail au noir, nombre de russes exercent, outre leur métier principal, une activité d’ "entrepreneur" (taxi, commerçant, actionnaire, etc.) qui compense la chute de leurs revenus, souligne Gérard Wild, chef du département "pays de l’Est" au CEPII (Centre d’études prospectives et d’informations internationales).

(...)

" L’évolution est spectaculaire. Les salaires ne représentaient que 40% des revenus des ménages en 1995, contre 70% en 1992. Dans le même temps, la part de l’activité d’ "entrepreneur" a bondi de 16% à 45%. De plus, soutenu - grâce aux crédits occidentaux - par les autorités, le rouble s’est finalement beaucoup moins déprécié vis-à-vis du dollar que prévu, compte tenu de l’inflation. Les russes ont donc vu leur pouvoir d’achat en produits importés (alimentaire, électronique) multiplié par deux en dollars l’année dernière

Mais quels sont les russes qui ont les moyens d’acheter des produits importés ? Et combien de temps l’appui financier de l’impérialisme pourra-t-il financer cette couche nouvelle de petits bourgeois ? Si l’on en croit Le Figaro du 7 août 1996 : "Les mineurs des Territoires maritimes n’avaient plus reçu de salaire depuis janvier dernier. Des cas de suicide étaient signalés, des gosses avaient été empoisonnés pour avoir mangé, faute de mieux, des chiens errants. Pourtant l’Etat, affirme Alexandre Livchits, le conseiller du président, avait envoyé à Vladivostok 60 milliards de roubles le 26 Janvier pour les salaires des mineurs. mais un tiers seulement de la somme est arrivé à destination en février.

" Des experts du ministère des Finances et de l’Économie enquêtent actuellement sur la disparition de l’argent. (...)

" La Russie se trouve peut-être, à la veille d’un mouvement de protestation sociale, sans précédent, depuis la chute de l’URSS et la détermination des mineurs encourage l’armée des "humiliés" à réclamer justice. La Fédération des syndicats indépendants qui regroupe 70 millions de travailleurs est un peu partout débordée par une base qui lui reproche son "attentisme".

" Selon un des responsable "la légendaire patience du peuple russe est épuisée". Il affirme qu’il reste très peu de temps au pouvoir pour contenir le "mécontentement populaire" décrit par Friedrich Gorenstein sous l’aspect d’un "sanglier fou" qui a ravagé le pays tout entier il y a 79 ans"

De toute évidence, la bourgeoisie est inquiète. Mais la récente grève des mineurs montre les conséquences de l’impasse politique, tout autant qu’elle montre la puissance du prolétariat et les limites actuelles de celui-ci : Le 6 août 1996, les 22 000 mineurs d’Extrême-Orient ont repris le travail après trois semaines de grève pour le paiement des arriérés de salaire après avoir obtenu "la promesse" du paiement pour les salaires de "février mars", et alors même que le mouvement s’étendait dans d’autres bassins (Rostov sur le Don, Vorkonta, Kuzbass) : la bureaucratie a étouffé à bon compte ce foyer là alors que l’explosion générale est possible. D’autant que l’aide de l’impérialisme, en particulier pour ce qui concerne les investissements, lui est autant plus comptée que l’explosion politique et sociale menace

LIMITE DES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

Sommaire
En Russie, en dépit de l’enjeu politique, les investissements des puissances impérialistes sont très limités. Ces investissements atteignent 5,6 milliards de dollars, deux fois moins qu’en Hongrie, pays infiniment plus petit. Selon Les Echos du 17 juin 1996, ces investissements devraient exploser... d’ici l’an 2 000. Mais en attendant, "les incertitudes politiques et réglementaires -Moscou édicte chaque jour de nouveaux décrets en contradiction avec d’anciens textes, fait valoir un industriel-, sans compter l’influence des mafias" n’incitent pas à l’investissement. "Pour le moment, les investissements étrangers se sont surtout concentrés sur le secteur pétrolier -où les projets en suspens sont pharaoniques- et les produits de consommation (cigarettes, alimentaire), où les retours sur investissement seraient prometteurs à moyen terme". C’est ainsi que la presse a annoncé la signature, le 3 mai 1996, d’un accord entre le groupe Mobil et le gouvernement du Kazakhstan : pour 5,7 milliards de francs à verser d’ici l’an 2 001, ce monopole américain s’approprie 25% du principal champ pétrolier Kazakh situé au bord de la mer Caspienne et déjà détenu, pour moitié, par une autre compagnie américaine, le groupe Chevron. Par ailleurs, fin avril a été signé par Eltsine et le président Kazakh un accord pour la construction d’un oléoduc de 2 000 km (coût : 1 milliard de dollars) qui sera pour une part propriété des États russes et Kazakh, pour une autre part du Sultanat d’Oman et pour moitié des groupes Mobil et Chevron. "Mobil compte tirer dès cette année les premiers profits de son investissement" (Les Échos 20/05/96).

En clair, l’économie de la Russie, de l’ex-URSS (mais aussi de l’Est de l’Europe) doit être subordonnée aux puissances impérialistes ; ces pays doivent devenir des semi-colonies. Il n’y a pas de construction possible d’un capitalisme russe proprement dit mais seulement d’une économie dominée, d’une bourgeoisie compradore. Et de toute façon, pour qu’il y ait investissements massifs, il faut un "ordre" politique stable, solide : ce n’est pas demain la veille.

LA NATURE SOCIALE DE CES ÉTATS

Sommaire
Lors de notre précédente conférence (novembre 1994) nous écrivions : "Caractériser la nature sociale des rapports de production existant dans ces pays n’est pas simple. Pour y parvenir il faudrait examiner l’économie de chacun d’entre eux, car il y a des variantes. De toute façon aucune d’entre elle ne rentre dans une norme toute établie d’après des catégories figées. Les économies de ces pays sont des économies où le capital a été exproprié, qui fonctionnaient de façon planifiée sous la direction de bureaucraties parasitaires et étaient ruinées et déchirées de contradictions. Sous la pression de l’économie capitaliste elles se sont disloquées. C’en est fini de la planification et du monopole de l’État du commerce extérieur. La restauration capitaliste est en cours. Mais la propriété privée des moyens de production reste partielle. A des degrés divers la propriété étatique existe encore dans des secteurs décisifs des moyens de production. tout cela sur un espace économique dévasté.

" Pour l’instant il faut continuer à caractériser ces États, en fonction de leur infrastructure économique et de son état, comme étant des états ouvriers dégénérés en voie de liquidation plus ou moins avancée sauf l’ex-RDA qui a été complètement liquidée et absorbée par la RFA. Il ne faut pas, surtout pas s’engager en des discussions byzantines sur cette question. Il n’y a aucune hâte à modifier cette appréciation. Mieux vaut un peu plus tard que trop tôt. De toute façon il faut combattre contre les privatisations. Mais ce sont là des mots, si n’est pas mis au premier plan, l’objectif de la conquête ou la reconquête du pouvoir politique par le prolétariat."

LE CAPITALISME RESTAURÉ
Sommaire
Deux ans plus tard, on ne peut en rester là. En 1995, une nouvelle et décisive vague de privatisations a été réalisée. Le Monde du 24 janvier 1996 écrivait : "Malgré l’organisation officielle d’enchères, la seconde phase de la privatisation s’est surtout résumée à des arrangements privés préalablement établis. Deux des plus grandes banques du pays, réputées proches du pouvoir, Menatep et Oneximbank, ont raflé, directement ou grâce à des intermédiaires, les plus beaux joyaux de l’industrie russe : les géants du pétrole Sidanko et Ioukos, le producteur de métaux rares, Norilsk Nickel. Ces banques ont fait main basse sur les entreprises, payant des prix jugés "ridiculement bas", lors d’enchères dont elles étaient souvent les organisatrices et d’où elles avaient écarté leurs concurrents pour des "raisons techniques". Cette opération a constitué un saut qualitatif de la nature de l’économie de la Russie : la propriété privée des moyens de production était rétablie. Le mode de production dominant est redevenu capitaliste. A ce point, il convient de citer ce que Trotsky écrivait : "Qualifier de transitoire ou d’intermédiaire le régime soviétique, c’est écarter les catégories sociales achevées comme le capitalisme (y compris le "capitalisme d’État") et le socialisme. Mais cette définition est en elle-même tout à fait insuffisante et risque de suggérer l’idée fausse que la seule transition possible pour le régime soviétique actuel mène au socialisme. Un recul vers le capitalisme reste cependant parfaitement possible. Une définition plus complète sera nécessairement plus longue et plus lourde.

" L’URSS est une société intermédiaire entre le capitalisme et le socialisme, dans laquelle : a) les forces productives sont encore trop insuffisantes pour donner à la propriété d’État un caractère socialiste ; b) le penchant à l’accumulation primitive, né du besoin, se manifeste à travers tous les pores de l’économie planifiée ; c) les normes de répartition, de nature bourgeoise, sont à la base de la différenciation sociale ; d) le développement économique, tout en améliorant lentement la condition des travailleurs, contribue à former rapidement une couche de privilégiés ; e) la bureaucratie, exploitant, les antagonismes sociaux, est devenue une caste incontrôlée, étrangère au socialisme ; f) la révolution sociale, trahie par le parti gouvernant, vit encore dans les rapports de propriété et dans la conscience des travailleurs ; g) l’évolution des contradictions accumulées peut aboutir au socialisme ou rejeter la société vers le capitalisme ; h) la contre-révolution en marche vers le capitalisme devra briser la résistance des ouvriers ; i) les ouvriers marchant vers le socialisme devront renverser la bureaucratie. La question sera tranchée en définitive par la lutte de deux forces vives sur les terrains national et international."(La Révolution Trahie (De la Révolution) Ed. de Minuit p.606)

Plus loin Trotsky soulignait : "Une nouvelle révolution est inéluctable...." et encore : " En présence d’une pression énergique des masses, et étant donné la différenciation sociale des fonctionnaires, la résistance des dirigeants peut être beaucoup plus faible qu’elle ne paraît devoir l’être. Sans doute ne peut-on se livrer, à ce propos, qu’à des conjectures. Quoi qu’il en soit, la bureaucratie ne pourra être écartée que révolutionnairement et ce sera, comme toujours, au prix de sacrifices d’autant moins nombreux qu’on s’y prendra plus énergiquement et plus hardiment. Préparer cette action et se mettre à la tête des masses dans une situation historique favorable, telle est la tâche de la section soviétique de la IVème Internationale, encore faible aujourd’hui et réduite à l’existence clandestine. Mais l’illégalité d’un parti n’est pas son inexistence : ce n’est qu’une forme pénible de son existence. La répression peut se montrer parfaitement efficace contre une classe qui quitte la scène, la dictature révolutionnaire de 1917/1923 l’a pleinement démontré ; le recours à la violence contre l’avant-garde révolutionnaire ne sauvera pas une caste qui se survit, dans la mesure naturellement où l’URSS a un avenir". (Idem p.627) Les événements n’ont pas suivi le cours que Léon Trotsky projette ici. La réalité de la "section soviétique de la IVème Internationale" parmi la classe ouvrière semble avoir été à ce moment à peu près nulle. En fait, la plupart des "trotskistes" étaient déportés. Finalement ils ont été physiquement liquidés. Le prolétariat de l’URSS a subi pleinement, totalement la dictature et la spoliation stalinienne. La guerre a été un nouveau très dur coup contre elle (20 millions de morts). Elle fut saignée au sens strict du terme. Par contre, la bureaucratie du Kremlin réussit à maintenir sa position dominante . A la fin de la guerre, Staline apparaissait triomphant. Mais l’URSS était au bord de l’abîme.

Pourtant dès le début de l’occupation par ses troupes des pays de la partie Est de l’Europe, la bureaucratie du Kremlin dut procéder à des étatisations considérables. Dans tous les pays de l’Est de l’Europe que l’impérialisme allemand avait occupés, il s’était également saisi de l’ensemble des entreprises. Sa défaite a laissé la propriété de celles-ci vacantes. La bureaucratie du Kremlin, les bureaucraties locales, projections de celle du Kremlin furent dans l’obligation d’en prendre le contrôle et de les gérer, sans pour autant prétendre modifier le mode de production .Ce furent les années dites de "Démocratie populaire".

LA BUREAUCRATIE EXPROPRIE LE CAPITAL DANS LES PAYS DE L’EST DE L’EUROPE

Sommaire
A ce point, il est nécessaire de rappeler ce qu’écrivait Trotsky le 25 septembre 1939, au lendemain du partage de la Pologne entre le Kremlin et l’impérialisme allemand dans L’URSS dans la guerre : "Étant donné que la dictature bonapartiste de Staline s’opère sur la propriété d’État et non sur la propriété privée, l’invasion de la Pologne doit dans ces conditions entraîner l’abolition de la propriété privée capitaliste afin d’aligner le régime des territoires occupés sur celui de l’URSS.

" Mesure révolutionnaire par sa nature "l’expropriation des expropriateurs" s’effectue dans ce cas de manière militaro-bureaucratique. Tout appel à une action indépendante des masses - mais sans un tel appel, fut-il très prudent, il est impossible d’établir un nouveau régime - sera sans nul doute étouffé le lendemain même par d’impitoyables mesures de police afin d’assurer la prépondérance de la bureaucratie sur les masses révolutionnaires." (Défense du Marxisme page 121).

C’est très exactement ce qui s’est produit. Le même processus s’est déroulé en 1948 dans les pays qu’occupaient les armées de la bureaucratie du Kremlin. Jusqu’alors Dimitrov, porte-parole de Staline, avait prétendu que "la démocratie populaire allait vers le socialisme par d’autres voies que la dictature du prolétariat". En 1948, le même Dimitrov prononçait au 5ème Congrès du Parti communiste bulgare, un grand discours, dans lequel il rompait avec cette "théorie" et reprenait à son compte ce que Staline venait d’expliquer. Il déclarait : "(la démocratie populaire) est en fait la dictature du prolétariat sous une nouvelle forme"..."Selon les principes marxistes, le système soviétique de gouvernement et le système de gouvernement dans les pays de "démocratie populaire", sont deux formes d’un même pouvoir, le pouvoir de la classe ouvrière alliée à la paysannerie travailleuse et la dirigeant. Elles sont toutes deux des formes alternatives de la dictature du prolétariat". Ces déclarations avaient comme fonction de justifier "théoriquement" la modification radicale de la politique de la bureaucratie du Kremlin dans les pays de la partie Est de l’Europe que ses troupes occupaient. Tournant brutal pris en février 1948.

Ce que Trotsky écrivait en Septembre 1939, à propos de la partie de la Pologne que le Kremlin occupait se réalisait point par point en 1948 mais cette fois à l’échelle de tous les pays de la partie Est de l’Europe : le capital était exproprié. Dans la citation faite ci-dessus, Trotsky décrit 9 ans auparavant, ce qui s’est passé dans les pays de l’Est de l’Europe et notamment en Tchécoslovaquie et qui fut appelé "le coup de Prague". Le contrecoup ce furent les sanglants procès montés de toutes pièces contre les directions des PC et des États au cours des années suivantes. (Procès Radek en Hongrie, Kostov en Bulgarie, etc...) Une des contreparties de l’expropriation du capital dans les conditions qui viennent d’être évoquées, ce fut le flot de sang que Staline a fait verser de 1948 à sa mort en 1953. A la veille de sa mort, il préparait une nouvelle et gigantesque épuration sous la couverture du "complot des médecins". A noter que quelques jours après sa mort les médecins furent libérés et leur "complot" s’évapora, ce qui jette un doute sur le fait qu’il soit mort de son plein gré.

Avant d’en arriver là, la politique du Kremlin a consisté à essayer de trouver un accord avec l’impérialisme américain à propos de ces pays de l’Est de l’Europe et de l’URSS. Mais l’impérialisme américain a mis en avant une politique qui ne revenait à rien de moins qu’à investir l’URSS, à y pénétrer et y rétablir le mode de production capitaliste. C’est ainsi qu’il proposa au Kremlin de participer au Plan Marshall en acceptant toutes les implications. D’autre part, il offrit au Kremlin d’ouvrir à l’URSS des crédits considérables à la condition que ses capitaux puissent librement circuler.

Mais la pénétration du capital en URSS et la restauration capitaliste ne peuvent que mettre en cause les bases sur lesquelles la bureaucratie s’appuie et aller, par conséquent, dans le sens de son ébranlement, de son éclatement et de sa liquidation en tant que telle. Aussi en juillet 1947 ses représentants ont-ils dénoncé le Plan Marshall et la politique d’investissement de l’URSS que voulait pratiquer l’impérialisme américain. Réagissant, celui-ci s’est engagé dans une politique de pression politique, économique, militaire sur l’URSS et les pays de l’Est de l’Europe, dans la course aux armements, dans la préparation ouverte d’une guerre contre eux.

Dès lors, la bureaucratie du Kremlin s’est orientée vers l’expropriation du capital dans la partie Est de l’Europe. En septembre 1947, elle constituait le Kominform. Le Kominform regroupait les représentants de neuf Partis communistes européens. Les Partis communistes français et italien et les partis communistes de l’URSS, de Yougoslavie, de Bulgarie, de Roumanie, de Hongrie, de Tchécoslovaquie, de Pologne. Son objectif déclaré était de combattre la politique de l’impérialisme américain. Dans sa déclaration constitutive il appelait "à se rallier sur une plate-forme anti-impérialiste et démocratique" et non à la Révolution prolétarienne. Le Parti communiste yougoslave en assurait la présidence jusqu’au moment où, le 28 juillet 1948, il en fut lui-même exclu. La constitution du Kominform a annoncé le tournant radical qui fut appelé "le coup de Prague" (25 février 1948) : le Parti communiste de Tchécoslovaquie s’emparait pratiquement du pouvoir.

Très rapidement, le capital était exproprié en Tchécoslovaquie et dans les autres pays de la partie Est de l’Europe que les troupes du Kremlin occupaient. De son côté l’impérialisme américain préparait l’organisation de l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord). Le 4 avril 1949 était publié le Pacte atlantique qui affirmait la nécessité de constituer une alliance militaire pour la défense du "monde libre". Il comprenait d’ores et déjà des dispositions militaires. C’était le prélude à la constitution de l’OTAN.

UNE POLITIQUE ABERRANTE ET AVENTURISTE

Sommaire
En réplique, le Kremlin, la voie de la révolution lui étant interdite, impulsait une politique aberrante et aventuriste : engagement dans la course aux armements, blocus de Berlin (y compris si le 14 juillet 1949 le Kremlin était en mesure de faire exploser sa première bombe atomique). A son instigation, le 15 juin 1950, l’armée Nord coréenne franchissait le 38ème parallèle et envahissait la Corée du Sud qui était sous le contrôle de l’impérialisme américain. Elle avançait sans grande opposition jusqu’à un périmètre qui se situe autour du port du Sud de la Corée : Fusan. Mais là les troupes américaines regroupées et déjà renforcées la fixait. Mandaté par l’ONU, l’impérialisme américain préparait la contre-attaque. Mac Arthur était nommé Commandant suprême des forces des Nations Unies en Corée. Le 15 septembre, les troupes des Nations Unies débarquaient à Inchon. Dès le 20, elles reprenaient Séoul et coupaient la Corée en deux à la hauteur du 38ème parallèle, les forces Nord-coréennes étaient prises dans une nasse. Mac Arthur faisait alors envahir par ses troupes la Corée du Nord .Le 20 novembre, le 9ème division américaine atteignait le Yalu, frontière entre la Chine et la Corée du Nord.

La bureaucratie chinoise se sentant menacée faisait intervenir massivement ses troupes en Corée. Au prix de pertes monstrueuses, elles mettaient en déroute les troupes américaines. Les troupes chinoises ne furent bloquées qu’au niveau, à nouveau, du 38ème parallèle. En réplique à l’intervention chinoise, Mac Arthur propose alors d’attaquer la Chine en utilisant les armes atomiques. Le président Truman le démit de son commandement et le remplaça par le général Ridgway.

Il ne s’agit pas ici de retracer totalement le déroulement de la guerre de Corée mais de souligner que la bureaucratie du Kremlin, la voie de la Révolution lui étant interdite, en a été réduite à une politique aventuriste et à se situer sur le terrain même de l’adversaire, à s’engager dans la course aux armements, voire dans la guerre.

L’affaire des missiles de Cuba en est une démonstration encore plus évidente : le 23 octobre 1962, les États-Unis faisaient savoir que l’URSS installait à Cuba des fusées capables de frapper le territoire américain. Kennedy annonçait qu’il donnait l’ordre d’appliquer une quarantaine au trafic d’armes offensives vers Cuba (en d’autres termes de bloquer ce trafic). A cette fin, une formidable armada américaine se rassemblait entre les côtes de Cuba et les côtes américaines. La bureaucratie du Kremlin déclara maintenir ses fusées à Cuba, en faisant monter la tension à un point extrême, à la limite de l’affrontement militaire pour finalement capituler et accepter de démanteler ses fusées.

Après la mort de Staline, la crise de la bureaucratie du Kremlin n’a cessé de rebondir. mais ce qui a marqué essentiellement cette période ce sont les mouvements révolutionnaires dans les pays occupés par le Kremlin (déjà évoqués plus haut) qui vont du mouvement révolutionnaire de la partie Est de l’Allemagne en Juin 1953 à la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989 (mur que la bureaucratie du Kremlin a édifié en 1961 pour stopper l’hémorragie d’allemands passant de l’Est à l’Ouest).

Il est impossible de suivre ici la politique que Khrouchtchev et ses successeurs ont pratiquée. Qu’il suffise de dire que dans de nouvelles conditions, elle s’est entièrement située en défense de la bureaucratie du Kremlin.

GORBATCHEV CAPITULE DEVANT L’IMPÉRIALISME

Sommaire
L’élection de Gorbatchev, le 21 mars 1985, au poste de Secrétaire général du PCUS ouvre une nouvelle période historique : celle de la capitulation totale du Kremlin devant l’impérialisme et singulièrement devant l’impérialisme américain. Gorbatchev s’est engagé dans le cours qui aujourd’hui a abouti à la restauration du mode de production capitaliste. C’est dans ce sens qu’allaient, dès 1985, la Perestroïka et la Glasnost.

Il n’y a pas qu’en Russie que le mode de production capitaliste a été restauré, c’est le cas dans l’ensemble des pays de l’ex-URSS et dans ceux de la partie Est de l’Europe que le Kremlin contrôlait. L’exemple de la Tchécoslovaquie est de ce point de vue démonstratif. Louis Gauthier ne saurait être soupçonné d’amplifier les faits dans ce domaine : il publie dans La Vérité de Septembre 1996, un article intitulé : "A propos des privatisations à l’Est de l’Europe" qui peut être largement utilisé. Il y établit qu’indiscutablement dans l’ensemble des pays de l’Est de l’Europe que contrôlait le Kremlin, le capitalisme est redevenu le mode de production dominant, ce qui signifie pour les prolétaires de ces pays "une formidable régression sociale". Toute trace de l’économie planifiée n’a pas pour autant disparu et le prolétariat des secteurs où ces traces subsistent s’y accroche et les défend. A ce point, il faut rappeler ce que signifiait la nécessité d’une révolution politique (se reporter à la citation de la Révolution Trahie faite plus haut. Mais Trotsky écrivait encore :

"L’idée que la seule transition possible au régime soviétique actuel mène au socialisme (est) fausse. Un recul vers le capitalisme reste cependant possible". C’est cette variante qui s’est réalisée. Pourquoi ? parce que la bureaucratie a réussi à désarmer politiquement le prolétariat de l’URSS. Pour ce faire, Staline a liquidé physiquement la génération d’Octobre. Mais pour Staline rien ne serait fait tant que Trotsky resterait vivant. En effet, Trotsky c’était l’incarnation de la tradition révolutionnaire d’Octobre 17, du combat pour la Révolution prolétarienne mondiale, de la défense des conquêtes d’Octobre de la seule façon où, en dernière analyse, c’était possible, par la révolution politique chassant la bureaucratie et restaurant le pouvoir des Soviets. Trotsky c’était l’organisateur de la force politique nécessaire pour mener victorieusement ce combat, la IVème Internationale, son dirigeant politique indispensable. Le 20 Août 1940, Staline parvenait à ses fins, Léon Trotsky était assassiné par l’agent stalinien Mornard.

LA QUATRIÈME INTERNATIONALE

Sommaire
Avec le recul du temps, il est permis de dire que l’assassinat de Trotsky a décapité la IVème Internationale, d’autant qu’il a été complété par la liquidation physique de l’essentiel des cadres de la IVème Internationale avant et pendant la guerre. Certes elle n’a pas disparu formellement comme telle. Aux États-Unis, sous l’impulsion du Socialist Workers Party, la IVème Internationale a survécu. En Europe, la guerre, les opérations militaires, la situation politique nouvelle ont, en 1940, disloqué la IVème Internationale. Dès 1943, les premiers jalons de sa reconstruction ont été posés, un secrétariat européen était constitué qui, au cours même de la guerre, a commencé à la reconstruire. Dès 1943, le SE publiait la revue IVème Internationale. Sous son impulsion, en février 1944, se tenait une "Conférence européenne de la IVème Internationale". Le SE impulsait la tenue dès 1946 de la "Conférence Internationale d’avril 1946" qui élisait un nouveau "Comité Exécutif International" dont le centre se situait en France et dont la force politiquement dirigeante était l’ancien Secrétariat européen. Sous sa direction et son impulsion, des assises internationales étaient préparées au début 1948. Sous l’impulsion de la direction et notamment de Pablo, elle se baptise "Deuxième Congrès mondial de la IVème Internationale". Malheureusement il n’y a jamais eu de "Premier Congrès mondial", mais en 1938 une simple Conférence qui consacra l’existence de la IVème Internationale. A l’appellation "IIème Congrès mondial de la IVème Internationale" correspondait une structuration extrêmement centralisée et hiérarchisée, la IVème Internationale était "construite" de la manière suivante "petit poisson deviendra grand". La réalité ne correspondait pas à la fiction, la IVème Internationale en était toujours au stade de sa construction. Cette contradiction allait avoir des conséquences dramatiques. Bientôt, il apparut qu’effectivement la IVème Internationale restait entièrement a construire. Dès lors, ce fut la recherche d’une construction miracle. Opportunément, la rupture entre Tito et Staline sembla être ce miracle. Il était juste de combattre dans cette affaire contre Staline et le Kremlin,, mais c’était avoir de terribles illusions que de croire que Tito pouvait devenir trotskiste et le PCY membre de la IVème Internationale. Ce fut pourtant l’orientation suivie par Pablo et par le "Comité exécutif de la IVème Internationale".

LE PABLISME

Sommaire
Lorsqu’au moment de la guerre de Corée, Tito et le PCY se rangèrent au côté de l’impérialisme américain, la déception fut terrible. Et il y a un lien direct entre cette déception et "Où allons-nous ?" publié dans le numéro de IVème Internationale de Février-Avril 1951. Rappelons que Pablo y déclarait : "La réalité sociale objective pour notre mouvement est composée essentiellement du régime capitaliste et du monde stalinien. Du reste, qu’on le veuille ou non ces deux éléments constituent la réalité sociale tout court, car l’écrasante majorité des forces opposées au capitalisme se trouvent actuellement dirigées ou influencées par la bureaucratie du Kremlin". D’un trait de plume Pablo rayait le point de départ du Manifeste Communiste, clé de voûte de l’analyse de Marx, ce qui commande toute l’action de Marx et du marxisme : "L’histoire jusqu’à nos jours est l’histoire de la lutte des classes". Il y substituait des "blocs". Il s’intégrait lui-même au "bloc" stalinien et voulait y intégrer la IVème Internationale sous la direction de Staline, de la bureaucratie du Kremlin. Il s’agissait finalement de la destruction de la IVème Internationale. Pablo "justifiait" cette orientation en décrivant une situation apocalyptique. La guerre à brève échéance entre le "bloc" impérialiste et le "bloc" stalinien était inéluctable : " La guerre dans de telles conditions, dans un rapport de forces tel qu’il existe actuellement internationalement, serait essentiellement la Révolution. La progression de la révolution anticapitaliste dans le monde éloigne mais en même temps précise le danger de guerre générale. La guerre serait cette fois la Révolution.

" Ces deux notions de la Révolution et de la guerre, loin de s’opposer ou de se distinguer en tant que deux étapes considérablement différentes de l’évolution, se rapprochent et s’entrelacent au point de se confondre par endroits et par moments. A leur place, c’est la notion de la Révolution-guerre et de la Guerre-révolution qui émerge et sur laquelle doivent se fonder les perspectives et l’orientation des marxistes révolutionnaires de notre époque".

Le plus grave c’est que, après "Où allons-nous ?", le "troisième Congrès mondial" adopta l’analyse et l’orientation qu’y définit Pablo. Seule la section française s’y opposa et réaffirma une analyse marxiste ; marginalisée, elle fut mise au ban de l’Internationale. En ce qui concerne la suite de l’histoire de la IVème Internationale, les militants du Comité se reporteront aux nombreux textes et rapports publiés dans CPS ou votés par nos différentes conférences.

LA IVÈME INTERNATIONALE APRÈS L’ASSASSINAT DE TROTSKY

Sommaire
Il faut revenir sur la continuité de la IVème Internationale après l’assassinat de Trotsky. Formellement, il y a eu continuité, mais la disparition de Trotsky s’est révélée destructrice d’autant que les circonstances étaient difficiles. Aux États-Unis, le SWP et la IVème Internationale se sont trouvés devant la nécessité de promouvoir le défaitisme révolutionnaire au sein même de la puissance impérialiste dominante. Ils l’ont fait non sans opportunisme.

En Europe (voir ci-dessus), la IVème Internationale et ses sections étaient à reconstruire. Dès 1943, cette tache a été entreprise (voir plus haut). Mais ce fut dans un respect purement formel de ce que Trotsky avait écrit et des perspectives qu’il avait ouvertes au début de la guerre en 1940 : crise et dislocation de la bureaucratie stalinienne, crise majeure du mode de production capitaliste, liquidations sans appel de la démocratie bourgeoise, etc... Dans ces conditions, la IVème Internationale et ses sections pourraient devenir les organisations regroupant l’avant-garde révolutionnaire du prolétariat et finalement résoudre sa crise de direction. Avec des corrections que la réalité a imposées, cette appréciation a nourri la politique de la direction de la IVème Internationale. Avec la transformation d’une Conférence internationale en "IIème Congrès mondial de la IVème Internationale" alors que la IVème Internationale en était encore au stade de la construction élémentaire, de son homogénéisation, n’était toujours pas implantée dans le prolétariat et encore moins reconnue par lui comme "sa direction". Le délire du "IIème Congrès mondial" a eu comme contrecoup le pablisme. Il faut maintenant analyser le pourquoi, le comment et les conséquences du rétablissement du capitalisme en Russie, dans les pays de l’ex-URSS et ceux de la partie Est de l’Europe que l’armée du Kremlin avait occupés. Staline et la bureaucratie du Kremlin ont réussi à couper le prolétariat de l’URSS de sa propre histoire. Pour y parvenir ils ont liquidé physiquement la génération d’Octobre et l’ont déconsidérée. L’assassinat de Trotsky était donc pour eux une nécessité ; la capitulation de la IVème Internationale a fait le reste. Mais agissant ainsi "nolens volens" Staline préparait l’éclatement de la bureaucratie du Kremlin, les conditions de la restauration capitaliste.

MOMENTS DE "DÉTENTE"

Sommaire
La période s’étendant de 1948 à 1985 est marquée par de nombreux moments de "détente". Ainsi en 1972, ce fut la "détente" entre l’impérialisme américain et la Chine. Jouant sur le conflit entre Pékin et le Kremlin, il noua d’étroites relations avec Pékin. Du 21 au 28 février, Nixon entreprit un "voyage historique" en Chine, en pleine guerre contre le Vietnam. Les américains renonçaient solennellement à soutenir Formose. Le 28 octobre 1971, la Chine avait été admise à l’ONU et Formose en était exclue. En cette même année, du 22 au 30 mai, Nixon se rendait à Moscou. Pourtant au cours des années 1980-1985, Reagan a poussé au maximum la course aux armements. Incapable de poursuivre à ce rythme cette course, la bureaucratie du Kremlin a capitulé.

*

*           *

Aujourd’hui, les États de l’ex-URSS, de l’Est de l’Europe, sont des États bourgeois en reconstruction. En URSS, l’État ouvrier était issu de la mobilisation des masses, de la Révolution d’Octobre 1917, de la prise du pouvoir par le parti bolchevik devenu majoritaire dans les Soviets. La dégénérescence de cet État amenait la IVème Internationale à le caractériser comme un État ouvrier dégénéré. Dans la partie Est de l’Europe occupée par l’armée de l’URSS au sortir de la 2ème Guerre mondiale, les États bourgeois ont été transformés par la bureaucratie stalinienne en États ouvriers bureaucratiques. En Chine, après la prise du pouvoir par le PCC en 1949, la bureaucratie maintien les rapports bourgeois de propriété. C’est lors de la guerre de Corée, pour les besoins du combat, que l’appareil du PCC exproprie la bourgeoisie. Un processus du même type s’est déroulé à Cuba. Ces États étaient des États bureaucratisés dès le départ. Les superstructures de ces États étaient depuis longtemps bourgeoises, leurs infrastructures économiques et sociales sont redevenues en totalité bourgeoises dans les États issus de l’éclatement de l’URSS, dans les États de l’Est de l’Europe (ce sont aujourd’hui des États bourgeois) ; elles sont à la limite de l’être à Cuba et en Chine.

*

*          *

Il est indispensable de caractériser ce que la restauration du capitalisme signifie pour le prolétariat russe, les prolétariats de l’ex-URSS, de la partie Est de l’Europe que la bureaucratie contrôlait : une très dure défaite historique ; et pas seulement pour ces prolétariats, pour le prolétariat mondial également. La contre-révolution sociale triomphante en URSS rejette loin en arrière le prolétariat mondial. Les prises de position des partis social-démocrates, des PC le montrent à l’évidence. Jusqu’alors, ils devaient se réclamer formellement (les dimanches et les jours de fête, il est vrai) du socialisme, du communisme pour garder leur emprise sur les prolétariats. Désormais ils les rejettent et les dénoncent en les identifiant au régime stalinien et en déclarant que le socialisme, le communisme ont fait faillite, ils se situent ouvertement dans le cadre de la prétendue "mondialisation du capital" (voir la suite de ce texte).

Le Comité pour la construction du Parti ouvrier révolutionnaire, la construction de l’Internationale ouvrière révolutionnaire doit avoir pleine conscience de cette défaite. La Révolution sociale est à refaire. Pour l’instant, les prolétariats ne peuvent partir que de la défense de leurs conditions de travail et de vie pour engager le combat et non plus de l’acquis que représentait l’expropriation du capital en URSS et dans les pays de la partie Est de l’Europe.

RÉPERCUSSION SUR LES PROLÉTARIATS DES PAYS CAPITALISTES

Sommaire
Trotsky considérait que la restauration capitaliste en URSS serait un coup très dur pour le prolétariat de tous les pays, y compris pour ceux où se maintenait le mode de production capitaliste. Cela se vérifie aujourd’hui. La restauration capitaliste est à peine achevée dans les pays de l’ex-URSS, ceux de la partie Est de l’Europe, que les prolétariats des pays où le capitalisme s’étant maintenu marquent durement le coup.

Pour la classe ouvrière mondiale, la victoire de la révolution russe a signifié que dans tous les pays elle pouvait prendre le pouvoir, qu’elle pouvait détruire l’État bourgeois, construire son propre État, exproprier le capital, organiser une nouvelle économie.

Mais en URSS l’État ouvrier a dégénéré. Dans la partie Est de l’Europe, en Chine, au Vietnam etc... le capital a également été exproprié. Mais les États ouvriers ont été des États ouvriers bureaucratisés dès leur origine. Dans tous les cas ils avaient des aspects repoussants. Déjà pour des couches de plus en plus importantes de travailleurs des pays capitalistes ils sont devenus des repoussoirs. Cela s’est aggravé après les répressions sanglantes au moyen desquelles l’armée de la bureaucratie a écrasé les mouvements révolutionnaires de juin 53 dans la partie Est de l’Allemagne, de Hongrie de novembre-décembre 1956, de Tchécoslovaquie en 1968.

Désormais une nouvelle étape est franchie, celle de la restauration capitaliste. Il apparaît à la quasi totalité du prolétariat que les États ouvriers ne sont pas viables, qu’ils étaient voués à dégénérer et à s’effondrer, à être balayés, que la restauration capitaliste était à plus ou moins longue échéance inéluctable. Cela les déboussole politiquement. Bien entendu la bourgeoisie enfonce le clou, elle ne cesse de marteler que l’aventure est terminée, qui s’achève par un formidable fiasco. Cette situation totalement nouvelle pour la classe ouvrière permet aux chefs des partis social-démocrates et staliniens de se "déboutonner" : enfin ils peuvent parler franchement, enfin ils peuvent exprimer leur véritable nature, enfin ils peuvent se vautrer dans l’auge idéologique de la bourgeoisie. La situation nouvelle le leur permet, la bourgeoisie l’exige : ils doivent devenir les agents les plus efficaces du décervelage planifié, systématique, de la classe ouvrière. Ils doivent entreprendre le désarmement théorique généralisé de la classe ouvrière et de la jeunesse ; leur tâche correspond à la situation nouvelle. Partis social-démocrates et partis staliniens sont, de longue date, des partis passés du côté de l’ordre bourgeois, définitivement en 1914 pour les partis social-démocrates et en 1933 pour les partis staliniens. Ces "partis ouvriers bourgeois", irréversiblement contre-révolutionnaires, ont vu leurs relations avec les masses évoluer au cours de leur histoire ; ces relations et la forme de leur politique se sont modifiées selon la période. Celle ouverte en 1989 par la chute du mur de Berlin marque un incontestable tournant.

DÉSARROI OUVRIER ET BAD-GODESBERG GÉNÉRALISÉ

Sommaire
Il faut retenir que c’est au lendemain de l’écrasement par les tanks de la bureaucratie du Kremlin du mouvement révolutionnaire de la partie Est de l’Allemagne, puis de la révolution hongroise, qu’à son congrès de Bad-Godesberg de 1959, la social-démocratie allemande a adopté un nouveau programme dans lequel on lit : "le socialisme démocratique qui, en Europe, trouve ses racines dans l’éthique chrétienne, dans l’humanisme et dans la philosophie classique ne prétend pas proclamer des vérités dernières. (...) Le Parti Social démocrate d’Allemagne est le parti de la liberté de l’esprit. Il constitue une communauté d’hommes qui viennent de différentes directions de croyance et de pensée. Leur accord repose sur des valeurs morales communes et sur des buts politiques identiques. Le Parti social-démocrate vise à établir un système de vie dans l’esprit de ces valeurs". Ce programme ne fait pas mention de la lutte des classes ni même des intérêts spécifiques de la classe ouvrière. Le SPD devient un "parti du peuple". Non seulement toute référence au marxisme, au socialisme, est abandonnée mais il s’agit, par la cogestion des entreprises, de défendre la propriété privée des moyens de production, dans le cadre de la "loi fondamentale de la République fédérale".

Même aujourd’hui, il semble difficile de faire pire en matière de programme... Un tel programme, c’est un coup porté au combat de la classe ouvrière allemande, à son organisation comme classe. Mais un tel programme ne surgit pas n’importe quand. L’abandon de toute référence, même formelle, au socialisme et à la classe ouvrière est un processus généralisé pour les partis qui n’avaient pas encore procédé, comme le SPD allemand, à leur "Bad-Godesberg". Mais il y a une différence majeure : c’est en s’appuyant sur l’effondrement de l’ex-URSS, et la liquidation de la propriété d’État des moyens de production, de l’économie planifiée, du monopole du commerce extérieur, que sont menées ces offensives contre toute référence au socialisme. C’est en affirmant mensongèrement au côté de la propagande bourgeoise : "vous voyez bien que tout cela a échoué, que le socialisme est impossible" que les partis social-démocrates, SPD allemand inclus, expliquent aujourd’hui à la classe ouvrière (et cela au côté des partis d’origine stalinienne) que seul le capitalisme a un avenir. De ce point de vue, Bad-Godesberg n’était qu’un préambule.

Le Labour Party a effectué des avancées décisives sur cette voie. En avril 1995, dans la salle même où avait été adoptée, 77 ans avant, la Constitution du Labour Party et en particulier sa clause 4, la direction du Labour faisait abroger la clause 4 imprimée au dos des cartes des militants pour la remplacer par un laïus où il est question d’un parti "démocrate-socialiste qui croit que, par nos efforts communs nous obtiendrons plus qu’individuellement..." et "d’une économie dynamique servant l’intérêt général, dans laquelle l’initiative de marché et la rigueur de la compétitivité s’unissent aux forces du partenariat et de la coopération pour produire la richesse nécessaire à la nation et à chacun sa chance de réussir, avec un secteur privé florissant et des services publics de qualité (...)" ; en bon anglais, cela veut dire : vive le capitalisme ! Dans la logique de ce retournement important, Tony Blair expose dans son intervention du 29 avril :

"Le nouveau Parti travailliste, c’est une économie fondée non pas sur le contrôle étatique ou sur la ligne pure du marché, mais sur le partenariat". A partir de quoi le Labour doit cesser d’être le parti de la classe ouvrière : le nouveau Parti travailliste, "cela signifie changer les lignes de fracture entre la gauche et la droite".

Cet abandon, historique, de la clause 4 s’inscrit dans la suite de la réforme lancée deux ans avant pour changer les modalités de vote dans le parti, l’introduction de la modalité dite "un homme / une voix" visant à ce que le Labour échappe complètement au contrôle des syndicats sur le parti. D’autres réformes pour réduire davantage le poids syndical ont été annoncées. Or cette question est décisive pour un parti fondé historiquement par les syndicats. Rompre ce lien, c’est contribuer à le détruire comme parti ouvrier.

Au sein du parti socialiste français, des offensives liquidatrices analogues ont été conduites à plusieurs reprises ; sans être nécessairement couronnées d’un succès immédiat, ces différentes offensives (incarnées en particulier par Rocard, puis Delors, maintenant par Jospin, Aubry...) ont affaibli le PS comme parti ouvrier et mis le PS en situation d’être, plus ouvertement qu’il ne le fut jamais, le relais dans de mouvement ouvrier de l’offensive de la bourgeoisie. CPS d’août 94 écrivait ainsi, après l’échec de la dernière tentative de Rocard :

"L’éviction de Rocard permet d’affirmer que sa tentative de liquider le PS a échoué. Mais la crise du PS est ouverte. C’est désormais dans le soutien à une candidature Delors à la présidence de la République que se sont rassemblés les naufrageurs du PS". De fait, c’est bien cette opération qui fut conduite jusqu’à la désignation par le PS de Delors comme son candidat. Finalement, c’est Delors qui s’est désisté, mesurant l’hostilité de la classe ouvrière. Mais le PS fut affaibli politiquement par cette désignation comme il le fut peu de temps après par la manière dont Jospin fut désigné candidat du PS à l’élection présidentielle. Le mépris du candidat Jospin pour le programme du parti socialiste, la teneur de son propre programme à la remorque de celui de Chirac, l’éviction d’Emmanuelli remplacé par Jospin à la direction du PS, etc... tout cela va dans le sens de la destruction du PS au profit d’un "rassemblement à gauche". Mais il n’y a aucune place pour un tel rassemblement. La force du PS, ce fut d’occuper la place que laissait vide l’ex-SFIO, d’apparaître aux yeux des masses ainsi qu’un parti ouvrier, en réalité ouvrier bourgeois. Sa défaite électorale vint du fait qu’il s’est mis entièrement au service de la bourgeoisie en crise, de l’impérialisme français décadent. Il n’y a pas de base de masse pour un "rassemblement de la gauche" tentant de concurrencer les partis bourgeois déjà en place pour la défense du régime capitaliste.

L’offensive des liquidateurs du PS n’en continue pas moins, sous des formes diverses, car il s’agit d’adapter le PS aux exigences présentes d’un impérialisme en crise ; Que le PS contribue à la remise en cause de tous les acquis de la classe ouvrière par le désarmement politique de celle-ci : tel est le rôle du premier des trois documents programmatiques adopté à la quasi unanimité par le conseil national du PS dans la perspective des prochaines élections. Il s’agit d’une offensive brutale contre toute perspective - même lointaine, même "gradualiste" - de socialisme : il ne doit plus y avoir pour la classe ouvrière d’autre avenir que le capitalisme.

Dans Vendredi n° 276 Jospin présente le document qui sera voté par la Conférence nationale du PS en ces termes : la mondialisation "est une donnée fondamentale, qui touche aujourd’hui l’économie, la culture, les relations internationales. Elle recèle des potentialités, mais comporte aussi des risques et engendre des dégâts. Il s’agit bien d’un nouvel âge du capitalisme, porteur d’inégalités et d’un affaiblissement de l’État-nation. C’est pourquoi la mondialisation appelle une régulation mondiale, pour laquelle nous faisons des propositions". Le n° 62 de CPS commente ce texte (pages 4 et 5).

Dans la continuité du texte "Mondialisation, Europe, France" la direction du PS a élaboré un autre texte qui a été adopté le 8 juin 1996 par le Conseil national. Il est intitulé "les acteurs de la Démocratie". Dans un prochain numéro de CPS ce texte devra être analysé.

"L’Internationale Socialiste" est la seule "Internationale" qui subsiste. Mais quelle Internationale ! Pierre Mauroy la préside ; y appartiennent les partis socialistes et social-démocrates sur les bases que nous venons de voir. Demandent à y adhérer, ou y appartiennent déjà des partis d’origine stalinienne de pays de la partie Est de l’Europe et rebaptisés socialistes ou social-démocrates, l’ex-PCI devenu PDS, des Partis comme celui d’Abou Diouf du Sénégal ; le PT du Brésil ; des Partis ouvertement bourgeois comme celui de l’ex-président du Venezuela Carlos Andrès Pérez (Action démocratique) qui les 27-28-29 mars 1989 a fait massacrer des centaines de travailleurs à Caracas ; d’autres encore. Cela n’a plus rien à voir avec une Internationale ouvrière même traître et dégénérée. Mais c’est un lieu où s’affirme une coopération au service de l’impérialisme entre PS, partis social-démocrates, ex-staliniens et carrément bourgeois ultra-réactionnaires.

LES PC

Sommaire
Le PCF, le PCI et tous les partis qui furent des agences de la Bureaucratie du Kremlin rejettent, avec non moins de force que les PS et les partis social-démocrates les notions de classe ouvrière, de prolétariat, de même qu’ils se prononcent contre l’expropriation des moyens de production et d’échanges. Concernant le "communisme", ils en sont ou même point que les PS en ce qui concerne le "socialisme". Ils mettent en cause jusqu’à la révolution d’Octobre. De ce point de vue la préparation du 29ème Congrès du PCF est "exemplaire". Dans une des "questions" posées aux militants, on lit : "Le 28ème Congrès a invité à une réflexion plus poussée sur les conceptions qui ont sous-tendu, des décennies durant, les visions de la société, de la révolution, du socialisme et du rôle d’un parti révolutionnaire. L’étatisme, le dirigisme en étaient la clé de voûte, l’égalitarisme et la subordination des individus le corollaire. Or, le système étatique ne laisse-t-il pas se perpétuer une triple aliénation à l’égard des moyens de production, des pouvoirs et des savoirs ? Débarrasser le type de développement engendré par le capitalisme ne suppose-t-il pas un effort de créativité de portée historique pour dépasser l’étatisme et toutes les formes de domination ? N’est-ce pas parce qu’elle ne veut pas affronter cet impératif que la social-démocratie est dans l’impasse ? Toutes les forces progressistes sont confrontées à ce défi.

Marx avait mené en son temps une critique acérée contre les doctrinaires qui prétendaient normaliser et moraliser la société par décret d’État. Il s’était attaché à comprendre le mouvement réel dans ses contradictions. Il y a découvert la possibilité historique du dépassement des sociétés de classe, d’un communisme dans lequel "le libre développement de chacun conditionne le libre développement de tous". Ses théorisations vivantes les plus avancées ont été ensuite largement laissées en friche, dénaturées ou prises à contresens. Le "marxisme-léninisme" a façonné, pour des générations, une vision de la Révolution schématisée en un catalogue de "lois" qui se prétendaient science de l’histoire. L’énoncé de principes définitifs, d’étapes, d’une visée de la Révolution en un "grand soir" d’abolition y a remplacé l’élucidation de questions qui allaient se révéler décisives en ce seuil de bouleversements historiques où se joue le devenir humain. La mutation communiste a déjà son histoire. L’abandon de la notion de dictature du prolétariat en 1976 lance le projet de socialisme à la française démocratique et autogestionnaire. La voie est ouverte pour se dégager du système des conceptions codifiées par la IIIème Internationale : marxisme-léninisme, parti-guide, centralisme démocratique".

Le texte reprend ici les discours bourgeois les plus éculés, l’assimilation "étatisme, égalitarisme, stalinisme". Bien évidemment, Marx est appelé à la rescousse... pour remettre sur la table le brouet ranci de l’anarchisme. En appeler à Marx contre "l’étatisme", contre l’État ouvrier, la dictature du prolétariat, est une remarquable escroquerie. Il suffit de rappeler, parmi tant de texte, cette lettre de Marx à Joseph Weydemeyer (5 mars 1852) : "Ce n’est pas à moi que revient le mérite d’avoir découvert l’existence des classes dans la société moderne, pas plus que la lutte qu’elles s’y livrent (...) Mon originalité a consisté :
  1. à démontrer que l’existence des classes n’est liée qu’à des phases historiques déterminées du développement de la production ;
  2. que la lutte des classes mène nécessairement à la dictature du prolétariat ;
  3. que cette dictature elle-même ne représente qu’une transition vers l’abolition de toutes les classes et vers une société sans classes".
Il suffit d’évoquer la déclaration assassine envoyée par Marx et Engels, en juin 1850, au rédacteur en chef de la Neue Deutsche Zeitung, lequel avait reproché à Marx "de préconiser la domination et la dictature de la classe ouvrière" en y opposant "l’abolition de toutes les différences de classe". Et Marx de rappeler, entre autres, le Manifeste du Parti communiste : "Si le prolétariat, dans sa lutte contre la bourgeoisie, se constitue nécessairement en classe, s’il s’érige par une révolution en classe dominante et, comme classe dominante, détruit par la violence l’ancien régime de production, les conditions de l’antagonisme des classes, il détruit les classes en général et, par là même, sa propre domination en tant que classe". Un autre texte rappelé indique que "la dictature du prolétariat" est "le point de passage nécessaire pour abolir l’ensemble des relations sociales correspondant à ces rapports de production". (Cela était écrit bien avant la Commune de Paris, dont Marx tirera des enseignements décisifs sur la question de l’État). Mais la tâche actuelle du PCF, c’est d’utiliser tout son appareil, tous ses moyens de propagande, pour propager l’obscurantisme politique dans la classe ouvrière et la jeunesse. La révision théorique est donc systématique ; le PCF ne doit pas "privilégier les intérêts d’une classe particulière" ; de "nécessaires transformations" sont "à faire prévaloir pour dépasser les contradictions de classe et progresser" ; et, contre ceux qui "évoquent la nécessité d’aborder la question : propriété collective des grands moyens de production et d’échange, le Comité national propose de réfléchir dans une approche nouvelle des relations entre pouvoirs, gestions et formes de propriété afin d’éviter étatisme et collectivisme".

L’objectif est donc tracé : le PCF doit devenir un parti qui combat ouvertement contre l’expropriation du capital, contre l’État ouvrier, l’économie planifiée et la propriété étatique, un parti qui combat publiquement contre le socialisme.

"DÉPASSER LE CAPITALISME"

Sommaire
"Dépasser le capitalisme", telle est aujourd’hui la formule fétiche des dirigeants du PCF, formule ambiguë à souhait mais qui ne résiste guère à l’analyse.

Certes, disent-ils, il y a "crise" et l’on va "vers une société plus dure, plus injuste", mais la raison n’en est pas la crise du capitalisme pourrissant, car "pourtant existent des possibilités". La raison en est le "choix de classe des milieux dirigeants de l’économie et de l’État".

Le capitalisme a donc encore un avenir, avec d’autres choix possibles...

Si les textes du PCF sont plus "enveloppés", parfois volontairement moins clairs que ceux du PS, ils n’en sont pas moins sur la même ligne. Ainsi de la "mondialisation" qui recèle, comme pour le PS, des aspects positifs, sous réserves d’autres choix politiques... et cela sans exproprier le Capital :

"Cette internationalisation ne peut-elle être porteuse que de négatif ? Les progrès formidables dans les possibilités d’échanger, de coopérer, de partager les recherches ne pourraient-ils pas contribuer à un nouveau développement au niveau de la planète ? Faut-il admettre comme une fatalité qu’ils soient aujourd’hui imprégnés par la logique des marchés financiers avec son cortège de chômage massif et durable, de déréglementation, de délocalisations, de destructions, de privatisations et de mise en concurrence sauvage des salariés et des peuples ? Cela ne découle-t-il pas de choix politiques, de choix de gestion ? (...)

" Nous pensons que d’autres choix politiques peuvent défaire ce que des choix politiques on fait. La question n’est pas de nier les réalités de l’internationalisation des économies. Elle est d’opposer aux ravages destructeurs de la "mondialisation" actuelle une autre mondialisation : une "mondialisation-coopération" au service du co-développement des peuples. (...)

" C’est bien d’un choix de société qu’il s’agit. Et le choix que proposent les communistes est celui du dépassement du capitalisme, celui du dépassement du "tout-argent" pour le tout-humain".

CPS analysera le 29ème Congrès du PCF.

LA CARACTÉRISATION DU "STALINISME"

Sommaire
A propos des partis qui ont fait partie de l’appareil stalinien, il faut signaler qu’ils ne sont plus, au sens strict, des partis staliniens. D’abord en URSS la bureaucratie stalinienne s’est disloquée, les différents fractions qui ont résulté de cet éclatement sont officiellement restaurationnistes. Ce sont des chrysalides d’une nouvelle bourgeoisie. Les PC étaient des partis staliniens parce qu’ils étaient totalement subordonnés à la bureaucratie du Kremlin. Dans la mesure où elle a éclaté, par la force des choses ils ne le sont plus. Des partis comme le PCF ne sont plus au sens strict des partis staliniens mais des partis ex-staliniens et en décomposition. De tels Partis sont déstabilisés, à la dérive. C’était leur référence frelatée, mensongère à la Révolution d’Octobre via la bureaucratie du Kremlin qui était leur caractéristique essentielle, leur justification historique. Ils ont perdu celle-ci sans en avoir retrouvé une autre. Et ils ne peuvent en retrouver une autre. C’est sur leur force acquise qu’ils continuent à jouer un rôle politique. La place du "réformisme" est occupée par les PS et les Partis Social-démocrates (et l’on vient de voir quelle est leur dégénérescence). Les PC sont amenés à tenter de les concurrencer sur ce plan. Mais il n’y a pas à longue échéance de place pour eux et ils sont voués à la décomposition.

AUX CÔTÉS DES PARTIS OUVRIERS-BOURGEOIS...

Sommaire
L’entreprise de désarmement théorique et politique conduite par les partis ouvriers-bourgeois est conduite de manière analogue par les appareils syndicaux. Un seul exemple : à l’occasion du 45ème Congrès de la CGT française, l’appareil procédait à une remise en cause des anciens statuts et en particulier de l’article 1 qui indiquait "la CGT s’assigne pour but la suppression de l’exploitation capitaliste". L’appareil utilise l’organisation syndicale, sa presse, etc... pour propager le même discours que le PCF, en particulier sur la "démocratie dans l’entreprise" (c’est à dire : la cogestion), la mondialisation, l’État, etc...

Cette entreprise de désarmement politique est relayée par différents groupes issus du "gauchisme" (d’un gauchisme très décomposé) dont certains se réclament (de plus en plus rarement) du Trotskisme. Le SU est le groupe phare sur le marché du pseudo-trotskisme. Son "14ème Congrès mondial" a clairement affirmé que son "orientation programmatique générale" n’était pas celle de la destruction de l’État bourgeois, de l’expropriation du capital, de la dictature du prolétariat mais celle du "remplacement de l’État bourgeois par l’administration étatique de producteurs eux-mêmes (...)" du "socialisme démocratique, fondé sur la propriété sociale des moyens de production sociaux (...)" : les termes sont soigneusement pesés, et en particulier la formule "propriété étatique" des moyens de productions soigneusement éliminée. Le SU, lui aussi, s’adapte aux exigences contre-révolutionnaires de l’heure, à la place qui est la sienne ; une formulation concentrée de cette orientation a été donnée par un discours de Daniel Bensaïd

DANIEL BENSAÏD ÉDUQUE POLITIQUEMENT LA JEUNESSE...

Sommaire
Daniel Bensaïd est officiellement "membre de la Ligue communiste révolutionnaire, membre de la direction de la Quatrième Internationale", organisations que la presse bourgeoise se plaît à qualifier de "trotskiste". En 1995 s’est tenu le "XIIème camp international de jeunes" chargé donc de former de futurs "jeunes révolutionnaires". Daniel Bensaïd a été chargé de prononcer le discours de clôture de ce camp de formation. Un naïf, ou un jeune auditeur croyant sincèrement que la jeunesse est la flamme de la révolution, pouvait raisonnablement s’attendre à un discours qui galvanise quelque peu les jeunes troupes rassemblées.

Mais les temps ont changé..."Aujourd’hui, après les désastres à l’Est, beaucoup se demandent si la révolution et le socialisme sont encore souhaitables". C’est ainsi que le discours commence, évoquant "les régimes qui se sont effondrés avec le mur de Berlin et la désintégration de l’URSS" sans prononcer une seule fois les mots, sans doute tabou, de "stalinisme, de bureaucratie, d’État ouvrier (dégénéré), de réintroduction du capitalisme". Tout le discours, consacré à "une autre idée du progrès" et à "quel socialisme voulons-nous", constitue en lui même une authentique entreprise de désarmement politique de la jeunesse. Le vocabulaire est soigneusement choisi. Sont systématiquement évités les termes suivants : "État, État ouvrier, prolétariat, classe ouvrière, dictature du prolétariat, soviet, capitalisme, classe, lutte de classe, expropriation etc...". Néanmoins on apprend qu’"il est plus que jamais nécessaire de changer le monde. Le rôle des révolutionnaires étant de faire en sorte que cette nécessité devienne possible". On reprend alors son souffle : peut-être n’était-ce qu’un problème de vocabulaire ? d’ailleurs, on nous parle de "socialisme".... Las ! Daniel Bensaïd est chargé de calmer les têtes chaudes : si son "projet révolutionnaire" envisage de "toucher (sic) à la sacro-sainte propriété privée des grands moyens de production et de communication" (...) "cela n’implique pas une étatisation totale des grands moyens de production et d’échange, mais de donner à la collectivité les moyens de choisir et de contrôler son avenir". D’où l’objectif central : "Promouvoir la démocratie (...) étendre la démocratie de la sphère institutionnelle à celle de la production et de la culture, en généralisant l’autogestion...." En clair : Respectons l’État bourgeois ! Respectons la propriété capitaliste ! Vive la cogestion !

Le très "révolutionnaire" Bensaïd reprend explicitement l’actuel discours stalinien. Petit bourgeois réactionnaire, il a un rôle à jouer : désarmer politiquement la jeunesse, compléter l’entreprise conduite par le PCF et le PS. D’où le label de "trotskiste" qui lui est gracieusement attribué par la presse bourgeoise ; D’où la place de choix que lui offre l’appareil stalinien, à lui et à son compère Krivine, dans quelques forums communs.
 
 

 



 

L’IMPÉRIALISME EN CRISE

LA PROSPÉRITÉ, SES LIMITES, SES CONTRADICTIONS :
AU BOUT LA CATASTROPHE

Sommaire
Du point de vue du capital, le moment actuel s’inscrit dans une période de prospérité (depuis 1990) rarement égalée. Quelques indications : L’Expansion du 30 février au 5 mars 97 a publié une étude intitulée : "Le bilan de la croissance". On y lit : "En 1997, neuf pays sur dix connaîtront la croissance : une conjonction aussi favorable ne s’était pas produite depuis vingt ans. La poussive Europe elle-même devrait être entraînée dans le tourbillon".
CROISSANCE EN 1997 (en % du PIB) RICHESSE CRÉE EN 1996 (en milliards de dollars)
Lesotho 10,1% Japon 177,8
Maroc 10% États Unis 167,1
Chine 9,7% Chine 72,3
Vietnam 9,2% Corée du Sud 31,4
Malaisie 8,3% Royaume Uni 24,4
Guinée Équatoriale 8% Allemagne 22,6
Géorgie 8% France 18,1
Chili 7,5% Inde 17,9
Indonésie 7,5% Brésil 17,5
Turquie 7,5% Taiwan 16

"Sur les dix plus fortes croissances de 1996, quatre sont le fait de pays asiatiques. L’Asie se trouve également bien placé dans les richesses créées en 1996, la Chine occupant le troisième rang. Mais dans ce classement, les pays industrialisés gardent l’avantage". Selon la suite de cette enquête les raisons sont annoncées page 100.

Moteurs d’hier

Le modèle des années 70 et celui des années 90

On considérait à l’époque qu’un pays "sous-développé" avait besoin de trois ingrédients pour se développer :

  • l’aide financière par des gouvernements riches et des organismes internationaux pour compenser un retard industriel,
  • Un engagement de l’État dans la production de biens de consommation et la construction d’infrastructures, pour garantir un développement équitable,
  • de nombreuses barrières tarifaires, pour interdire les importations et ainsi protéger l’industrie nationale de la concurrence des pays riches plus productifs.
Moteurs d’aujourd’hui

Aujourd’hui, on explique la forte croissance des "pays émergents" par trois facteurs complètement différents, voire opposés aux préconisations des années 70 :

  • la présence de l’investissement financier et industriel privé, plus efficace parce que plus exigeant que l’aide publique qui s’est quasi tarie,
  • l’amaigrissement du secteur public par la privatisation des entreprises industrielles,
  • l’ouverture au commerce international qui a créé de véritables machines exporter les biens industriels.
En réalité un processus classique en cas de crise du régime capitaliste, bien que freiné par les monopoles et la pratique politique (économie d’armement) a fini par s’imposer : l’élimination massive du capital obsolète, une dévalorisation considérable du capital constant et de la valeur de la force de travail, d’où résulte une hausse nouvelle du taux de profit qui incite à des investissements, d’autant plus que la concurrence y pousse aussi. Dès lors, commence un nouveau cycle de l’économie capitaliste. C’est ce qui s’est produit et notamment aux Etats-Unis.

Mais d’autres facteurs antérieurs doivent être soulignés. Il n’y a rien de fortuit à ce que l’offensive contre la valeur de la force de travail, les conquêtes et les acquis de la classe ouvrière s’engage pleinement à partir du début des années 1980. En Angleterre, le chômage est passé de 5,2% de la population active au début 1980 à plus de 12%. Aux États-Unis, il est passé de 5,5% au début 1980 à plus de 10% fin 1982. Ce haut niveau de chômage a été un élément qui a contribué au succès des attaques de Thatcher et de Reagan contre les prolétariats de leurs pays, la réduction drastique, la liquidation de nombre de leurs garanties, de leurs conquêtes. Le succès de ces attaques a donné un avantage considérable aux capitalismes américain et anglais vis à vis de leurs concurrents impérialistes.

Pendant des années, l’impérialisme américain a considéré comme négligeables les déficits de ses balances commerciale et des comptes courants. L’impérialisme américain a comblé ces déficits en ayant recours au marché financier international. Cependant l’abondance de dollars a finalement entraîné sa rapide dépréciation. Au début 1976, un dollar égalait 2,75 DM, fin octobre 1978, il n’égalait plus que 1,78 DM. Continuer ainsi précipitait la dégringolade jusqu’à la catastrophe, avec comme implication la dissolution des échanges mondiaux. L’impérialisme américain dût réagir. En novembre 1978, Carter annonçait son "plan".

DU PLAN CARTER "AU PRIME RATE" À 21%

Sommaire
Mobilisation d’un fonds correspondant à 30 milliards de DTS (Droits de Tirages Spéciaux) ou en devises étrangères, tirage de 3 milliards de dollars sur le FMI, vente de 2 milliards de DTS, accord "SWAP" (crédits réciproques entre banques centrales à court terme, mais renouvelables en devises étrangères), 6 milliards auprès de la Bundesbank, 5 milliards auprès de la banque du Japon, 4 milliards auprès de la banque nationale Suisse , libellés en Marks, en Yens, en Francs suisses, donc remboursables dans ces devises.

Le taux d’escompte était porté de 8,5 à 9%, les taux des réserves obligatoires des banques sur les dépôts à terme faits à leurs guichets étaient considérablement abaissés, doublement des ventes d’or du Trésor américain : 1 500 000 dollars par mois au lieu de 750 000. Immédiatement, le dollar remontait par rapport à l’or et aux devises. mais quelques jours après la tendance à la dépréciation du dollar réapparaissait.

Les causes profondes de cette dévalorisation n’ont pas pour autant disparu. À partir de là, la spéculation contre le dollar et les autres monnaies en faveur de l’or s’est déchaînée. Le cours de l’or a continué à augmenter pendant l’année 1979. Il est passé de 240 dollars l’once en janvier à 500 en décembre. Pourtant le "prime rate" a été élevé au cours de cette année à 15,75%. En janvier 1980, c’est la panique : il faut 850 dollars pour une once d’or ; le dollar exprimé en DM atteint son plus bas niveau : 1,70. Le 2 avril 1980, le taux du "prime rate" est porté à 20%. En mars l’once d’or redescend à 474 dollars ; le cours du dollar exprimé en francs atteint 4,5, exprimé en DM, 1,769. La FED abaisse le "prime rate" à 11%. Nouvelle chute du dollar ; en septembre, il faut 920 dollars pour une once d’or, il ne vaut que 4 Francs et 1,74 DM. Fin 1980, le "prime rate" est porté à 21%.

Cette hausse a été indispensable pour attirer les capitaux flottants et spéculatifs aux États-Unis. En 1980, la hausse des prix atteint 19,6%. La différence entre la hausse des prix et le taux d’intérêts donne une idée du profit réel.

Dans le même temps, à l’occasion du renversement du Shah d’Iran, les émirs du pétrole ont déclenché une hausse du prix du pétrole brut. Entre 1979 et novembre 1980, il est passé de 14,5 dollars à 34 dollars le baril. C’était une ponction considérable sur la plus-value produite et réalisée dans les pays non producteurs de pétrole ( les États-Unis payent en dollars qu’ils émettent).

En 1980, une nouvelle crise émerge. Elle sera surmontée à partir de 1982 par un accroissement considérable des dépenses d’armement : le "remède" Reagan. Le déficit avait été financé jusqu’alors en grande partie par les émissions monétaires. À partir de 1978, lui succède une politique "monétariste". Elle consiste en un freinage de la circulation monétaire, de l’inflation de crédit et de plus en plus au financement des déficits par l’emprunt et corrélativement à la suppression des contrôles sur le capital financier.

Pourtant au cours des années suivantes, le dollar connaît une hausse spectaculaire. En 1984, il est passé de 2,52 DM en avril à 3,09 fin décembre. Les facteurs de cette hausse étaient la demande commerciale, les emprunts effectués par le Trésor des États-Unis, les besoins des pays endettés d’Amérique latine notamment, il paraissait profitable d’investir dans une économie alors rentable.

En 1985, un phénomène important s’est produit : le dollar est parti à la hausse en raison de la spéculation. Le 26 février 1985, le dollar correspondait à 10,81 Francs et à 3,47 DM. Des déclarations de Paul Volker, président de la FED, entraînaient la baisse du dollar. En juillet, il glissait à 9 Francs et 3 DM. Le 22 septembre, à New-York, se réunissaient les Cinq pour mettre au point des mesures pour faire chuter le dollar. Le dollar tombait à la fin de l’année à 2,5 DM 7,70 Francs, 200 Yens soit environ 20% de baisse en un an. En 1986, il chutait à nouveau de 20%. Ce recul du dollar était soigneusement programmé "ordonné" au terme de l’accord conclu le 25 septembre 1985 entre les Cinq.

Ces années sont celles du développement des quatre "dragons" asiatiques : Singapour, Taiwan, Corée du Sud, Hongkong. Elles sont aussi celles de l’envol de la bourse. À partir de 1982, sous l’effet d’une libération de certaines contraintes, la bourse de New-York s’envole : le Dow Jones n’était qu’à 600 points. Il atteint 2 700 points le 25/03/87, soit une hausse de 450% entre 82 et 87. Mais le 27/10/87, c’est le krach. Il retombe à 1780 points.

En 1988, une reprise économique limitée a lieu, mais elle ne dure pas, et en 1989, se produit ce qui fut appelé un "mini krach" : le 13 octobre, le Dow Jones perdait 190 points. En 1990, Georges Bush succède à Reagan. Cette même année, le 17 janvier 1991, sous la direction de l’impérialisme américain "une foudroyante défensive" était déclenchée contre l’Irak qui avait occupé le Koweït.

L’essor économique du capital américain de 1990 a été favorisée par les coups portés au prolétariat des États-Unis. En août 1981, Reagan licencie collectivement douze mille contrôleurs de la navigation aérienne, sans que l’AFL-CIO réagisse. C’est un coup politique très dur porté au prolétariat américain dont les répercussions se perpétuent au cours des années. Où en sommes nous aujourd’hui ?

L’économie capitaliste engendre nécessairement de multiples déséquilibres, entre les différentes puissances impérialistes : États-Unis, Japon, Communauté européenne. Elle entraîne un chômage massif notamment en France et en Allemagne. Elle est encore très prospère parce qu’engendrant des hauts taux de profit. Pourtant d’ores et déjà, on perçoit ses limites qui résultent de la contradiction entre le caractère social de la production et l’appropriation privée des moyens de production.

La "prospérité" actuelle se prolongera peut-être encore, mais il faut en voir les conditions et ce qu’elle provoque et notamment une fantastique spéculation : le CAC40 est passé de 2 000 points au 1/12/90 à 2512 points le 3/2/97. La perspective est évidente en raison des rapports de production capitaliste, une inéluctable crise de dislocation de la production jusqu’à une profondeur insondable. La spéculation conduit a un effondrement d’autant plus catastrophique qu’elle atteindra des sommets .La situation économique mondiale actuelle rappelle celle de l’année 1928.

RIVALITÉS INTER-IMPÉRIALISTES

Sommaire
La crise récurrente, la menace d’une crise disloquante avive les rivalités inter-impérialistes. À partir de la situation ouverte en 1989, l’impérialisme américain a pris l’initiative, remportant deux victoires, l’une au Moyen-Orient, l’autre dans les Balkans. Mais c’est sur tous les terrains que les USA se disposent. Trois axes majeurs vertèbrent leur offensive :
  • le continent américain qui doit être une chasse gardée des États-Unis, tant économique que militaire,
  • l’Asie Pacifique, où il s’agit de battre en brèche l’influence japonaise, contraindre le Japon à mettre fin à ses excédents commerciaux et financiers, rétablir l’hégémonie américaine sur le Pacifique,
  • - l’Europe, où la puissance acquise par l’Allemagne doit être muselée : faire reculer l’Allemagne au centre et à l’Est de l’Europe, empêcher que ne se constitue (sous contrôle allemand) un marché "fermé" européen, jouer des rivalités entre impérialismes européens. Tenter "d’unifier" les forces productives dans le monde en réorganisant la division du travail selon ses besoins, assurer son hégémonie militaire et imposer sa domination politique : tel est l’objectif.
La bataille entre les impérialismes pour se subordonner les forces productives d’un certain nombre d’espaces économiques (pour réinvestir les espaces où le capital avait été exproprié) ne se mène pas à armes égales. L’impérialisme américain, en dépit de son déclin relatif d’après la deuxième guerre mondiale utilise la place économique politique et militaire qu’il a conquise durant cette guerre. C’est aussi cette "conception du monde" qui s’exprime dans l’idée de "globalisation" et de "mondialisation".

La dislocation de la bureaucratie du Kremlin et des bureaucraties satellites, celle de l’URSS posaient l’alternative révolution politique ou restauration capitaliste. Le fait que ce soient des organisation bourgeoises, petites bourgeoises, des fractions des bureaucraties qui aient pris le contrôle des mouvements révolutionnaires a finalement désarmé les travailleurs et permis la marche à la restauration capitaliste. Nécessairement il en a résulté des modifications importantes dans les rapports inter-impérialistes. En Europe, l’unification de l’Allemagne, l’annulation des limites politiques qu’imposaient à la RFA les séquelles de la défaite de l’impérialisme allemand ont permis à ce dernier d’affirmer sa position prépondérante parmi les puissances capitalistes européennes, à l’intérieur de l’UE. Cette question a été traitée en de nombreux articles de CPS et dans une des notes préparatoires à la IXème Conférence du Comité. Nous y renvoyons les militants du Comité.

Cette note traite également de "l’impérialisme américain reste la seule puissance mondiale". Il serait plus juste d’écrire que avec la dislocation de l’URSS, de la bureaucratie du Kremlin et des bureaucraties satellites, la marche à la restauration capitaliste "l’impérialisme américain est devenu la seule puissance mondiale", l’URSS faisait dans une certaine mesure contrepoids dans le monde à l’impérialisme US. De plus l’antagonisme des puissances impérialistes et de l’URSS contraignait l’impérialisme US à "ménager" les autres puissances impérialistes. Il a même été dans la nécessité d’impulser la reconstruction des autres puissances impérialistes, sa politique d’économie permanente d’armement a profité et renforcé les autres puissances impérialistes, surtout le Japon et l’Allemagne. Aujourd’hui l’impérialisme américain n’a plus cette contrainte. Il peut faire valoir pleinement ses intérêts au détriment des autres puissances impérialistes.

Les analyses, les textes précédents, les articles de CPS ont suffisamment développé la politique de "règlement des conflits régionaux" pratiqués par l’impérialisme US et la bureaucratie du Kremlin, la guerre impérialiste contre l’Irak, l’étranglement du peuple palestinien, la guerre en Yougoslavie et le rôle que l’impérialisme US a joué, pour qu’il soit nécessaire de redévelopper à nouveau. Il suffit de rappeler ici ces événements.

Les militants se référeront aux deux premières parties de "À propos de la mondialisation du capital" et à la contribution à la discussion portant sur l’impérialisme pour tout ce qui concerne l’évolution et la politique économique des puissances impérialistes depuis 1945. De même en ce qui concerne la soi-disant "mondialisation du capital" ils se reporteront aux trois parties du texte "À propos de la mondialisation du capital". Et pour tout ce qui concerne le "gigantesque parasitisme, l’énorme déficit, l’endettement colossal, les rivalités inter-impérialistes", les militants du Comité trouveront les indications nécessaires dans les mêmes textes.

OÙ EN EST "L’UNION EUROPÉENNE"

Sommaire
CPS a analysé moment après moment la constitution de la CEE, de "l’Union européenne", il a analysé les traités de Maastricht et leurs contradictions. "L’UE" s’approche d’une échéance : celle de la constitution de la monnaie unique, mais il s’agit aussi d’adapter les institutions européennes. C’est ainsi que s’est ouverte à Turin le 29 mars 1996 une Conférence intergouvernementale. Officiellement, il s’agit de compléter le traité de Maastricht pour doter l’UE d’une véritables politique extérieure de sécurité commune et de rendre les institutions européennes plus efficaces dans la perspective de l’élargissement de l’Union aux pays d’Europe centrale et orientale (PECO). En 1994, la démocratie-chrétienne et le gouvernement allemands avaient avancé la proposition d’une Europe avec un noyau dur, c’est à dire un cercle étroit composé de l’Allemagne, de ses vassaux et englobant, ficelant la France. En vain Balladur avait fait la contre-proposition d’une Europe en cercles différenciés, dont un cercle militaire. Mais dix-huit mois ont passé : la crise économique, qui avait semblé s’achever en Europe à la suite de la reprise, limitée, aux États Unis, revient en force, en Allemagne en particulier. En quelques mois et de façon apparemment imprévue par les dirigeants allemands, l’Allemagne s’enfonce dans la "récession.". La réalisation des critères de Maastricht est compromise ; or un échec de l’Union économique et monétaire serait "déstabilisant" pour tout le système financier international. La recherche d’un compromis s’impose donc entre la France et l’Allemagne. Celles-ci mesurent en outre les conséquences de leur rivalité au sein de l’ex-Yougoslavie, dont les USA ont tiré profit.

Du côté français, un document rendu public le 20 février 1996 synthétise les positions du gouvernement français, après qu’il eût été discuté en particulier avec Delors, Jospin et Hue. Sur certains points, le document va dans le sens des désirs allemands. La France propose "d’introduire des voix au Conseil tenant compte des facteurs démographiques et économiques, et de la contribution financière des États membres". Cette proposition donnerait le plus grand nombre de voix à l’Allemagne. Cette proposition ouvre la voie à une seconde qui abandonne la vieille position gaullienne d’élargir de champ des décisions pouvant être prises par vote", le vote reflétant alors la force de chacun. Il s’agit de réduire la place des "petits pays" en particulier de ceux voués à être dominés (Sud et Est de l’Europe), la France postulant à pouvoir les dominer aux côtés de l’Allemagne : une association de brigands. Ainsi est faite la proposition de réduire les effectifs de la Commission (au nom de l’efficacité des débats) alors que chaque pays y est aujourd’hui présent ; tous les pays n’auraient plus droit à un commissaire.

En même temps, les prérogatives des États sont soigneusement préservées par ces propositions. Ce document témoigne donc de la recherche d’un compromis avec l’Allemagne : acceptation d’une Europe à deux vitesses tout en préservant la totalité de ses prérogatives d’État.

L’Allemagne a, de son côté, besoin de l’Union européenne ; c’est devenu pour elle un instrument de domination de l’Europe, de pénétration de nouveaux marchés ; l’UE doit être un dispositif politique qui lui permette de réaliser ce qu’elle a, en d’autres temps, tenté avec les "Panzer divisions". Autre chose est d’y parvenir. C’est pour ces raisons qu’à l’ouverture de la Conférence de Turin, la France et l’Allemagne défendaient des positions communes sur certains sujets mais que le consensus était loin d’être total : cela annonçait de difficiles négociations ultérieures.

Réunis le 13 avril 1996 à Vérone, les ministres des finances des 15 gouvernements ont décidé de créer un nouveau SME qui, à partir de 1999, aurait pour rôle de stabiliser le cours des monnaies qui ne feront pas partie immédiatement de l’Union monétaire (et qui risquent d’être nombreuses...). D’entrée de jeu, la Grande Bretagne rejette le dispositif : il n’est pas question pour eux d’y adhérer. On aura donc ainsi, sur le plan monétaire, une Europe à trois vitesses : les pays utilisant la monnaie unique, ceux relégués dans le SME, et ceux qui ne veulent pas du SME... ou ne peuvent même pas y prétendre.

Plus encore : quelle différence entre ce futur SME et l’actuel qui n’existe guère puisque les bandes de fluctuations offrent au total un écart possible de 30% (sans compter les dévaluations) ? Selon le président de l’Institut Monétaire européen, ces marges de fluctuations seront "relativement larges", sans doute aussi larges que celles de l’actuel SME fantomatique. La vraie différence porte sur deux points, qui sont essentiels :

  • dans l’actuel (et précédent) SME, les monnaies se définissent les unes par rapport aux autres (c’est un panier de monnaies référentielles) ; le prochain SME sera soumis à l’Euro, la monnaie dominante (donc à l’Allemagne et à ses alliés).
  • par contre, en cas de crise monétaire, le soutien de l’Euro aux monnaies en faillite ne sera pas automatique : la soumission, mais sans engagement réciproque. La Tribune Desfossés du 16 avril 96 explique cela avec une joyeuse brutalité, dans un article titré "La Bundesbank remet l’Europe monétaire sur les rails".
Bien évidemment, rien n’indique que le dispositif se mettre effectivement en place. Une autre possibilité est que le dispositif devienne réalité et vole en éclats aussitôt après. Mine de rien, les dirigeants allemands ont prévu l’hypothèse et entendent pouvoir sauver "leur" monnaie si la monnaie commune sombrait : le dispositif d’impression de la monnaie "commune" prévoirait (cela reste à confirmer) une marque nationale nettement visible.

Ainsi, plus le dispositif d’Union avance, et plus il apparaît qu’il tourne le dos à toute Union, impossible au demeurant dans le cadre du capitalisme. C’est en fonction des développements de la crise économique, financière et monétaire, un dispositif sans cesse renégocié sur la base des seuls rapports de forces et qui vise à asservir les pays les plus faibles aux impérialismes dominants, l’Allemagne en tout premier lieu, sans que jamais ne cesse la concurrence la plus féroce entre les différentes bourgeoisies protégées par leur état respectif. Dans ce cadre conflictuel, les différenciations économiques tendent à s’accroître, ainsi que le reflète l’évolution des différentes monnaies au cours des dernières années l’écart se creusant de 25 à 30% en 4 ans entre les monnaies "fortes" et les monnaies européennes les plus faibles.

UNE OFFENSIVE TOUT AZIMUT CONTRE LA CLASSE OUVRIÈRE

Sommaire
Tout capitalisme en crise est conduit à redoubler ses attaques contre sa propre classe ouvrière. Dans le cadre de l’Union européenne et de la compétition brutale que s’y livrent les impérialismes européens, l’ampleur de ces attaques est démultipliée (la compétition à l’échelle mondiale pèse également fortement). Chaque jour, ce sont de nouvelles mesures qui sont annoncées, partout les mêmes : à la baisse du pouvoir d’achat et aux licenciements s’ajoutent désormais, dans toute l’Europe, la destruction d’acquis antérieurs : liquidation de la protection sociale et des retraites, multiplication des statuts précaires, flexibilité et annualisation du temps de travail, liquidation du statut des fonctionnaires et des fonctionnaires eux-mêmes quand ils ne relèvent pas strictement de l’appareil d’État, liquidation de la protection juridique des travailleurs et des indemnités de chômage, liquidation des systèmes scolaires largement ouverts jusqu’alors...

Dans cette offensive, les bourgeoisies et gouvernements ont l’appui des dirigeants des syndicats ainsi que des partis sociaux démocrates, staliniens et issus de l’appareil stalinien international.

POUR LES ÉTATS UNIS SOCIALISTES D’EUROPE

Sommaire
À l’Union européenne comme à tous les traités et accords mis en œuvre en Europe par les divers impérialismes, les révolutionnaires opposent la lutte pour la révolution prolétarienne, le gouvernement ouvrier, le pouvoir ouvrier, l’expropriation des capitalistes, l’organisation de la production selon un plan élaboré et réalisé sous contrôle ouvrier répondant aux immenses besoins des masses, la constitution des États Unis Socialistes d’Europe.
  • Cette perspective vaut également pour les États de l’Est de l’Europe et pour ceux des Balkans.
  • Parce qu’il n’y a pas de "capitalisme européen" unifié, intégré, mais des capitalismes nationaux qui défendent chacun leurs intérêts spécifiques, le combat de chaque prolétariat des pays membres de la CEE doit être dirigé contre le gouvernement et l’État bourgeois qui le domine, contre le capital, la bourgeoisie de son propre pays.
Ne pas situer ce combat sur cet axe reviendrait à protéger cet État. Cela ne signifie pas l’isolement de chaque grand combat de classes. Tout combat d’un des grands prolétariats européens débouchant sur une situation révolutionnaire enclenchera vraisemblablement une puissante vague révolutionnaire dans l’ensemble des États bourgeois d’Europe.

SOUS LE FEU DE L’OFFENSIVE AMÉRICAINE

Sommaire
L’offensive américaine, en particulier contre les divers impérialismes européens et l’Union européenne, ne se relâche pas. Elle est conduite par la bande, en cherchant à casser les reins à ceux des pays dominés qui s’appuyaient - ou tenteraient de s’appuyer - sur un ou des pays impérialistes européens pour échapper à la volonté d’hégémonie des États-Unis : sont visés en premier lieu l’Irak, l’Iran, la Libye, Cuba. La manœuvre consiste à obliger les autres impérialismes européens à participer, à s’associer à cette offensive: le schéma est celui de la guerre contre l’Irak.

Contre l’Irak, la politique d’étranglement se poursuit : Saddam Hussein a été laissé en place pour écraser les masses ; et le pays, sa population, sont soumis à un embargo impitoyable. En janvier puis en juin 93, de nouveaux raids aériens ont été conduits contre l’Irak. Le 20 mai 1996, un aménagement de l’embargo décrété en 1990 a été décidé : "pétrole contre nourriture". Ce n’était qu’un simple aménagement, chaque "contrat" étant soumis à un accord préalable, mais déjà l’impérialisme français se réjouissait : les représentants des industriels français s’affairaient à Bagdad quand le 1er juillet, le gouvernement américain mettait son veto de fait à l’accord du 20 mai ; le conflit entre l’impérialisme américain et l’impérialisme français (qui s’accroche à ses positions) n’est pas terminé mais l’objectif des USA est clair : être reconnu par tous les gouvernements du Moyen-Orient comme le seul maître, briser ceux qui refusent de s’assujettir, conserver la haute main sur les immenses ressources pétrolières de la région, ne laisser aux autre impérialismes que des miettes, aux conditions des américains. Or l’Irak dispose d’immenses richesses pétrolières qui fascinent l’impérialisme français (entre autres) ; il possède les secondes réserves mondiales dont la bourgeoisie française attend beaucoup, et d’abord le paiement de l’énorme dette que le gouvernement irakien lui doit.

La loi Helms-Burton est un autre élément du dispositif américain. Signée le 12 mars 96 par Clinton, elle vise à renforcer l’embargo contre Cuba. Elle permet en particulier de refuser tout visa aux dirigeants d’entreprises non-américaines qui utilisent, à Cuba, des actifs anciennement expropriés. De même son article 3 autorise les anciens propriétaires cubains expropriés au moment de la révolution à attaquer en justice les entreprises (non américaines) utilisant leurs anciens biens. Autrement dit : non seulement l’État cubain - État ouvrier bureaucratisé - doit tomber (il est déjà aux abois), non seulement le capitalisme doit être pleinement restauré (cela a déjà commencé) mais il doit tomber dans l’escarcelle de l’impérialisme américain. Cuba fait pour lui, partie de ses chasses gardées. Or, aujourd’hui, 45% du commerce extérieur de Cuba se fait avec l’Union Européenne. La loi Helms-Burton se résume à : "dehors, les puissances européennes !". Ces dernières vont donc protester, font pression pour que Clinton ne signe pas l’article 3 déjà différé, annonce des représailles... Finalement, Bill Clinton reporte de six mois la signature de l’article 3. Ce n’est pas un recul ; c’est un bâton qui demeure brandi : l’Union Européenne (et le Canada, également visé) doivent accepter de renforcer le blocus contre Cuba, sinon Washington mettra en oeuvre l’article 3. Par ailleurs, depuis le 1er août 96, le reste de la loi s’applique, notamment l’article 4 qui a déjà frappé une société canadienne.

Surtout : le principe d’extraterritorialité de la loi Helms-Burton reste inscrit, qui bafoue les règles internationales jusque là codifiées par les différentes bourgeoisies pour ce qui concerne la circulation des biens et des personnes. Les "quinze" européens protestent, mais Clinton n’en a cure. Clinton se prépare à signer la loi suivante : la loi d’Amato. Signée le 5 août, elle vise la Libye et l’Iran. Plus exactement : elle vise les sociétés qui fournissent une technologie ou des équipements pour une valeur égale au moins à 40 millions de dollars à la Libye ou à l’Iran, deux pays accusés de soutenir le terrorisme. Sont particulièrement menacées des compagnies européennes : Elf, Shell, Agip, ainsi que Schlumberger et Technip. Dans les capitales européennes, c’est une levée de boucliers. Léon Brittan, vice président de la commission Européenne, menace : "La cohésion des quinze ne faiblira pas". (Le Figaro du 09/09/96) Mais le même journal rapportant les propos de Nicholas Burns, porte parole du département d’État, montre que la méthode américaine est la même qu’avec la loi précédente : la loi d’Amato, dit Burns, "nous permet d’avoir un degré de flexibilité pour décider ou non d’imposer des sanctions(...) si nous estimons que les pays impliqués prenaient effectivement des mesures efficaces contre l’Iran et la Libye."

Avec cette loi, le gouvernement peut sanctionner qui il veut, quand il veut. L’objectif est aussi, comme pour l’Irak, de limiter strictement les exportations de pétrole, selon les besoin, et en protégeant leurs propres intérêts pétroliers, ceux de l’Arabie Saoudite, du Koweit, etc... L’arme de l’embargo, celle des sanctions sont utilisées pour fixer volumes de production et prix au niveau correspondant à leurs intérêts. Il s’agit de contrôler l’ensemble du marché mondial du pétrole. Autre chose est d’y parvenir. Les autres impérialismes ne peuvent pas ne pas tenter de desserrer l’étau. Quelques jours après la signature de la loi d’Amato et en dépit des pressions américaines, le gouvernement turc signe avec l’Iran un énorme contrat gazier, s’élevant à 20 milliards de dollars sur 22 années, arguant du fait que formellement il ne tombe pas sous le coup de la loi d’Amato, lequel Amato s’indigne. Le Figaro exulte: "un véritable pied de nez des turcs à leur protecteur américain". Le gouvernement américain n’entend pourtant pas en rester là. (D’autant qu’il est possible qu’en sous main un ou des impérialismes européens aient "aidé" la Turquie, laquelle demande avec insistance à intégrer l’Union européenne).

Autre expression de ces rivalités : le 30 juillet, à Paris, s’est tenue une réunion des ministres du G7 consacrée au terrorisme. Le gouvernement américain, là encore, entendait faire avaliser sa politique. Du côté français, ce fut une fin de non recevoir : chaque pays, selon son ministre, doit conserver une marge de manœuvre dans ses choix en matière de " lutte anti terroriste". Ces quelques récents épisodes préfigurent des oppositions entre impérialismes d’une toute autre ampleur. En outre, ces oppositions se doublent de conflits entre pays impérialistes et pays semi-coloniaux dont certains disposent d’une réelle marge de manœuvre : on a vu l’exemple de la Turquie, le cas particulier d’Israël... mais il y en a nombre d’autres.

Les récentes négociations sur la non-prolifération des armes nucléaires ont illustré l’ impossibilité pour les impérialismes dominants, notamment les USA et la France, de se réserver le monopole de ce type d’armes : celles-ci sont non seulement possédées par Israël (les USA avaient laissé faire, ceci n’étant pas "officiel") mais par d’autres États qui refusent la discipline que veulent leur imposer les États-Unis avec l’appui du gouvernement français : l’Inde et le Pakistan en tout premier lieu.

Le gouvernement américain ne peut vraiment "discipliner" ces États que s’il a le soutien sans faille des autres impérialismes : c’est loin d’être le cas. La coopération entre impérialismes est de plus en plus conflictuelle.

L’impérialisme français, par exemple, devenu impérialisme de troisième rang, expulsé de nombre de ses positions (Irak, Liban, Serbie...) s’accroche comme un beau diable, non par souci de sa "gloire" passée mais parce qu’il y va de la place et de l’avenir du capitalisme français. Au printemps 96, le voyage de Chirac au Proche-Orient, puis de son ministre Hervé de Charette, les prises de positions du gouvernement français... se présentant comme soucieux des intérêts palestiniens, ré-activant une politique "arabe" héritée du gaullisme (que Mitterrand avait délaissée au profit d’une politique des "États arabes"), avaient constitué pour le gouvernement syrien un point d’appui pour refuser l’accord sur le Golan que les gouvernements américain et israélien veulent faire accepter. Autre zone de conflit entre les impérialismes français et américains : le Rwanda et le Burundi, par centaines de milliers de morts tutsis et hutus interposés.

On peut multiplier les exemples. Le fait que nul impérialisme ne puisse aujourd’hui envisager une confrontation armée avec les États Unis ne les empêche pas d’entretenir des conflits qualifiés de "secondaires", d’utiliser comme chair à canon les armées de peuples dominés : l’impérialisme n’a pas cessé d’être le principal facteur de guerre. On peut dès lors ramener à leur juste place les pseudo "institutions-internationales" et leur soi-disant pouvoir : l’ONU demeure une "caverne de brigands" dominée par l’impérialisme américain, l’OMC de création récente en est une autre.

L’OMC, AUTRE CAVERNE DE BRIGANDS

Sommaire
Crée en janvier 1995, l’Organisation Mondiale du Commerce a succédé au GATT. L’OMC n’a de pouvoir que ce que veut bien lui reconnaître chaque État ; ses règles reconnaissent aux pays membres la possibilité de décider des mesures restrictives commerciales quand "la défense des intérêts nationaux l’exige". Dans les faits, l’OMC est bien un lieu de marchandage où les plus forts imposent leur loi.

En février 1996, Le Figaro s’exclamait à son sujet : "l’année de vérité ! 1996 sera déterminante pour l’Organisation mondiale du commerce", et d’évoquer les deux premiers grands dossiers à régler : celui des télécommunications, dont le marché est estimé à plus de 500 milliards de dollars ("ce marché astronomique donne la mesure des appétits des grands opérateurs et équipementiers"), et celui des transports maritimes. Autre dossier: celui des services (ces deux dossiers s’ajoutant à celui des services financiers). Quatre mois plus tard, tout était réglé, et l’OMC avait fait preuve de ses "pouvoirs"... Le Figaro titrait alors :

"Transport maritime : naufrage d’une négociation. Échec pour l’Organisation mondiale du commerce. L’accord international sur le transport maritime ne verra probablement pas le jour avant la fin du siècle. Les américains l’ont torpillé". L’article indiquait : "Troisième échec depuis sa création par l’ OMC, les négociations sur le transport maritime tournent à la confusion. Tous les efforts menés par l’Union européenne, le Japon et bien d’autres pays se sont heurtés à un véritable mur américain. (...) après les services financiers et les télécommunications les pourparlers sur les transports maritimes ont tourné court." Le journaliste précisait également (peut-être à l’intention de ceux qui voient l’État se dissoudre dans l’océan du capital "mondialisé"...) que c’était à la demande expresse du capital américain que le représentant (américain) de l’État (américain) avait imposé sa volonté : "les milieux maritimes américains s’étant prononcés clairement contre toute évolution susceptible d’accroître la concurrence, l’administration s’est contentée de disqualifier les propositions sur la table, renonçant à soumettre la moindre offre de libéralisation." Autre souci pour l’OMC: la tendance de plus en plus marquée à la mise en œuvre "d’accords régionaux", lesquels ne vont pas dans le sens de l’ouverture, de l’unification du marché mondial mais dans le sens de sa segmentation, chaque impérialisme essayant de se constituer des chasses plus ou moins gardées, de verrouiller des marchés: sorte de colonialisme indirect par bourgeoisie compradores interposées... La politique américaine en Amérique Latine en est l’illustration. Preuve par l’inverse, les déboires de l’APEC montrent que ces "accords régionaux" sont inviables dés lors que s’y affrontent deux grands impérialismes.

L’APEC, instance de "coopération économique Asie-Pacifique" représente dix-huit Etats, 40% de la population mondiale, 56% de la richesse mondiale". Mais les divergences fondamentales d’intérêts, en particulier entre USA et Japon l’un et l’autre membres de l’APEC, paralysent cette instance. Selon Le Monde du 17 novembre 1995 rendant compte du sommet de l’APEC à Osaka, c’est "l’enlisement" et "la paralysie". Le protectionnisme japonais à l’égard de son agriculture a conduit à l’affrontement entre les "alliés" du Japon sur cette question (Chine, Corée du sud, Taïwan, Philippines, Malaisie) et ceux des Etats Unis (Australie, Canada, Nouvelle Zélande, Thaïlande...). Un "compromis" masquant les désaccords sera finalement trouvé mais "cette controverse n’en aura pas moins révélé de graves divergences sur la mission de l’APEC. Les japonais et la plupart des asiatiques n’y voient qu’un forum de consultations, les américains veulent en faire une enceinte de négociations commerciales. Là où Tokyo suggère une coopération, Washington entend forcer la marche de la libéralisation : à ses yeux l’APEC n’a jamais été qu’un instrument d’ouverture des marchés asiatiques en "expansion".

Font obstacle à cette volonté américaine "la pression des forces protectionnistes internes" de nombre d’Etats asiatiques, et les intérêts japonais. Ainsi le premier ministre malaisien avait allumé un contre-feu en proposant la création de l’EAEC (East Asian Economic Caucus) excluant donc les USA et ses principaux alliés. De toute évidence, ce premier ministre se souvient que l’APEC a été initiée par les USA pour faire pièce à l’ASEAN...

Certes, depuis une dizaine d’année, l’ouverture du marché mondial s’est nettement accrue, la libre circulation des capitaux est réelle, la division mondiale du travail s’est renforcée, mais nous sommes toujours à l’époque de l’impérialisme, non dans une nouvelle époque : l’organisation du marché mondial est toujours caractérisée par la domination de quelques grands impérialismes sur le reste de la planète, la rivalité, la confrontation entre ces impérialismes eux-mêmes, et par le rôle plus important que jamais des différents États.

Les quelques éléments suivants l’attestent: Entre 1985 et 1994, le rapport entre le développement du commerce mondial et la croissance du PIB a progressé trois fois plus vite qu’au cours de la décennie précédente. Parallèlement, les investissements étrangers directs ont vu leur part doubler dans le PIB total. Mais selon les termes d’un récent rapport d’une agence de l’ONU, la "croissance" depuis 1980 se fait selon une "polarisation accrue du monde", en termes économiques : 15 pays, surtout asiatiques, ont connu une "croissance exceptionnelle" mais à l’inverse 90 pays, la majorité de la planète, ont vu leur situation empirer. En outre, pour l’essentiel, la "croissance" rapide de cette quinzaine de pays se fait sous le contrôle et au profit des grands impérialismes dont les monopoles y délocalisent et sous-traitent une part de leur production.

Quant aux exportations des pays dominés, elles sont soigneusement encadrées et limitées selon les exigences des divers impérialismes : mesures anti-dumping, protection de l’agriculture, accords multifibre (AMF)... On considère ainsi que les contingents découlant de l’AMF équivalent à une taxe à l’exportation allant de 16% à 48%, qui s’ajoutent aux droits de douane sur ces produits qui sont parmi les plus élevés sur les biens manufacturés. D’une manière générale, ces derniers sont soumis à des taxes au moins double que celles qui frappent les matières premières à destination des grands centres industriels impérialistes. Telle est la réalité du marché mondial à l’époque de l’impérialisme, alors même que se développent les contradictions qui le disloqueront.
 

 

 


LA LUTTE DES CLASSES MOTEUR DE L’HISTOIRE

NULLE PART LE PROLÉTARIAT N’EST ECRASÉ

Sommaire
L’effondrement de l’ex-URSS provoque des ravages dans la conscience de la classe ouvrière mondiale.

Les partis social-démocrates et ex-staliniens (avec l’appui des groupes gauchistes dégénérés), s’appuyant sur cette situation, organisent le désarmement politique et théorique de la classe ouvrière, cherchent à ce que la désorientation actuelle de la classe ouvrière, de la jeunesse, soit la plus totale possible.

On est obligé de constater que le prolétariat n’a pas actuellement l’activité révolutionnaire qu’il eut au cours des années 70 et 80, l’impérialisme a repris l’initiative.

D’ores et déjà la progression de la restauration capitaliste dans les pays de l’ex-URSS et de la partie Est de l’Europe sonne durement le prolétariat mondial et le marque. Arguer en contrepartie qu’il s’est accru en nombre ne signifie pas grand chose quant à la perspective de la révolution prolétarienne, d’autant qu’au cours de ces vingt dernières années, dans les pays capitalistes dominants, le nombre de travailleurs productifs s’est réduit de façon importante. S’il s’agissait du nombre de prolétaires, il y a longtemps que le prolétariat aurait pris le pouvoir dans les pays capitalistes dominants. La véritable question est celle de la direction révolutionnaire. Plus que jamais, ainsi que l’écrit le programme de transition :

"Tout dépend du prolétariat, c’est à dire au premier chef de son avant-garde révolutionnaire. La crise de l’humanité se réduit à la crise de la Direction révolutionnaire." Mais quels que soient les coups qu’il a subis, nulle part le prolétariat n’a été écrasé. Dans les pays de l’ex-URSS et de la partie Est de l’Europe, le prolétariat a acquis des droits, la possibilité de s’organiser. La réunification des prolétariats allemands, celle du prolétariat européen, sont des acquis pour eux, même si jusqu’à présent ils n’ont pas été en mesure de les utiliser vraiment.

Dans l’immédiat, l’extrême degré de putréfaction atteint par le capitalisme, la société bourgeoise, la situation de crise récurrente qui est la sienne (avec des oscillations), le risque d’une crise disloquante, contraignent les différentes bourgeoisies à mener des attaques frontales contre leur prolétariat. Nécessairement, aussi handicapés politiquement qu’ils soient, ces prolétariats s’efforceront d’engager de puissants combats qui poseront y compris la question du pouvoir et dans des conditions nouvelles, la question de la construction de Partis Ouvriers Révolutionnaires et d’une Internationale Ouvrière Révolutionnaire.

Mais la question du programme, celle des rythmes et des délais, pour la construction d’une telle organisation seront déterminantes. Aussi petit soit-il, le Comité a un rôle fondamental à jouer car le mouvement spontané ne peut créer un parti révolutionnaire équipé de pied en cap d’un programme concentrant les acquis du mouvement ouvrier : la lutte des classes demeure le moteur de l’Histoire ; mais à l’époque des guerres et des révolutions, la question du parti est la question centrale à résoudre.

DE NOUVEAU SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE : QUELQUES DONNÉES RÉCENTES

Sommaire
La presse publie quotidiennement une masse de chiffres dont beaucoup -- journaliers ou mensuels, souvent rectifiés après coup -- se télescopent avec des projections vite démenties par les faits. L’attention portée aux résultats immédiats est d’autant plus forte que sont grandes les craintes d’un "crash" boursier ou monétaire. Du coup, certains aspects essentiels sont gommés.

La reprise ? Sa caractéristique première est d’être fragile et fragmentée :

  • aux USA : la crise des années 90-92 a été suivie d’une nette reprise en 93-94. Pour l’année 95, les données corrigées six mois après montrent un reflux de cette reprise à +2 %.
Pour 1996, les augures de l’OCDE et du F.M.I. prévoyaient +1,8% ou +2% de hausse du PIB. Mais le premier semestre 96 voyait cette reprise rebondir, et les estimations pour 1996 remontent à +3 %. D’ores et déjà de juillet 95 à juillet 96, la production industrielle a crû de +3,8 %.
  • au Japon : la situation est déjà différente. En dépit de plusieurs lourds "plans de relance", le PIB de 1995 a stagné (+0,9 %). Le premier semestre 1996 montrait une légère progression, mais fort chaotique : d’un mois sur l’autre, la production industrielle alterne entre nette reprise et chute brutale, parfois exceptionnelle (mars et juin 96).
  • en Europe : globalement la situation est encore plus difficile et très différente d’un pays à l’autre. Son pivot, l’Allemagne, touché par la récession de 1992-94, avait vu sa situation se redresser. Ce fut bref : une chute brutale fin 1995 ramena la hausse du PIB annuel à 1,9 %. Au premier semestre 96, les taux toujours négatifs officialisaient la "récession". Une légère reprise au début de l’été 1996 permettait aux "experts" d’avancer pour l’ensemble de l’année +0,5%, voire +1 %. Le même pronostic de +1% est formulé pour la France en 1996, après une hausse du PIB en 1995 de +2,4 %. Idem le Danemark (+0,5% prévu pour 1996).
Mais pour d’autres pays, le reflux est limité : en Italie, le PIB de 1995 (3,2%) reculerait à +2% en 1996, et en Grande-Bretagne de 2,4% à 2%. Jouent de manière considérable, et différente, dans cette situation, trois facteurs principaux :
  • la baisse de la valeur de la force de travail imposée à la classe ouvrière (plus brutale aux USA et en Grande-Bretagne qu’en Allemagne) ;
  • la charge de la dette, la nécessité d’en poursuivre le financement et les tentatives de réduire les déficits de l’État ;
  • la fluctuation des monnaies entre elles : pour l’Italie et la Grande-Bretagne, la baisse de leurs monnaies respectives a fourni une aide réelle, au moins provisoirement, aux exportations.
Aux USA, outre les coups portés au prolétariat, ont joué : la liquidation du capital obsolète, la dévalorisation d’une partie du capital productif, à quoi il faut ajouter une sorte de dumping sur le marché mondial qu’a constitué la dévalorisation du dollar et qui a joué particulièrement à l’encontre des exportations japonaises et allemandes.

Concernant les pays subordonnés à l’impérialisme, les écarts sont souvent extrêmement forts. D’un côté quelques pays à croissance importante (Chili, Sud-Est asiatique ). Les raisons en sont simples : une exploitation forcenée de la classe ouvrière, une répression impitoyable du mouvement ouvrier, de ses militants et --sur cette base-- une insertion dans la division mondiale du travail comme sous-traitant (entreprises souvent délocalisées) ou fournisseurs de quelques produits aux pays dominants. Le Chili, avec un PIB en hausse de +8% sur plusieurs années, s’est ainsi spécialisé dans l’exportation de fruits et légumes, à contre-saison, vers les USA. En même temps, 27% des Chiliens vivent au-dessous du seuil officiel de pauvreté, un système de fonds de pension a été imposé à la classe ouvrière au début des années 80 (sa "valeur", fictive, est estimée aujourd’hui à 23 milliards de dollars, la moitié du PIB) ; et Pinochet est toujours le chef de l’armée de terre.

De l’autre côté, des pays en crise ouverte, en particulier en Afrique et en Amérique latine : le PIB du Mexique a chuté de 6,9% en 1995, celui de l’Argentine de 4,5% officiellement.

MAINTIEN DES GRANDS DÉSÉQUILIBRES

Sommaire
La reprise aux USA s’est faite sans que soit résolue la question des grands déséquilibres : déficit budgétaire, déficit commercial, déficit de la balance des paiements Bien au contraire : après un déficit commercial en 1995 de 110 milliards de dollars, le plus mauvais résultat depuis 8 ans, ce déficit ne s’est guère modifié au premier semestre 1996 : 52,6 milliards de dollars imputables pour un tiers au Japon et un tiers à la Chine. Les États-Unis continuent à vivre à crédit.

Symétriquement, le Japon maintient ses excédents commerciaux : après s’être envolés de 1984 à 1994 (de 44 à 144 milliards de dollars), ils redescendraient à "seulement" 100 milliards de dollars en 1996. Mais ces chiffres varient selon qu’ils sont calculés en dollars ou en yens. La récente remontée du yen modifie encore ces données : de la mi-95 à l’été 96, l’excédent commercial serait en baisse relativement mais en hausse absolument : +35% pour les importations et +18% pour les exportations.

En Allemagne, le solde commercial est demeuré bénéficiaire en 1995 (300 milliards de francs) et au début de 1996, la compétitivité des produits allemands s’étant améliorée avec la hausse relative du dollar (+10% de mai 95 à mai 96).

Ces déséquilibres nourrissent toujours un peu plus la spéculation sur les monnaies, fragilisent le dollar et contraignent la F.E.D. à remonter ses taux d’intérêts.

Mais l’État US n’est pas le seul endetté : au Japon, la dette publique à long terme est supérieure à 15 600 milliards de francs, soit les deux-tiers du PIB. Son volume a cru brutalement en 3 ans, les cinq principaux plans de relance représentant à eux seuls 3 000 milliards de francs. S’y ajoutent le déficit des collectivités locales, égal à lui seul à 3,4% du PIB, et les coûts prévus pour le sauvetage des établissements menacés par les créances douteuses.

Officiellement est attendu un nouveau krach "mexicain", au Mexique ou ailleurs.

Au Brésil ? L’hyper-inflation a été jugulée mais le déséquilibre de la balance courante a atteint 17,8 milliards de dollars en 1995. Le déficit budgétaire équivaut à 5% du PIB.

En Argentine ? La dette s’est accrue, atteignant 83 milliards de dollars. Cela ne représente "que" 30% du PIB, mais l’excédent actuel du commerce ne couvre que 8% de la charge annuelle de la dette (10 milliards de dollars l’an, intérêt et capital).

Au Mexique ? La situation est catastrophique. Les coups terribles porté aux masses n’ont rien réglé. En 1995, du fait de la crise économique, les revenus fiscaux ont diminué de 20% tandis que le coût de l’endettement public a augmenté de 90% du fait de la hausse des taux d’intérêts et de la dévaluation du peso. Cela implique de puiser dans les dépenses courantes, de porter de nouveaux coups

aux masses. Une explosion sociale peut y éclater à tout moment.

UN HIMALAYA DE DETTES

Sommaire
A l’échelle mondiale, le marché obligataire total - qui pour les 7/8 mesure la dette à long terme des États - a cru de manière vertigineuse : en 1970, il était de 780 milliards de dollars dont 485 pour le marché américain ; en 1994 il atteignait 18 500 milliards de dollars dont 8 000 pour les titres américains. Non seulement les emprunts d’État monopolisent le marché obligataire, ce qui n’était pas le cas dans les années 60, mais ils occupent une place plus importante que le marché des actions : fin 1994, le total des actions cotées à New-York était comptabilisé pour 5100 milliards de dollars tandis que les obligations - autre capital fictif - émises au titre de la dette publique seule, étaient évaluées à 6870 milliards de dollars (3470 pour les titres du Trésor, 2200 pour les agences fédérales et 1200 pour les municipalités). Même en ajoutant aux 5100 milliards d’actions les 1250 milliards d’obligations non étatiques émises par les entreprises (la dette "corporate"), on arrive à 6350 milliards, total inférieur à celui de la dette publique.

Certes, tout cela n’est que capital fictif mais sa destruction brutale peut, à tout moment, provoquer un séisme économique, social et politique qui, lui, n’aura rien de fictif. Paul Fabra, zélé défenseur du capitalisme, observait il y a peu :

"Le marché obligataire est presque entièrement accaparé par l’État et les établissements qui gravitent autour de lui. Sur un des phénomènes les plus marquants du dernier quart de siècle, règne un demi-silence. C’est qu’il contredit toute une mythologie sur le triomphe du capitalisme et de l’économie de marché. Tout simplement, on oublie de dire que le cur du cur du système, le marché financier, est au service quasi exclusif de l’État" ("Les Échos" du 12/4/96). Paul Fabra oublie de préciser qu’en retour ces dettes nourrissent un énorme capital rentier mais il met le doigt, avec inquiétude, sur une question aujourd’hui décisive. Cet énorme endettement des États, les déséquilibres évoqués, constituent une base objective sur laquelle joue la spéculation. Les bas taux d’intérêt (à court terme) pratiqués durant les années 90 ont multiplié les possibilités de spéculation.

SPÉCULATION ET IVROGNERIE

Sommaire
"Le bon marché du capital incite à la spéculation, tout comme le bon marché de la viande et de la bière incite à la voracité et à l’ivrognerie". Cette formule de J.W. Gilbart, reprise par Marx ("Le Capital" III, 2 page 70) est plus que jamais actuelle. Une immense bulle spéculative s’est constituée, en particulier à New-York, recourant massivement aux taux à court terme pour se développer. En moyenne, de 1990 à 1995, les taux à court terme aux États Unis ont été de 1,66% (en terme réel) tandis qu’ils étaient en moyenne de 4,82% hors inflation entre 1980 et 1989.

Mais depuis 1994, la F.E.D. a du peu à peu réviser ses taux d’intérêt, d’autant qu’une grande part de la dette américaine est gagée à court et moyen terme. En terme réel, le taux à court terme était de 2,25% en juillet 96. D’autres hausses sont attendues, et redoutées.

La bulle spéculative peut exploser à tout moment. Depuis le début de l’année 1996 c’est une profonde instabilité qui ébranle marchés boursiers et parités des monnaies.

L’instabilité est telle que la simple publication mensuelle de quelques indices sur l’emploi et la production provoque une secousse.

  • le 5 février 96 la secousse est accompagnée d’une brutale hausse des taux d’intérêt simultanément à une baisse du dollar. Les Bourses de Paris et Francfort chutent également.
  • le 8 mars, nouvelle secousse : l’indice Dow Jones plonge de 3 %.
  • le 8 avril, nouvelle chute de 1,5% et nouvelle hausse des taux longs.
  • le 2 mai, quatrième secousse, baisse de l’indice boursier et hausse des taux obligataires à 30 ans.
Néanmoins, entre deux secousses, le niveau des taux, des indices, des monnaies tend à se rétablir.
  • en juin, l’instabilité s’accentue ; les taux d’intérêt à long terme atteignent 7,19% à New-York, un record depuis 13 mois ; les investisseurs étrangers poursuivent leur retrait du marché obligataire français : 102 milliards de francs d’obligations françaises ont été vendus par ces derniers durant le seul premier trimestre ; du 12 au 14 juin, le dollar perd 15% par rapport au mark ; le cours du cuivre s’effondre, perdant 30% en quatre semaines. La causse immédiate en est la perte record du groupe japonais Sumitomo (au moins 1,8 milliards de dollars) due à des transactions aventureuses, mais la base en est la surproduction qui touche nombre d’autres matières premières (le nickel a perdu 15% en deux mois).
  • juillet 1996 marque une aggravation de la situation. Ce n’est plus d’une simple secousse mensuelle vite effacée dont il s’agit. Le lundi 15 juillet, pour la troisième fois en dix jours, la Bourse de New York plonge, avec une baisse de 2,9 %. Depuis fin juin, le recul dépasse 6 %. Après dix-huit mois de spéculation effrénée (+55% entre décembre 1994 et juin 1996), c’est un vrai repli. Ce repli est chiffré à 15,7% en six semaines par l’indice Nasdaq. Nombre de capitaux spéculatifs désertent alors la place de New-York à la recherche d’une zone plus sûre et, convertissant leurs dollars en devises, contribuent à faire baisser la monnaie américaine.
Il apparaissait que la bulle spéculative américaine commençait à se dégonfler et que la F.E.D. tentait "d’organiser le repli", de gagner du temps pour éviter une explosion catastrophique, dirigeant par exemple des achats massifs sur les contrats à terme sur actions pour ralentir la chute. Si nul ne peut dire comment cette situation va se développer, à quel rythme, la presse spécialisée était déjà particulièrement inquiète : "Jusqu’à présent, la purge du Dow Jones a été contenue Mais les rendements obligataires restent trois fois supérieurs à celui des actions, ce qui historiquement n’a jamais été durable. Si le CS First Boston affirme que "le pire est derrière nous", les semaines à venir s’annoncent donc très délicates. La F.E.D. va-t-elle remonter ses taux le 20 août, comme l’anticipent les marchés ? Coincé entre des ménages très endettés et des opérateurs inquiets sur l’inflation, Greenspan (le patron de la F.E.D.) devra faire preuve de tout son art pour gérer en douceur la suite du dégonflement de la bulle spéculative . ("Le Figaro" du 28/8/96) Or, les possibilités de contenir la crise sont nécessairement limitées. La presse bourgeoise redoutait une nouvelle secousse pour le mois de septembre. Mais en septembre et octobre, la F.E.D. a décidé de ne rien changer aux taux à court terme. Cela a fait de nouveau exploser la spéculation, notamment à la Bourse de New-York, à des niveaux historiquement jamais vus. Par ailleurs s’est précisée, depuis quelques mois, une tendance à la déflation : sans que l’on puisse aujourd’hui indiquer si cette nouvelle menace se concrétisera, et dans quelle mesure, il y a là l’expression du degré exceptionnel atteint par les contradictions du système capitaliste (une déflation réelle rendrait définitivement non remboursables les dette accumulées mais une reprise de l’inflation peut brutalement mettre à bas le château de cartes du système financier et monétaire international). Tout au plus la bourgeoisie peut-elle gagner du temps, et mettre ce temps à profit pour porter les coups les plus durs à la classe ouvrière.

UNE OFFENSIVE GÉNÉRALISÉE

Sommaire
Le capitalisme est au bord du gouffre ; les cercles dirigeants de la bourgeoisie, les différents gouvernements en ont une conscience aigué. Aussi doivent-ils passer à une étape supérieure dans leur offensive contre la classe ouvrière, en particulier contre les différents prolétariats d’Europe.

En pratique, cette offensive a déjà commencé ; il suffit de voir comment et à quel rythme, en France, a été entreprise la destruction de la Sécurité Sociale et comment --quelques mois à peine après le puissant mouvement de novembre-décembre 95 et alors même que tous les textes organisant la destruction de la Sécurité Sociale ne sont pas encore mis en uvre-- le gouvernement entreprend une offensive majeure contre les travailleurs de la fonction publique (salaires, statuts et acquis, conditions de travail, effectifs) ; de plus, cette offensive-là se combine avec la mise en route d’une autre attaque majeure contre tout le prolétariat : la liquidation de la définition du temps de travail sur une base hebdomadaire (et quotidienne).

D’ores et déjà, par la loi et avec l’appui des appareils syndicaux, se développent les variations d’amplitude quotidiennes, hebdomadaires, le travail de nuit, de samedi et de dimanche, de jours fériés, vers l’annualisation et au-delà, vers la flexibilité totale (ce qui intègre la suppression de toutes les primes et abattements antérieurement accordés, la réduction puis la disparition de la notion "d’heures supplémentaires") : l’accord de la métallurgie en est une préface. De même l’accord signé par quelques bureaucrates syndicaux IBM France, banalisant le travail de nuit, du dimanche et des jours fériés à l’usine de Corbeil (juillet 96).

Cette offensive de la bourgeoisie française bénéficie de l’appui des appareils syndicaux, du PS et du PCF : ils soutiennent cette politique, ils soutiennent le gouvernement parce qu’ils défendent le capitalisme.

Pour la bourgeoisie, quel que soit le pays, l’objectif est la subordination complète du travail au capital, à la libre circulation et à la mobilité de celui-ci, aux exigences du profit sous toutes ces formes. La flexibilité doit être absolue, sans entraves réglementaires ou législatives ni surcoût. Pour cet objectif, l’existence d’un fort volant de chômage est une nécessité pour le capital, et donc une exigence : il faut peser sur la valeur de la force de travail, la rendre malléable, disponible à merci. L’objectif de la "réduction des déficits" (donc des dépenses sociales) est devenu un leitmotiv dans tous les pays. Le modèle, c’est la politique de Thatcher, de Reagan et maintenant de Clinton.

OFFENSIVE AUX ÉTATS UNIS

Sommaire
Des coups sévères ont déjà été portés au prolétariat américain ; la défaite des contrôleurs aériens, licenciés en bloc par l’administration Reagan déjà 1981, a constitué un tournant dans la lutte des classes aux USA. Depuis, licenciements massifs, dégradation du système de santé et hausse de son coût, remise en cause d’acquis ont été la règle. La reprise actuelle ne ralentit pas l’offensive ; en effet, la bourgeoisie redoute ouvertement qu’avec la reprise qui s’est manifestée, avec la création de plusieurs millions d’emplois --même s’il s’agit pour une grande part "d’emplois fast food" et plus souvent encore d’emplois mal payés-- la classe ouvrière soit en mesure de reprendre le combat pour de moins mauvais salaires. Sous la pression de la majorité républicaine du Congrès, Clinton vient donc de donner son accord un texte démantelant le système dit du "Welfare state", dont le principe remonte à Roosevelt (Roosevelt ayant dû faire face à de puissants combats du prolétariat), désormais, aucun Américain ne pourra bénéficier, durant toute sa vie, de l’aide sociale plus de cinq ans. Dès la fin de la seconde année, la plupart des adultes devront obligatoirement trouver du travail, faute de quoi les prestations sociales reçues par leur famille seront supprimées. Enfin, après soixante jours d’inscription au "Welfare state", toute personne sans travail devra accepter une tâche d’intérêt public. C’est une remise en cause radicale du système antérieur.

L’objectif est double : diminuer l’ampleur des déficits de l’État, exercer une énorme pression (à la baisse) sur la valeur de la force de travail ; les millions de chômeurs sans ressources seront totalement livrés aux exigences des employeurs et les travaux "d’intérêt public", véritable servage moderne sous couvert "d’aide de l’État", se substitueront au travail normalement salarié.

EUROPE : QUELQUES NOUVEAUX GOUVERNEMENTS, UN MÊME PROGRAMME

Sommaire
17 décembre 1995 - Autriche : le parti social démocrate progresse de 3,4% et atteint 38,3 %. Une coalition est constituée avec un parti bourgeois, l’ÖVP (parti populaire). Objectif : un plan draconien pour réduire la dette de l’État. Commentaire de Fritz Verzetritsch, président de la Confédération des syndicats autrichiens (ÖGB) : "il était nécessaire de resserrer les boulons".

22 mars 1996 - Suède : Gron Persson, nouveau premier ministre social-démocrate succédant à un autre social-démocrate, présente son gouvernement et son programme : "assainissement" des finances publiques, ramener le déficit budgétaire de 7% en 1996 à 3% en 1997, poursuivre et accentuer la politique du précédent gouvernement.

28 avril 1996 - Espagne : Après deux mois de tractations avec les nationalistes catalans, le nouveau gouvernement de José Marian Aznar présente ses objectifs : strict respect des critères de Maastricht ; lancement d’un "plan d’austérité", d’un "plan stratégique de privatisation" accompagné d’un "dialogue social". Cette offensive s’appuie sur la politique antérieurement conduite par les différents gouvernements Gonzalez (PSŒ). Officiellement, 25% de la population active est au chômage.

18 mai 1996 - Italie : le nouveau gouvernement jure fidélité à la Constitution : pour la première fois depuis 1946, des membres de l’ex-PCI participent au gouvernement italien, le PDS en constituant la colonne vertébrale (9 des 20 ministères). La coalition de l’Olivier menée par le très catholique Romano Prodi se fixe comme objectif la satisfaction des critères de Maastricht déclare Prodi. Or, la dette de l’État équivaut à 125% du PIB.

Sans même parler de satisfaire les critères de Maastricht, le simple fait de s’en rapprocher signifie de nouveaux coups portés à la classe ouvrière : "l’assainissement" des finances publiques est un "objectif incontournable", les privatisations seront relancées "avec détermination", les "sacrifices équitablement distribués", une réforme de l’école entreprise.

Complétant le rôle du PDS au sein du gouvernement, Refondation Communiste soutient de l’extérieur en votant pour la mise en place de ce gouvernement. Le 31 juillet, le gouvernement passait "en force" pour faire adopter un collectif budgétaire, posant la question de confiance. Le groupe Refondation Communiste a donc voté lui aussi pour un collectif de 50 milliards de francs, composé aux deux-tiers de coupes budgétaires et pour un tiers de nouveaux impôts et taxes. Ainsi les deux partis issus de l’appareil stalinien se partagent-ils les rôles pour cadenasser la classe ouvrière.

AUCUNE POSITION ACQUISE N’EST A L’ABRI

Sommaire
En Suisse, pays qui semblait peu touché par ces offensives (mais où la semaine de travail est l’une des plus longue d’Europe et où l’importante fraction du prolétariat d’origine immigrée est durement surexploitée), c’est une offensive d’une rare brutalité qui s’engage : licenciements, suppressions d’emplois (20 000 sont prévus dans les banques, pour 120 000 employés) et baisse du salaire nominal. C’est le président (social-démocrate) de la SFF (chemins de fer) qui le premier a annoncé le 23 juin 96 qu’il prévoyait de réduire les salaires de 2 à 4%. Le lendemain, le gouvernement cantonal de Zurich annonçait un projet de baisse de salaire des fonctionnaires de 5%. Même projets pour les villes de Lucerne et Saint-Gall. Le chef du patronat s’engouffrait alors dans la brèche en faisant de ces propositions une base des négociations à venir.

Mais c’est en Allemagne que se joue la bataille essentielle compte tenu de la place de la bourgeoisie allemande et de la force de son prolétariat, de ses acquis. Font partie de ces acquis, la mise quasiment au même niveau des salaires de l’Est et de l’Ouest de l’Allemagne, qui s’ajoute à l’acceptation initiale d’un mark pour un deutschmark. Pour les bourgeoisies d’Europe, Kohl joue sur ce plan le rôle d’un chef d’orchestre. Ce que les unes et les autres ont dû (et pu) céder dans le passé doit être repris. Le plan du printemps 96 du chancelier Kohl vise à supprimer dès 1997 l’équivalent de 250 milliards de francs de dépenses publiques, ou encore 2% du PNB. Ces coupes se traduiraient par le gel (nominal) des salaires des fonctionnaires deux années de suite, la réduction des indemnités pour maladie, le moindre remboursement de certains soins et l’élévation de l’âge de la retraite, la diminution des indemnités de chômage, le gel des allocations familiales, les licenciements seraient facilités dans les PME et la cotisation sociale versée par l’employeur réduite.

Le 8 août, Kohl annonçait que la hausse de la TVA était "inévitable" pour la prochaine législature, sans en préciser le niveau : "le rapport entre les impôts directs et indirects est parti la dérive", l’objectif étant de faire passer la part de l’impôt indirect de 40% actuellement à 50% du total ; or la TVA est l’impôt qui frappe le plus durement la classe ouvrière.

OFFENSIVES EN AMÉRIQUE LATINE

Sommaire
Les États latino-américains sont certainement ceux où le pouvoir d’achat, les conditions de vie de la classe ouvrière, se sont les plus détériorés durant la dernière décennie. Au Mexique, depuis la chute du peso début 1995, la crise économique s’est aggravée : 15 000 entreprises fermées, 800 000 emplois supprimés et 1,7 million chômeurs supplémentaires ; l’inflation a dépassé 50% en 1995, dépassera sans doute 30% en 1996.

Le pouvoir d’achat des plus bas salaires a perdu 40% de sa valeur en un an et demi, 63% en huit ans. La violence de ces attaques ne suffit pas pour autant à sauver de la faillite le Mexique, dont la dette d’État a atteint le niveau historique de 158 milliards de dollars.

Au Venezuela, au Brésil, une inflation analogue a ravagé le pouvoir d’achat de la classe ouvrière.

L’Argentine des années soixante faisait figure, en Amérique latine, de relative exception. A marche forcée, elle est en train de rejoindre le niveau général de l’Amérique latine : 20% de la population active au chômage, un système de santé délabré, un système scolaire en ruines, une baisse générale du pouvoir d’achat, des enseignants impayés des mois durant. Le 12 août 1996, le gouvernement a décidé une forte hausse de l’essence (16%) et du gazole (46%), la hausse des tarifs des transports publics, de la TVA. La récession frappe le pays, le déficit budgétaire pour l’année en cours atteindra 33 milliards de francs venant grossir une dette déjà très lourde.

Tous les acquis, tous les prolétariats sont touchés par cette offensive ; chaque remise en cause d’un acquis par "une" bourgeoisie est aussitôt un point d’appui pour les autres bourgeoisies dans leur offensive politique, en même temps qu’il devient également une contrainte à leur égard : dans les réunions internationales, les experts et officiels américains ne cessent de vanter leur "modèle", la reprise économique aux USA pour contraindre les bourgeoisies européennes à "s’aligner", l’intérêt général du capital l’exige.

Mais le "modèle" américain n’est pas seulement un argument pour les gouvernements bourgeois pour justifier leur offensive ; la baisse de la valeur de la force de travail aux USA a redonné force aux exportations américaines : les capitalistes européens (et japonais) doivent s’engager dans la même voie.

Mais tout dépend de la résistance du prolétariat. Or celui-ci, même s’il est sur la défensive, n’est pas vaincu. Bien au contraire, à chaque instant, s’expriment sa puissance, le fait qu’il est prêt à engager le combat.

LE PROLÉTARIAT EST PRÊT A ENGAGER LE COMBAT

Sommaire
Dès l’annonce du plan du chancelier Kohl, le prolétariat allemand réunifié a fait la démonstration de sa puissance, a prouvé qu’il était prêt à s’engager dans le combat pour briser l’offensive du gouvernement, c’est-à-dire dans le combat pour chasser le gouvernement Kohl.

Le 15 juin 1996, ce sont 350 000 travailleurs allemands qui ont convergé sur Bonn ; c’est l’une des plus grandes manifestations du prolétariat allemand depuis son écrasement en 1933 ; cette manifestation était organisée à l’appel de la confédération des syndicats allemands et soutenue par le SPD.

Au cours de cette manifestation ont été clairement exprimés par les manifestants des mots d’ordre contre Kohl, des mots d’ordre exprimant la nécessité de le chasser, en dépit du cadre fixé par les dirigeants des appareils respectant, protégeant le gouvernement.

Le 8 août 1996, l’Argentine était paralysée par la grève générale, le mouvement de grève le plus important depuis des années ; cette grève de vingt-quatre heures organisée par les trois centrales syndicales a été massivement suivie.

Manifestation de masse du prolétariat allemand, grève de vingt-quatre heures du prolétariat argentin : quelques mois après le puissant mouvement de novembre-décembre 95 en France, ces deux "moments" du combat du prolétariat expriment un même processus, posent les mêmes problèmes :

  • l’un et l’autre montrent que le prolétariat dans son ensemble est prêt à s’engager dans le combat pour en finir avec la politique de la bourgeoisie, donc avec ses gouvernements ; l’un et l’autre expriment que - plus que jamais- le prolétariat a besoin, et se sert, de ses organisations syndicales pour organiser, centraliser son combat.
  • en même temps apparaissent les limites politiques du prolétariat : contraint à s’engager pour défendre ses acquis (son droit même à l’existence en Argentine), la démonstration de sa puissance reste limitée par la politique des appareils, l’absence de parti révolutionnaire. L’appareil syndical a refusé d’appeler à la grève générale, négocie flexibilité, déréglementation et baisse du pouvoir d’achat. Le parti social-démocrate reprend à son compte nombre des exigences patronales, préparant -s’il le peut - les conditions de sa nouvelle défaite électorale.
  • néanmoins, chacun de ces combats peut être un point d’appui pour des combats d’une toute autre ampleur : chacun de ces prolétariat a pu mesurer sa force. Et c’est cela que redoute la bourgeoisie. Cependant celle-ci poursuit son offensive : ce n’est ni une manifestation centrale ni une grève de 24 heures qui la fera reculer : c’est après la manifestation de Bonn que le chancelier Kohl a réaffirmé son plan et annoncé une hausse à venir de la TVA. C’est après la grève générale de 24 heures que le gouvernement argentin a annoncé un nouveau train de mesures anti-ouvrières. La crise du capitalisme conduit nécessairement aux plus violents affrontements.

  •  

     
     




    AUTRES COMBATS

    Sommaire
Au cours des derniers mois, et même si leur puissance est relative, d’importants combats de classe ont eu lieu. Souvent d’ailleurs la presse est très discrète, ou n’informe qu’après coup :
  • En Belgique, huit semaines durant (février-mars 96), les enseignants francophones ont alterné grèves et manifestations contre un plan prévoyant 3 000 suppressions de postes (pour 42 000 enseignants) ;
  • en Serbie, le 10 mai 1996, 20 000 ouvriers en grève ont manifesté pour la troisième journée consécutive au centre de Nis.
De même, dans une situation générale politiquement aussi difficile, la jeunesse, la jeunesse étudiante en particulier, fait la démonstration qu’elle est prête au combat : en Autriche, dès la constitution du nouveau gouvernement "rouge-noir" (sociaux démocrates --SPÖ -- et conservateurs ÖVP), les étudiants ont manifesté par dizaines de milliers et appelé à la grève pour le retrait du plan gouvernemental remettant en cause les prestations sociales étudiantes.

En Australie, l’annonce de sévères coupes budgétaires par le gouvernement bourgeois de John Howard a provoqué aussitôt de violentes manifestations. Les étudiants, touchés tout particulièrement (suppression de bourses, hausse massive des frais d’inscription), se sont retrouvés aux côtés des travailleurs et de leurs organisations. A Camberra, le 19 août, plusieurs milliers de manifestants venus des quatre coins du pays ont défoncé les portes du Parlement et investi les lieux, se heurtant violemment aux forces de l’ordre.

Au demeurant, le combat de la jeunesse ne se réduit pas au combat à partir de revendications matérielles, aussi importantes soient ces dernières. La jeunesse est amenée à se mobiliser aussi directement sur des questions strictement politiques. Ce fut le cas au moment de la guerre d’Algérie, au moment de celle du Vietnam, contre la guerre impérialiste et pour le retrait des troupes d’occupation.

De ce point de vue, il faut attacher une certaine importance au récent combat des étudiants coréens pour la réunification de la Corée et contre la présence militaire américaine.

Le mardi 20 août 1996, l’université Yonsei près de Séoul où s’étaient barricadés depuis huit jours plus de 2 000 étudiants, a été prise d’assaut par 5 000 policiers appuyés par des hélicoptères.

On peut certes considérer que ces étudiants ne sont qu’une fraction seulement de la masse des étudiants, qu’ils sont bien peu "critiques" à l’égard de la bureaucratie nord-coréenne, mais on doit affirmer que l’exigence de la réunification de la Corée est une revendication totalement juste, et que cette question est une question fondamentale pour le prolétariat et la jeunesse de Corée mais aussi du Japon et de la Chine. Ce n’est pas un hasard si, depuis quatre décennies, les impérialismes japonais et américain, les bureaucraties chinoise et russe sont attachés à la division de la Corée : la réunification de la Corée bouleverserait les rapports politiques dans cette région du monde.

En outre, le combat des étudiants coréens s’inscrit dans la continuité du combat révolutionnaire du prolétariat et de la jeunesse coréens ; le rôle des étudiants fut décisif dans la chute de la dictature de Sygman Rhee en 1960 ; ils contribuèrent à la chute du régime de Chun Too-Whan en 1987. Si l’on tient compte du fait que le prolétariat de Corée du Sud est aujourd’hui un prolétariat nombreux, de plus en plus qualifié, fortement concentré, soumis à une exploitation brutale ; si l’on tient compte que le régime bureaucratique de Corée du Nord est dans une impasse totale, que l’économie de Corée du Nord est exsangue, il est alors possible que cette mobilisation étudiante soit le signe précurseur d’une mobilisation révolutionnaire du prolétariat et de la jeunesse de Corée.

De manière plus générale, il faut être attentif au fait que l’industrialisation importante de plusieurs États de l’Asie de l’Est et du Sud-Est a entraîné la constitution d’un prolétariat nombreux, souvent jeune, soumis à des conditions d’exploitation féroces, muselé par des régimes dictatoriaux. Longtemps, pour l’essentiel, il a été réduit au rang de "prolétariat en soi". C’est de moins en moins le cas. Même s’il n’est pas encore apparu dans la plupart de ces pays comme classe indépendante politiquement, son existence et son propre mouvement se manifestent néanmoins.

C’est ainsi qu’en Malaisie, profitant d’une pénurie de main d’uvre, les travailleurs ont pu imposer des augmentations sensibles des salaires, à partir, il est vrai, d’un niveau extrêmement bas : les "coûts salariaux négociés" auraient augmenté de 12% au moins en 1994, de 19,5% en 1995, suffisamment pour que Grundig et divers groupes japonais délocalisent une nouvelle fois vers d’autres pays.

En Indonésie, seuls quelques partis bourgeois sont autorisés à exprimer une "opposition", mais point trop ne faut : c’est ainsi que la direction du PDI, parti bourgeois "démocratique" d’opposition officielle, fut froidement expulsée par la police de la tête de son propre parti au profit d’une direction plus conciliante. Il en résulta, le 27 juillet, de véritables émeutes. Mais en toile de fond il y a le prolétariat qui s’est déjà manifesté par des grèves ; le président d’un syndicat indépendant a été arrêté pour "subversion", crime passible de la peine de mort. Trois décennies après l’immense bain de sang de 1965, le prolétariat est en mesure de se reconstituer sur une base plus élevée. Son existence est d’ores et déjà un facteur d’instabilité politique. Or l’Indonésie, par sa population et son économie, est le principal pilier de l’ASEAN (Association des nations du Sud-Est Asiatique).

Néanmoins, tous ces différents mouvements sont limités, cadenassés qu’ils sont par les appareils syndicaux et les organisations traditionnelles (en Australie, en Belgique, en Autriche, etc pour reprendre les exemple cités) ou récupérés par des organisations bourgeoises "démocratiques" (Indonésie), des organisations petites-bourgeoises, etc…

Pour submerger ces appareils et organisations, il faut une perspective politique, faute de quoi le mouvement ouvrier, la jeunesse, restent subordonnés à l’État bourgeois : le prolétariat allemand, qui a exprimé sa puissance exceptionnelle, en est une illustration.

Dans une autre situation, avec d’autres traditions, le prolétariat noir d’Afrique du Sud, avec la jeunesse noire, en est une autre. (En ce qui concerne l’Afrique du Sud se reporter à CPS n 64).

LA QUESTION DU PARTI, QUESTION FONDAMENTALE

Sommaire
Toutes les situations successivement évoquées conduisent inévitablement à poser la question du parti révolutionnaire. C’est sur cette question centrale que depuis des décennies butte la classe ouvrière. C’est l’absence d’un tel parti qui a pesé et qui pèse de manière déterminante dans les développements au sein de l’ex-URSS, en Allemagne comme en France, au Brésil et en Afrique du Sud, etc... En l’absence d’un tel parti, la classe ouvrière et la jeunesse sont totalement livrées aux partis social-démocrates et ex-staliniens, aux appareils syndicaux (mais aussi aux organisations petites bourgeoises, aux organisations cléricales et humanitaires).

Les organisations ouvrières bourgeoises, les appareils syndicaux utilisent toute la panoplie de leur science contre-révolutionnaire pour défendre le capitalisme, protéger la bourgeoisie et l’État bourgeois : refus d’avancer les revendications ouvrières, bousille et dislocation des luttes, politique de division du mouvement ouvrier, front populaire ou union nationale selon la situation, refus d’ouvrir une perspective politique pour la classe ouvrière, refus même d’aller au pouvoir et quand il y sont contraints : utilisation de l’État bourgeois pour combattre la classe ouvrière, pour faire passer les exigences de la bourgeoisie.

Mais en même temps, en l’absence de parti révolutionnaire, la classe ouvrière et la jeunesse sont amenées à essayer de se servir de ces organisations, à les mettre au pouvoir.

Dans certaines situations, en l’absence de parti révolutionnaire mais aussi de partis ouvriers bourgeois traditionnels, des organisations ouvrières peuvent être construites, par exemple le PT brésilien, ou encore Solidarnosc sous la forme particulière d’un syndicat, qui sont en mesure de postuler au pouvoir. Mais il faut rappeler que le PT brésilien a eu comme initiateur des chrétiens de gauche et des transfuges des syndicats officiels (Lula) et que Solidarnosc a dès l’origine été initié et contrôlé par la hiérarchie catholique polonaise.

Mais de telles constructions "spontanées" restent en général dans le cadre bourgeois. La classe ouvrière n’est pas vierge, nulle part. Partout pullulent, fut-ce à l’état de lambeaux, des groupes et organisations ex-staliniennes, social-démocrates, gauchistes, des groupes petits-bourgeois ou cléricaux qui relaient dans la classe ouvrière la pression de la bourgeoisie, son idéologie. Dès lors que se constitue une telle organisation, ils la prennent politiquement en charge, sur une orientation de défense du capitalisme. Ils peuvent aussi prendre les devants, comme aux États-Unis.

La question d’un Labor Party est une question centrale pour le prolétariat américain. L’absence d’un tel parti est une aide considérable à la bourgeoisie pour développer son offensive. La construction d’un tel parti avait été esquissé dans les années 30 parallèlement à une profonde régénérescence du mouvement syndical, mais n’avait pas abouti. Après guerre, la complète soumission de la bureaucratie de l’AFL-CIO à son impérialisme, la dégénérescence du SWP, le poids également des "trente glorieuses" sur le prolétariat américain n’avaient pas permis de reprendre cette construction.

Aujourd’hui la multiplication des attaques contre la classe ouvrière américaine, la paupérisation massive d’une part sans cesse croissante de la classe ouvrière conduit nécessairement à poser la question d’un Labor Party. En outre, la politique violemment anti-ouvrière de l’administration démocrate de Clinton rend plus que jamais insupportable le soutien de la bureaucratie syndicale au parti démocrate (la grande masse des travailleurs américains ne participe pas aux élections américaines). Or, à l’automne 95, la convention annuelle des 78 syndicats de l’AFL-CIO a élu, contre la direction sortante, un nouveau président, John Sweeny, qui s’était présenté sur un programme plus "combatif"... pour ensuite, mener campagne en faveur du candidat Clinton aux élections présidentielles.

Au même moment se menait une importante grève de 32 000 travailleurs de Bœing qui avaient rejeté un premier accord conclu entre leurs représentants syndicaux et la direction de Bœing.

Le mouvement pour un Labor Party a, dans ce cadre, retrouvé une grande actualité. Mais une première concrétisation d’un Labor Party au printemps 96, avec un congrès constitutif et un programme, montre le chemin qui reste à parcourir pour le prolétariat américain. De toute évidence ce premier "labour party" est soigneusement encadré par une poignée de bureaucrates syndicaux, de cagots et de débris du PCA. A preuve le fait que non seulement le programme adopté est à mille années-lumière de toute référence au socialisme, mais tout simplement que le programme adopté a refusé de se prononcer en faveur du droit à l’avortement, droit violemment remis en cause aux USA y compris par l’assassinat de médecins. En outre, ce programme a admis le soutien électoral possible à des candidats issus du parti démocrate américain. Véritable contre-feu, ce Labor Party n’a pas présenté de candidat aux élections. On mesure aujourd’hui le coût politique immense que représente la liquidation du SWP en tant qu’organisation trotskyste, la destruction de la IVe Internationale.

Il existe d’autres prolétariats pour qui la construction d’un parti ouvrier est une question centrale (c’est le cas, notamment, des prolétariats algérien, coréen, mexicain et palestinien). Mais un tel parti ouvrier a besoin d’un programme permettant en particulier de poser et de résoudre la question du pouvoir. Pour impulser et préciser à chaque moment ce programme, pour permettre à un tel parti ouvrier de jouer pleinement son rôle, il faut une avant-garde organisée sur le programme de la révolution prolétarienne : le combat pour un Parti Ouvrier Révolutionnaire ; le combat pour le Parti ouvrier n’a de sens que comme transition, dans la perspective de la construction du POR.

UN PARTI POUR LA PRISE DU POUVOIR

Sommaire
Résoudre la question du pouvoir, détruire l’État bourgeois et exproprier le capital, entreprendre la construction de l’État ouvrier : pour la classe ouvrière mondiale, il était acquis que cela était une possibilité puisque cela avait été réalisé en 1917. Pour une partie importante du prolétariat, cette perspective --d’une manière ou d’une autre et avec toutes les confusions possibles-- était une nécessité. Aujourd’hui cette conscience a, pour une grande part, disparu ou s’est profondément brouillée.

Toutes les organisations et groupes acharnés à la défense du capitalisme, s’appuyant sur cette situation, tentent de faire revenir la classe ouvrière à un état de conscience politique antérieur même à 1848 : le seul avenir possible doit être le capitalisme. Bien évidemment, ils ne peuvent y parvenir, mais sur cet objectif de grands dégâts peuvent être commis. Cela nous contraint, plus largement que dans le passé, à réintégrer dans notre propagande, dans notre agitation, des analyses et des affirmations que l’on pouvait considérer comme acquises par un grand nombre de travailleurs.

Nous devons marteler que, pour l’essentiel, tout se ramène à la question du pouvoir et réaffirmer avec Marx que "la conquête du pouvoir politique est devenu le premier devoir de la classe ouvrière." (1864).

Cela est d’autant plus vrai aujourd’hui que dans la situation de crise récurrente du capitalisme, de sa marche à la dislocation, toute revendication --qu’elle soit ou non économique-- ne peut être satisfaite qu’en s’affrontant à la question du pouvoir et en la résolvant. Cela implique la nécessité d’un parti :

  • un parti de classe
  • un parti centralisé
  • un parti fondé sur le programme de la révolution prolétarienne
  • un parti mondial de la révolution prolétarienne
C’est cette nécessité là qui est au cœur de l’offensive conduite pour liquider les acquis politiques, théoriques, du mouvement ouvrier.

Liquider la nécessité d’un parti de classe, assujettir la classe ouvrière à la bourgeoisie par le biais d’un parti bourgeois (représentant toute la bourgeoisie ou l’une de ses fractions) n’est pas une nouveauté : Marx et Engels durent mener de sévères polémiques contre de telles opérations visant par exemple à mettre la classe ouvrière à la remorque de "bourgeois instruits et possédants" (lettre à Bebel contre "les trois censeurs de Zurich"), des "grands et petits bourgeois philanthropes".

De même la bureaucratie syndicale de l’AFL-CIO avec les résidus du P.C. américain ont-ils pu jusqu’à aujourd’hui interdire à la classe ouvrière de construire son parti en apportant leur soutien au parti bourgeois "démocrate".

C’est le même projet (inabouti) qui vertèbre le programme de Bade-Godesberg ou, plus tard, les projets de Rocard.

Aujourd’hui toutes les organisations de la classe ouvrière (avec le renfort des ex-gauchistes) ont officiellement cet objectif : faire disparaître les frontières de classe, tout parti "ouvrier" (ouvrier-bourgeois) au profit d’organisations bourgeoises. Mais de l’objectif à la réalisation, il y a loin.

Une offensive complémentaire est donc menée contre la notion même de parti. Ce sont les clubs divers (Delors, Aubry et compagnie ), les "réseaux" multiformes prônés par Philippe Herzog et qu’un Jacques Bidet a commencé à mettre en œuvre.

Cette offensive est ouvertement prise en charge par le SU pabliste qui affirme que "la conception centraliste de l’Internationale, même celle du Komintern de la première période, doit être abandonnée à notre époque". (congrès de juin 95), résolution qui complète celle de 1991 : "la décision de construire une section n’est pas automatique à court ou à moyen terme dans tous les pays".

Bien sûr, mais c’est assez classique, les mêmes contre-révolutionnaires n’hésiteront pas à faire appel aux grandes figures de la révolution, telle celle de Rosa Luxembourg d’avant 1918 ou à Léon Trotsky d’avant 1917.

En effet, les traîtres et les confusionnistes ne prennent que les côtés faibles, les insuffisances, qui n’étaient nullement prépondérantes chez Luxembourg et chez Trotsky.

Ainsi, Luxembourg avait compris bien avant Lénine, le caractère opportuniste de la direction du SPD et de la IIème Internationale. Elle a engagé le combat contre Kautsky dès 1905. Mais elle a refusé, jusqu’en 1918, de rassembler, de manière centralisée, les révolutionnaires allemands, dans une fraction ou un parti qui soit l’équivalent de la fraction ou du parti bolchevik de Russie.

L’expérience historique a prouvé que cette erreur a joué un rôle décisif dans l’échec de la Révolution allemande de 1918-1919.

Combattant contre les positions de Pivert, Trotsky devait déjà rappeler , en juillet 1939 :

" A l’appui de ses vues sur les questions d’organisation (ou plus exactement : en l’absence de vues de ce genre), Pivert cite, bien entendu, Luxembourg. Mais cela ne nous avance guère. Il y a beaucoup à apprendre chez Rosa ; mais ses conceptions en matières d’organisation étaient le point le plus faible de sa position, car en elles se résumaient ses erreurs, dans le domaine politique et théorique. En Allemagne, Rosa ne réussit pas à créer un parti ou une fraction révolutionnaire, et ce fut là une des causes de l’échec de la révolution de 1918-1919.

" Quant au parti polonais de Rosa Luxembourg, il dut, sous l’effet des événements révolutionnaires, se réorganiser sur le modèle bolchevique. Ce sont là des points de l’histoire qui ont beaucoup plus d’importance que des citations !"

Et rappelant ses propres positions de 1904 sur la question du parti, Trotsky indique : "toute mon expérience ultérieure m’a prouvé que, dans cette question, Lénine avait raison contre Rosa Luxembourg ainsi que contre moi." Parce que le parti bolchevique est le seul qui ait conduit une révolution victorieuse, c’est contre les principes même du bolchevisme que se mène l’offensive des agents de la bourgeoisie. En fait : seul le bolchevisme "a su trouver les formes d’organisation qu’exige la lutte révolutionnaire pour le pouvoir . Aussi faut-il le rayer de la conscience ouvrière.

Un exemple récent illustre comment peut-être menée, pour désarmer la classe ouvrière et la jeunesse, une campagne politique combinant le refus de poser la question du pouvoir, le refus de tout combat de classe, le refus de toute organisation ouvrière tant par la forme que par le programme.

CHIAPAS : UNE OPÉRATION AU COMPTE DE LA BOURGEOISIE

Sommaire
Au départ du mouvement du Chiapas, il y a l’immense misère des populations indiennes broyées par le colonialisme, des lambeaux d’anciens peuples que la politique de l’impérialisme américain et de ses agences conduit aujourd’hui à la pure et simple disparition.

Mais l’histoire a maintes fois montré que les mouvements dits "indigénistes" ont une caractéristique fondamentale qui est de ne jamais poser la question du

pouvoir. Ces sociétés en ruine n’ont aucun avenir, ce sont les restes de formes historiquement dépassées. La seule issue pour ces populations, pour que soient satisfaites leurs revendications (l’expulsion des accapareurs de leurs terres et des mercenaires à la solde de ceux-là, le maintien du travail collectif de la terre, le refus de la parcellisation, etc ) est de lier leur combat celui de la classe ouvrière qui seule peut, avec un parti de type bolchevique résoudre la question du pouvoir.

Or, c’est sur la base d’un tel mouvement des Indiens du Chiapas, au Mexique, qu’a été organisée une armée de Libération zapatiste dont le porte-parole --un dénommé Marcos-- développe une orientation qui constitue un remarquable exemple de désarmement politique de la classe ouvrière, de la jeunesse et par là même des populations indiennes. Bien évidemment toute la presse bourgeoise et une multitude de groupes et d’individus issus du gauchisme, de la petite bourgeoisie mais aussi de la social-démocratie et de l’appareil stalinien, se sont faits les zélés propagandistes du discours de "Marcos". Les organisations religieuses et Danielle Mitterrand sont également de la partie.

Cette "EZLN" a organisé une rencontre, à Berlin, le 2 juin 1996. Une déclaration en est issue.

Adressée à la classe ouvrière et à la jeunesse ?

Pas du tout, mais "à l’opinion publique européenne, aux êtres humains du monde entier" pour leur dire "ya basta !".

S’agit-il d’élaborer, d’avancer un programme contre "l’exploitation, la répression et la destruction des conditions matérielles et écologiques de la vie" ? Que neni ! car "nous n’avons pas l’illusion de connaître le chemin, ni la recette, la solution, la doctrine, la forme d’organisation, capables d’unifier toutes les différences que nous connaissons. Bien au contraire, nous ne voulons d’aucune unification qui nous priverait de notre variété, dans laquelle nous voyons notre force".

Ainsi donc 1 000 personnes venues de 26 pays (chiffre des organisateurs) se seraient réunies pour constater qu’elles n’ont pas de programme et qu’elles n’en veulent pas

Néanmoins, ces "1 000 êtres humains" et les organisateurs ont quelques idées précises : surtout ne pas s’organiser pour en finir avec le capitalisme, pour le socialisme mais se prononcer "contre le libéralisme et pour l’humanité". Aussi ces "être humains" qui n’ont pas de "solution" ont-ils une certitude : surtout ne pas chercher à résoudre la question du pouvoir : "il n’est pas nécessaire de conquérir le monde, il nous suffit de le créer à nouveau. Nous, maintenant".

En fait de manipulation, c’est un modèle. Et cette déclaration organisée à Berlin sept années après que le mur de Berlin a été politiquement abattu est envoyée : "de la jungle métropolitaine de Berlin". Cette formule est l’expression du plus profond mépris pour la classe ouvrière et la jeunesse, de leurs combats, dont Berlin constitue un des hauts lieux.

A la suite de quoi, une nouvelle réunion publique est organisée à La Realidad le 27 juillet, au cur du Chiapas mexicain. C’est ainsi que l’on verra plusieurs milliers d’invités se réunir à l’appel de l’EZLN, l’armée mexicaine ayant reçu du gouvernement mexicain l’ordre de laisser se tenir cette aimable réunion. L’appel initial, faut-il s’en étonner, aura été signé en particulier par Francis Wurtz, responsable des relations extérieures du PCF, qui déclare :

"La révolte du Chiapas n’est pas nostalgique. Elle est très moderne, et sa double exigence de liberté et de démocratie nous convient parfaitement". Et pendant ce temps, la classe ouvrière mexicaine subit les coups les plus brutaux.

Très souvent l’offensive contre le bolchevisme est conduite au nom du "marxisme", c’est-à-dire en dénaturant ce dernier. Tout aussi souvent c’est au nom de Marx explicitement qu’est attaqué le "marxisme". Une illustration récente en a été donnée par le très universitaire "Congrès Marx International", congrès caractérisé en ces termes par l’un de ses participants (René Gallisot) :

"Si l’on regarde la tribune et la salle, ce congrès est un congrès d’anciens combattants, parlement-croupion des intellectuels qui vaticinaient au nom du mouvement ouvrier" (P.U.F, avril 96). Ce congrès a effectivement rassemblé une assez remarquable collection de débris intellectuels issus de l’appareil stalinien et du gauchisme. Mais tous ces gens-là ont un rôle à jouer, pour le compte de la bourgeoisie. Certains d’entre eux sont d’une brutale franchise : "Marx peut être un grand recourt et d’un grand secours contre le marxisme (...) il faut au besoin utiliser Marx contre lui-même", explique Jean-Marie Vincent en séance plénière, auquel fait écho son compère Bidet Jacques, pour qui "la question du socialisme est aujourd’hui entièrement à reprendre" en utilisant pour cela "une critique de Marx au nom de Marx, une critique du socialisme au nom du socialisme", présentée comme "discours positif" (ib page 304).

L’objectif est clair : essayer de liquider tous les acquis théoriques du mouvement ouvrier, imposer une lecture officielle, universitaire, bourgeoise des travaux de Marx, du Capital en particulier, pour interdire la reconstruction du mouvement ouvrier partir de ses acquis théoriques.

Pour Bidet par exemple, c’est au nom du "socialisme" que doit être rejetée l’expropriation du capital, l’étatisation des moyens de production et la planification.

DÉFENSE DU MARXISME, DÉFENSE DU BOLCHEVISME

Sommaire
La situation actuelle, l’offensive idéologique ci-dessus évoquée, qui n’est pas nouvelle mais qui connaît une ampleur renouvelée, impose au Comité une défense acharnée de son programme, de ses acquis théoriques, une grande attention --à l’échelle de ses forces-- à la formation théorique et à la lutte théorique. Cette question était fondamentale pour Marx et Engels sous l’angle de la nécessaire rigueur révolutionnaire du programme du parti (voir par exemple la "critique du programme de Gotha"). Cette importance de la théorie est le point de départ de Que faire ? : "Sans théorie révolutionnaire pas de mouvement révolutionnaire. on ne saurait trop insister sur cette idée à une époque où l’engouement pour les formes les plus étroites de l’action pratique va de pair avec la propagande à la mode de l’opportunisme", écrit Lénine. Et il rappelle : "Les remarques faites par Engels en 1874, sur l’importance de la théorie dans le mouvement social-démocrate. Engels reconnaît à la grande lutte de la social-démocratie non pas deux formes (politique et économique) - comme cela se fait chez nous - mais trois, en mettant sur le même plan la lutte théorique". Cette importance de la lutte théorique, Trotsky lui a également fait toute sa place. Rappelant que "le marxisme a trouvé son expression historique la plus élevée dans le bolchevisme" et que "le bolchevisme est la seule forme possible du marxisme" notre époque, Trotsky indique "un des traits principaux du bolchevisme a été son attitude sévère, exigeante et même querelleuse sur les questions de doctrine (...) sans cette qualité fondamentale, le bolchevisme n’aurait jamais rempli son rôle historique".

, De ce rapport entre la théorie et son rôle historique, sa "pratique", Trotsky précise également :

"Le parti bolchevique n’a pu réaliser ce magnifique travail "pratique" que parce qu’il fut à chaque pas éclairé par la théorie. Le bolchevisme n’a pas créé cette théorie : elle lui a été fournie par le marxisme. Mais le marxisme est la théorie du mouvement, pas de la stagnation. Seuls des événements à une échelle historique énorme pouvaient enrichir la théorie elle-même. Le bolchevisme a fait au marxisme une contribution précieuse avec son analyse de l’époque impérialiste comme l’ère des guerres et des révolutions ; de la démocratie bourgeoise à l’époque du déclin de l’impérialisme ; de la corrélation entre la grève générale et l’insurrection ; du rôle du parti, des soviets et des syndicats dans la période de la révolution prolétarienne ; avec sa théorie de l’État soviétique, de l’économie de transition, du fascisme et du bonapartisme à l’époque du déclin du capitalisme ; et finalement avec son analyse de la dégénérescence aussi bien du parti bolchevique lui-même que de l’État soviétique.

(…) Seuls les fondateurs de la IVe Internationale, qui ont fait leur toute la tradition de Marx et de Lénine, ont, vis-à-vis de la théorie, une attitude de sérieux . (Bolchevisme et stalinisme - 29 août 1937 - uvres, page 357).

La destruction de la IVe Internationale, la destruction de l’organisation qui combattait pour la reconstruction de la IVe Internationale, constituent un coup pour le mouvement ouvrier qu’on ne saurait sous estimer.

La mort de la IVème Internationale, des organisations qui combattaient pour sa reconstruction, constitue un approfondissement de la crise de direction révolutionnaire à l’échelle mondiale.

Elle contribue à renforcer le désarroi et la confusion politique dans les rangs du prolétariat, en particulier dans une situation où le capitalisme a été restauré en ex-URSS et en Europe de l’Est.

Elle contribue également au maintien, à la direction du mouvement ouvrier, des vieilles directions traîtres, social-démocrate et ex-stalinienne.

Elle contribue enfin à la survie d’organisations se réclamant formellement du marxisme, par exemple le " Secrétariat unifié ", organisations qui sont autant d’obstacles à la construction de l’Internationale ouvrière révolutionnaire, de partis ouvriers révolutionnaires.

Le Comité se considère comme l’héritier de ce combat organisationnel, dont il entend défendre tous les acquis théoriques. L’intervention pratique dans la lutte des classes est inséparable de la défense de ses acquis.

"Seul un parti guidé par une théorie d’avant-garde peut remplir le rôle combattant d’avant-garde" (Que faire, page 80). C’est ainsi que le Comité est la seule organisation qui se soit prononcée clairement (et ait combattu dans la mesure de ses forces) sur, entre autres, les positions suivantes :
  • retrait inconditionnel des troupes impérialistes, en tout premier lieu des troupes françaises (au moment de la guerre du Golfe), à bas l’embargo !
  • retrait inconditionnel des troupes impérialistes, des troupes françaises, de l’ex-Yougoslavie, à bas toute intervention !
  • pour le pouvoir noir en Afrique du Sud, pour la destruction de l’État bourgeois blanc, pour l’expropriation du capital
  • pour la destruction de l’État d’Israël (et des États artificiels de Jordanie et du Liban), pour un Gouvernement Ouvrier er Paysan de Palestine
  • pour la réunification inconditionnelle de l’Allemagne. Etc…
De telles prises de positions, de tels combats, passés et à venir, sont constitutifs du combat pour la reconstruction du mouvement ouvrier sur un nouvel axe : celui de la Révolution prolétarienne ; du combat pour une Internationale Ouvrière Révolutionnaire se situant sur le programme de la révolution socialiste.

QUELQUES CONCLUSIONS

Sommaire
L’ensemble de l’analyse contenue dans ce rapport amène aux conclusions suivantes :
  • il faut le constater : désormais dans les pays de la partie Est de l’Europe, de l’ex-URSS, en Russie le mode de production dominant est, à nouveau, le mode de production capitaliste ; dans les pays de l’ex-URSS, et de la partie Est de l’Europe la révolution sera sociale comme dans les autres pays ;
  • la restauration capitaliste est une défaite pour tous les prolétariats qui en sont politiquement désarmés, d’autant plus que les PS, les partis social-démocrates, les ex-PC font campagne contre la révolution, contre le socialisme et le communisme ;
  • (la Chine exige une analyse particulière) ;
  • le prolétariat n’engage et n’engagera pas moins de puissants combats qui souvent posent et poseront objectivement la question du pouvoir ;
  • l’effondrement de l’URSS, la dislocation des régimes bureaucratiques, l’éclatement des bureaucraties parasitaires et contre-révolutionnaires, la restauration capitaliste ont modifié les rapports inter-impérialistes. Ainsi l’impérialisme allemand est redevenu prépondérant par rapport aux autres impérialismes européens. Mais surtout l’impérialisme américain est devenu la seule puissance mondiale qui vise à redevenir hégémonique par rapport aux autres puissances impérialistes.
Cependant l’ensemble du système capitaliste fait entendre des craquements redoutables. Son point le plus faible est sans doute l’énorme accumulation de capital-argent qui, pour l’essentiel est du capital fictif. De ce point de vue

l’impérialisme le plus menacé est la seule puissance mondiale, l’impérialisme américain. Pour utiliser une formule banale c’est "un colosse aux pieds d’argile". Son endettement en témoigne. La perspective pour le régime capitaliste c’est une crise sans précédent dépassant de loin celle des années 1930.

  • La baisse du taux de profit, la crise qui s’annonce imposent au capital une offensive d’une brutalité sans précédent depuis les années 30 contre le prolétariat dans son ensemble dont Reagan et Thatcher ont donné le signal et à laquelle les candidats à la prochaine élection à la présidence de la République (Clinton et Bole). donnent une nouvelle impulsion.
  • Encore que les rapports politiques présentent de pays à pays des différences considérables, ce n’est qu’avec la complicité active des organisations ouvrières traditionnelles que les gouvernements des grandes puissances impérialistes peuvent mener avec succès leur offensive ultra-réactionnaire contre le prolétariat et la jeunesse. Mais ce qui est exclu à échéance prévisible c’est que le prolétariat soit politiquement écrasé comme ce fut le cas dans nombre de pays d’Europe au cours des années 30.
  • La perspective dans laquelle doit s’inscrire l’action politique de construction de partis ouvriers révolutionnaires et de l’Internationale ouvrières révolutionnaire est celle d’une crise économique, sociale et politique sans précédent, par suite de l’incapacité du capital de maîtriser la marche à une crise dislocatrice, de remporter des victoires écrasantes sur le prolétariat et l’incapacité du prolétariat à vaincre la bourgeoisie sans partis et internationale révolutionnaires.
«
«  «
Accueil
Table des Matières :
1. UNE NOUVELLE PERSPECTIVE
SITUATION, CRISE, RÉVOLUTION DANS LES PAYS CAPITALISTES
CRISE, SITUATION RÉVOLUTIONNAIRE, RÉVOLUTION, EN EUROPE DE L’EST
L’ANNÉE 1989
DES MOUVEMENTS COMPLEXES ET CONTRADICTOIRES
LA DIRECTION DES MOUVEMENTS DE LA PARTIE EST DE L’EUROPE
EN U.R.S.S.
LA GRÈVE DES MINEURS : 11 AU 26 JUILLET 1989
LA BUREAUCRATIE NÉGOCIE
CONTENU DE L’ACCORD
CONCESSIONS FAITES AUX MINEURS
A L’EST DE L’EUROPE, LES EX-PC REFONT SURFACE
L’IMPÉRIALISME A BESOIN DES EX-PC
RUSSIE : ELTSINE RÉÉLU PRÉSIDENT
LA CRISE DEMEURE
LA CRISE S’ACCÉLÈRE (6-16 AOÛT 1996)
LIMITE DES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS
LA NATURE SOCIALE DE CES ÉTATS
LE CAPITALISME RESTAURÉ
LA BUREAUCRATIE EXPROPRIE LE CAPITAL DANS LES PAYS DE L’EST DE L’EUROPE
UNE POLITIQUE ABERRANTE ET AVENTURISTE
GORBATCHEV CAPITULE DEVANT L’IMPÉRIALISME
LA QUATRIÈME INTERNATIONALE
LE PABLISME
LA IVÈME INTERNATIONALE APRÈS L’ASSASSINAT DE TROTSKY
MOMENTS DE "DÉTENTE"
RÉPERCUSSION SUR LES PROLÉTARIATS DES PAYS CAPITALISTES
DÉSARROI OUVRIER ET BAD-GODESBERG GÉNÉRALISÉ
LES PC
"DÉPASSER LE CAPITALISME"
LA CARACTÉRISATION DU "STALINISME"
AUX CÔTÉS DES PARTIS OUVRIERS-BOURGEOIS...
DANIEL BENSAÏD ÉDUQUE POLITIQUEMENT LA JEUNESSE...
2. L’IMPÉRIALISME EN CRISE
LA PROSPÉRITÉ, SES LIMITES, SES CONTRADICTIONS : AU BOUT LA CATASTROPHE
DU PLAN CARTER "AU PRIME RATE" À 21%
RIVALITÉS INTER-IMPÉRIALISTES
OÙ EN EST "L’UNION EUROPÉENNE"
UNE OFFENSIVE TOUT AZIMUT CONTRE LA CLASSE OUVRIÈRE
POUR LES ÉTATS UNIS SOCIALISTES D’EUROPE
SOUS LE FEU DE L’OFFENSIVE AMÉRICAINE
L’OMC, AUTRE CAVERNE DE BRIGANDS
3. LA LUTTE DES CLASSES MOTEUR DE L’HISTOIRE
NULLE PART LE PROLÉTARIAT N’EST ECRASÉ
DE NOUVEAU SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE : QUELQUES DONNÉES RÉCENTES
MAINTIEN DES GRANDS DÉSÉQUILIBRES
UN HIMALAYA DE DETTES
SPÉCULATION ET IVROGNERIE
UNE OFFENSIVE GÉNÉRALISÉE
OFFENSIVE AUX ÉTATS UNIS
EUROPE : QUELQUES NOUVEAUX GOUVERNEMENTS, UN MÊME PROGRAMME
AUCUNE POSITION ACQUISE N’EST A L’ABRI
OFFENSIVES EN AMÉRIQUE LATINE
LE PROLÉTARIAT EST PRÊT A ENGAGER LE COMBAT
AUTRES COMBATS
LA QUESTION DU PARTI, QUESTION FONDAMENTALE
UN PARTI POUR LA PRISE DU POUVOIR
CHIAPAS : UNE OPÉRATION AU COMPTE DE LA BOURGEOISIE
DÉFENSE DU MARXISME, DÉFENSE DU BOLCHEVISME
QUELQUES CONCLUSIONS
Accueil

Just, Stéphane. Escritos

 

 

 

Presentamos aquí los enlaces a los textos de Stéphane Just traducidos al castellano. La mayoría de ellos traducidos por el Grupo Germinal, después núcleo Germinal. Solo añadir que la lucha práctica y teórica de Just dejó su impronta en el antiguo Grupo Germinal, siendo un elemento imprescindible para entender tanto su constitución como su permanencia a pesar del aislamiento del que no fue capaz de salir. Hay que tener en cuenta que gran parte de los escritos redactados por S. Just lo fueron para la organización en la que militaba y aparecieron publicados en nombre de la organización. Especial hincapié hacemos en los textos aparecidos en Combattre pour le socialisme hasta su número 67. Prácticamente se puede decir que todo lo publicado en él fue escrito o directamente controlado por S.J.; el lector encontrará esos materiales en el apartado El revisionismo lambertista

(Breve nota biográfica en adjunto)

1965. Defensa del trotskysmo (1)

DEFENSA DEL TROTSKYSMO (El revisionismo, liquidador de la IVª Internacional. La lucha por la reconstrucción de la IVª Internacional)

Stéphane JUST

1965

1969. Estalinismo e izquierdismo

ESTALINISMO E IZQUIERDISMO

Stéphane JUST

(La Vérité, número 543, 1969, página 10 y siguientes)

1971. Defensa del trotskysmo (2). Revisionismo liquidador contra trotskysmo

 

I. EL IMPERIALISMO ¿FASE SUPERIOR DEL CAPITALISMO O NUEVA ÉPOCA HISTÓRICA

II. EL IMPERIALISMO, LA BUROCRACIA DEL KREMLIN, LOS ESTADOS UNIDOS SOCIALISTAS DE EUROPA

III. LA VÍA FRÍA CORTADA, REVOLUCIÓN Y CONTRARREVOLUCIÓN AL ORDEN DEL DÍA

IV. HEGEMONÍA DEL PROLETARIADO EN LA LUCHA DE CLASES, FRENTE ÚNICO OBRERO Y CUESTIONES DEL PODER

V .¿NUEVAS VANGUARDIAS? ¡NO! ¡RECONSTRUCCIÓN D LA IV INTERNACIONAL!

1971. El Gobierno Obrero y Campesino

EL GOBIERNO OBRERO Y CAMPESINO

Stéphane Just

1917

1972. Materiales Conferencia Nacional de militantes por el Gobierno Obrero

 

Materiales para la CONFERENCIA NACIONAL DE MILITANTES POR EL GOBIERNO OBRERO

1972

1972. Prefacio a "Los sindicatos en la era de la decadencia imperialista"

PREFACIO A "LOS SINDICATOS EN LA ERA DE LA DECADENCIA IMPERIALISTA"

Stéphane JUST

(15 julio de 1972)

1973. Bases económicas del marxismo

Bases económicas del marxismo

1973

2ª edición digital

1973. Prefacio a "Los marxistas contra la autogestión"

PREFACIO A "LOS MARXISTAS CONTRA LA AUTOGESTIÓN"

Stéphane JUST

(9 de julio de 1973)

1976. A propósito de las "25 Tesis" del camarada Ernest Mandel sobre la "revolución mundial"

 

A PROPÓSITO DE LAS "25 TESIS" DEL CAMARADA ERNEST MANDEL SOBRE LA "REVOLUCIÓN MUNDIAL"

Contribución a la discusión

por 

Stéphane JUS

(La Correspondance Internationale, diciembre 1976)

1979. La huelga general de mayo-junio de 1968 vino de lejos

LA HUELGA GENERAL DE MAYO-JUNIO DE 1968 VINO DE LEJOS

Stéphane JUST

(redacción diciembre 1979, publicado en La Vérité, nº 591, abril de 1980)

1979. Sobre una posibilidad teórica y de la lucha por la dictadura del proletariado

SOBRE UNA POSIBILIDAD TEÓRICA Y DE LA LUCHA POR LA DICTADURA DEL PROLETARIADO

Stéphane JUST

(1979)

1980. La huelga general y la cuestión del poder

LA HUELGA GENERAL Y LA CUESTIÓN DEL PODER

Stéphane Just

abril de 1980

1981. La revolución política en la URSS y en Europa del Este y Nuevos elementos para un informe sobre la revolución política

LA REVOLUCIÓN POLÍTICA EN LA URSS Y EN EUROPA DEL ESTE y NUEVOS ELEMENTOS PARA UN INFORME SOBRE LA REVLUCIÓN POLÍTICA

 

1981. Las nacionalizaciones. Contribución a la preparación del XXVI Congreso de la OCI Unificada

LAS NACIONALIZACIONES

Contribución a la preparación del XXVI Congreso de la OCI Unificada

septiembre de 1981

1983. Marx y las crisis del modo de producción capitalista

MARX Y LAS CRISIS DEL MODO DE PRODUCCIÓN CAPITALISTA

 

1984. Cómo el revisionismo se apoderó de la dirección del PCI

CÓMO EL REVISIONISMO SE APODERÓ DE LA DIRECCIÓN DEL PCI

 

1984. Dónde está y hacia dónde va la dirección del PCI

DÓNDE ESTÁ Y HACIA DÓNDE VA LA DIRECCIÓN DEL PCI

 

1985. Los sindicatos, la crisis del imperialismo y el nuevo período de la revolución proletaria

LOS SINDICATOS, LA CRISIS DEL IMPERIALISMO Y EL NUEVO PERÍODO DE LA REVOLUCIÓN PROLETARIA

Stéphane JUST

1985

1986. Contribución a la preparación del XXXI congreso del PCI

CONTRIBUCIÓN A LA PREPARACIÓN DEL XXXI CONGRESO DEL PCI

 

1987. Caracas: en peligro la existencia de IVª Internacional – CIR

CARACAS: EN PELIGRO LA EXISTENCIA DE IVª INTERNACIONAL - CIR

 

1991. A propósito de dos “Conferencias Mundiales”

A PROPÓSITO DE DOS "CONFERENCIAS MUNDIALES"

 

1992. Del oportunismo… al revisionismo… al liquidacionismo

DEL OPORTUNISMO... AL REVISIONISMO... AL LIQUIDACIONISMO

 

1996. Una nueva perspectiva

UNA NUEVA PERSPECTIVA

(redactado en su mitad, las partes más significativas, por SJ)

Kautsky, Karl

.

Las tres fuentes del marxismo

KARL KAUTSKY

Las tres fuentes del marxismo. La obra histórica de Marx.

1907

 

 

 

 

Munis, G. Obras Completas y otros textos

 

Ponemos a disposición de la clase obrera en general, y de los revolucionarios en particular, los primeros cuatro volúmenes (en soporte digital) de las Obras Completas de G. Munis publicados hasta el momento. Estos primeros cuatro volúmenes han sido publicados, en soporte papel, por el Comité de Edición de las Obras Completas de Munis en Muñoz Moya Editores Extremeños, Llerena, años 1999-2009. Este mismo comité está preparando el quinto volumen, cuya publicación tendrá que esperar un año aproximadamente. Esta página agradece a dicho comité las facilidades para la difusión del pensamiento de este revolucionario tan injustamente olvidado. También algunos escritos de este mismo autor que no están recogidos en estas obras completas.

Nada mejor que escoger una cita del mismo Munis para resaltar la necesidad de la lectura de sus obras: "Las condiciones objetivas de la revolución comunista no bastan para garantizar su victoria, y las condiciones subjetivas no serán necesariamente engendradas por las primeras. Las condiciones subjetivas no son otra cosa que la conciencia teórica de la experiencia anterior y de las posibilidades máximas ofrecidas al proletariado; es el conocimiento anhelante de acción humana y listo para mudar su existencia subjetiva en existencia objetiva."

Boletín Interno de la IV Internacional. Febrero de 1948, con textos de Munis, Péret i Natalia Sedova-Trotsky

Munis. La Voz de la Memoria (documental de Radikal Films)

(Breve biografía de Munis en adjunto)

Análisis de un vacío. Cincuenta años después del trotskismo

Novedad en Alejandría Proletaria:

ANÁLISIS DE UN VACÍO. CINCUENTA AÑOS DESPUÉS DEL TROTSKISMO

Grandizo MUNIS

(1971 -Análisis de un vacío-; 1983  -Cincuenta años después del trotskismo-)

Texto que será incluido en el Tomo V de las OBRAS COMPLETAS DE MUNIS, de próxima aparición

Carta a Klement, 1937

CARTA A KLEMENT

G. Munis

29 de diciembre de 1937

Carta a un obrero poumista. La bandera de la IV Internacional es la única bandera de la revolución proletaria, 1938

CARTA A UN OBRERO POUMISTA. LA BANDERA DE LA IV INTERNACIONAL ES LA ÚNICA BANDERA DE LA REVOLUCIÓN PROLETARIA

G. Munis

1938

Carta abierta al Partido Comunista Internacionalista, 1947

CARTA ABIERTA AL PARTIDO COMUNISTA INTERNACIONALISTA

Natalia Sedova-Trotsky, Benjamín Péret, G. Munis

México, junio de 1947

Discurso pronunciado por G. Munis, en el Panteón Moderno, ante el cadáver de Trotsky, 1940

DISCURSO PRONUNCIADO POR G. MUNIS, EN EL PANTEÓN MODERNO, ANTE EL CADÁVER DE TROTSZKY EL 22 DE AGOSTO DE 1940

Publicado en Revolución, Órgano del Grupo Español en Méxcio de la IV Internacional, nº 6-7, Agosto-Septiembre de 1945

El golpe de estado Casado-Besteiro-Chamberlain-Bonnet, 1939

EL GOLPE DE ESTADO CASADO-BESTEIRO-CHAMBERLAIN-BONNET

G. Munis

(La Voz Leninista, 2ª época, nº 1, abril de 1939)

El terror amarillo en España, 1939

EL TERROR AMARILLO EN ESPAÑA

G. Munis

febrero de 1939

(publicado en Quatrième Internationale, número 16, abril de 1939)

Errores y particularidades del POUM, Munis, 1937

ERRORES Y PARTICULARIDADES DEL POUM

G. Munis

Boletín de la Sección Bolchevique-Leninista de España (IV Internacional)

número 2, Barcelona, febrero de 1937

Informe sobre la actividad del Grupo Español en México de la IV Internacional, 1946

INFORME SOBRE LA ACTIVIDAD DEL GRUPO ESPAÑOL EN MÉXICO DE LA IV INTERNACIONAL

G. Munis

México, Diciembre de 1946

Informe sobre la situación, el trabajo, las perspectivas y las necesidades de los bolcheviques-leninistas de España, 1939

INFORME SOBRE LA SITUACIÓN, EL TRABAJO, LAS PERSPECTIVAS Y LAS NECESIDADES DE LOS BOLCHEVIQUES-LENINISTAS DE ESPAÑA

G. Munis

(Informe de Munis a Trotsky)

París, 17 de agosto de 1939

Informe sobre le Congreso Mundial (París, Mayo de 1948), 1949

INFORME SOBRE EL CONGRESO MUNDIAL (PARÍS, MAYO DE 1948)

G. Munis

Publicado en Boletín de Discusión, nº 25, París, Enero de 1949 del Grupo Comunista Internacionalista

La consigna del momento, Munis, 1937

LA CONSIGNA DEL MOMENTO

G. Munis

Boletín de la sección Bolchevique-Leninista de España de la IV Internacional

número 2, Barcelona, febrero de 1937

La IV Internacional en peligro, N. Sedova-Trotsky, B. Péret, G. Munis, 1947

LA IV INTERNACIONAL EN PELIGRO

Natalia Sedova-Trotsky, Benjamín Péret y Grandizo Munis

México, DF, 27 de Junio de 1947

La Junta Revolucionaria y los "Amigos de Durruti" (Tribuna ideológica), 1937

TRIBUNA IDEOLÓGICA. LA JUNTA REVOLUCIONARIA Y LOS "AMIGOS DE DURRUTI"

G. Munis

Agosto de 1937

La lucha simultánea contra el fascismo y contra el gobierno Negrín-Prieto-Stalin establece la frontera... , 1938

LA LUCHA SIMULTÁNEA CONTRA EL FASCISMO Y CONTRA EL GOBIERNO NEGRÍN-PRIETO-STALIN ESTABLECE LA FRONTERA ENTRE LOS REVOLUCIONARIOS Y LOS TRAIDORES

Editorial de La Voz Leninistsa, nº 3, 5 de febrero de 1938

G. Munis

La situación en España y las tareas de los bolchevique-leninistas, 1940

 

LA SITUACIÓN EN ESPAÑA Y LAS TAREAS DE LOS BOLCHEVIQUE-LENINISTAS

(Informe a la Conferencia de urgencia de la IV Internacional)

G. Munis

1940

Lecciones de una derrota (entrevista), 1939

LECCIONES DE UNA DERROTA

Entrevista a G. Munis en La lutte ouvriere, París, 24 de febrero y 3 de marzo de 1939

 

Obras Completas. Tomo I. Revolución y contrarrevolución en Rusia. G. Munis

Revolución y contrarrevolución en Rusia

G. Munis

OBRAS COMPLETAS, TOMO I

En .ePub

Obras Completas. Tomo II. Lucha de clases. Teoría y práctica. G. Munis

Lucha de clases. Teoría y práctica.

G. Munis

OBRAS COMPLETAS, TOMO II

En .ePub

Obras Completas. Tomo III. Internacionalismo. Sindicatos. Organización de clase. G. Munis

Internacionalismo. Sindicatos. Organización de clase.

G. Munis

OBRAS COMPLETAS, TOMO III

En .ePub

Obras Completas. Tomo IV. Jalones de derrota, promesa de victoria. G. Munis

Jalones de derrota, promesa de victoria.

G. Munis

OBRAS COMPLETAS, TOMO IV

En .ePub

Posiciones y recorrido de un internacionalista. G Munis (1912-1989); Comité Editorial Obras Completas de Munis, 2011

POSICIONES Y RECORRIDO DE UN INTERNACIONALISTA. G MUNIS (1912-2011)

Comité Editorial de las Obras Completas de G. Munis

2011

Qué son las Alianzas Obreras, 1934

 

QUÉ SON LAS ALIANZAS OBRERAS

G. Munis

1934

(Ediciones Comunismo)

Significado histórico del 19 de Julio, 1943

G. Munis

Contra la Corriente, nº 6, publicación del Grupo Español en México de la IV Internacional, México, Agosto de 1943

Sólo la lucha organizada de las masas podrá detener el avance de la contrarrevolución staliniano-burguesa, 1937

SÓLO LA LUCHA ORGANIZADA DE LAS MASAS PODRÁ DETENER EL AVANCE DE LA CONTRARREVOLUCIÓN STALINIANO-BURGUESA

[G. Munis]

Editorial de La Voz Leninista nº 2

23 de agosto de 1937

Tras la derrota, ¿por dónde comenzar el trabajo? , 1939

TRAS LA DERROTA, ¿POR DÓNDE COMENZAR EL TRABAJO?

G. Munis

La Voz Leninista, segunda época, nº 1, París, abril de 1939

¡Vivan los combatientes de Mayo! , 1944

G. Munis

Contra la Corriente, nº 15 y 16. Publicación del Grupo Español en México de la IV Internaciona. México, Mayo-Junio de 1944

¿Crisis de la Generalidad o crisis nacional?, G. Munis, 1937

¿CRISIS DE LA GENERALIDAD O CRISIS NACIONAL?

G. MUNIS

Boletín Editado por el Grupo Bolchevique Leninista de España (IV Internacional), nº 1, Barcelona, enero de 1937

Murphy, Kevin

 La Historia de la Revolución de Febrero.

Jacobin Magazine, New York, 8 de marzo de 2017

 

Parvus (Alejandro Helphand)

PARVUS (Alejandro Helphand)

Prefacio a "Antes del 9 de enero" de L. Trotsky, 1905

PREFACIO A "ANTES DEL 9 DE ENERO" DE L TROTSKY

Parvus (Alejandro Helphand)

9 de enero de 1905

Plejánov, G. V. , obras

La obra de G. V. Plejánov es indispensable para conocer la historia del movimiento obrero en general y para la comprensión cabal de la evolución del marxismo así como, en particular, de la formación de dos de sus grandes representantes teóricos y prácticos: Lenin y Trotsky.

1883. El socialismo y la lucha política

EL SOCIALISMO Y LA LUCHA POLÍTICA

G. V. PLEJANOV 

1883 

 

1897-1898. [Sobre el "factor económico"]

[SOBRE EL "FACTOR ECONOMICO"]

G. V. PLEJANOV

 

1898. El papel del individuo en la historia

EL PAPEL DEL INDIVIDUO EN LA HISTORIA

G. V. PLEJANOV

1898

 

1901. Cant contra Kant

CANT CONTRA KANT

G. V. Plejánov

1901

 

1907. El materialismo militante

EL MATERIALISMO MILITANTE

G. V. PLEJANOV

 

1908. Cuestiones fundamentales del marxismo

CUESTIONES FUNDAMENTALES DEL MARXISMO

G. V. PLEJANOV

1908

 

 

1912.1913. El arte y la vida social

EL ARTE Y LA VIDA SOCIAL 

G. V. PLEJANOV

1912-1913 

Rakovsky, Khristian (Rako)

KHRISTIAN RAKOVSKY (RAKO)

El socialismo y la guerra (Rakovsky vrs Dumas), 1915

EL SOCIALISMO Y LA GUERRA

Charles Dumas y Khristian Rakovsky

1915

La revolución turca, 1908

LA REVOLUCIÓN TURCA

Khristian Rakovsky

agosto de 1908

Las relaciones entre repúblicas soviéticas. Rusia y Ucrania. 1921

LAS RELACIONES ENTRE REPÚBLICAS SOVIÉTICAS. RUSIA Y UCRANIA

K. Rakovsky

1921

Rühle, Otto

OTTO RÜHLE

Primer Volumen de El Capital extractado

extractos Primer Volumen de

EL CAPITAL

Textos de apoyo

Con esta serie de publicaciones pretendemos poner a disposición de los lectores de Alejandría Proletaria textos que no están disponibles en castellano, a pesar de ser muy citados por los revolucionarios que reaccionaron contra la deriva revisionista y liquidadora de determinados dirigentes de la IV Internacional, y cuyos textos también forman parte del catálogo ofrecido por esta biblioteca. Todo revolucionario cabal tratará de confirmar su balance, de entender las críticas y asimilarlas para ese balance, acudiendo también a los textos en los que aquellos dirigentes plasmaron su política.

Michel Pablo (Michel Raptis)

Michel Pablo (Michel Raptis)

¿Adónde vamos?

¿ADÓNDE VAMOS?

Michel Pablo (Michel Raptis)

Enero de 1951

Raya Dunayevskaya (F. Forest)

RAYA DUNAYEVSKAYA (F. FOREST)

El caso Eugenio Varga, 1948

EL CASO EUGENIO VARGA

Raya Dunayevskaya

1948

La crisis mundial y el vacío teórico, 1960

LA CRISIS MUNDIAL Y EL VACÍO TEÓRICO

Raya Dunayevskaya

Febrero de 1960

Situación Mundial, 1958

SITUACIÓN MUNDIAL

Raya Dunayevskaya

1958

Subjetivismo y política, 1965

SUBJETIVISMO Y POLÍTICA

Raya Dunayevskaya

diciembre de 1965

Varela, Raquel, et al. - El control obrero en la Revolución Portuguesa 1974-75

Título original:  O controlo operário na Revolução Portuguesa 1974-1975

Raquel Varela, António Simões do Paço y Joana Alcântara

Texto completo en castellano en .pdf

 


Resumen


Una de las características clave del proceso revolucionario portugués -1974-1975 – es el control obrero, que evolucionó decisivamente a partir de febrero de 1975. En las empresas nacionalizadas, en las principales empresas metalúrgicas e incluso en otros sectores se entra en una situación de control obrero más que de autogestión, tal vez más implantada en las pequeñas empresas y en las empresas con reales dificultades financieras i/o productivas. En este artículo estudiaremos esa historia distinguiendo el control obrero de los procesos clásicos de autogestión, haciendo referencia a los principales trabajos teóricos del marxismo en esta área.